Parapluie Piganiol Henri : Test & Avis

Avec le retour des jours pluvieux, on redécouvre l’intérêt d’un accessoire qui, au fil des siècles, n’a cessé d’évoluer en devenant pliable, télescopique voire même jetable mais qui reste pourtant un bel objet lorsqu’on s’y intéresse vraiment. Le parapluie, qu’on nomme plus familièrement pépin ou pébroc, fait partie d’une certaine manière de notre patrimoine puisque le premier parapluie pliable a été créé à Paris au début du 18ème siècle et que la France a développé un véritable savoir-faire dans ce domaine. On s’intéresse aujourd’hui à la dernière création de la maison Piganiol qui fait partie des dignes représentants de cet artisanat français. Voici notre test de leur modèle « Le Henri ».

Parapluie Piganiol Henri Packaging

La marque

L’histoire Piganiol est intimement liée à la ville d’Aurillac que l’on considère comme étant le berceau du parapluie. Pour fabriquer une telle pièce, il faut du bois, des pièces métalliques et des toiles de coton. Du bois, on en manque pas dans les forêts du Cantal, on a donc pu trouver la matière première nécessaire à la fabrication des mâts et poignets de parapluie. Depuis le Moyen Age, il existe une tradition de batteurs de cuivre dans cette région, un métal qui va servir à réaliser les pièces métalliques des parapluies. Et le coton, les paysans du coin en ramenaient d’Espagne où ils partaient vendre leurs chevaux. Voici comment Aurillac réunit tous les ingrédients pour développer dès 1846 cette industrie.

piganiol ouvriere

Les origines de la société remontent à 1884. La Maison Piganiol est une entreprise familiale où travaille aujourd’hui la 5ème génération. Mais c’est aussi un des derniers fabricants français proposant aussi bien une gamme authentique, comme le fameux « Aurillac » fabriqué à partir d’un mat en bois et d’une toile de coton enduite qu’une ligne plus moderne à l’image du « Henri » lancé cette année (2017) et que nous avons eu entre les mains. Ce parapluie rend hommage à Henri Piganiol, père de Jean Piganiol, alors président de la société, et grand-père de Matthieu Piganiol, qui dirige à présent l’entreprise.

Fiche technique

Comme la plupart des parapluies de qualité, ce « Henri » est réalisé à partir d’une toile en coton et d’un mât en bois. La toile est en coton mélangé de couleur marine. Le mât et la poignée ont la particularité d’être faits d’une seule et même pièce de bois. Un montage que l’on qualifie de « montage anglais » et qui, comme on le devine aisément, assure une résistance bien plus importante que si ces deux pièces étaient assemblées. Le bois provient d’un érable, considéré comme un bois noble, dur et très homogène. Et c’est surtout la seule essence qui peut être étuvée et courbée pour réaliser un tel montage. L’ouverture du parapluie est manuelle et se fait à l’aide de 8 baleines qui permettent de tendre au dessus de sa tête une toile de 115 cm de diamètre.

Parapluie Piganiol Henri manche

  • Matière : toile en coton mélangé
  • Poignée : bois érable
  • Longueur : 91 cm
  • Diamètre ouvert : 115 cm
  • Nombre de baleines : 8
  • Type d’ouverture : manuelle
  • Fabrication : Aurillac, France

Test

Le parapluie est rangé dans un fourreau doublé muni d’une bandouilière. Lorsqu’on le sort, on découvre qu’il est refermé à l’aide d’une attache à bouton pression décoré d’une étiquette tricolore. L’oeil est rapidement attiré par l’imposante poignée, sa courbure et la beauté du bois. Son diamètre est relativement important au niveau de la poignée, facilitant ainsi la prise en main, puis s’affine en direction du mât. A l’autre extrémité, on découvre une première pièce métallique au-dessus de la coiffe de coton puis une seconde perchée tout en haut du mât. Cette pièce que l’on nomme « tape à terre » permet de protéger le parapluie, lorsqu’on s’en sert notamment comme une canne pour les plus anciens.

Parapluie Piganiol Henri etui

Parapluie Piganiol Henri présentation

La toile est réalisée dans un coton relativement épais. Ce qui a permis d’y apposer une broderie signant ce modèle de son nom « Le Henri » souligné d’un liseré bleu blanc rouge pour affirmer ses origines. Tout le bas de la toile est parcouru par une couture contrastante blanche. Mais passons à présent à l’ouverture de ce beau parapluie !

Parapluie Piganiol Henri attache

Parapluie Piganiol Henri ouverture suite

Parapluie Piganiol Henri ouverture

Lorsqu’on place ses mains sur le parapluie pour l’ouvrir, on découvre la douceur du bois et on devine également son parfum. Des sensations qui viennent renforcer la beauté de l’objet. Pour déployer la toile, on actionne une nouvelle pièce métallique qui s’appelle « le coulant » qui glisse le long du mât. Celle-ci est surmontée d’un bande de tissu que l’on a joliment baptisée la « choupette », qui est elle purement esthétique. Une fois le sommet atteint, il faut faire preuve d’une certaine fermeté pour la bloquer et tendre parfaitement la toile.

Parapluie Piganiol Henri choupette baleines

Fièrement dressé au dessus de nos têtes, avec ses 8 baleines en acier, le Henri offre une couverture généreuse de plus d’un mètre qui permet d’envisager sereinement de se promener sur un ponton un jour de pluie par exemple ;) Je suis par contre surpris de constater que le système d’attache qui sert à le maintenir en position fermé ne puisse pas être maintenu sur la toile en position ouverte. Il flotte donc au vent.

Essayage

A l’usage, on comprend rapidement l’intérêt d’un parapluie possédant un tel diamètre. La pluie ne tombe pas toujours de manière verticale, surtout en Bretagne ! Par vents modérés, il permet donc de se protéger également d’une pluie qui arrive de biais. Et il offre une résistance au vent qui ne fait pas craindre que sa toile se retourne ou pire encore que le parapluie casse à la première rafale. Le Henri est du genre costaud et ne se fait pas malmener par le premier vent venu !

Parapluie Piganiol Henri look canne

Parapluie Piganiol Henri look

Au-delà de l’aspect pratique de l’objet, un beau parapluie est également un véritable accessoire de mode. Et on a l’impression d’avoir fier allure avec un tel compagnon à sa main. Sa toile bleu marine s’associe facilement avec les pièces que l’on a pour habitude de porter, le plus souvent dans des tons bleus ou gris. Pour peu que l’essence du bois s’accorde avec la couleur de nos chaussures, on est vraiment au top pour chanter sous la pluie !

Parapluie Piganiol Henri look bras

Parapluie Piganiol Henri look dos

Avis

Avec ce nouveau modèle, Piganiol démontre tout son savoir en matière de fabrication de parapluies. Avec ses belles matières, sa construction sérieuse et son montage « anglais » solide, on peut aisément imaginer avoir recourt à lui pendant plusieurs années. Même si la tendance de ces dernières décennies est plus au parapluie pliable, l’objet est beau, pratique et offre un confort et un style incomparable ! On prend plaisir à marcher avec sous la pluie. Son prix reflète évidemment ses qualités et ses origines, et c’est un achat que l’on envisagera si on souhaite faire l’acquisition ou offrir un bel objet qui pourra être conservé durablement. C’est aussi presque un acte militant qui permet de faire perdurer cette tradition française. Reste que je n’ai toujours pas compris ce que je pouvais faire de cette attache qui flotte au vent une fois le parapluie ouvert mais c’est évidemment presque anecdotique :)

les plus

  • Elégant et efficace
  • Qualité de fabrication
  • Made in France

les moins

  • Attache qui vole au vent
Logo Piganiol

Disponible chez Piganiol au tarif de 195€

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques
  • Lionel

    Salut, j’aurais souhaité connaître la marque du manteau. Merci de our vos articles

  • Joe dit le demonte-pneu

    Salut Lionel ! Il s’agit de ce modèle de chez Hackett ;)

  • syd

    Un parapluie à 195 euros…….
    J’adore votre site mais depuis quelque temps vos tests frisent légèrement le ridicule. Vous vous déconnectez de plus en plus de réalité.

  • Joe dit le demonte-pneu

    Salut Syd ! C’était le salon du « Made in France » ce week-end , on avait donc prévu un test en rapport avec cet événement On avait jamais consacré de sujet à Piganiol qui est une marque qui représente bien ce savoir-faire français et autour de laquelle il y avait beaucoup de choses intéressantes à dire. Je ne pense pas que ce soit ridicule comme démarche mais je comprends par contre que le prix soit jugé comme élevé, c’est un produit d’exception. Quant à notre ligne éditoriale, on cherche toujours à alterner des marques venant de différents univers et pour différents budgets. La semaine dernière on a évoqué des produits haut de gamme comme celui-ci et la collection de sacs Lancel mais on a également évoqué des bottines Rudys à moins de 150€ et des sacs Herschel tout à fait abordables. Mais sans doute que l’équilibre est moins respecté si tu le soulignes… C’est noté !

  • Joe dit le demonte-pneu

    Salut Syd ! C’était le salon du « Made in France » ce week-end , on avait donc prévu un test en rapport avec cet événement On avait jamais consacré de sujet à Piganiol qui est une marque qui représente bien ce savoir-faire français et autour de laquelle il y avait beaucoup de choses intéressantes à dire. Je ne pense pas que ce soit ridicule comme démarche mais je comprends par contre que le prix soit jugé comme élevé, c’est un produit d’exception. Quant à notre ligne éditoriale, on cherche toujours à alterner des marques venant de différents univers et pour différents budgets. La semaine dernière on a évoqué des produits haut de gamme comme celui-ci et la collection de sacs Lancel mais on a également évoqué des bottines Rudys à moins de 150€ et des sacs Herschel tout à fait abordables. Mais sans doute que l’équilibre est moins respecté si tu le soulignes… C’est noté !

  • Thomas M.

    Je me permet de rentrer dans cette conversation, un prix de 200 € pour un parapluie peut paraître aberrant pour une personne qui n’en a pas un usage quotidien, après avoir voguer d’année en année, pour ne pas dire de mois en mois, entre parapluie de supermarché, qui se briser à la première brise Narbonnaise.
    J’ai acquis depuis 3 ans un « parapluie de Cherbourg », dont les prix dépasse les 150, mais le résultat est là, il fait face fièrement aux bourrasques.
    Il faut différencier besoin de quelques jours ne justifiant pas le prix d’un tel article, ou investissement sur le long terme d’un compagnon qui sera présent à côté de la porte durant plusieurs années. Il n’y a pas de mauvais prix a ces articles, seulement des besoins divergents.

  • Grou

    Je me permets de rejoindre également la discussion. Il est vrai que les tarifs semblent élevés. Mais j’habite dans une région les pluies d’été tropical sont intense et je pense sérieusement envisager un tel achat. Presque 6 mois par an, nous en avons besoin quotidiennement. C’est plus intéressant à mon avis, d’investir dans un tel achat que de renouveler un achat cheap toutes les quinzaines.
    De plus, cela permet de connaître un savoir faire français et qui pour une fois livre les DOM!
    En résumé je suis ravi d’avoir lu ce test et j’explore le site à la recherche de mon nouveau compagnon ;)

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles