JAQK, la marque des Gentlemen Joueurs

Depuis que le camion arpente les routes de la mode, de nombreuses marques ont vu le jour. Si certaines ont prospéré, d’autres se sont hélas éteintes avant de sombrer dans l’oubli. Pour celles restantes, il leur a alors fallu développer une image propre et singulière, savoir se remettre en cause et continuer à évoluer. Se différencier de la concurrence passe par l’élaboration d’une collection dont chaque pièce qui la compose reflète les valeurs de la griffe, valeurs auxquelles nous pouvons aisément nous identifier. Depuis quelques saisons maintenant, on s’intéresse de près à une jeune marque française, JAQK, qui a eu cette capacité à s’adapter au marché. Présente de plus en plus dans nos articles, on a voulu savoir ce que valait sa toute nouvelle collection. Voici notre avis :

JAQK Blazer

1. La marque

L’histoire de JAQK débute en 2010. Elle naît de l’initiative de six amis originaires de Lille qui aiment se retrouver pour partager de bons moments ensemble. Ils commencent à réfléchir à une marque de mode qui s’inspirerait de leur amitié et personnalités respectives. Deux ans plus tard, JAQK (acronyme de Jack, Ace, Queen, King) voit donc le jour : une griffe masculine avec comme point central la bande de potes. Elle présente alors une collection complète composée de basiques et de pièces essentielles pleinement contemporaines que ce soit au niveau du choix des matières ou des couleurs. La majorité de la production est réalisée en Europe confirmant le soin apporté aux finitions et le souci du détail des produits de la marque.

JAQK Peyton Logo

2. La collection

À son lancement en 2010, JAQK se positionne dans un univers plutôt atypique pour le monde du prêt-à-porter : le poker. Les collections tournent alors autour de quinte flush, de carré, de check et de bluff. Si la période se veut propice à un engouement pour ce jeu de cartes, la hype autour du poker se calme quelque peu et la marque décide alors de s’en éloigner tout en gardant comme fond cet univers. Désormais, la collection s’adresse davantage à une bande de potes épicuriens et liés par le partage de moments de vie importants. Oscillant entre le casual et l’habillé, la marque offre tantôt des blazers, des chemises et des gilets, tantôt des chinos, des jeans, des sweats et des t-shirts ou de plus petits accessoires. Son vestiaire forme alors un ensemble cohérent où la plupart des pièces sont complémentaires, nous permettant ainsi de réaliser une pluralité de tenues.

3. Test

C’est en partant de ce constat de vestiaire complémentaire que nous nous sommes affairés à présenter la collection au travers de quelques produits plutôt que de nous arrêter sur une seule et unique pièce. Pour ce faire, nous avons sélectionné sept vêtements siglés JAQK afin de réaliser des tenues. Nous nous sommes toutefois arrêtés uniquement sur quatre produits qui nous semblaient être les plus pertinents à détailler. Voici donc ce que nous avons pensé d’un blouson, d’une veste, d’un jean et d’un chino à l’as de pique brodé :

A. Blouson « Peyton » camel

Les beaux jours approchant, une des quêtes stylistiques qu’il va falloir bientôt suivre est sans aucun doute la recherche d’un nouveau blouson pour la mi-saison. Mais entre nous, le choix peut devenir vite compliqué lorsqu’on voit le nombre de modèles différents. Difficile de choisir alors entre une pièce type bomber avec une toile synthétique ou bien une en cuir lisse au risque de voir toutes ses économies disparaître. Cela dit, il existe certains vêtements qui allient les points forts de modèles différents et auxquelles on ne pense pas forcément de prime abord.

JAQK Peyton

Blouson Peyton : 330€ | Gilet Costes : 130€ | Chemise Laurier Kimi : 95€

On démarre donc cette review par un blouson. Certains s’en souviennent peut-être, j’avais pu tester au travers d’un de mes looks le blouson « Mac » de la marque. J’avais alors vraiment apprécié son tombé et son look rétro / habillé. Quand nous avons sélectionné les pièces pour réaliser cet article, j’ai immédiatement saisi l’occasion pour tester l’alternative de cette pièce que propose JAQK. Voici donc le Peyton, également en velours de chèvre. Il arbore cette même teinte camel qui est, il faut le dire, vraiment réussie. Il bénéficie de bords côtes au niveau des poignets mais également aux hanches.

JAQK Peyton Col

Deux poches en biais viennent habiller la face avant du blouson. La fermeture Éclair YKK nous amène inexorablement vers le col du Peyton. Clairement emprunté au blouson Harrington, il se tient debout et est muni de deux boutons ainsi que d’un bord côte à l’intérieur. Le blouson est entièrement doublé grâce à une toile marron en 100% polyester. Chacun de ses pans bénéficie d’une poche : celle de gauche est zippée alors que celle de droite est boutonnée.

JAQK Peyton Matiere

Essayage et avis

Comme pour le « Mac » de mon look, j’ai commandé ce « Peyton » en taille M, ma taille habituelle. Pas de grosse surprise donc à réception : la carrure est bonne ainsi que le fit. Le cuir est vraiment beau et semble être de qualité. Il donne immédiatement un côté vintage des plus appréciables au blouson qui semble alors tout droit sorti des années 70. Sa teinte camel lui permet de parfaitement se marier avec des pièces aux teintes bleutées mais il peut tout à fait matcher avec un chino kaki par exemple. En somme, pas vraiment de défaut à mon sens si ce n’est son col (je préfère personnellement celui du « Mac ») .

JAQK Peyton Detail

B. Jean brut

Difficile de prendre le vestiaire masculin dans son ensemble sans trouver au moins un jean. Depuis sa création, le denim nous suit partout tel un fidèle compagnon, lors d’un premier date comme pour un apéro afterwork. Qu’il soit brut ou bleached, droit ou fuselé, épais ou non, le jean reste notre pantalon préféré, celui dans lequel on se sent à l’aise partout et en toutes circonstances. C’est donc de ce constat qu’est parti JAQK pour réaliser son jean.

JAQK Jean

Jean brut : 100€

Ce dernier se pare d’une toile 100% coton étonnamment souple et fluide. Son denim est dit brut, ce qui signifie qu’il n’a pas été ni rincé, ni poncé une fois teint. Pour le reste, et comme pour n’importe quel jean classique, ce jean JAQK Goldman possède tous les petits détails d’une pièce standard. Ainsi, il se ferme à l’aide de cinq boutons en métal gravés de la devise de la marque : « Bande de joueurs ». Les trois poches avant (il possède une poche ticket) sont toutes fermement maintenues par des rivets. L’ensemble des coutures est obtenu à l’aide d’un fil ocre ; coutures qui sont d’ailleurs parfaitement réalisées.

JAQK Jean Close

Passons à l’intérieur du jean. Au niveau de la ceinture, JAQK y a cousu un très fin liseré marine où y est brodé en fil rouge (la couleur fétiche de la marque), le logo JAQK, un as de pique. On retrouve ce fil rouge sur le montage de la braguette mais également tout le long de la jambe. Les sacs de poches sont réalisés dans un tissu de coton marron et sont parfaitement montés.

Essayage et avis

Si je connais maintenant le sizing JAQK pour les hauts, je suis plus dans le flou pour les pantalons. N’écoutant que mon courage, j’ai alors commandé ce jean dans ma taille habituelle, à savoir le 32. Et là encore, pas de surprise à réception : le jean me va comme un gant ! La marque le présente comme une pièce ayant une coupe droite. Une fois porté, je pencherais davantage pour une coupe appuyée, proche d’un slim : les cuisses sont relativement étroites et son ouverture à la cheville est de 17 centimètres. D’un point de vue style, sa teinte lui permet de s’associer avec quasiment n’importe quelle pièce sans craindre la fausse note. Un bon petit jean à 100€ tout pile, parfait pour tous ceux qui cherchent une pièce de qualité mais ne venant pas forcément de chez un jeanner de renom.

JAQK Jean Revers

Boots Rudy’s : 149€

JAQK Jean Matiere

JAQK Jean Couture

C. Blazer « Garros » coco

Quand on y pense, on peut aisément considérer le blazer comme le parfait remplaçant d’un costume. Parfait compromis entre tenue décontractée et ensemble formel, il fait le pont entre ces deux univers et associe les qualités de chacun. Pouvant se porter dans différents styles, il s’est imposé comme la veste passepartout que l’on se doit d’avoir dans sa penderie. Proposant un dressing entre habillé et décontracté, JAQK était bien obligée d’en proposer au moins un. Nous avons alors jeté notre dévolu sur son modèle Garros finition coco.

JAQK Blazer Elephant

Blazer Garros Coco : 270€ | Pull « Game » marine : 90€ | Chino Slack beige : 90€

Comme pour le test d’un costume, je me suis en premier lieu intéressé à la toile utilisée par la marque pour le confectionner. Cette dernière nous informe avoir utilisé un tissu seersucker mais je dirais que nous sommes davantage en présence de quelque chose l’imitant ; premièrement parce que c’est un mélange (97% coton, 2% polyester et 1% élasthane) mais surtout parce qu’il ne présente pas d’alternance de rayures ; caractéristique typique de ce genre de tissu. Quoiqu’il en soit, la toile semble légère et donc idéale pour des chaleurs relativement hautes.

JAQK Blazer Revers

Sur sa face avant, JAQK lui a cousu des poches plaquées lui donnant immédiatement un côté sport. Pour continuer sur cette lancée, les épaules ne possèdent aucun padding. À l’intérieur, on remarque que ce « Garros » n’est qu’en partie doublé et qu’un voile en 100% viscose recouvre uniquement les omoplates. Cette doublure présente un motif alternant rayures bleues et rouges, lui asseyant ainsi son style sport. Ce tissu est d’ailleurs repris pour réaliser les salières mais également les passepoils des deux poches intérieures du pan gauche ainsi que la fermeture de la poche droite. Enfin, pratiquement chaque couture bénéficie d’un liseré rouge.

Essayage et avis

Max a commandé cette veste en 52, qui est devenue sa taille habituelle à force de soulever des montagnes de fonte. Le tombé d’épaules est impeccable (on souligne d’ailleurs l’abscence de padding, qui aurait donné l’impression d’une veste à épaulettes dans le cas contraire). Sa coupe cintrée permet de parfaitement épouser sa morphologie sans pour autant l’exagérer. Une fois sur le dos, ce blazer se fait rapidement oublier, ce qui s’explique principalement par le fait de l’utilisation de cette toile légère et fluide ainsi que d’un doublage réduit de moitié. Mais même si il peut être considéré comme un point fort, c’est au final ce tissu qui pèche sur ce « Garros ». En effet, il a tendance à froisser très rapidement. On aurait également apprécié un prix légèrement plus faible.

JACK Blazer Col

D. Chino « Slack » beige

On termine cette vue d’ensemble de la nouvelle collection JAQK par un autre incontournable du vestiaire masculin : le chino. Longtemps décrié, il s’impose désormais comme le pantalon de la belle saison et ce depuis plusieurs années. Toutes les marques s’y sont essayées, avec de bons et de moins bons résultats. Au camion, on peut se targuer d’en avoir vu défiler, on sera donc intransigeant avec ce « Slack ».

JAQK Chino Resizing

Chino Slack beige : 90€

Et on commence son inspection en s’intéressant à sa toile. Au touché, cette dernière est vraiment très douce, très veloutée et se rapproche d’un tissu peau de pêche. Niveau composition, nous sommes en présence d’un tissu avec 98% de coton, le reste étant obtenu avec de l’élasthanne pour plus de confort. Cependant, j’ai beau tirer sur la toile pour vérifier si cette dernière ne risque pas de se détendre, elle ne bouge pas.

JAQK Chino Poche Arriere

Passons maintenant aux détails qui composent ce pantalon. Son avant est relativement classique : deux poches italiennes, une fermeture avec un zip et deux boutons en corne (dont l’un est invisible) et une poche ticket quasiment imperceptible. À l’arrière, on retrouve deux poches passepoilées et fermées chacune par un bouton en corne. On distingue que leur intérieur est doublé du tissu Slater, toile emblématique de la marque. On le retrouve d’ailleurs sur l’intérieur de la ceinture ainsi que sur certaines coutures. Enfin, les sacs de poches sont réalisés dans un tissu blanc ivoire.

Essayage et avis

Max a choisi ce « Slack » en taille 40, celle qu’il porte habituellement. Une fois enfilé, il a été agréablement surpris par le confort procuré par la toile. Si la présence d’élasthanne nous a quelque peu fait grincer des dents de prime abord, on remarque qu’elle est au final salutaire et ne se fait que peu sentir. Les finitions sont impeccables et donnent le sentiment d’être en présence d’une pièce de bonne facture. Un chino parfait donc, enfin presque. En effet, ce « Slack » présente une coupe droite. Si elle est idéale au niveau des cuisses, on la trouve finalement trop ample au niveau des mollets. Certes, ce n’est qu’une affaire de goût (et de morphologie) mais on l’aurait préféré un poil plus fuselé.

JAQK Ensemble

JAQK Chino Ourlet

Desert boots Rudy’s : 89€

JAQK Ensemble 3

JAQK Ensemble 2

4. Avis

Quand on la prend dans son ensemble, JAQK a de quoi séduire. La jeune marque propose un beau vestiaire, bien construit et intelligent qui permet bon nombre de tenues. La construction est à chaque fois sérieuse et donne l’impression d’être en présence de pièces de qualité dans des prix qui restent abordables. Comme pour les présentations de marque précédentes, nous avons réalisé un petit classement allant de la pièce qui nous a le plus séduite à celle qu’on a le moins apprécié. En haut du podium, on retrouve étonnamment le jean, qui a su nous convaincre grâce à une bonne toile, une coupe idéale et un montage parfait le tout sans révolutionner le milieu et, surtout, à un tarif raisonnable. Vient ensuite le chino, qui aurait occupé la première place avec une coupe plus ajustée (ce qui reste encore affaire de goût et de morphologie) puis le blouson et enfin le blazer. En somme, cette review nous confirme tout le bien que l’on pensait de JAQK : une marque qui a su évoluer et s’affirmer au fil des saisons en prenant du recul pour gommer certains de ses défauts afin de proposer un vestiaire de plus en plus intéressant.

Plus d’infos sur : www.jaqk-store.com

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles