Lettre à Spike n°2

Salut Spike,

Je t’envoie cette lettre comme une bouteille à la mer, ne sachant si tu vas la sélectionner ou pas parmi celles auxquelles tu “daignes” répondre (lol). Voilà, je m’appelle Timothée, j’ai 26 ans, il y a un an j’ai déménagé à Toulouse depuis la banlieue parisienne pour intégrer une école de dessin, et mon problème est le suivant : j’ai réussi à me reconstruire progressivement un (petit) cercle d’amis, mais celui-ci est quasi exclusivement masculin (rencontres de sport), je passe beaucoup de temps à étudier, et les boites, c’est pas mon truc. Résultat, je ne vois pas comment rencontrer des filles qui me plaisent.

Il y a quelques mois en surfant sur le net j’ai découvert et commandé The game, et là ce fut la révélation : il est possible d’aborder une fille, de lui tenir un discours cohérent, de prendre son numéro de téléphone et de la revoir, et le tout de son plein gré (lol). Mais pour l’instant, ça me semble quasi impossible pour moi, et je n’ai pas les moyens de suivre un atelier séduction. Ma question est donc :

A ton avis, par quoi dois-je commencer ?

Merci pour tout ce que tu fais

Tim

Bonjour Timothée,

Tout d’abord, félicitations pour ta décision d’intégrer une école à 26 ans. Il n’est jamais trop tard pour investir sur soi, et on sait d’expérience que les “je le ferai plus tard” deviennent “mais maintenant je suis trop vieux” en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. J’imagine bien que tu ne m’écris pas pour entendre ça, venons en donc à ce qui t’intéresse.

On anticipe tout dans un déménagement : la camionnette à louer, l’électricité à activer, les meubles à bricoler ; tout, sauf l’énorme vide qui nous attend dans une ville inconnue. Je suis arrivé à Paris à 20 ans, sans connaître personne, même pas un cousin éloigné, j’imagine donc parfaitement ta situation. Voici donc mes conseils, à la fois ce que j’ai appliqués à l’époque, mais aussi les autres, ce que personne ne m’avait dit et que j’ai compris plus tard

1 – Organise ton emploi du temps de manière à isoler du temps “perso” pour toi en dehors de l’école. Ne deviens pas esclave du prochain partiel, des humeurs du surveillant de TD, de l’angoisse du mémoire à rendre. Pendant tes plages de travail, travaille sec ; mais en dehors, ne tombe pas dans le piège qui gobe par milliers les étudiants d’écoles de commerce, d’ingénieurs et autres : aie une vie. Votre vie est à la séduction ce que la voiture est à un passager : vous devez donner envie de monter dedans.

2 – Ne sois pas dans l’attente des événements, provoque-les. Si on cherchait le point commun à tous ceux qui n’arrivent à rien, on ne mettrait pas longtemps à le trouver : ils n’organisent rien, il faut toujours les inviter. Ils sont les passagers d’un bateau que d’autres mettent à flot, et en conséquence se font ballotter au gré des vagues et du pilote, qu’ils appelleront “la vie”. Fixe-toi des objectifs réalistes. Impose-toi de te faire une nouvelle amie fille chaque mois (ce qui implique de ne pas attendre qu’on vienne te chercher, parce que ça n’arrivera jamais, ou presque). Organise des rencontres, des apéros, des sorties, des jeux, ne te laisse pas décourager au début quand les gens ne seront pas dispos. Invite les une fois ou deux, puis s’ils ne semblent pas intéressés, laisse les tomber.

3 – Intéresse toi sincèrement aux filles que tu rencontres. Une partie de cruciale de ma méthode, la connexion, repose sur la constatation que les craintes et les réticences des filles viennent du fait qu’elles doutent de votre sincérité. Le moment clef dans un début de relation sonne bien souvent comme ça : la fille est en face de vous, relativement distante, et vous demande, au détour d’un verre, “mais au fait, pourquoi tu as voulu me revoir ?”. Si tu t’intéresse à autre chose qu’à son tour de hanches, c’est le moment de l’expliciter. Et si ce n’est pas le cas, il est temps de t’y intéresser.

4 – Sois sexué (ce qui ne veut pas dire “parle de sexe”, comme tonton Roger au banquet du Dimanche après qu’il a fini le beaujolais). Parmi tes nouvelles amies, certaines te plairont, alors sans pour autant te croire dans la Dolce Vita, ne cache pas ton désir jusque dans les profondeurs du grenier, ou bien tu finiras confident, à écouter de leur bouche leurs histoires qu’elles ne vivent pas avec toi. Une des phrases qui m’ait le plus marqué est de Moravia : “tu es l’homme de ma vie, mais pas de cette vie-là”.

5 – Garde à l’esprit tes priorités, et ne fais pas des filles l’objectif d’une vie. Associe énergie, intérêt pour les autres, ambition, et style de vie, et les gens t’aimeront.

Spike

www.spikeseduction.com, pour ceux dont la vie ne se résume pas à la séduction

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles