Comment choisir un costume ?

Une partie importante de mes relookings s’effectue dans des magasins de costumes. Hé oui, le costard, tant qu’on ne sait pas s’y prendre, c’est la grande classe mais en théorie seulement. En pratique, à trop écouter les conseils de papa, on ressemble parfois à un VRP en photocopieurs ou à un vendeur de Ladas. Ici comme ailleurs, les modes changent, mais il y des principes de base, de goût et de bon sens que vous devez connaître :

La taille, la taille et toujours la taille

On peut vous proposer un costume à 1500 soldé 150, s’il n’est pas à votre taille, ne le prenez pas, vous seriez moins élégant que dans un t-shirt blanc qui, lui, le serait.

Yoox La taille d’une veste s’évalue d’abord et avant tout aux épaules. 80% des gens choisissent leurs vestes trop larges, ce qui leur donne des épaules tombantes comme les oreilles d’un cocker, et l’air plus fatigué que s’ils avaient passé tout le dimanche devant Michel Drucker. Appuyez avec votre main droite sur votre épaule gauche et vice et versa, vous devez sentir votre bras, et pas 5cm de vide. Ensuite, levez les bras à l’horizontale et regardez la largeur de la veste un peu au dessus de la taille, juste sous les côtes. Là aussi, si vous avez l’impression que vous pourriez aussi ranger votre petit frère à l’intérieur sans forcer sur les coutures, prenez la taille en dessous, et surtout prenez une coupe plus cintrée. Enfin, la longueur : contrairement à un veste seule prévue pour être assortie à un jean (qui peut arriver au milieu des fesses), une veste de costume doit vous recouvrir le postérieur pour arriver à la comissure de la cuisse. Pour le pantalon, tout est plus flexible : tour de ceinture, fesses, cuisses, ourlet du bas, tout est modifiable en deux coups de cuillère à pot par le retoucheur du coin de la rue, ne vous focalisez donc pas trop dessus pour l’instant. Vous voyez, c’est pas si compliqué.

Tendance marié costume accessoires pince cravate pochette

Dans cette première partie, nous avions vu comment éviter l’écueil le plus fréquent en matière de costume ; en matière de tout, vous me direz, mais sur un costume ça se voit encore plus) : la surestimation de la taille. Pour une raison que je ne parviens pas encore à m’expliquer (complexes de l’enfance, défiance du père ?), les gens achètent toujours leurs vêtements – surtout les hauts – une, voire deux, tailles trop grands. Mais comme vous lisez Commeuncamion, vous avez compris qu’il fallait accepter son corps tel qu’il est, et vous vous distinguez déjà de la masse. Cadeau, à vous les autres killer détails d’un beau costume :

Les couleurs

(et non la couleur, il peut y en avoir plusieurs) A moins d’exercer la profession aventureuse et passionnante de notaire, où vous êtes probablement condamné au gris mou et à la coupe 3 boutons (voir ci-dessous), sachez qu’il est toujours possible de se distinguer, si c’est fait avec goût.

Yoox Le gris le plus anthracite peut s’égayer par une rayure bleue voire turquoise (Kenzo), le beige le plus doux par du rose (Ozwald Boateng), le noir par un liseret rouge (Givenchy). Et si vous êtes vraiment menacé d’expropriation en cas d’originalité par rapport à vos collègues, adoptez l’uni à l’extérieur, avec une doublure démoniaque à l’intérieur (voir à cet effet les costumes Ozwald Boateng, effet garanti quand vous ouvrez la veste).

L’erreur à éviter : le costume beige crème et la chemise bleue claire sur un teint cachet d’aspirine, le camaïeu de marrons mous sur un teint café au lait, etc. Utilisez les couleurs pour contrarier votre nature et ainsi l’équilibrer, pas le contraire.

Les boutons : 1, 2, ou 3

Hormis les notaires évoqués ci-dessus (messieurs, je n’avais rien contre vous auparavant, mais je vous ai vu à l’œuvre ces derniers jours pour l’achat de mon appart), dans la majorité des cas évitez les vestes à 3 boutons, c’est guindé et ça vous empêchera de porter le costume pour sortir.

Yoox 1 bouton, c’est l’inverse : très décontracté, peut-être trop pour votre boulot. Conclusion : l’assurance tous-risques, c’est le 2 boutons

costume-de-fursac-gris-focus-boutonniere

Le tissu : pourquoi de la laine ?

Essayez un costume en polyester par exemple, vous aurez trop chaud l’été, et trop froid l’hiver. La laine, même fine, est un régulateur de température génial.

Puis-je mettre la même ceinture qu’avec mon jean Levis 501 ?

Oui, bien sûr, mais vous aurez l’air d’un plouc. Chaque accessoire a son usage, a fortiori le premier d’entre eux, la ceinture. Large = jeans et autres. Plus étroite, avec une boucle plus fine et plus sobre : costume.

Combien dois-je économiser pour pouvoir m’offrir un beau costume ?

Aie, sujet délicat, qui vaut des mails d’insultes à quiconque s’y aventure. Bon, vous avez de la chance, je prends le risque (et les coups) pour vous. En gros, il y a 3 gammes de prix, à vous de voir selon votre porte monnaie et vos priorités :

  • – la gamme des 300-400 euros (marques italiennes inconnues), où l’on peut, avec du nez, trouver de bonnes affaires. Nombreux sont mes clients de relooking à adopter ces marques, pour lesquelles ils reçoivent plus de compliments qu’avec leur costume Boss habituel payé le double (!)
  • – la gamme des 600-800 euros (Boss, Kenzo, et Cie), où se côtoient le meilleur et le pire. Là aussi, le vendeur ne se substitue jamais au nez, au goût et au discernement. Grosse possibilité de vous faire refiler une bouse.
  • – La gamme des plus de 1000 euros (Ozwald Boateng, Roberto Cavalli, etc), pour porter les mêmes que James Bond dans Casino Royale ou Brad Pitt dans Oceans’11

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles