S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Comment choisir une veste de travail ?

Confectionnée à partir de moleskine de coton, relativement épaisse et teintée à l’indigo, la veste de travail était à l’origine une des pièces clés de l’uniforme de l’ouvrier français. Force est de constater qu’un siècle plus tard, cette veste emblématique passionne les néophytes du workwear, mais aussi (et surtout) un certain nombre de marques qui s’inspirent de cet héritage pour présenter à leur tour une nouvelle interprétation de la pièce ! Désormais, on en trouve dans la grande majorité des collections, et ce, des grandes enseignes aux labels les plus confidentiels. Afin de vous aider à y voir plus clair dans ce brouillard sans nom, on vous propose de passer au crible tous les points à avoir en tête lorsqu’on veut s’offrir une work jacket digne de ce nom !

look veste de travail

Photo extraite du look : Face à la mer

Sommaire :

1. La petite histoire de la veste de travail
2. Quelle matière choisir pour une veste de travail ?
3. Quelles sont les caractéristiques d’une veste de travail ?
4. Quelles couleurs pour une veste de travail ?
5. Où trouver une veste de travail ?

1. La petite histoire de la veste de travail

La veste de travail bleue est à elle seule un bout d’histoire ! Autrement appelée « Coltin » (en référence à son col), la veste de travail est avant tout une veste de charpentiers, et donc d’artisans. Au fil des décennies et suite à l’industrialisation, cette dernière va être portée par les corps manuels. Et c’est donc au XIXème siècle que le vêtement de travail va se généraliser dans les usines et où l’on va commencer à confectionner de véritables uniformes. Si la blouse est le premier vêtement de travail à faire surface, elle est très vite remplacée par le combo simple, mais efficace : veste/pantalon (aussi appelé « Largeot »). Ayant un rôle purement utilitaire, la tenue se doit d’être confortable, solide, pratique et facilement lavable. Le gros avantage de cette veste est le fait que l’on puisse ranger des objets dans les nombreuses poches plaquées (sans rabat) qu’elle possède. En France, les syndicats ont longuement milité afin que le droit au bleu de travail soit respecté. À l’époque, le bleu de travail marque le signe d’appartenance à la classe ouvrière. Pour contester, certains travailleurs préfèrent alors refuser de porter leur tenue de travail pour ne pas être rattachés à un signe d’appartenance particulier. Peu à peu, la veste de travail va quitter les ateliers et les usines pour refaire surface dans un autre contexte, celui de la mode masculine.

histoire veste de travail

Sortie de l’usine Renault : le bleu de travail est au rendez-vous !

2. Quelle matière choisir pour une veste de travail ?

A. La moleskine : choix numéro 1

La moleskine est un tissu en coton que l’on retrouve souvent dans la composition de nos vestes de travail. Très épaisse et tissée serrée, la toile de coton a l’aspect d’un velours rasé, d’où son nom « mole skin » en anglais (peau de taupe). La toile est recouverte d’un enduit flexible et d’un vernis souple, ce qui imite le grain du cuir. La moleskine est souvent présentée comme le pendant français du denim, les deux étant fréquemment teintés à l’indigo et destinés au même usage (vêtements de travail). Tout comme le denim, la moleskine est très épaisse et robuste. Au fil des ports et du temps, elle va donc perdre de sa rigidité pour s’assouplir, se patiner et se délaver. C’est le choix numéro 1 pour ceux qui veulent une « vraie » work jacket !

Veste de travail moleskine coton

Photo extraite du look : Face à la mer

B. Le denim pour les amoureux du délavage et de la belle patine

Toile emblématique, le denim  est entré dans la composition de certaines work jackets américaines durant les années 40/50/60. On retrouve les mêmes propriétés que la moleskine, mais avec un petit twist en plus : la possibilité d’obtenir de très beaux délavages et de subtiles patines ! Globalement, ce sont donc les mêmes caractéristiques qu’une trucker jacket en denim ! Les teintes proposées sont souvent les suivantes :  used, one wash ou encore brut (avec parfois des toiles selvedge).

Dao Veste Col

Photo extraite du test de la veste DAO

C. La laine et ses déclinaisons

La laine est aussi de la partie ! Sous forme de drap de laine, de tweed ou encore de laine bouillie, les vestes de travail sont plus épaisses, plus isolantes, mais aussi plus respirantes ! Généralement plus chère que le coton, la laine est une excellente alternative pour la mi-saison ! Qui plus est, la laine (quelle que soit sa forme) convient autant à un style casual qu’un style purement workwear.

D. Le velours côtelé : un style héritage

Il existe également des vestes de travail réalisées en velours côtelé. Pour un style plus authentique et héritage, on conseillera de privilégier de grosses côtes. Le velours côtelé est plus discret, mais revient en force ces dernières saisons ! Et pour notre plus grand plaisir on le retrouve décliné dans différents coloris : bleu marine, marron, camel, ocre, rouille, etc.

veste hast velours cotele camel

Photo extraite du sujet 10 looks de base pour l’automne

E. Quelles sont les autres matières/tissus que l’on peut retrouver ?

Même si l’on a cité les principaux, sachez qu’il existe également des vestes de travail en lin, en drill (il s’agit d’une toile de coton qui présente des rainures et qui est moins chère que la moleskine) ou encore en chevron ! Aujourd’hui, la veste de travail est déclinée dans une palette de matières/tissus !

3. Quelles sont les caractéristiques d’une veste de travail ?

A. Le col chevalière

À l’origine, les vestes de travail sont montées avec un col chevalière (origine française). Il a l’avantage de couvrir le haut du torse à la différence de la veste anglaise qui s’ouvre en V. Il peut donc se relever pour couvrir le cou. Désormais, on retrouve un col dit « classique », et dans certains cas, dans une autre matière que celle de la veste. On pense notamment à un col en velours côtelé sur une work jacket en denim par exemple.

look indigo champ de manoeuvres

Photo extraite du look Bleu indigo

B. Les poches plaquées

Sur la « vraie » veste de travail, on retrouve historiquement trois poches : deux poches plaquées sans rabat au niveau de la taille et une poche poitrine (côté cœur). Ces grandes poches permettaient d’y loger des outils ou autres matériels. Elles avaient donc un rôle purement utilitaire. Désormais, sur certaines pièces, il n’est pas rare de trouver une poche intérieure ou encore des poches à rabats.

Poche Veste Travail

Photo extraite du test de la veste NUS

C. Les boutons

Ici, la simplicité est de mise ! On retrouve généralement 5 boutons sur le devant, avec un boutonnage classique (et une boutonnière). Au niveau des poignets, on distingue également un bouton et une boutonnière classique. Concernant leur nature, cela peut varier : bois, acier, corne, etc. Une chose est certaine, ils doivent être imposants et robustes !

look vivien printemps focus veste

Photo extraite du look Jardin d’ici et d’ailleurs

D. Absence de doublure

La veste de travail classique ne possède pas de doublure, mais il est possible d’en retrouver une sur des versions américaines en denim. L’absence de doublure n’est pas vraiment un problème en soit, car la veste de travail peut se porter toute l’année : avec un t-shirt blanc en été ou avec une grosse maille en hiver. Telle une surchemise, la veste de travail peut facilement être intégrée dans une tenue en layering.

Bexley Veste Avis

Photo extraite du test de la veste Bexley

4. Quelles couleurs choisir pour une veste de travail ?

Historiquement, on pouvait retrouver la veste de travail en trois teintes différentes : noire pour les charpentiers, écrue/blanche pour les peintres et bleue pour les ouvriers. Au fil des années, c’est la fameuse veste bleue qui est devenue la plus populaire. Il s’agissait d’un bleu clair, nommé bleu Bugatti (ou encore bleu électrique). C’est d’ailleurs ce coloris qui donnera la désignation de cols bleus aux ouvriers français (en opposition aux cols blancs). Même s’il s’agit de la teinte historique, ce n’est pas forcément la plus facile à porter. La veste de travail est désormais réalisée dans des teintes diverses et variées : bleu marine, jaune, écru, noir, bordeaux, marron, kaki, etc.

Conseils veste de travail homme

Veste de travail Champ de Manœuvres

5. Où trouver une veste de travail ?

Comme à notre habitude, on vous propose de découvrir une liste (non exhaustive) de marques classées par gammes de prix (et par ordre alphabétique dans chaque gamme) !

A. Vestes de travail à moins de 150€

B. Vestes de travail entre 150€ et 200€

C. Vestes de travail au-dessus de 200€

Note : n’hésitez pas à jeter un coup d’œil dans les friperies ou sur les sites de seconde main, car il est possible de dénicher des vestes de travail vintage à des prix abordables. La qualité est souvent au rendez-vous sur ce type de pièce !

Comment choisir un blouson ou une veste de mi-saison ?

Si vous souhaitez ajouter votre pierre à l’édifice (car on n’a pas énuméré toutes les marques qui proposent des vestes de travail), n’hésitez pas à nous suggérer d’autres marques en commentaires !

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles