fbpx
S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Bienvenue chez Berteil

« On fait ce qu’on sait faire ». Lorsque l’on entre chez Berteil, la voix de velours de Vianney interpelle. Sa locution est à l’image de la marque : discrète, sans détours ni hésitation. S’il faut parfois tendre l’oreille, Vianney distille son amour du vêtement à qui est prêt à passer un peu de temps dans sa boutique. C’est lui qui, en 2016, a décidé de reprendre la marque créée en 1840 par Alfred Berteil. Terminé la boutique de la place Saint-Augustin, il faut depuis 2019 se rendre au croisement entre les rues de l’Arcade, la rue Pasquier, et le boulevard Malesherbes. Au cœur du 8ème arrondissement, la façade de marbre laisse la part belle aux tenues printanières et symbolise bien l’esprit de la marque : entre tradition et modernisme.

Berteil boutique homme comptoir

Ancien directeur dans le monde de l’assurance, Vianney cherchait une marque avec une histoire, des traditions et, disons-le, une enseigne qui roupillait un peu. Depuis cinq ans il perpétue, en étroite collaboration avec la famille Berteil, ce qui fait la renommée de la marque : des intemporels de qualité aux prix honnêtes. Mais il a réalisé une profonde refonte de ce qui fut autrefois le chapelier du tout-Paris. Des coupes modernes, des tissus novateurs et des possibilités de personnalisation presque infinies.

Berteil boutique homme casual

L’accueil est chaleureux, simple. Ici, les vendeurs sont de vrais conseillers. Ils font la maison autant qu’elle les façonne. Rapidement, le maître des lieux me fait part des cinq piliers de la marque. Le doigt pointé vers l’entrée, il me montre : « 80% des matériaux qui nous sont proposés sont recalés, et ne passent pas la porte. Nous ne voulons faire aucune concession sur les matières premières. ». C’est la même chose pour la fabrication, il insiste : « aucune concession ». Tout est fabriqué en France ou en Europe sauf les mocassins Alden dont Berteil était le premier importateur dans l’Hexagone au début des années 80. Autre exception, les pièces qui n’auraient pas d’intérêt à être produites chez nous, les écharpes en cachemire par exemple. Troisième fondement : la couleur. C’est dans l’ADN de la marque : « on a 30 couleurs pour le velours, 35 sur nos pulls », le choix est énorme.

Berteil boutique homme couleurs

Les deux derniers points sont ceux qui me touchent le plus parce qu’ils sont à contre-courant de ce qui se fait aujourd’hui. D’abord, la règle que s’impose la marque sur ses collections : pas de mode. « Vous devez pouvoir porter nos vêtements 4 ou 5 ans sans qu’on vous jette de pierre dans la rue, on fait des choses durables » me dit Vianney, et on le sait, les pierres sont vites décochées dans le 8ème arrondissement ! La maison a même pour habitude de dire qu’elle est libérée de la mode depuis 1840, date de sa création, on appréciera cette petite galéjade. Enfin, pas de luxe : « Quand on a un beau produit on essaye de se dire ‘combien on peut le vendre pour qu’un maximum de personnes puissent le porter ?’ », et l’acheter donc !

Berteil boutique homme conseil

La boutique se dessine en trois espaces. Le premier concerne le casual. Du prêt-à-porter de saison, coloré, sur des étagères en bois qui n’attendent que le chaland pour en sortir. Prenez la première à gauche et vous arrivez dans le « made to order », comprenez tout ce qui est disponible à la commande, bien qu’une certaine quantité d’exemplaires soit quand même présente en boutique. Prenons un blouson en cuir par exemple. Il nous plait mais on aimerait vraiment l’avoir dans un joli vert forêt. Et bien c’est l’affaire de deux semaines pour le faire fabriquer dans l’atelier situé en région parisienne. Et c’est à peu près le cas pour tous les produits de cette catégorie dont les vestes qui font la réputation de la marque. À noter que les imperméables sont fabriqués par Mackintosh, le cuir des souliers vient des Tanneries du Puy et les chemises du Portugal.

Berteil boutique homme personnalisation

Enfin il y a une partie sartoriale. Prêt-à-porter, petite mesure, et même grande-mesure. J’ai dit prêt-à-porter ? De quoi me faire taper sur les doigts ! Berteil refuse le terme et à raison. Ici, tout est adapté à vos mesures. Plutôt vous laisser partir nu qu’avec une veste qui ne serait pas ajustée ! Ici on appelle ça « la mesure parisienne » et ça a même été déposé à l’Institut national de la propriété intellectuelle. Pour ceux qui ont des porte-monnaies en peau de hérisson, sachez que vous ne lâcherez pas un centime de plus pour ce service. Quant à la grande mesure, elle est réalisée en Italie, à Milan. Sur place, deux tailleurs sont présents pour s’assurer qu’il y ait le moins d’aller-retour à faire faire à notre complet.

Berteil boutique homme seersucker

Il y aurait encore beaucoup de choses à raconter sur cette boutique que j’avais découverte assez récemment pour mon premier look de printemps. L’attention portée aux belles matières et aux bonnes manufactures est certainement le point que j’ai le moins soulevé. Pourtant il se passe parfois plusieurs années avant que la marque ne présente un produit, le temps de trouver le matériau qui correspond parfaitement à ses critères. Croyez-moi, Vianney se fera un plaisir de vous en parler.

Berteil boutique homme lin

Boutique Berteil
6 Bd Malesherbes
75008 – Paris

lundi 10:30–18:45
mardi 10:30–18:45
mercredi 10:30–18:45
jeudi 10:30–18:45
vendredi 10:30–18:45
samedi 10:30–18:45
dimanche Fermé

Plus d’infos : www.berteil.com

Crédit photos : Emeline Hamon

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation du commentaire et notre réponse prennent quelques heures avant d'être publiées (notamment la nuit quand on dort et le week-end).

Articles les plus populaires

Voir plus d'articles