Les vêtements intelligents, gadgets ou avenir du textile ?

Quand on parle de la mode et de ses évolutions, il est commun de déclarer que celle-ci est cyclique. Ainsi, elle ne serait qu’un perpétuel recommencement, les formes et les couleurs se combinant selon des schémas déjà explorés au fil des saisons et des collections. Incontestablement, il existe une part de vrai dans ce constat, seulement l’évolution de l’habillement correspond aussi à une évolution de ses technologies, que celles-ci soient liée à son usage ou à son processus de production. Ainsi, à mesure que la technologie devient de plus en plus nomade, elle est aussi de plus en plus susceptible d’infiltrer nos garde-robes ainsi que notre approche du vêtement. Pour pouvoir nous projeter dans un futur plus ou moins proche où notre slip sera capable de nous faire une colposcopie hebdomadaire, nous allons donc tenter de faire un bref récapitulatif de l’évolution des technologies numériques appliquées au textile. Puis nous irons faire un tour du côté de ses applications concrètes, qu’elles soient à l’état de prototype ou déjà présentes sur les étals des magasins. « Are you ready Mr. Spock ? Energize ! »

spock star trek

1 – Histoire

L’histoire du vêtement et de ses circuits électriques embarqués a commencée dès la démocratisation du courant électrique dans les sociétés occidentales. Au 19e siècle déjà, des employés de la société « Electric Girl Lightning Company » portaient des robes de soirées incrustées de petites ampoules afin de briller en société. C’est ainsi qu’au cours du 19e et au début de 20e, des initiatives isolées ont tentées d’inscrire cette combinaison de l’électrique et du textile dans les pratiques de chacun, cela sans réel succès. Dans les années 1990, c’est au tour de l’électronique de tenter sa chance. Dans cette dynamique, des chercheurs du MIT ont développés des « wearable computer », des ordinateurs portatifs qui, nous pouvons l’imaginer à l’époque, n’avaient de nomade que le concept. Cependant, des ingénieurs de cette même université on étudié non pas la création d’un ordinateur portatif mais celle de tissus conducteurs souples capables d’être tissés pour créer du vêtement. C’est également à ce moment précis que furent développées des méthodes afin de broder des circuits électroniques à même les fibres du textile.

electrical girl company

Ce sont ces techniques, qui ont permis la prolifération des textiles intelligents au coeur des années 2000. La miniaturisation des puces électroniques ainsi que le perfectionnements des tissus conducteurs (notamment avec la fibre optique) ont ainsi autorisé les entrepreneurs comme les inventeurs les plus fous à s’engager dans l’aventure du textile intelligent. Evidemment comme dans toute aventure liée à l’innovation, la majorité s’est perdue en route, condamnant de par le fait, toutes ces inventions à l’état de prototype. Toutefois, certaines technologies sont tout de même parvenues à devenir d’utilisation fréquente, notamment dans le milieu professionnel.

japan led suit

C’est le cas principalement dans le domaine militaire, avec des combinaisons capables de réduire les infections en cas de blessure ou d’améliorer la capacité de dissimulation des soldats. On peut également penser aux pompiers qui peuvent revêtir des capteurs en mesure de contrôler la température à l’intérieur et à l’extérieur de la combinaison et ainsi alerter son porteur en cas de conditions critiques. Mais évidemment, lorsque l’on aborde la question des vêtements intelligents, c’est bien l’aérospatiale qui est la reine de la discipline, les combinaisons des astronautes étant de véritables condensés d’ingéniosité et de micro-technologie. On constate donc que la technologie embarquée ne se limite pas au statut de gadget mais qu’elle peut également avoir des implications concrètes et parfois nécessaires dans certains domaines. Toutefois, concernant l’habillement quotidien, force est de constater que l’industrie ne s’est pas emballée pour inclure des circuits électriques souples dans l’ensemble de ses productions. Une technologie qui, ont l’imagine, représente des coûts et donc des risques très importants.

tesla-suit-smart-clothing

Pour pallier à cette relative frilosité de l’industrie, c’est le financement participatif qui est venu à la rescousse du textile intelligent au début des années 2010. De nombreux projets ont ainsi fleuri sur des plateformes telles que Kickstarter ou Indiegogo pour permettre aux ingénieurs de tous horizons d’assouvir leurs fantasmes technologico-textile. Cet engouement peut s’expliquer par deux moyens : en premier lieu, les concepts ne sont limités que par l’imagination des inventeurs, ainsi il peut être proposé au public des projets farfelus sans que ceux-ci se voient bridés par quelconque financier ou expert comptable (dans un premier temps). Ce sera donc directement au public de juger de la viabilité d’un projet ou d’une idée. Dans un second temps, le financement participatif a cela de particulier qu’il se fait nécessairement à distance. Ainsi, si je propose un t-shirt très bien coupé, d’une qualité parfaite à un prix qui défie toute concurrence, de potentiels investisseurs seront obligés de me croire sans avoir pu essayer mon produit. Au contraire, si je propose un t-shirt capable d’allumer mon ordinateur quand j’appuie sur un de mes tétons, et de me faire un smoothie quand j’appuie sur l’autre, je n’ai qu’à le montrer en fonctionnement (par une vidéo de démonstration par exemple) pour convaincre de sa valeur. La force du crowdfunding c’est finalement de valoriser plus le concept que l’objet, un avantage non négligeable lorsque l’on parle de vêtements intelligents.

samsung app smart clothing

2 – Applications du vêtement intelligent

L’évolution des techniques et les nouvelles formes de financement ont donc permis à une large partie de la population d’accéder à ces nouvelles fonctionnalités du vêtement. Nous allons donc tenter de mettre en lumière ici quelques unes des possibilités offertes par ces nouveaux concepts. Cependant, avant ceci il convient de faire une différenciation entre deux formes d’intelligences lorsque l’on parle de textile : une intelligence passive et une autre active. La passive, c’est la technologie qui ne nécessite pas de courant électrique ou de circuit imprimé. C’est la matière même du vêtement qui de par ses propriétés tend à lui conférer des qualités techniques. L’intelligence active quant à elle nécessite une puissance de calcul, en ce sens, elle doit bénéficier d’un processeur et d’un courant électrique capable de le mettre en action. Ça, c’était pour le côté technique. Mettons désormais un pied dans l’avenir et regardons de quoi seront capables nos futures garde-robes !

nike mags back to the future


A. Sport et santé

Le sport ainsi que le bien être sont certainement les thématiques dont les vêtements intelligents se sont le plus emparé à l’heure actuelle. On retrouve ainsi nombre de tissus techniques capables de conférer aux athlètes un confort optimal lors de leurs sorties. C’est ce qu’on appelle le « spotex », une gamme de textiles qui permet de protéger la peau des variations de température tout en la laissant respirer. Les grands équipementiers sportifs tels que Nike, Adidas ou Reebok utilisent déjà ce type de technologie dans la plupart de leurs pièces techniques telles que les hauts de contention, les leggings ou les chaussettes. Concernant les technologies actives, on peut notamment citer le t-shirt « SmartSensing » qui est un haut comprenant des électrodes et un traceur GPS capable de transmettre tout un tas de données telles que la température, le niveau d’hydratation ou la vitesse du coureur. Dans une approche similaire, on retrouve les frenchies de chez « Shapeheart » qui ont conçu un brassard pour smartphone munis d’un capteur qui surveille en permanence le rythme cardiaque de son porteur. Des technologies embarqués capable donc de conférer aux sportifs des données précises sur leur pratique afin d’ajuster aux mieux leurs entrainements à leur physiologie.

shape heart smart clothing

Si le numérique est en mesure d’améliorer la condition physique des individus, il peut également leur sauver la peau. En cela, le domaine de la santé s’est emparé des fibres intelligentes afin notamment de surveiller les personnes au coeur défaillant. Ainsi il serait envisageable d’équiper les personnes atteintes de troubles cardiaques en récepteur capables d’alerter les secours dès les premiers signes d’infarctus. Au même titre, des scientifiques cherchent actuellement des solutions pour équiper les diabétiques de vêtements qui surveilleraient constamment leur taux d’insuline et les préviendraient en cas de taux trop bas ou trop élevés. 

Des tissus capables donc d’aider leur porteur à mieux vivre, voir à vivre plus longtemps. En cela, ils constituent des perspectives enthousiasmantes pour un avenir proche. Reste à espérer que ce genre de fonctionnalité puisse être accessible au plus grand nombre, histoire que les plus fortunés ne soient pas nécessairement les plus protégés.

smart feedback clothing


B. Connectivité

C’est bien connu, personne n’a le temps, ni l’énergie pour sortir son téléphone de sa poche. Il faut tendre la main, la glisser dans sa poche, attraper son téléphone, sortir son téléphone. Bref, c’est un calvaire sans nom ! Voilà pourquoi certaines marques ont voulu nous épargner cette corvée en proposant d’inclure des fonctionnalités propres à nos téléphones connectés, directement dans notre habillement. Récemment, c’est certainement le projet du « Trucker Jacket » par Levi’s et « Projet Jacquard » (financé par le géant américain google) qui a fait le plus parler de lui. Cette veste en plus d’être esthétiquement très plaisante permet de contrôler à distance son téléphone et notamment de recevoir des appels, des notifications ainsi que des informations GPS. En cela, elle est réservée principalement aux pratiquants assidus de la bicyclette tels que les coursiers afin qu’ils puissent poursuivre leur route sans se mettre en danger. La pièce devrait être disponible dès 2017 mais son prix est encore inconnu.

google levis jacquard data

Si cette veste taillée par Levi’s parait assez attrayante, il existe aussi des concepts un peu plus douteux. C’est notamment le cas de la « TieFi » qui comme le nom le laisse deviner est une cravate équipé d’un récepteur Wi-Fi. L’accessoire a la particularité de capter le réseau sans-fil pour qu’il ne soit accessible que dans un rayon de 10m autour de celui-ci. Ainsi, l’objet est présenté afin d’inciter les membres de la famille à se réunir autour du papa (ou des papas) pour pouvoir utiliser internet sur tablettes ou téléphone portable. En effet, cela semble une idée – pas glauque du tout – pour forcer les proches à passer du temps ensemble. Toujours dans le registre famille, le body « Mimo » permet aux parents inquiets de surveiller l’activité de leur nourrisson et de recevoir des notifications selon le sommeil et les éventuels pleurs de l’enfants. Lever le nez de son écran juste dans le but de regarder ses enfants ou de passer du temps avec eux ? À quoi bon ?

smart clothing vetements intelligents

C. Loisirs

Au delà des notions de nécessité ou de praticité, la garde-robe de demain pourra également servir le divertissement. C’est notamment le cas pour la gamme « intimate control » de Jenny Chowdhury qui invite les couples à revêtir des sous-vêtements munis de boutons analogiques. Alors, un jeu vidéo diffusé sur un écran invite les participants à appuyer un à un sur les boutons avec plus ou moins de rapidité. De quoi agiter les joysticks et … Non j’ai beaucoup trop de jeux de mots douteux sur cette thématique, je vais m’arrêter dès maintenant.

intimate controllers smart clothes

De façon plus classique, de nombreuses grandes enseignes ont développé des manteaux ainsi que des hoodies avec des hauts-parleurs intégrés au sein même de la capuche, une prise jack étant discrètement placée à l’intérieur des poches et les différentes touches de contrôles cousues à même la manche. En cas de randonnée prolongée ou de trek dans les grandes étendues sauvages, des chercheurs ont également tenté d’intégrer de la façon la plus discrète possible, des panneaux solaires à même le vêtement. Cela histoire de ne pas tomber en panne de courant si vous souhaiter écouter un bon morceau de Taylor Swift dans la toundra sibérienne : la technologie est formidable.

smart clothing manga

Enfin, pour que vos vêtements témoignent directement de vos exploits sportifs (ou non), le « V1sion Smart Jersey » propose une caméra intégrée directement sur le torse afin de suivre au mieux le point de vue de son porteur sans que celui-ci ne s’encombre d’une caméra vissée sur la tête. De quoi streamer votre quotidien sans interruption, passionnant non ?

smart vision

D. Style

Si on peut regarder avec un léger sourire l’époque où les femmes se paraient de guirlandes électriques, force est de constater que l’idée est toujours présente. Cela à la différence près que les ampoules ont été remplacées par des LED, plus compactes et plus résistantes. On retrouve ainsi sur Kickstarter des campagnes telles que « Lumo » ou « Badger 360 » qui proposent aux cyclistes des vestes équipées de petites lumières afin d’être vus la nuit et de faire son petit effet sur la chaussée.

light jacket smart clothing

S’il peut vous faire briller de milles feux, le vêtement intelligent peut aussi amener le concept du sur-mesure au-delà de ses propres limites. C’est notamment l’ingénieur Paul Luckham de l’Imperial College de Londres qui a médusé les observateurs en proposant des vêtements en spray. Un pistolet applique ainsi des polymères et un solvant sous forme liquide directement sur le corps pour se solidifier au contact de la peau et épouser parfaitement les courbes de chacun. Enfin pour les amoureux des spaghettis bolognaises et des t-shirts d’un blanc éclatant (deux passions parfois difficiles à concilier), il existe un spray anti-tache ultime. Il s’applique sur n’importe quel vêtement et le rend parfaitement insensible à l’eau ou à la sauce bolognaise. Ainsi les liquides ne se figent pas dans le tissu mais roulent simplement sur celui. Idéal pour un diner d’affaire ou un premier rendez-vous.

spray on clothing

Conclusion

On peut donc le constater, il existe une pléiade d’applications lorsqu’on se penche sur le vêtement intelligent et son cortège de technologie. On estime aujourd’hui que 7,5 millions de citoyens seraient prêts à investir sur le marché de la « wearable technology ». Si face à l’industrie totale du textile, cela ne représente pas un chiffre écrasant, c’est une progression énorme puisque ce chiffre s’élevait à 3,1 millions en 2015. Si cette évolution s’avère particulièrement enthousiasmante, elle peut également représenter des risques. Car chaque objet connecté c’est une nouvelle adresse IP et de nouvelles données produites par chaque individu. Avec ces nouvelles pratiques vont donc apparaitre de nouveaux enjeux éthiques et sociétaux. Des enjeux qu’il sera nécessaire de questionner pour qu’ils ne deviennent pas des menaces face à nos libertés individuelles.

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles