L’histoire du duffle-coat

Lorsqu’on envisage l’acquisition d’un manteau pour le froid, les choix ne sont pas si larges que ça. On a bien sur le caban que nous avons déjà abordé en long, en large et en travers, puis vient on tombe inévitablement sur le duffle-coat qui reste une référence tant au niveau du style que de la durabilité. Il fut populaire à maintes reprises au cours des décennies passées, et depuis trois saisons, alors qu’il était enterré, on l’a vu resurgir de nulle part pour devenir LE manteau tendance de ces dernières années ! D’où vient-il, qui est-il ? Notre équipe a enquêté. Voici l’histoire du duffle-coat.

C’est quoi un duffle-coat ?

Le duffle-coat est un manteau qui doit son nom au duffel ; une laine épaisse, rugueuse et noire provenant de la ville de Duffel en Belgique. Pour l’histoire, cette ville était reconnue pour avoir exporté ses tissus dans toute l’Europe dès le 15ème siècle.

histoire du duffle coat

Traditionnellement, il est long voire mi-long, bien que ces dernières années les créateurs aient eu tendance à le raccourcir. Ce manteau en laine est reconnaissable au premier coup d’oeil grâce à ses larges poches plaquées, ses empiècements au niveau des épaules et surtout grâce à sa boutonnière ; une fermeture originale faite de quatre boucles en corde de chanvre (ou en cuir) dans lesquelles on fait passer des cônes en bois (ou en corne) incurvés. L’histoire nous dit que ce système de fermeture était utilisé par l’armée prussienne pour que les militaires puissent ouvrir et fermer leurs uniformes même en portant des gants. Il est également doté d’une capuche et d’une doublure en tartan qui cache les coutures intérieures. A l’origine sa couleur est beige/camel, et il fut créé pour être porté par dessus un autre manteau.

gloverall-original-duffle-coat

Les origines du duffle-coat

On dit qu’à la base le nom “duffle-coat” viendrait d’une déformation anglaise. Les premiers duffle-coats auraient été conçus à la fin du 19ème siècle, en 1887, par un fournisseur de vêtement britannique du nom de John Partridge. S’inspirant d’un manteau polonais du début du siècle, il crée cette pièce aux caractéristiques particulières, l’équipant de sa fameuse boutonnière. Cependant, il était à l’époque plus ample qu’aujourd’hui, car destiné à être porté par dessus un autre manteau.

polish frock coat

Le succès vint très tôt. Tout commença lorsque la Royal Navy (marine britannique) commenca à en équiper ses soldats. Ainsi, dès la fin des années 1800 on recense quelques opérations dont une expédition en Antarctique durant laquelle les marins sont équipés de duffle-coats asymétriques mi-longs. On pourrait supposer que c’est dans cette optique que ce système de fermeture particulier fut créé, afin que les marins puissent l’utiliser malgré leurs gants. Par la suite, on a constaté que sur plusieurs photographies de militaires durant la Guerre de 14-18 ils portaient des manteaux de type duffle-coat. Ce n’est qu’au cours de l’entre-deux-guerres qu’il prit une forme plus proche de celle qu’on lui connait aujourd’hui.

royal navy servicement duffle coat 1ere gm

expedition royal navy gloverall

Si son usage est courant chez les militaires anglais et qu’entretemps plusieurs armées s’y intéressent pour équiper leurs soldats, le duffle-coat commence réellement à se répandre durant la Seconde Guerre Mondiale. Selon la légende, c’est le jeune maréchal de l’armée britannique Bernard Law Montgomery qui en fut le plus illustre adepte. Il équipa ses hommes avec ce manteau qu’il appréciait tant, une rumeur prétend également qu’il ne s’en séparait jamais, pas même pour dormir. Informellement, les anglais appelèrent le duffle-coat “Monty” en hommage à son fidèle porteur. Car comme il le portait également hors de son service, lors de son temps libre, la pièce entra au fut et à mesure dans la garde-robe des civils. C’est alors que les premiers stocks de duffle-coat qui n’appartenaient pas à l’armée apparurent.

Generals-Bubbles-Barker-Monty-Duffle-Coat

Par son apparition dans des films (“The Third Man” en 1949), par ses qualités de chaleur et sa propagation rapide, le duffle-coat devint un manteau de premier choix. Les mères en habillèrent leurs enfants pour qu’ils n’attrapent pas froid et la jeunesse s’empara du manteau, en faisant une pièce de mode.

le mans juin 55

Gloverall et le duffle-coat

En 1951, après la guerre, Harold et Freda Morris acceptent une offre du Ministère de la Défense du Royaume-Uni d’acheter le surplus de manteaux de l’armée afin de les revendre. Le succès est au rendez-vous puisque le couple épuise rapidement son stock de duffle-coats. Ils décident alors de fabriquer leurs propres manteaux. Ces spécialistes de gants (gloves) et de combinaisons de travail (overalls) renomment leur entreprise Gloverall afin de reproduire le célèbre manteau.

L'usine de Gloverall dans le Northamptonshiregloverall-factory
pub vintage gloverall

roger harold morris

Le duffle-coat aujourdhui

Longtemps conçu dans leur usine de la cathédrale “St Paul” à Londres, désormais c’est dans le comté de Northamptonshire que la production de Gloverall s’effectue. Evidemment, de nombreuses marques proposent leur version revisitée (ou non) du duffle-coat, mais le couple Morris ayant racheté tous les stocks de l’armée, on peut supposer que tous les duffle-coats d’aujourd’hui sont plus ou moins une copie d’un Gloverall ou du moins ils s’en sont inspirés.

Beats-en-Duffle-coats

Porté à l’origine par les militaires, il est aujourd’hui adopté par tous, petits et grands. Qui dit changement d’usage dit changement de coupe. Le duffle-coat est maintenant moins large (on ne porte plus un uniforme de marin en dessous), il est coupé droit et les poches sont moins volumineuses (on ne range plus sa casquette militaire dedans). On trouve aussi des versions courtes et de toutes les couleurs, certains n’ont d’ailleurs plus rien à voir avec un duffle-coat si ce n’est sa célèbre fermeture. Toujours autant populaire, il fait partie des manteaux que les gens apprécient aux côtés du caban et du trench-coat.

Burberry Ligne Prorsum Défilé Automne-Hiver 2013

Défilé Burberry Prorsum automne-hiver 2013

Un manteau devenu culte

Beaucoup de pièces masculines trouvent leurs origines dans le domaine militaire mais pour qu’une pièce devienne culte il faut qu’elle soit appréciée du grand public. Aujourd’hui, rien de mieux que la publicité, le cinéma ou encore la musique pour rendre quelque chose de banal en quelque chose de cool. A l’époque, c’était aussi le cas mais à moindre proportion, ainsi avant d’atterrir dans votre penderie le duffle-coat a été sur le dos de plusieurs célébrités. Le couple d’acteurs Michael Wilding et Elizabeth Taylor l’ont ainsi revêtu tout comme le chanteur Noel Gallagher (du groupe Oasis) durant le festival de Glastonburry en 1995. Jean Cocteau a également arboré un duffle-coat mais en version blanche. Charlotte Ford, la fille d’Henry Ford II et l’arrière petite fille du fondateur de Ford, a aussi été séduite par ce manteau de laine. Même le prince Charles n’a pas su y résister durant sa jeunesse. Aujourd’hui, il est encore populaire chez les stars comme Gwen Stefani, Andrew Garfield, Michele Williams et sur les podiums et mannequins comme Cara Delevingne et Agyness Deyn. Bref, indémodable le duffle-coat est indéniablement un manteau sur lequel il faut et faudra encore compter un bon bout de temps !

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques