Quelles différences entre un cuir suédé, nubuck et veau velours ?

Des desert boots en nubuck, un blouson suédé, un sac en daim, etc. Ces termes, on les entend pratiquement tous les jours mais force est de constater qu’entre les trois, il est parfois difficile de faire pleinement la différence. Après tout, on peut tous les qualifier de cuir doux, non ? Certes. Mais il y a quand même des différences ! Ces dernières sont d’ailleurs souvent difficiles à identifier tant il paraît compliqué d’avoir une explication claire et précise sur le sujet. Aujourd’hui, et à l’image de notre article sur les différences entre chukka et desert boots, nous allons énumérer les points qui différent entre ces cuirs :

Chaussures Nubuck Abimees

Desert boots Clark’s

1. Le cuir suédé et le daim

On casse un mythe d’entrée de jeu, le cuir suédé n’existe pas. Pour être précis, un cuir désigné en tant que tel n’existe pas. Le terme suède est un mot anglais francisé englobant en réalité deux sortes de cuir : le nubuck et le veau velours. En somme, il correspond au terme daim. Bien souvent d’ailleurs, un raccourci est fait en présentant le daim comme un cuir provenant de l’animal du même nom, ce qui est complètement faux (on rappelle que le daim est une espèce protégée, on laisse donc Bambi tranquille).

Daim

Je vous ai déjà parlé de mon grand sens de l’humour ?

2. Le nubuck

Généralement, le nubuck provient de la vache. Prélevé sur le côté supérieur du cuir (appelé fleur), il a subi un traitement particulier. En effet, afin d’obtenir ce rendu spécifique, le cuir a été meulé ou poncé à l’aide d’un papier de verre petit grain. Ce procédé a pour effet de faire apparaître des poils très fins à la surface du cuir, tout en gardant son grain reconnaissable. Le nubuck est identifiable au touché avec son aspect doux légèrement velouté (un peu comme le survêtement peau de pêche de Diam’s).

Garconne Cherubin

Baskets Garçonne et Chérubin
Comme un cuir lisse classique, il existe bien entendu différentes qualités de cuir nubuck. Si cela passe évidemment par la qualité du ponçage de la peau, on peut également reconnaître un cuir nubuck de qualité via son épaisseur. Prenons par exemple une paire de desert boots, très largement réalisées à partir de ce matériau. Un cuir trop fin nous informe immédiatement sur la durée de vie des chaussures : faible. En effet, ces dernières se déchireront rapidement au niveau des points d’exercice (là où travaille le cuir) comme la pliure de la claque par exemple. Mais ce n’est pas tout ! La douceur, la souplesse ou encore l’uniformité sont d’autant de critères nous permettant d’affirmer ou non si la peau est de qualité. En somme, le fait de pouvoir « dessiner » sur un nubuck peut nous donner un indice quant à la bonne qualité de ce dernier.

3. Le veau velours

Si le nubuck est obtenu via la surface du cuir, le veau velours provient quant à lui de la face intérieure d’une peau (d’où son appellation de peau retournée). Généralement récupérée à l’entre-deux couches, il est également très souple. Si il peut être poncé comme le nubuck, le velours est généralement brossé et est, de fait, moins fin que le nubuck. Pour le reste, à savoir comment reconnaître un beau velours, les principes applicables au nubuck le sont également ici : la finesse, la souplesse, le touché et le rendu sont des caractéristiques primordiales.

Pied de Biche

Derbies Pied de Biche
Au touché, on sera davantage sur un cuir texturé que le précédent. Il présentera alors comme des petites bouloches propres à son traitement. Cela s’explique en partie par le fait que les poils du velours sont généralement moins fins que ceux du nubuck et moins ras. Dernière différenciation (et non des moindres) : l’utilisation de la peau. Le nubuck sera obligatoirement obtenu grâce à une peau de qualité alors que le veau velours provient de peaux dont le côté fleur est trop abîmé pour être utilisé (ce qui n’entache pas forcément la qualité de la peau).

Des cuirs fragiles ?

Il n’est pas rare que, lorsqu’on fait l’acquisition de chaussures en suède par exemple, le vendeur nous propose gentiment une bombe d’imperméabilisant à 48€ pour 50 ml. Si la première intention de ce vile personnage soit de gonfler notre panier, l’attention reste toutefois louable. En effet, un cuir de ce type aura tendance à tâcher plus rapidement qu’un cuir gras. Cependant, on pointe du doigt le mauvais fautif : l’eau. En effet, la pluie et les flaques d’eau sont bien souvent considérées comme les ennemies numéro 1 d’un cuir suédé. Malheureusement, ce n’est clairement pas le cas. En effet, si le cuir a été correctement tanné, il aura passé une bonne partie de sa vie dans des cuves d’eau et, de fait, ne la craint pas ! Si par malheur on venait à se faire surprendre par une forte averse avec des monks en nubuck au pied, il suffira, une fois rentré chez nous, de sécher correctement notre paire.

Bexley Bishop Velours

Richelieus Bexley
Au final, le seul vrai ennemi d’un cuir suédé est son ponçage. En effet, ce dernier aura tendance à fragiliser une peau. Toutefois, si il est réalisé avec soin, il ne l’altérera pas plus que de raison. Cependant, ce dernier peut être indispensable pour se débarrasser de tâches tenaces telles qu’une goutte d’huile ou de graisse. Sur un cuir gras, ce genre de tâche se verra directement et il suffira de passer rapidement un chiffon pour qu’il n’y ait pas de séquelles. À l’inverse, un cuir suédé absorbera instantanément un liquide graisseux. Plusieurs techniques sont toutefois à notre disposition pour nous en prémunir. Mais nous les verrons dans un autre sujet !

En résumé :

Infographie Cuir Velours Nubuck Suede

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques