Conseils en mode masculine




10 tatoueurs à connaître à Paris

En 2014, Jimmy nous livrait son Top 10 des meilleurs tatoueurs à connaître dans la capitale. De cet article était alors partie une série reprenant le concept, à savoir dénicher 10 encreurs valant le détour dans les villes majeures de France. C’est ainsi que l’on s’était rendu à Rennes, Bordeaux, Toulouse et Lyon afin de se faire une idée de ce qui se fait de mieux en tatouage. Cinq ans plus tard, il est temps de mettre notre Top parisien à jour ! Au programme : de la couleur, des styles variés mais, surtout, une grand maîtrise de la machine à encrer !

Anomaly

tatouage traditionnel-par-Augusto-

Anomaly voit le jour en 2008. Le salon est alors fondé par Karim. Son but : proposer un haut lieu pour la pratique du tatouage. Aujourd’hui, le shop dispose de deux ateliers : un situé rue Beaubourg, dans le quatrième, l’autre rue maître Albert, dans le cinquième. Les deux regroupent pas moins de huit résidents à savoir Benjamin, avec son style gravure, Kira, qui pique des tatouages réalistes en couleur ou en noir et gris, Augusto, pour du old school, Charla, qui évolue dans un style manga, jeux vidéo et geek, Hector, pour des pièces néo traditionnelles, Quentin, pour un style graphique et géométrique, Jo, également dans du old school et Takumi, qui réalise des tatouages ornementaux. En plus des résidents, les deux ateliers accueillent également des guests.

Le plus du salon : les pièces d’Augusto

Anomaly, 20 rue Beaubourg, 75004 Paris et 7 rue Maître Albert, 75005 Paris

Bleu Noir

Jeykill et Veenom ouvrent Bleu Noir en 2010. En plein coeur des Abbesses, ils proposent un lieu atypique où se mêlent un ministore, un salon de tatouage (évidemment) ainsi qu’un lieu d’exposition pour une sélection d’oeuvres exclusives. Outre les deux fondateurs, on y trouve également Mast Cora, qui évolue dans un univers graphique et minimaliste parfois similaire à celui du peintre Miró, Violette, la graphiste du crew, Gaël, travaillant un style japonais et coloré et Steve, à mi-chemin entre gravure et graphisme. Devenu un salon incontournable en moins de 10 ans, le shop a également ouvert une succursale à Biarritz.

Le plus du salon : une institution

Bleu Noir, 25 rue Durantin 75018 Paris

Bonjour Tattoo Club

Bonjour Tattoo Club voit le jour en 2018. On y retrouve deux artistes, Terly et Jean André. Situé à Montmartre, le shop, privé, fonctionne uniquement sur rendez-vous. Terly est multi-styles. En effet, le bougre évolue entre le new school, le Japonais et le Gentleman art (pinups, coeurs, etc.). Quant à Jean André, son truc c’est le dessin, plutôt moderne et minimaliste. Un tout nouveau shop, qui a le mérite de dépoussiérer le milieu en proposant des pièces aussi bien très détaillées que simples, afin de répondre à n’importe quelle demande.

Le plus du salon : la complémentarité entre Jean André et Terly

Bonjour Tattoo Club, 6 Rue Nobel, 75018 Paris

De l’art ou du cochon

C’est rue Lepic, à Montmartre, qu’est situé le studio de l’art ou du cochon. Au sein du shop, on retrouve deux tatoueurs : Nikos, le fondateur et Julien Samou. Le premier, maquilleur dans le monde de la mode à ses débuts, s’est lancé dans le tatouage il y a quelques années. Passant toutes ses matinées à dessiner, il occupe ses après-midis à réaliser de grosses pièces dans un style qu’il définit comme « abstrait géométrique ». Pour l’épauler, Julien évolue également dans un style très géométrique faisant penser, parfois, à des totems indiens.

Le plus du salon : les pièces de Julien

De l’art ou du cochon, 42 rue Lepic, 75018 Paris

La Menuiserie

Lea LeFaucon

C’est en 2016 que La Menuiserie, Atelier de tatouages ouvre ses portes. En son sein, on retrouve pas moins de six tatoueurs, tous avec leur style propre. La première n’est autre que Léa Le Faucon, qui évolue dans un univers graphique et poétique. Traits fins et amour pour le bleu roi, ses pièces sont douces et délicates. Vient ensuite Peter Heinrisch, le pendant masculin de Léa. Évoluant aussi dans un univers graphique, le bonhomme surfe entre chevaliers en armure, samouraïs et chien-loup cosmonaute. Ses couleurs de prédilection ? Le rouge et le noir (inspi Stendhal ou Jeanne Mas, à lui de répondre…). La team est complétée par Classico Mig, pour de la gravure bien dark, Pablo Dalas, le grafeur du crew, ViandeBleue, qui adore les yeux et Lobster, pour des pièces abstraites. Des styles différents mais complémentaires donc, pour ce shop qui fonctionne uniquement sur rendez-vous.

Le plus du salon : La richesse des styles présents

La Menuiserie, adresse uniquement communiquée aux clients.

La Peau Dure

Clairement, le monde du tatouage est un milieu vraiment éclectique. Si, bien souvent, les tatoueurs ont dans leur bagage une formation dans le dessin, Thongsavanh, à l’origine du studio, vient d’un univers légèrement différent : celui de la mode. Après une formation au métier de styliste de mode ainsi qu’une spécialisation dans le domaine de l’accessoire de luxe qui lui permet d’approfondir ses connaissances en design, il découvre la mode et exerce le métier de designer maroquinerie et bijouterie pendant plus de 7 ans. À force de dessiner de belles lignes raffinées et minimalistes, il se tourne presque logiquement vers le tatouage. Puisant son inspiration dans les merveilles de la nature, il se crée un univers peuplé d’animaux imaginaires et de compositions florales et poétiques. Thongsavanh aime tout particulièrement opposer la rigueur de la géométrie et de la symétrie à la rondeur et la liberté de mouvement de motifs floraux.

Le plus du salon : le côté épuré et minimaliste du studio ainsi que les pièces de Thongsavanh

La peau dure, 235 rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris

Les Derniers Trappeurs

Dernière ce shop, on trouve Lionel Fahy. Tatoueur depuis plus de vingt ans, l’homme est connu dans le monde entier pour avoir démocratiser un style bien particulier d’encrage. En effet, l’homme réalise des pièces empruntant les traits caractéristiques de l’univers de l’art contemporain. Lignes minimalistes et courbes fines, ses oeuvres sont (en apparence) simples et raffinées. L’artiste est accompagné de six autres tatoueurs, tous évoluant dans leur propre style. Ainsi, on retrouve Roberto Dardini, pour des pièces réalistes mélangeant poésie, trash et nature (le tout en couleurs ou noir et gris), Adrien Boettger, aka Badskull Company, pour des illustrations au dark style nordique, LaGarbo, qui privilégie l’architecture, le style dessin et le black work, Sacha, spécialiste du free hand, El Patman, encreur de pièces géométriques et Monsieur Grognon, dans un style moderne et graphique.

Le plus du salon : la déco du shop !

Les derniers trappeurs, adresse uniquement communiquée aux clients.

Les Maux Bleus

Le salon Les maux bleus est né de l’union de trois artistes tatoueurs : Carin Silver, Carlo Amen et Sixo Santos. Situé en plein coeur de Paris, le salon (privé) se cache au fond d’une cour et abrite trois artistes au style bien particulier. Carin, sa passion, c’est la nature. Grâce à ses traits fins et ses couleurs douces, elle la grave ad vitam æternam sur la peau de ses client(e)s. Lorsqu’on regarde les pièces de Carlo, on serait presque tenté de dire que c’est l’arrière petit-fils de Picasso tant il s’inspire des oeuvres du peintre. Quant à Sixo, il navigue dans un univers graphique très réussi, où visages de femmes mélancoliques et clins d’oeil au cinéma des années 50 se côtoient. Le trio est également accompagné de Chimaera, véritable pont entre les différents styles du salon.

Le plus du salon : chaque tatoueur évolue dans un style unique

Les maux bleus, 20 Rue des Gravilliers, 75003 Paris

Unique Horn Tattoo

Dès l’adolescence, Issa Maoihibou tombe amoureux du manga, art majeur de la culture nippone populaire. Après avoir gribouillé à peu près tout ce qui lui passait par la main et après des études dans le dessin-animé, il frappe à la porte d’un salon de tatouage en 2005, celui de Tin Tin. Le big boss le recrute et, six mois plus tard, il tatoue sur son tout premier client Yuuko, un personnage du manga xxxHOLIC. 10 ans plus tard, il ouvre son propre salon, Unique Horn Tattoo, dans le quartier d’Oberkampf. Salon entièrement dédié au manga, il est accompagné de Loïck, Audrafe et Yago the Bear, tous évoluant dans un style manga / dessin animé / jeux vidéos coloré.

Le plus du salon : un style unique et l’excentricité d’Issa

Unique Horn Tattoo, 38 rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris

Yōso

Situé dans le 19ème arrondissement de Paris, Yōso est un lieu atypique. En effet, en plus d’être, bien évidemment, un salon de tatouage, c’est également une galerie ainsi qu’une librairie ! Tenu par Yoshika, le salon abrite un tripotée de tatoueurs résidents (10 au total !) et accueille régulièrement des guests. Il s’y côtoie de nombreux styles bien différents : cela va de l’irezumi au graphique en passant par l’ornemental et l’abstrait. De nombreux univers donc, qui pourront répondre à n’importe quel projet facilement.

Le plus du salon : une véritable fourmilière de tatoueurs

Yōso, 5 rue Euryale Dehaynin, 75019 Paris

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).