L’histoire du chino

Pièce phare du style workwear, mais plus largement du style casual, le chino, tout comme de nombreuses pièces du vestiaire masculin est un vêtement d’origine militaire. Conçu à partir d’une toile en sergé de coton, le chino (ou «Khaki» pour certains) est beaucoup plus léger qu’un jean, ce qui lui permet d’être porté tout au long de l’année (sans modération). Aussi versatile qu’un jean, on constate que cette pièce fait désormais partie intégrante des basiques à avoir dans son dressing. Même si l’on avait rapidement évoqué son origine et son histoire dans notre article « Comment choisir un chino ?« , on n’a jamais pris le temps de rédiger un article à ce sujet. Pourtant, il y a tant à dire sur cette pièce, alors, reprenons depuis le début :

Hast Chino Look

Sommaire :

1. L’origine du chino
A. «Khaki» ou «chino» ?
B. Naissance du kakis par l’armée britannique
C. Le chino vu par l’armée américaine
2. De la démilitarisation à la démocratisation du chino
A. La fin de la Seconde Guerre Mondiale
B. G.I Bill : l’apparition du chino dans les grandes universités américaines
C. Les icônes de mode
3. Le chino aujourd’hui

Comment choisir et porter un pantalon chino ?

1. L’origine du Chino

A. «Khaki» ou «chino» ?

Avant tout de chose, il est important de rappeler la différence entre Khaki et Chino. Même si aujourd’hui ces deux dénominations veulent dire exactement la même chose, il fût un temps où ce n’était pas le cas. Pour le commun des mortels, le kaki est une couleur, alors que le chino est plutôt un style de pantalon. La grande majorité évoquera le mot chino pour désigner ce type de pantalon coloré. La raison pour laquelle il existe deux noms différents est le simple fait que ce pantalon soit apparu à deux endroits différents : le premier en Inde par l’armée britannique et le deuxième de l’autre côté de l’Atlantique dans l’armée américaine.

Scavini Chino Porte Trois Quart Bon

B. Naissance du kaki par l’armée britannique

L’histoire du chino remonte en 1848 (durant la période coloniale) où le Pakistan actuel était alors colonisé par l’armée britannique. Sir Harry Lumsden, un officier britannique d’un regiment d’infanterie et de cavalerie alors mécontent de l’uniforme militaire de ses troupes indiennes décida de les teindre en khaki (ou kaki). À cette époque, les officiers de l’armée britannique portaient une veste en laine rouge ainsi qu’un pantalon blanc. Une tenue qui était plutôt chaude, mais surtout très visible. Quant aux soldats, ils étaient vêtus de blouse de couleurs vives et d’un pantalon en coton assez ample. Même si cet uniforme tenait moins chaud, le problème de camouflage était bel et bien présent.

histoire chino khaki

À l’époque, les costumes étaient plutôt élégants certes, mais ils n’étaient pas adaptés au climat et surtout (très) visibles.

Ainsi, Sir Harry Lumsden décida de créer un nouvel uniforme répondant à la problématique de la température et celle de la visibilité. L’uniforme était réalisé dans un coton croisé léger, résistant et teinté de couleur kaki. Même si l’armée britannique importait le tissu teinté d’Angleterre, la légende dit que lorsqu’il n’y avait plus de ravitaillement, les hommes teignaient leur pantalon blanc avec du café, du thé, du jus de tabac et même du curry. S’ils n’avaient aucune de ces substances sous la main, il restait la possibilité de salir artificiellement leur uniforme avec de la saleté, voire même de la terre. Le mot « kaki » signifie « couleur du sol » en hindi (langue indo-européenne, issue d’une standardisation des langues hindoustanies).

armée britannique khaki

Naissance du khaki : un pantalon en sergé de coton léger, souple et ample.

C’est seulement à partir de 1902 que le khaki fût officialisé comme uniforme. Il fût adopté par l’ensemble des troupes présentes en Inde et plus largement par tout l’empire britannique. Une couleur que l’on retrouvera d’ailleurs au sein d’autres armées avant d’être standardisée dans le monde entier.

C. Le chino vu par l’armée américaine

De l’autre côté de l’Atlantique, le pantalon en sergé de coton fait son apparition sur le continent américain durant la guerre hispano-américaine. L’armée américaine portait déjà un uniforme kaki, mais celui-ci était confectionné en laine, il tenait donc particulièrement chaud. Les soldats américains stationnés aux Philippines ont donc rapidement préféré adopter des vêtements en coton et les ont ramené aux Etats-Unis. C’est pourquoi, on retrouvait au début du XXème siècle dans les troupes américaines un pantalon droit importé de Chine. On suppose que c’est pour cela que les soldats américains ont commencé à appeler ce vêtement « chinos », signifiant « chinois » en espagnol.

origine chino armée américaine

Souriez ! Ne sont-ils pas beaux avec leur chino ?

C’est en 1902 que les Marines portèrent le chino de façon plus officielle devenant alors l’uniforme kaki des troupes américaines (durant les exercices et les combats). Il était d’autant plus confortable en été ou dans les climats tropicaux. Au fil des décennies, différents corps de l’armée américaine vont adopter le fameux kaki. À commencer par les aviateurs qui vont délaisser leurs vêtements blancs (souvent tachés) pour adopter à leur tour le kaki. En 1931, c’est au tour des sous-mariniers de la marine. On notera que durant la Seconde Guerre Mondiale, l’ensemble de l’armée américaine (toutes branches confondues) portera le kaki comme uniforme de service d’été dans les climats tempérés.

US army D Day

L’armée américaine opte également pour le chino ! (crédit photos : AFP photo, Getty Images)

2. De la démilitarisation à la démocratisation du chino

A. La fin de la Seconde Guerre mondiale

Lorsque la guerre se termina, d’anciens combattants continuèrent de porter dans leur vie civile certains vêtements militaires comme le t-shirts blanc et notre fameux chino kaki. D’une matière souple et d’une coupe ample, ce type de pantalon restait tout de même discret, pouvant alors être porté hors de son contexte initial. Les stocks de surplus militaires étant importants après la guerre, les chinos fût vendus à la population. Force est de constater que ce fût un fort succès au près du grand public ! Peu à peu, le chino va se démilitariser pour être porté par la population civile.

Levi's Vintage Clothing Cinch Back Pants

Levi’s Vintage Clothing

Reproduction d’un pantalon Levi’s des années 1950

B. G.I Bill : l’apparition du chino dans les grandes universités américaines

Bien sûr, ce n’est pas uniquement ce facteur qui va démocratiser le fameux chino ! En effet, l’un des plus importants reste l’affluence massive des anciens combatants américains dans les universités. Il faut savoir, qu’aux Etats-Unis, il existait ce que l’on appelle la G.I Bill, une loi éditée en 1944 donnant de nombreux avantages aux anciens GI de l’armée américaine ayant combattu durant la Seconde Guerre Mondiale. Elle va notamment réduire considérablement les frais de scolarité, ce qui va permettre aux vétérans de pouvoir réaliser des études sans être freinés par le facteur prix. C’est ainsi que l’on va retrouver le chino au sein des prestigieuses universités américaines (pour la plupart très sélectives). À partir des années 50, le chino sera d’ailleurs la pièce maitresse du style preppy, un courant de mode lancé par l’upper class de la Côte Est des États-Unis. Le style éphémère représentait un milieu social aisé étudiant dans les grandes universités américaines. Le film Love Story sorti en 1970 illustre parfaitement ce mouvement. D’ailleurs, peu de temps après la sortie de ce long métrage, Ralph Lauren lança l’une de ses premières collections autour du style Preppy.

GI bill american university

Étudiants et anciens GI à l’Université de l’Iowa en 1947. Cette même année, 60% des effectifs de l’université de l’Iowa étaient composés d’anciens combattants. (crédit photos : Margaret Bourke-White/Time Life Pictures/Getty Images)

C. Les icônes de mode

Comme pour beaucoup d’autres vêtements, la musique, le cinéma ou encore la littérature vont jouer un rôle important dans la démocratisation de ce pantalon en coton. Grâce aux célébrités hollywoodiennes des années 50 et 60 telles que le célèbre Steve McQueen, Marlon Brando ou encore l’icône américaine James Dean (et bien d’autres d’ailleurs) le chino va véritablement marquer l’histoire de la mode et devenir un basique incontournable du dressing masculin.

Marlon Brand chino

Marlon Brando portant un chino en 1949 (crédit photos : Edward Clark)

la grande évasion

Steve McQueen dans La Grande Évasion (1963)

James Dean chino

James Dean vêtu d’un chino et d’une paire de baskets blanches

Au fil des décennies suivantes, les chinos vont se faire plus discrets et plus rares. Bien sûr, ils ne disparaissent pas pour autant de la circulation, mais ils vont être peu à peu mis de côté par les nouvelles générations qui trouvent ce pantalon ringard (et oui, les tendances changent). À l’époque, les jeunes hommes ne souhaitaient pas forcément porter le même genre de vêtements que leur cher père et que la génération précédente. On avait une image vieillissante de la pièce, le plus souvent, on imaginait une pièce ample et difforme difficile à porter.

3. Le chino aujourd’hui

Le chino est revenu sur le devant de la scène il y a une quinzaine d’années avec une nouvelle image et surtout une nouvelle offre. Vous l’aurez sûrement remarqué, la mode fonctionne par cycles, d’anciennes pièces que l’on portait autrefois reviennent en force dans les tendances. C’est sans doute le cas pour le jean délavé coupe droite (le fameux Levi’s 501 Bleach des années 80), la veste de travail ou encore les sneakers des dernières décennies (on pourrait citer beaucoup d’autres exemples). Le chino n’a pas échappé à cette règle et est désormais considéré comme une pièce incontournable du vestiaire masculin. Ce pantalon en coton semble être une alternative idéale face au jean, puisqu’il permet de correspondre à la grande majorité des styles allant du workwear au plus chic en passant par le style casual. Sans grand étonnement, aujourd’hui, une multitude de marques proposent leur version du chino. Même si à l’origine le chino était doté d’une coupe droite plutôt large, on en retrouve désormais de différentes coupes : skinny, slim, semi-slim, droit, voire même loose. Même chose pour les coloris qui resteront sobres pour les plus classiques (beige, kaki, bleu marine, etc.) et plus colorés pour d’autres (moutarde, corail, vert, etc.). La matière est également déclinée, on peut trouver des chinos en sergé de coton, mais aussi des dérivés du coton comme la flanelle, le ripstop, la moleskine ou encore le twill. Certains khakis sont d’ailleurs réalisés en laine pour pouvoir être portés en plein hiver par exemple !

chino bleu cuisse de grenouille

10 marques de chinos à connaître

Chinos

Découvrez dans notre rubrique consacrée aux chinos l'ensemble de nos articles : des conseils, des tests, des dossiers shopping, les principales marques ainsi que les boutiques et les sites à connaitre pour dénicher vos futurs chinos préférés !

Découvrez nos articles chinos

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles