Comment choisir et porter un pantalon chino ?

Il faut bien se l’avouer, il y a 30 ans, lorsque l’on parlait de chino on avait l’image du père de famille quarantenaire vêtu d’une chemise à carreaux ample et d’une paire de chaussures bateaux aux pieds. Force est de constater que cette époque est belle et bien révolue puisque cette pièce fait désormais partie des basiques du dressing masculin, et ce, depuis plus de 15 ans. Avec ce grand retour en force du pantalon en coton, une immense vague de marques proposent leur propre version avec chacune (ou non) des caractéristiques différentes du pantalon original. Aussi intéressant que le jean, le chino est la pièce hybride par excellence puisqu’il se porte à travers tous les contextes de la vie courante. Ainsi, ses caractéristiques en termes de coupe, de toile et même de finitions rendront un chino mieux adapté à une saison et/ou à un style recherché.

comment choisir un chino

Sommaire :

1. La petite histoire du pantalon chino
2. Les différentes matières du chino
3. Comment reconnaître un chino de qualité ?
4. Comment porter un chino ?
5. Où trouver un chino ?

1. La petite histoire du pantalon chino

Pour commencer, ce pantalon en sergé de coton est né à deux endroits différents, ce qui explique qu’il fût appelé d’un côté « Khaki » par l’armée britannique et « Chino » au sein de l’armée américaine. Tout remonte en 1848, lorsque l’empire britannique occupe une partie de l’Inde. Sir Harry Lumsden, un officier de l’armée britannique, alors stationné en Inde cherche un moyen de remplacer l’uniforme rouge et blanc que portent ses troupes indiennes. Il décide de réaliser ce nouvel uniforme dans un coton croisé léger, résistant et teinté de couleur kaki. De l’autre côté de l’Atlantique, le pantalon en sergé de coton fait son apparition durant la guerre hispano-américaine. En effet, les soldats américains stationnés aux Philippines ont préféré délaisser leurs vêtements en laine pour une matière moins chaude, le coton. En consequence, ils ramènent sur le continent américain ce pantalon en toile de coton. On retrouve à partir du XXème siècle le fameux chino dans les troupes américaines.

gunga din chinos image

Image extraite du film Gunga Din avec Cary Brant (1939)

L’histoire du chino

2. Les différentes matières du chino

Même si, à l’origine le chino (ou le khaki) est un pantalon réalisé en sergé de coton, il peut être composé d’autres matières. On peut trouver des chinos réalisés à partir de coton et d’élasthanne, de twill de coton, de flanelle de laine et encore même de moleskine de coton. Passons en détail ces différentes matières. Notons que l’on a tendance à conseiller de porter des chinos confectionnés à partir de fibres naturelles, le 100% coton reste l’une des meilleures alternatives (n’oubliez pas de bien regarder la composition du produit avant de passer à la suite).

choisir un chino de qualité

A. Le coton

Il s’agit d’une fibre végétale prélevée à partir de la fleur de coton. Le coton est moyennement chaud, résistant, facile d’entretien et doux. Comme pour chaque matière, il en existe de diverses qualités, le plus prestigieux provient du Zimbabwe. On l’utilise pour la création de nombreux vêtements, surtout les pantalons dont le chino pour lequel il est la matière principale.

B. L’élasthanne

L’élasthanne est une fibre synthétique réputée pour son élasticité. Ce matériau est utilisé dans la conception des vêtements techniques pour sa résistance et sa flexibilité, mais également, dans le prêt-à-porter pour permettre à certaines pièces de s’ajuster en fonction des morphologies. Il est notamment utilisé sur les jeans et chinos à la coupe très ajustée pour gagner en confort. Il peut donc y avoir des chinos composés de 98% de coton et de 2% d’élasthanne ce qui va donner aux chinos une certaine robustesse ainsi qu’un meilleur confort lors du port. Il peut également jouer un rôle important pour le tomber du pantalon.

C. Le Twill

C’est l’une des techniques de base du tissage, formant des traits diagonaux sur l’armure de tissu. On le trouve la plupart du temps sur des vêtements typés workwear pour sa robustesse. Le terme français est « sergé ». En fonction de son épaisseur, le sergé de coton peut être porté en été comme en hiver. Cette matière est l’une des plus anciennes utilisées dans la conception du chino.

D. La moleskine de coton

Même si l’on retrouve principalement la moleskine de coton sur les vestes de travail de nos grands pères, on peut la retrouver sur des pantalons. Je pense notamment à des chinos ou à des Fatigue Pant de marques Workwear.

E. La flanelle

Qu’il s’agisse de la laine ou du coton, le procédé est le même. A l’aide de deux rouleaux composés de picots tournants, on va venir gratter légèrement l’étoffe en sens inverse, ce qui va légèrement effilocher le tissu à sa surface et lui donner cet aspect doux. La flanelle de laine va donner un aspect plus habillé à la pièce, mais surtout un côté plus chaud qu’un chino en coton. C’est donc une matière intéressante en hiver.

3. Comment reconnaître un chino de qualité ?

Avant de pouvoir déterminer quel chino choisir et comment, il convient de définir les caractéristiques essentielles à sa construction. Car comme pour toute pièce de mode, il existe diverses qualités et gammes de chinos inhérentes aux facteurs habituels de l’habillement. En premier, vient ainsi le tissu utilisé pour le réaliser, généralement du coton, puis ses finitions pratiques comme décoratives qui serviront de base pour déterminer sa solidité et son style. Enfin, la coupe est toujours un point crucial dans le choix d’un pantalon.

Hast Chino Bouton

A. Le tissu

Selon la saison pour laquelle il se prédestine, le tissu de notre chino peut avoir une épaisseur variable. Être par exemple fin en été pour laisser les jambes aérées ou à l’inverse épais en hiver pour conserver la chaleur. Le style influera également sur l’épaisseur et l’aspect du coton. Ainsi, un modèle à l’esprit workwear sera composé de matières brutes, alors qu’un chino élégant optera pour une matière plus raffinée et satinée. Comme pour le jean, il existe également des modèles réalisés à partir de toiles selvedge. Bien sûr, ce genre de toile réalisée sur d’anciennes machines donnera un aspect plus solide et robuste.

B. Les finitions

Les coutures

Le chino est un pantalon qui peut accueillir tous les types de finitions du genre afin de faire varier son style et de garantir sa solidité. Ainsi, les coutures des extrémités de tissu, de l’ourlet et des points clés seront un premier indicateur de la qualité d’une pièce. À noter qu’il doit y avoir des points d’arrêts au niveau des poches (il s’agit de l’équivalent des rivets sur les jeans). Leur rôle est de venir terminer la couture de la poche afin de la rendre plus robuste et d’éviter qu’elle ne se déchire.

finition chino

La boutonnière

La boutonnière peut revêtir des aspects divers sur un chino et on trouve sur le marché l’ensemble des formes possibles et imaginables : dissimulée et fermée par un crochet, dissimulée et fermée par plusieurs boutons, traditionnelle, décalée, présence d’un zip, de boutons, etc. Aussi, on pourra exiger la présence de boutons en matières naturelles d’une qualité supérieure (nacre, noix de corozo, corne, bois) lorsqu’on opte pour des modèles au prix plus élevé, quand il faudra forcément s’attendre à du plastique pour les entrées de gamme. Concernant le zip, il vaut mieux se tourner vers des marques connues comme YKK ou RIRI qui sont deux références en zips solides et durables.

Hast Chino Zip

Les passants

La ceinture et ses passants peuvent être un point de divergence d’une marque à l’autre. Si la règle semble s’être fixée sur un nombre de 5, certaines marques jouent la carte de la différenciation en optant pour un nombre plus élevé, parfois pour imager le besoin d’un maintien optimal.

Hast Chino Ceinture

Les poches

Les poches des chinos d’aujourd’hui sont regroupées en deux catégories. D’un côté, on a les marques optant pour des passepoilées, en forme de fente, garantissant un aspect bien plus sobre et élégant. De l’autre celles qui choisissent l’utilisation de rabats, caractéristique clef du chino casual. Dans ce dernier cas, il faudra également rester vigilant sur la qualité des boutons et de leurs coutures. Concernant les sacs de poche, ils doivent être épais pour éviter le fameux trou au fond de la poche (rien de pire pour perdre ses clefs) !

Hast Chino Derriere

La doublure

Caractéristique unique chez de nombreuses marques, la doublure est parfois un point qui permet de donner à un chino une touche d’originalité. En effet, de nombreux modèles présentent aujourd’hui des tissus originaux cachés à l’intérieur de leur pantalon (fleurs, imprimés liberty, etc.) et dans les poches. Ajouté à cela, le soin apporté au choix de leur matière et leur qualité de finition seront des facteurs que l’on ne verra pas forcément de l’extérieur, mais qui témoigneront d’une qualité supérieure.

motif intérieur chino

C. Les différentes coupes de chinos

Il est primordial d’être vigilant sur la coupe des vêtements que l’on porte, car c’est elle qui garantit tout l’aspect visuel et donc l’harmonie d’une tenue. En effet, une coupe qui ne correspond pas à notre morphologie peut vite nuire à l’ensemble d’un look. Contrairement à ce que l’on peut souvent lire, il n’existe pas une coupe mieux qu’une autre. Simplement, certaines coupes seront mieux adaptées à des types de morphologies et à un style particulier. Aujourd’hui, le standard de coupe est le slim, à savoir un pantalon qui ne moule pas la forme des jambes, mais qui les épouse. On a constaté également le retour des coupes regular (ou droites) qui viennent casser la tendance du skinny et du slim. Petit conseil de camionneur : essayez avant d’acheter et veillez à ce que le dernier bouton ne soit pas trop serré car sinon il sautera dès que vous vous assoirez, hein Tommy?).

Look Tommy Chino

Coupe skinny

Il y a quelques années la coupe Skinny était à son apogée (si je vous dis 2007 et la Tecktonik, ça ne vous rappelle rien?). Le terme anglais « skinny » veut tout simplement dire « maigre », en d’autres termes, une coupe plutôt moulante. Même s’il nécessite d’être stretch pour pouvoir être enfilé sans grande difficulté, ce genre de pantalon a la particularité de coller à la peau. On ne peut donc pas tricher, si notre morphologie ne le permet pas, il vaut mieux passer son chemin sur cette coupe. D’ailleurs, en règle générale, on a tendance à la déconseiller, car elle est un peu (trop) moulante. Si l’on devrait résumer sur cette coupe de chino, on dirait tout simplement que c’est le genre de coupe qui ne pardonne pas ! Préférez plutôt une coupe slim, voire semi-slim.

Coupe slim

La coupe slim est l’une des coupes que l’on retrouve le plus souvent sur un pantalon chino. Comme son nom l’indique, cette coupe va épouser et souligner les formes de notre corps de façon naturelle. De ce fait, il ne faut pas oublier qu’elle a tendance à mouler nos cuisses, nos mollets, ainsi que notre fessier. Le slim s’adapte à la grande majorité des morphologies, ce qui veut dire qu’il n’est pas forcément à éviter si l’on a quelques formes à cacher. Dans le cas contraire, il peut bien entendu convenir aux silhouettes fines, voire très fines. Enfin, c’est une coupe de pantalon que l’on retrouve à la fois dans le style chic et le style casual.

Coupe semi-slim

Concernant la coupe semi-slim, il s’agit d’un dérivé du slim, puisque celle-ci se situe plutôt entre une coupe droite et une coupe slim. Elle est idéale si l’on recherche un pantalon étroit au niveau des cuisses, mais pas trop aux mollets et aux chevilles. La coupe semi-slim est la coupe qui met le plus en avant notre silhouette. Notons que la dénomination semi-slim n’est pas forcément facile à repérer parmi les marques qui proposent des chinos, car il est possible de lire sur la fiche produit « slim » alors qu’il s’agit en réalité d’un semi-slim. Le mieux est d’essayer en boutiques. Si ce n’est pas possible, il reste la possibilité de commander en ligne et de renvoyer le chino si la coupe ne vous convient pas, car il est inutile de garder une pièce si l’on y est pas à l’aise !

Coupe droite

Pour ma part, c’est la coupe que je préfère, mais c’est également celle des premiers chinos (en moins large bien évidemment). Autrement appelée coupe regular par certaines marques, cette coupe, comme son nom l’indique, a la particularité d’adopter une forme droite de la taille jusqu’aux chevilles. Elle reste la coupe la plus classique, mais également la plus intemporelle. Comme la coupe slim, mais de façon plus universelle, on peut dire que le chino droit correspond à l’ensemble des morphologies. L’ouverture de jambe étant légèrement plus large, ce type de chino peut parfaitement être porté avec une paire de sneakers ou encore une paire de workboots. Enfin, c’est une coupe idéale en été, puisqu’en plus d’être plus confortable qu’un slim, le chino ne collera pas vos mollets et vos chevilles !

Coupe loose

Et on termine avec la coupe loose, une tendance que l’on retrouve de plus en plus aujourd’hui parmi les marques proposant des chinos. Pour un style workwear ou même streetwear, cette coupe affirme le caractère de la pièce et reflète l’héritage de ses origines militaires. Tout comme la coupe regular, le chino loose est confortable en été puisque la matière ne colle pas notre peau et laisse passer l’air. Comme l’ouverture au niveau du bas du pantalon est plus conséquente, on conseille de faire quelques revers pour éviter de donner une impression de « surplus de matière ». À noter que certaines marques proposent soit des pantalons loose avec une ouverture à la cheville plus étroite, soit une coupe loose 7/8ème.

4. Comment porter un chino ?

A. Style casual/chic

Le chino casual/chic peut se rapprocher d’un pantalon de costume par ses caractéristiques, la confusion est aujourd’hui telle qu’il peut même comporter des pinces. Il est ajusté, fait d’une matière satinée ou à partir de flanelle et peut se porter avec toutes vos chaussures de villes. Peu importe réellement la couleur, car tout est dans l’association que vous en ferez. C’est avant tout le rendu et les détails qui font la différence ici. Ainsi, cela peut par exemple être l’absence de bouton sur les poches arrières, une fermeture à crochets (du moins, une boutonnière invisible ou une patte de boutonnage) ou le soin apporté aux coutures qui donneront à un chino plus d’élégance. On le porte idéalement avec des derbies, une chemise, un blazer et on peut oser le dépareiller. Que ce soit pour aller au travail ou même pour s’habiller à un mariage, le chino élégant peut représenter une bonne alternative aux pantalons classiques.

Idées de looks :

look place vendome marche

Look complet : Place Vemdôme
 

Look denim chic

Look complet : Denim chic

B. Le style casual

C’est le plus commun des chinos, celui que l’on trouve partout ! Que l’on s’y sent confortable pour marcher toute une journée, sauter, jouer, danser (ce que vous voulez en fait). On peut le retrouver autant dans une coupe slim que droite avec une matière autant épaisse que fine (tout dépend de la saison). On peut le porter avec tout, pour quasiment toutes les occasions du temps qu’elles ne soient pas trop formelles, et dans toutes les couleurs. La tendance est tout de même orientée vers des couleurs classiques et sobres (beige, bleu marine, noir, kaki, etc.), mais on peut également tenter des couleurs qui sortent de l’ordinaire (corail, moutarde, etc.). A vrai dire, c’est LE pantalon hybride par excellence !

Idées de looks :

Look chino casual

Look complet : Une heure au 25hours Hotel
 

Look Tom Table

Look complet : Where is Tom ?

C. Le style workwear

Le chino est souvent beaucoup plus rigide car il est fait dans un coton plus épais, généralement en twill. On le trouve souvent dans une coupe Tapered, voire regular ou encore loose (comme les premiers chinos). Il comporte également des détails que l’on peut retrouver sur les jeans : tissu selvedge, « coin pocket » et multiples passants de ceinture. Pour le porter, on se tournera vers des pièces texturée issues du style workwear : chemises en jean, chemises en chambray, t-shirt épais, chemises à carreaux, chemises en flanelle, une bonne paire de boots ou de baskets. le genre de style aux antipodes du formel !

Idées de looks :

Look Contreplongee Profil

Look complet : La base
 

look indigo ruelle

Look complet : Bleu indigo

5. Où trouver des chinos ?

Pour vous aider dans votre quête du chino, on vous propose de découvrir une liste exhaustive de marques classées en fonction de leur gamme de prix (et par ordre croissant dans chaque gamme) !

JAQK Chino

A. Marques de chinos d’entrée de gamme (de 59€ à 89€) :

Arket

Marque suédoise lancée en 2017 par le groupe H&M qui propose de bons basiques abordables. Arket a développé plusieurs coupes de chinos allant du simple slim au loose en passant par le regular et le stretch. Comptez 59€ pour une coupe droite (les chinos les plus abordables de notre sélection). La marque n’ayant pas encore de boutique en France, n’hésitez pas à commander deux tailles et de renvoyer celle qui ne correspond pas. Pour avoir vu le modèle « Work Trousers », je peux confirmer que la qualité est bien présente et que l’on en a pour son argent !

Site : www.arket.com

Carhartt

Un classique, sûrement l’une des marques qui propose le plus de modèles et de coupes différentes de chinos sur le marché. Pour ma part, c’est une marque indétrônable en ce qui concerne les chinos. Robustes et durables, les miens ont facilement traversé les années sans prendre une ride (ou presque). Mention spéciale pour le modèle Club Pant, une coupe droite légèrement Tapered qui s’adapte et se porte tout au long de l’année. Les prix des chinos carhartt débutent à 69€ et s’étendent jusqu’à 109€.

Site : www.carhartt-wip.com

Dockers

Une marque connue et reconnue dans l’univers du chino. Elle propose également un large choix de coupes et de coloris. Pour nous aider dans notre choix (tant il y en a), Dockers a réalisé un guide plutôt intelligent, puisqu’il donne des informations sur les tailles et les coupes de tous leurs chinos. Le premier prix se situe aux alentours de 75€, comptez plus d’une centaine d’euros pour un modèle plus travaillé.

Site : www.dockers.com

LePantalon

Comme son nom l’indique, la marque française a fait du pantalon sa spécialité. Ainsi, on va retrouver un large choix de bas, comme le fameux chino. Proposant un prix unique de 79€, les chinos sont bien montés et dotés de belles finitions (comme des motifs originaux à l’intérieur des pantalons). LePantalon propose des pièces à la fois casual et casual/chic déclinées parmi plus de 20 coloris différents.

Site : www.lepantalon.fr

Paname Collections

Une jeune marque française qui propose uniquement des basiques du vestiaire masculin. Pièce maîtresse de notre dressing, on retrouve bien évidement des chinos parmi l’offre de Paname Collection. Proposant un système du direct au consommateur, la marque propose un nombre limité de pièces. Pour cet été, elle a sorti le modèle Paco, décliné en cinq coloris. Même si ce n’est pas forcément évoqué sur le site internet, la coupe est plutôt fuselée, donc on est plutôt sur une coupe semi-slim. Niveau composition, hormis le coton, il y a 2% d’élasthanne. Petit bonus : toucher peau de pêche !

Site : www.panamecollections.com/

Octobre

Le pendant masculin de Sézane se positionne comme casual, voire casual/chic donc autant dire que la marque propose des chinos parmi ses pantalons. Classiques et sobres, les chinos sont bien coupés et sont à la fois élégants et décontractés. Le petit plus d’Octobre reste les mises en situation des pièces sur leurs fiches produits ! Ainsi, il n’est pas difficile de se faire rapidement une idée de la coupe et de la matière. Comptez 85€ pour le modèle classique.

Site : www.octobre-editions.com

Maison Standards

Une marque française fondée en 2012 qui proposent des basiques pour hommes et pour femmes. Chez Maison Standards, on retrouve les coupes habituelles de chinos comme le slim, le semi-slim et le stretch. Même si la majorité des pantalons est en twill de coton, certains sont en flanelle et même en Seersucker ! Au niveau des coloris, ceux-ci sont plutôt classiques: bleu marine, kaki, gris, beige. Comptez en moyenne 85€ pour un chino classique et 95€ pour un pantalon cargo.

Site www.maisonstandards.com

Levi’s

Comme pour l’histoire du jean, Levi’s est également une marque qui a joué un rôle dans celle du chino. Aujourd’hui, on peut en trouver aux alentours de 90€ si on se penche du côté du modèle 502 True Chino : une coupe semi-slim déclinée en cinq coloris (kaki, bleu marine, beige, corail et noir). La marque propose aussi une autre alternative avec le modèle 512, qui est à mi-chemin entre un chino et un jean classique. Si votre budget vous le permet, n’hésitez pas à aller faire un tour sur les lignes premium de Levi’s : Vintage Clothing et Made & Crafted. On peut y trouver de très belles pièces avec de plus belles finitions que la ligne classique de la marque.

Site : www.levis.com

B. Marques de chinos de milieu de gamme (de 115€ à 170€) :

Balibaris

Comme beaucoup d’autres marques sur le marché, Balibaris a fait le choix de se spécialiser dans le prêt-à-porter pour homme en proposant également des basiques du vestiaire masculin. Ils proposent leur version du chino à 115€, le modèle Paul. Sous coupe fuselée, on comprend semi-slim, meilleure compromis entre une coupe droite et une coupe slim. Un chino classique, confectionné au Portugal dans une gabardine de coton et décliné en 10 couleurs différentes. A noter que la marque propose deux versions plus habillées, le Kent dans une toile légère et le Steven avec une taille elastiquée et en laine (le Pablo est le même pantalon mais il est fait à partir de coton). il faudra tout de même prévoir un budget plus important pour acquérir ces dernières.

Site : www.balibaris.com

Asket

Une marque que je suis depuis leur début et dont j’apprécie la qualité de leurs pièces. Quand on connait la transparence de leurs produits, on ne peut que commander les yeux fermés (ou presque). A l’image de la simplicité de la marque, on retrouve seulement trois coloris de chinos : beige, bleu marine et noir. La marque a opté pour une coupe Tapered donc ample au niveau des cuisses et resserré vers le bas du pantalon. Même s’il faut tout de même compter 120€ pour acquérir l’un de leurs chinos, ça reste un investissement plutôt intéressant quand on a conscience de la qualité des pièces de chez Asket.

Site : www.asket.com

Drapeau Noir

Depuis les débuts, la marque a évolué et propose aujourd’hui plusieurs pantalons dans des matières intéressantes. Même si on connait davantage la marque pour ses pantalons en fresco ou en flanelle de laine, Drapeau Noir a travaillé sur sa propre version du chino. Parmi les nouveaux produits de la nouvelle collection, on notera que la marque a conçu un chino semi-slim en twill de coton et que les poches arrières sont dotées d’un rabat. Un petit détail faisant directement référence à l’héritage de la pièce, ce qui lui donne du caractère. Les trois chinos sont vendus au prix de 95€, alors que pour les autres matières, il faudra tout de même débourser 150€ en moyenne.

Site : www.drapeau-noir.fr

NN07

On trouvera chez NN07 des chinos sobres avec de belles finitions pour un prix moyen avoisinant les 130€. Les matières et le montage sont correctes, mais c’est surtout le choix que l’on vient chercher auprès de la marque. Habillés ou casual, il y a des chinos pour tous les goûts !

Site : www.nn07.com

Homecore

La marque française Homecore s’est peu à peu tournée vers un style workwear. On retrouve donc des coupes plutôt regular, voire loose pour certains modèles. On aime particulièrement certains coloris de la marque comme la teinte Gazon ou encore la teinte Chili. Des chinos qui sortent un peu de ce que l’on a l’habitude de voir sur le marché. Côté prix, ils s’étendent de 135€ à 175€.

Site : www.homecore.com

Norse Projects

Sûrement les chinos que le préfère ! La marque danoise propose une sélection épurée composée de basiques du vestiaire masculin. Même si l’offre tend aujourd’hui peu à peu vers le techwear, Norse Projects continue à proposer des pièces qui ont tant participé à sa renommée. On peut citer le chino Aros, aujourd’hui décliné en plusieurs coloris, épaisseurs (light et heavy) et coupes (slim et regular). Pour en avoir eu plusieurs dans mon dressing, je peux confirmer que la qualité est présente. Le Aros Heavy est vraiment robuste. Pour l’été, on préféra la version light en twill de coton léger ! Il faut Compter 140€ pour l’achat d’un chino Aros.

Site : www.norseprojects.com

Bleu de paname

Marque workwear qui a soufflé sa dixième bougies en 2019. Au fil des ans la marque a developpé ses produits et propose aujourd’hui un large choix de pantalons allant du simple chino coupe slim (le Civil Pant) au Fatigue Pant en passant par les pantalons loose comme les Treillis. On va chez Bleu de paname pour trouver un pantalon ample, comfortable et de qualité. Pour sa nouvelle collections prinptemps/été 2019, la marque a développé des pantalons en coton ripstop, allez voir, ça vous le coup d’œil ! Concernant les prix, ils vont de 140€ à 190€ (pour les pantalons issus de la capsule des 10 ans de la marque).

Site : www.bleudepaname.com

C. Marque de chinos haut de gamme (de 210€ à 280€) :

APC

A.P.C est l’une des premières marques en France à concevoir des pièces basiques de qualité. Même si acheter une pièce peut paraitre être un vrai investissement pour certains, il faut reconnaître que la marque maitrise parfaitement l’art de la simplicité et de la sobriété. Les matières, les finitions et les coupes, tout y est bien pensé. Comme pour ses fameux jeans brut, la marque propose plusieurs modèles de chinos avec des coupes et des matières différentes. Le chino classique décliné en beige et en bleu marine est à 180€. Pour les autres modèles, on peut très vite se rapprocher de la barre des 200€.

Site : www.apc.fr

ACNE

Aujourd’hui, la marque suédoise s’oriente davantage vers des collections que l’on pourrait qualifier de « créateurs », c’est-à-dire des pièces fortes avec un design réfléchi et innovant. Ainsi, on retrouvera chez ACNE des coupes plutôt amples laissant la place au confort. Même si certains modèles restent sobres, d’autres sont au contraire plus originaux. Le premier prix chez ACNE se trouve aux alentours de 200€.

www.acne.com

Incotex

Incotex est une marque faisant partie du groupe Slowear. Leur philosophie est la suivante : chaque marque est hautement spécialisée et produit un seul type de vêtement. C’est donc clairement le cas avec Incotex. On retrouve la qualité des pièces italiennes comme la coupe, le choix des matières, mais surtout le savoir-faire nécessaire pour concevoir un chino de qualité. La ligne 1951 comprend des modèles slim, semi-slim et droit adaptés à un style casual/chic (prix moyen 320€). Pour les adeptes de pièces vintage, il y la ligne Archivio, qui comme son nom l’indique, s’inspire des archives de la marque pour ses modèles de chinos (230€ en moyenne). Et enfin, pour un public plus urbain et jeune, la marque a développé la ligne Slacks qui regroupe quant à elle des chinos plus classiques, plutôt adaptés pour un style casual.

Site : www.slowear.com

Orslow

Et on termine avec la marque japonaise Orslow. Une très belle marque à l’esprit workwear qui propose de très belles pièces confectionnées au Japon. Twill, ripstop, on est clairement dans l’héritage et le savoir-faire ! Même si la marque propose plutôt des coupes de chinos loose, on peut tout à fait trouver des coupes droites et même semi-slim. Malheureusement, il est difficile de trouver des pièces de chez Orslow, mais il reste la possibilité d’aller faire un tour chez Jinji à Paris ou de rechercher sur le web des sites distributeurs.

 

10 marques de chinos à connaître

Si vous souhaitez ajouter votre pierre à l’édifice (car on n’a pas énuméré toutes les marques qui proposent des chinos), n’hésitez à nous suggérer des marques qui proposent de bons et robustes chinos en commentaire ! :)

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles