fbpx
S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Bienvenue chez George & Georges à Paris, le bottier multicolore

Installés au coeur du 7e arrondissement, entre l’Assemblée Nationale et le musée d’Orsay, Anne et Olivier ont accueilli le Camion dans leur petit atelier bottier. Une visite aux airs de voyage dans le temps. Ici, on bat la semelle au marteau, des dizaines de pinces recouvrent les murs et un artisan aux longues moustaches blanches nous accueille avec l’enthousiasme d’un vieil ami. Entre avec nous chez George & Georges, où l’on sculpte toutes les formes et toutes les couleurs de souliers, pour peu que le client ait de l’imagination !

George et georges bottier devanture

Le plus important avant de se rendre à l’atelier George & Georges, c’est de libérer sa matinée. Se faire sculpter une paire de chaussures demi-mesure, cela passe par une véritable discussion. D’abord, avec Olivier, qui a enfilé ce jour-là un magnifique pantalon-tablier écru. Bottier formé par les compagnons du devoir il y a près de 50 ans, son premier rôle consiste à cerner l’envie du client. Quel style ? Plutôt Richelieu, mocassins ou bottines à lacets (l’atelier propose une quinzaine de modèles différents) ? Chaussures de soirée ou de bureau, pour la semaine ou le week-end ? Pas de panique si l’on n’a pas de réponse à nos questions, Olivier est là pour nous guider.

George et georges bottier bottines

« Asseyez-vous, déshabillez-vous ! » Assis sur son tabouret, le bottier m’examine. J’ai la patte fine, et une carrière de footballeur derrière moi, que trahit un cou-de-pied proéminent. Après quelques palpations, il se lève et me ramène un patronage de Balmoral, taille 43. Olivier passe tout au crible : l’alignement des lacets, la largeur du modèle et le confort ressenti après quelques pas dans l’atelier.

Les patronages sont exclusifs, impossible de retrouver silhouette identique ailleurs. Une fois d’accord sur un modèle et les retouches nécessaires, Olivier accède à toutes les originalités : coutures non apparentes, perforage du cuir très fin ou décolleté plus prononcé, pour laisser apparaitre plus de chaussette. L’atelier George & Georges joue de la singularité de ses créations, pour se démarquer de la concurrence. Le bottier se réserve aussi le droit de déconseiller, très diplomatiquement, certains modèles en fonction de la corpulence du client. Commande est prise, il faut attendre deux semaines, le temps que la paire soit fabriquée au Portugal. Le rôle d’Olivier s’arrête là, commence alors celui de sa « patineuse artistique ».

George et georges bottier patine

Avant de rencontrer Olivier il y a 16 ans et d’intégrer, avec lui, le monde de la chaussure, Anne travaillait dans la banque. À l’agence flambant neuve, elle a préféré le premier étage étroit du 41 rue de Vernueil, au-dessus de l’atelier. Pour y accéder, il faut baisser la tête et monter les genoux dans un petit escalier de bois au fond à gauche. Se dévoile alors une petite pièce cernée par les boites à chaussures, un perchoir sorti des romans de Balzac. Près de la fenêtre, un pupitre et des pots de couleurs. Anne patine ici les dizaines de nouvelles paires brutes, fraichement livrées.

George et georges bottier semelle

L’opération dure entre une et trois heures, et comme sur les plus beaux tableaux, plusieurs couches sont nécessaires. Des oeuvres auxquelles il faut rester attentive : « deux cuirs ne réagissent jamais de la même manière ». Mais avant d’utiliser ses mains, Anne se sert d’abord de sa tête. À l’écoute du client, elle essaie de définir ce qu’il a à l’esprit. Choisir la couleur de sa paire est une étape cruciale et l’occasion de se rendre compte de ce que l’idée originelle rendrait une fois imprimée sur le cuir.

George et georges bottier talon

Chez George & Georges, on se targue de faire des chaussures pour des clients de 18 à 75 ans, passionnés ou novices, à la recherche d’une Richelieu noire classique ou d’une double boucle bi-ton. Avec Anne, c’est simple : « on peut tout faire ! » À son palmarès, le noir clair ou couleur sang coagulé. Le patinage peut être uni, ombré, brossé ou marbré. Il est même possible de faire des gravures et des tatouages sur le cuir, à condition de casser sa tirelire. Sans ces extravagances, comptez entre 550 et 950 euros pour une paire de chaussures unique, patine incluse.

George et georges bottier ceinture

En plus de cela, l’atelier George & Georges propose des sacs en cuir, des portes-cartes ou des ceintures. Tous ces accessoires peuvent, eux-aussi, être patinés à la guise du client. Mais la diversification ne s’arrête pas là ! Anne et Olivier propose plusieurs ateliers : chaise de cireur, réparations (que la chaussure soit estampillée George & Georges ou pas) et rencontres le jeudi soir à l’atelier, où les visiteurs doivent chacun apporter une paire, pour discuter souliers autour d’un cigare. Un atelier aux portes ouvertes à tous les visiteurs. Pendant notre passage, deux chiens sont passés dans la boutique, pour réclamer une poignée de croquettes, qu’Anne et Olivier cachent derrière leur comptoir. Aux côtés de ce Golden affamé, son maitre, un réalisateur bien connu du cinéma français. Chez George & Georges, le Tout-Paris entre. Il en ressort bien chaussé.

George et georges bottier lacets

Découvrir l’univers de Georges & Georges

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation du commentaire et notre réponse prennent quelques heures avant d'être publiées (notamment la nuit quand on dort et le week-end).

visuel couverture george & georges
Chez Georges & Georges

-

Articles les plus populaires

Voir plus d'articles