Comment choisir une chemise ?

En me lançant dans la rédaction de cet article consacré aux chemises, j’ai pensé à Thierry, cet homme si connaisseur en la matière qu’il édite un blog 100% chemises : Mode et chemises. Je l’ai donc consulté pour qu’il me donne son point de vue sur l’évolution du marché, des styles et des marques. En passionné qu’il est, il m’a fait une réponse si complète, qu’il n’y avait quasiment plus rien à ajouter en fait. Alors plutôt que de reprendre partiellement ses mots, j’ai décidé de lui laisser la parole…

chemise-seidensticker-petit-col

« L’évolution de la chemise, tout le monde en rêve, mais peu de gens l’assume. En effet passé l’effet de mode du col mao mis en avant par Jack Lang (cela remonte à quand déjà ? Hum pas tout jeune), la structure de la chemise reste la même depuis longtemps. Quand on parle de structure, on parle des pans, du col, des poignets, bref tout ce qui constitue le corps de ce vêtement qui a quand même donné un nombre d’expressions important à la langue française (retrousser ses manches de chemise, mouiller sa chemise, comme cul et chemise… Et j’en passe !).

L’évolution est plutôt axée sur un changement des détails : le col est plus ou moins haut, classique, italien ou américain. Les poignets sont plus ou moins longs, avec 1 boutons, 2 boutons, mousquetaires, ou cachés. La chemise est plus ou moins cintrée. En fait cela dépend de la mode. Mais dorénavant on voit, ou on va voir apparaître, des tendances innovantes. Par exemple, les hommes portent de moins en moins de cravate. Cela risque d’être une tendance de fond. De nouvelles formes de col vont apparaître et intégrer cet état de fait.

Les motifs participent aussi à cette évolution. Si les modèles blancs et ou à rayures font partie de ce qu’on appelle dans les produits culturels, le fond de catalogue, ils sont en train de prendre une nouvelle dimension, grâce à un travail soigné sur la matière (surtout les blanches, vous allez voir, je mets un petit billet là dessus). Les modèles à fleurs, bigarrés, chamarrés, aux graphismes post-modernes, sont de plus en plus présents, et donnent un look résolument mode à ce vêtement qui a pour origine la tunique antique.

Mais la prochaine évolution notable, c’est dans la manière de porter la chemise. Elle va se porter hors du pantalon. C’est le metrosexuel icône de la mode qui est le moteur de cette évolution. Comme tout le monde n’appartient pas à cette catégorie, il faut qu’un comique fasse 1h30 de show pour expliquer ce concept du nouvel homme (note:merci Titoff :). Les pans vont être redécoupés, la hauteur de ceux ci ne doit pas dépasser la hauteur de la veste, et les bords pourront être retravaillés. J’ai même sur mon bureau des projets de chemises que des créateurs innovants m’ont envoyés. Ces projets permettent d’associer 2 moitiés de chemises différentes… la janus-Shirt, lune/soleil qui permettra avec 4 moitiés de se faire au moins 12 modèles, et ensuite de pouvoir acheter sa chemise, par moitié. Sommes nous prêts pour cette démarche. Je ne le sais pas, mais cela montre que le marché réfléchit à des changements.

Ce vêtement profite aussi de l’évolution technique du tissu. La chemise sans repassage (avec la croissance du célibat, tous les mecs sont preneurs !) est devenue un classique, mais maintenant elle devient sans odeurs ! ( bientôt parfumée à son parfum préféré ?) Le tout est de trouver un produit à sa taille. Cela est désormais plus facile, car le sur-mesure est devenu accessible, et grâce à l’informatique on peut faire du web S au web XXL, à défaut de faire du Web 2.0. Internet est une excellente solution pour découvrir et acquérir cette noble liquette.

Les rêves du Web montraient que le sur-mesure allait devenir la norme, qu’il suffirait de quelques clics pour tailler une chemise à sa mesure. Valmary en fut un bel exemple. Mais aujourd’hui après un développement sans doute inférieur a ce qu’il souhaitait, ils ont été rachetés par un fabricant de chemises (eh oui le monde à l’envers) et ils offrent leur service de qualité à de grands vpcistes. Cela ne remettait pas en cause la qualité du produit, mais le service proposé ne touchait finalement qu’une part de marché bien précise, et pas assez importante pour en faire l’unique axe de développement.

Pour le sur mesure, on est plutôt sur du haut de gamme, même si certain le font faire dans des pays étrangers. Pour ce qui est de la France, on retrouve principalement Valmary, Liste Rouge, Lord Brytten, JLR dans l’univers de la chemise traditionnelle. On va retrouver toute la largeur de la gamme entre les branchés type Diesel ou Energie, les tendances comme les couturiers Mugler, Krisvanassche, les classiques comme Alain Figaret, Café Coton, le prêt à porter comme Daniel Hechter.

L’Italie reste un pays de prédilection avec toutes leurs entreprises, leurs professionnels de la découpe et des tissus, qui va de la haute couture comme Gianfranco Férré, Armani, Dolce & Gabana et des marques plus classiques. Une manière de choisir la mode italienne en France est d’adopter les modèles Nodus. Ils proposent de superbes collections tant en terme de tissus, que de motifs, fabriquées dans le pays de Materrazi (qui a lancé sa collection de chemises matelassées…non je plaisante).

L’Angleterre est également un pays qui fournit de l’élégance en série. Bien sûr on est plus près du Lord que du Rocker même si c’est le pays de Pete Doherty (qui a été élu britannique le plus sexy de l’année aux derniers NME Awards), et les fameuses marques comme Charles Tyrwhitt ou Thomas Pink apportent classe et distinction. Pour les plus originaux et les plus riches, Paul Smith est une marque qui apporte classe, distinction et fantaisie. La distribution apporte aussi son lot de chemises, dans tous les sens du terme. Beaucoup de modèles inspirés des créateurs et nombreux lots (3 pour le prix de 2). Le prix est quelquefois la qualité principale. Il faut bien étudier la composition des tissus, pour éviter les synthétiques de bases, qui se portent avec un marcel obligatoire. Certaines chaines spécialisées dans l’homme offrent de nombreux modèles, bien sur fabriqués en Asie, mais avec un sens du look qui n’est pas négligeable comme Celio par exemple. Ce sont des modèles qui peuvent compléter une garde robe.

Article co-écrit avec Thierry de Mode et Chemises, le blog de la chemise sous toutes ces coutures ;-)

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles