Le coût de la vie

Le coût de la vie, c’est le titre de ce film exécrable avec Fabrice Luchini sorti il y a quelques années. Mais c’est aussi et surtout un thème de discussion (que dis-je, de débat enflammé) lorsqu’on parle vêtements, la plupart des gens se rendant sans réfléchir, lorsqu’il s’agit de s’habiller, dans la même classe de magasins que celle où leurs parents les emmenaient, petits. Ainsi les ex-Cyrillus finissent-ils chez Ralph Lauren, et les petits C&A devenus grands chez Celio.

Dans cet article je vais vous faire partager une des principales idées qu’apprennent mes clients en atelier relooking, et qui à elle seule peut vous faire économiser un paquet d’euros si vous l’appliquez bien : l’intérêt d’un vêtement ne croît pas linéairement avec son prix, il y a des paliers de progression. Je m’explique.

Déjà, qu’est-ce que j’entends par intérêt ? Pas seulement sa qualité, bien entendu, ce mot désignant tout et rien à la fois, mais un ensemble de propriétés basiques (couleurs, taille, coupe) et avancées (usage, exclusivité, équilibre avec le reste de la tenue) que nous détaillerons plus tard dans un article spécifique.

Ensuite, pour illustrer cette historie de palliers, prenons un exemple concret, et que je connais bien pour avoir une vision globale de 80-90% de la production de chemises en vente en magasin à Paris, et ce depuis plusieurs années. Hé bien mes constatations sont les suivantes : il y a 3 palliers dans lesquels faire des achats intéressants (voir définition ci-dessus) : celui des moins de 30 euros, celui des 70-90, et celui des 150-180. 90% des articles intéressants que j’ai vus se trouvent dans ces petits créneaux étroits, et rarement entre eux. La conséquence ? Choisissez votre camp, et vous économiserez des sous. Exemple : chaque année ou presque il y a, chez H&M, à 25 euros (pallier 1, donc), la même chemise blanche que la Zara à 40 (entre deux palliers). Petites sommes vous me direz, certes, mais c’est déjà 40% d’économie pour un produit identique. Autre illustration, avec sortie par le haut cette fois-ci : la gamme de chemises Nodus est agréable, certes, mais certains modèles avoisinnent aujourd’hui les 130-140 euros (entre deux palliers, donc) et il est plus judicieux, quitte à avoir déjà ouvert le porte-monnaie, de rajouter 20 ou 30 euros pour s’offrir une belle Thierry Mugler ou une Givenchy (pallier 3), autrement plus classes. Pigé le principe ?

Autres palliers, issus de mes observations personnelles, et de mes visites régulières dans une large palette de magasins :

  • chaussures (de ville) : pallier 1 = 180-230 euros (ex : Monderer, Dodoni, etc) / pallier 2 = 350-450 (ex : Rautureau, etc.)
  • jeans : 90-120 (ex : chevignon) / 180-240 (ex : Diesel, True Religion, etc.)
  • vestes : 50-70 (ex : H&M) / 200-300 (ex : Bill Tornade)/ 600+ (ex : Just Cavalli, etc.)
  • costumes : 300-400 (ex : italiens) / 650-800 (ex : Zegna, Boss, etc.) / 1300+ (ex : Boateng, Cavalli, etc.)
  • ceintures : je n’y mets, à la fois pour moi et pour mes clients, jamais plus de 50 euros. Il y a de très beaux modèles chez Zara pour 24,90.
  • cravattes : idem, Zara fait des choses très bien à 24,90, gardez le reste pour investir sur la chemise

Voilà. Libre à vous d’acheter au hasard après ça, et à n’importe quel prix, mais au moins on vous aura prévenu. Ici comme ailleurs, faites ce que vous voulez, mais sachez pourquoi.

Depuis quand n’avez vous pas reçu un compliment, sincère, d’une inconnue ? Combien de tenues dans votre armoire, que vous ne portez jamais ? Et si vous économisiez du temps (et de l’argent) en demandant à ceux qui savent ? www.spikeseduction.com. Relooking. Cours de séduction. Satisfait ou remboursé. 100% de feedback positifs.

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles