C’est quoi un cosmétique bio ?

  • Je mange bio.
  • Je reste deux minutes 50 sous la douche (shampoing, brossage de dents et rasage compris).
  • Je tri le carton de pizzas des bouteilles de bière.
  • Je bois un peu plus d’alcool pour économiser l’eau de la planète.
  • J’utilise même des préservatifs biodégradables (oui ça existe).

Qu’est-ce que je pourrais faire de plus. Et bien… Peut-être utiliser des cosmétiques bio ?

C’est quoi un cosmétique bio ?

Un cosmétique bio est un produit contenant un maximum d’ingrédients naturels, issus du règne végétal (huile d’olive, d’amande ou d’argan, extraits de fruits, huiles essentielles, eaux florales). C’est un produit qui répond à un cahier des charges défini par différents organismes (cf. rubrique cosmétique bio). Je vous propose d’aborder aujourd’hui 5 questions pour bien comprendre de quoi il s’agit !

1 – Quelle est la différence entre produit bio et cosmétique classique ?

La composition de leur excipient. L’excipient, c’est la base chargée de véhiculer les principes actifs. Un cosmétique classique est majoritairement constitué de composants synthétiques (paraffine, vaseline, huile de silicone…) alors que dans les produits bio, ce sont plutôt des huiles végétales (argan, olive, amande, cires naturelles…) issues de l’agriculture biologique. Ceci dit, n’ayez crainte des composants de synthèse. Fabriqués en laboratoire, ils permettent d’avoir des ingrédients purs, stables et fiables. Si la vaseline ou les silicones étaient néfastes j’en connais qui seraient mal…

2 – Les cosmétiques bio, on les repère comment

Grâce à plusieurs labels, mis en place par des organismes publics. Les deux labels officiels les plus connus sont certifiés par Ecocert (www.ecocert.fr)

o Le label « Cosmétique Bio » garantit 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle, dont au moins 10% sont certifiés de l’agriculture biologique. On le repère grâce au logo vert « BIO »

o Le label « Cosmétique Eco » contient au minimum 50% d’ingrédients naturels sur le total des ingrédients végétaux, et au minimum 5% d’ingrédients biologiques sur le total, on le repère grâce au logo bleu « ECO »

o Le label « BDIH » : il s’agit d’une association allemande pionnière en la matière : son cahier des charges vise à encadrer ce qu’on définit comme “cosmétiques naturels”. Pour recevoir ce label, les produits doivent être contrôlés par un organisme indépendant qui s’assure que sa production répond aux directives (plus d’infos).

Ils sont aujourd’hui très accessibles puisqu’on en trouve en parapharmacies, pharmacies, supermarchés, parfumeries…

A noter :

* on certifie des produits et non des marques. Une marque peut donc proposer des produits certifiés alors que d’autres ne le sont pas
* les tests sur les animaux sont interdits
* les procédés de transformation, nettoyage et conditionnement doit être en accord avec l’environnement
* le label Cosmébio est reconnue en Europe, aux Etats-unis et au Japon

3 – Les faux produits bio

Attention aux produits qui affichent en grosses lettres qu’ils sont bio quand ils ne sont certifiés par aucun label ! Si un vingtième des plantes qui les composent sont issues de l’agriculture biologique, ça ne suffit pas à les rendre bio, car tout le reste est d’origine synthétique !

4 – Cosmétique bio, ça veut dire sans conservateurs ?

Non. Les ingrédients naturels se conservent beaucoup moins bien. Regardez la PAO (période d’utilisation après ouverture), représentée par un pot avec le couvercle ouvert sur vos produits cosmétiques : pour un produit classique la PAO est généralement de 12 mois (12M), alors que pour les produits bio, c’est plutôt 6 mois.

Malgré la présence des conservateurs, ils se conservent moins longtemps. Si vous avez tendance à changer souvent de produit, ou au contraire, si vous les utilisez pendant deux semaines et oubliez vos pots et tubes ensuite, les produits bio ne sont peut-être pas pour vous.

5 – Peut-on se passer des conservateurs ?

Un conservateur a pour but de protéger le produit après production et d’éviter la contamination de sa formule pendant l’utilisation. Actuellement, il est impossible de se passer de conservateur ! Cependant, il existe des produits avec la mention « sans conservateur ». Alors là, attention, on rentre un peu dans le technique. Il existe deux types de conservateurs :

  • les conservateurs listés par la Directive Européenne
  • les conservateurs non listés

Ces derniers sont des composants qui font « office » de conservateurs. C’est le cas par exemple de l’alcool (et oui, sous certaines formes ça conserve !), de certaines huiles essentielles, de la vitamine E… Du coup, lorsque l’on voit la mention « sans conservateur » cela veut dire en réalité « sans conservateur listé », et non sans conservateur du tout… Ils sont forts au marketing !

Pour l’instant le réellement sans conservateur n’existe pas mais certaines marques expérimentent des packaging stériles qui a terme devrait permettre de proposer des cosmétiques bio réelement sans aucun conservateurs ! Dimanche prochain nous aborderons la suite : “Le bio, est-ce bien pour moi ?”