Quels sont les critères de qualité d’un costume ?

Depuis six mois maintenant, nous nous efforçons, au travers de notre « Suit Monday », de vous prodiguer conseils et astuces afin de choisir efficacement son prochain costume. Cela passe par différents points, différents aspects que nous avons déjà pu aborder (son style, son tissu, sa  taille, etc.). Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à trois critères principaux qui nous permettent d’estimer si oui ou non, le costume que nous convoitons est un bon complet. Quels sont donc ces critères de qualité ?

1. Le tissu

A. Les matières à privilégier

La laine

Comme souligné lors du « Suit Monday » s’intéressant à quels tissus choisir pour un costume, la laine est évidemment la matière reine à privilégier lorsqu’on souhaite acquérir un costume. Bien évidemment, comme il en existe de différentes qualités, la notion « 100% laine » ne garantit pas obligatoirement un costume de qualité. Pouvant être travaillée de différentes manières, la laine peut donner différents types de tissus, du plus épais et à la finition « grossière » au plus fluide mais fragile. Traditionnellement, la laine est la matière privilégiée afin d’effectuer les mélanges. Ainsi, il ne sera pas rare de voir un costume réalisé à partir d’un tissu laine et soie par exemple. Ici, il s’agira également de s’intéresser à ce qu’on appelle le Super. Ce système permet de normer les fibres de laine, les classant de la plus fine (Super 150’s et plus) à la plus épaisse (moins de 120’s). Si les « Super » permettent de définir la tenue et la souplesse du tissu utilisé à la confection du costume, ils n’indiquent en rien la qualité de la laine, confusion encore trop souvent commise dans certaines boutiques de prêt-à-porter notamment.

Tailor Trucks Tissu
Le coton

Si la quasi totalité des complets sont réalisés à partir de diverses fibres de laine, d’autres matières peuvent être utilisées pour leur confection. C’est le cas du coton, fibre phare pour un deux pièces estival de par sa grande légèreté. Comme la laine, le coton peut être travaillé de différentes façons, donnant ainsi plusieurs types de tissus ayant un toucher qui leur est propre : seersucker, moleskine, velours, etc. De fait, un costume en coton aura indéniablement un côté casual. Le complet coton facilite (et encourage même) le port en dépareillé mais également les couleurs plus vives et plus chaudes que celles traditionnellement utilisées avec un tissu en laine. Enfin, et de par sa nature, un costume en coton sera plus abordable qu’un costume en laine.

Coton Costume

Un magnifique exemple de costume en coton. Crédit photo : The Idle Man

B. Les matières à éviter

Synthétiques

Ici, on regroupe tout ce qui ressemble de près ou de loin à du plastique des matières synthétiques. Principalement destinées à l’entrée de gamme, ces matières sont souvent associées à un plastron en thermo-collé (que nous développerons un peu plus bas). Souvent mal coupés (ou du moins coupés sommairement), les costumes sont fabriqués à la chaîne afin de réduire au maximum les coûts de production. Cela se traduit par des complets sommaires, avec peu ou pas de détails. L’association matières synthétiques et thermocollé n’est à envisager uniquement que pour des ports à court terme (pour le mariage d’une vague connaissance par exemple). En effet, cette combinaison, à plus long terme, se dégrade rapidement rendant ainsi un complet importable.

Costume H M

Si les costumes H&M peuvent présenter un bon rendu, ils sont malheureusement pour la plupart réalisés à partir de matières synthétiques

2. La construction

Si le tissu utilisé est indéniablement le premier critère de qualité à observer lorsqu’on souhaite investir dans un complet, le montage de la veste est l’autre point majeur de sélection. Pouvant changer radicalement le tombé d’une veste, cette partie du costume est un point capital dans le choix d’un complet tant elle détermine l’image que dégagera celui-ci. Mais avant de différentier les trois différents types d’entoilage, il convient de définir exactement à quoi ce la correspond.

A. L’entoilage, qu’est-ce que c’est ?

Une veste de costume ne s’arrête pas simplement à une toile, une doublure et des poches à rabats. Son montage est bien plus complexe et nécessite une armature, l’entoilage. Cette juxtaposition de toiles, généralement réalisée grâce à de la laine grossière, vient se glisser entre la toile principale (appelée également le devant) et la doublure. Partant du padding, cette armature court tout le long de la veste, passant par les revers, le plastron de la veste, etc. En somme, l’entoilage définit la forme, le tombé et l’aspect général d’une veste, il n’est donc pas à négliger. Plusieurs techniques d’entoilage existent, techniques que nous vous détaillons juste en dessous.

B. Entoilage complet

L’entoilage complet (ou plus communément appelé « traditionnel ») est considéré comme l’entoilage le plus élégant, ce qui se fait de mieux. Ce dernier est composé d’une toile de corps, sur lequel sont juxtaposés des plastrons. Pour cette technique à aucun moment le plastron n’est collé sur le devant de la veste, il est dit « flottant » car il est uniquement cousu au niveau des épaules, des emmanchures et est broché aux revers. L’entoilage traditionnel a donc indéniablement le tombé le plus beau et le plus naturel. Ce dernier permet à la veste d’épouser au mieux la morphologie du porteur et étant souvent couplé à du crin de cheval (qui a des propriétés de mémoire de forme), il facilite grandement cette spécificité.

Artling Entoilage

Un exemple d’entoilage par Artling

C. Semi-entoilage

Cette technique est aujourd’hui la plus répandue, que ce soit en sur-mesure ou chez certaines marques de prêt-à-porter. Subtil mélange entre les deux autres techniques de création d’un plastron, elle permet d’associer chacune de leur qualité propre : un beau tombé couplé à une construction plus simple et plus rapide. Ainsi, l’entoilage est thermocollé au niveau des revers et du bas des pans de la veste mais reste flottant au niveau du plastron. En définitive, choisir une veste en semi-entoilé permet d’acquérir une pièce dont le montage se rapproche de la grande mesure (toutes proportions gardées bien entendu) tout en restant dans un budget raisonnable.

Detail Montage Veste

Un exemple de construction d’une veste par Samson

D. Thermocollé

On termine ce tour des principaux types de constructions d’une veste de costume par celui qui, sans aucun doute, est le plus controversé. À l’origine, le thermocollé a été crée par les industriels du prêt-à-porter afin de pouvoir produire des costumes à grande échelle. Le procédé consiste à coller une fine résille de part et d’autre de la veste, de couture à couture. Ainsi, les épaules, les revers, le plastron et les pans de la veste en sont recouverts. On fait ensuite chauffer la résine grâce à une presse chauffante (d’où le terme thermocollant) qui vient la fixer à l’ensemble du lainage. Rapide et simple de confection, le thermocollé a néanmoins un très gros point faible : il « cartonne » la veste. Une costume entièrement en thermocollé pourra très difficilement épouser les formes du corps et suivra péniblement les mouvements. Cela dit, certaines marques à la renommée internationale réalisent de très beaux costumes en thermocollé. C’est notamment le cas de Corneliani avec certains de ses costumes de sa gamme « CC Collection ». Mais globalement, cette technique permet surtout de produire à moindre coût un costume de qualité moyenne et de le proposer à un prix plus ou moins abusé élevé en fonction de la « notoriété » de la marque.

Blandin Delloye Plastron

Résumé des différents types d’entoilage par Blandin & Delloye

Stéphan R. co-fondateur de la maison Samson, nous explique comment différencier un thermocollé d’un semi-entoilé : « Si vous ne sentez rien et que le tissu est parfaitement lisse, vous êtes face à une veste thermocollée, montage qui représente la très grande majorité des costumes de prêt à porter, même des plus grandes marques. Par contre, si vous sentez de petites aspérités, c’est une veste semi traditionnelle. Les points de couture que vous sentez, maintiennent la toile de crin de cheval du revers, avec le tissu. C’est un montage plus complexe qui assure une longévité idéale à la veste. »

E. Les épaules et la doublure

En plus de la construction de la veste, le padding utilisé ainsi que le soin apporté à la doublure peuvent être des critères intéressants à observer. Le rembourrage utilisé pour la confection des épaules d’une veste de costume peut par exemple permettre de déterminer le style d’un complet. En effet, si celui-ci est prononcé, le costume sera dans un style anglais et aura pour objectif de structurer la carrure. A contrario, si la veste est totalement dépourvue de padding, on se trouvera en présence d’un costume italien, jouant davantage sur le cintrage.

Balibaris City Costume Porte Epaule

Costume Balibaris

Pour la doublure, la première chose à observer est le tissu utilisé à sa confection. Une doublure utilisant une matière uniquement synthétique sera moins belle et, parfois, moins bien finie. Mais là où on remarque que la doublure est travaillée est sans aucun doute lorsqu’on s’attarde sur la façon dont cette dernière a été cousue. Ainsi, certaines marques et autres maisons de tailleurs proposent de choisir la couleur du fil utilisé mais également d’apposer à côté de la couture un liseré dans une couleur spécifique.

3. Les détails

Si le montage utilisé pour la veste d’un costume mais aussi le tissu choisi pour sa confection sont sans conteste les premiers points à observer lorsqu’on acquiert un costume, certaines finitions, parfois de l’ordre du détail, peuvent également nous en apprendre davantage quant à la qualité de celui-ci. On vous liste dans cette partie les plus importants.

A. Les boutonnières

C’est incontestablement LE premier détail indiquant la qualité d’un costume. Initialement appelées surgeon’s cuffs, elles étaient à l’origine destinées (même si cela peut parfois différer) aux médecins militaires afin qu’ils puissent rapidement relever leurs manches lorsqu’ils devaient s’occuper d’un blessé. Aujourd’hui, les boutonnières fonctionnelles sont gage de qualité et montre un véritable travail de confection. L’usage veut que, une fois la veste portée, le dernier bouton d’une boutonnière soit ouvert. Malheureusement, de nombreuses marques de prêt-à-porter (et notamment dans la fast fashion) se mettent à les intégrer sur leurs costumes. Attention donc à ne pas uniquement regarder ce détail et à scruter un costume sous ses moindres coutures.

B. La construction des poches

Pour la plupart des costumes (si ce n’est pour la totalité de la production), les poches sont terminées par un passepoil, sorte de lèvres venant clore l’ouverture de cette dernière. Mais peut d’entre eux se voient munies de poches passepoilées à demie-lune. Cette finition, réalisée à chaque extrémité de la poche, est cousue en demi-cercle, d’où son appellation. L’intérêt principale d’une couture en demie-lune est de soutenir le passepoil garantissant ainsi une solidité supplémentaire aux poches.

C. Les boutons

Dernier détail garantissant de la qualité d’un costume, les boutons sont également un des critères les plus utiles afin d’assoir le style d’un complet. Si la façon dont ils sont cousus est bien évidemment gage (ou non) de qualité, leur nature même et la matière première utilisée à leur confection est ici ce qui nous intéresse le plus. Les costumes d’entrée de gamme seront systématiquement pourvus de boutons en plastique, inutile alors de préciser qu’il est difficile d’associer plastique à qualité. Les matières à privilégier seront donc principalement la corne (matière reine pour cette partie d’un costume) la nacre, le métal (pour un blazer à l’inspiration marine par exemple) le bois ou même le cuir, le choix étant déterminé par le style général du costume.

Costume Blandin Choix Bouton

En conclusion

En définitive, et même si nous avions déjà détaillé certains aspects à prendre en compte lors de l’acquisition d’un costume (c’est d’ailleurs le but de cette série me direz-vous !), la majorité des critères faisant qu’un costume est de bonne facture ou non se trouvent sur la veste. De sa construction aux détails apportés par le fabricant, une inspection minutieuse est donc nécessaire pour bien choisir un complet. Si en premier lieu on serait tenté de croire que ces points de contrôle sont davantage observables sur une pièce sortant d’un tailleur, force est de constater que de nombreuses marques de prêt-à-porter (sujet sur lequel nous nous pencherons davantage afin de clore ce dossier) tendent désormais à proposer des pièces de qualité aux finitions dites « premium ». Si bien que, parfois, mieux vaudra privilégier un bon costume de prêt-à-porter qu’un complet sur-mesure mal coupé.

    ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

    Voir plus d'articles