Costume l’Apiéceur : Test & Avis

Choisir de réaliser un costume sur-mesure plutôt que d’acquérir une pièce de prêt-à-porter tient de plusieurs facteurs. La personnalisation, le fait qu’un complet soit parfaitement ajusté et le grand choix d’étoffes sont tout autant de points qui nous poussent à préférer ce type de service. Depuis qu’il existe, le métier de tailleur a principalement été occupé par des hommes. En somme, un milieu d’hommes, pour les hommes. Et cela pourrait paraître logique dans le sens où la gente masculine peut parfois se livrer plus facilement (et ainsi se faire comprendre plus rapidement) avec une personne du même sexe. Cela dit, avoir un avis extérieur peut modifier notre perception d’un complet. Un oeil féminin peut par exemple changer entièrement un ensemble. Cela tombe bien, l’Apiéceur est tenu par une femme et nous venons de tester ses services.

Lapieceur Logo

La Marque

Après avoir poursuivi des études de stylisme à l’école Chardon Savard puis une formation de modélisme à l’AICP, Camille crée l’Apiéceur en 2014. Sa passion pour la mode masculine ainsi que pour l’univers du tailleur naît d’un constat simple : le monde du sur-mesure est bien souvent lisse et trop classique. De plus, bien trop d’hommes pensent encore qu’un costume littéralement tiré à quatre épingles leur coûtera un rein voire un bras (ou les deux).  Au travers de sa maison, Camille souhaite gommer tous ces aprioris et proposer une nouvelle approche du sur-mesure. Ainsi, elle confectionne des costumes plus décontractés en coton ou semi-doublé, des silhouettes décalées, à porter tous les jours ou pour un événement, sans jamais perdre en élégance.

Lapieceur Porte

Mon Projet

Depuis que j’apporte un soin particulier au choix de mes tenues, j’ai toujours été attiré par le monde sartorial. De beaux costumes, impeccables, avec des tissus magnifiques, associés à de merveilleux souliers m’ont toujours fascinés. Tôt ou tard, il fallait donc que j’entre irrémédiablement dans le monde du sur-mesure. Au fil des années, mon dressing s’est rempli des complets basiques à avoir, tous ayant une petite particularité. Avec l’Apiéceur, j’avais envie de réaliser une pièce qui sorte de ce que j’avais l’habitude de porter mais, surtout, qui s’inspire de ma série télé préférée du moment, Peaky Blinders.

Personnalisation

Après avoir réalisé un costume en flanelle chez Blandin & Delloye, un croisé chez Tailor Trucks et un à carreaux chez Boggi, je souhaitais pour ce nouveau complet sortir quelque peu de l’ordinaire. Étant un passionné de la mode masculine anglaise des années 20/30, il fallait également que cette pièce soit une subtile combinaison entre rétro et modernité. Avec Camille, nous avons commencé la personnalisation de ce costume par le choix du tissu. Et il ne m’a pas fallu longtemps pour choisir l’étoffe.

Lapieceur Samples

En effet, j’avais en tête un costume dans les teintes vertes (allez savoir pourquoi !). J’ai alors flashé sur cette toile de laine Fresco qui provient de la maison Hardy Minnis (reconnue par la reine Elizabeth II s’il vous plaît !). Ce tissu, en plus d’avoir une couleur magnifique, possède plusieurs avantages. Le premier vient de son montage. Les fils qui le composent sont torsadés ce qui donne un tissu qui se froisse très peu. En plus de cela, il est très aéré et a un tombé très net. Ces points sont pour moi des spécificités indispensables car j’ai tendance à ne pas rester en place d’où le besoin d’un costume « baroudeur ».

Lapieceur Sample

Après le choix du tissu, nous avons sélectionné la forme de veste. Il ne pouvait en être autrement que le choix d’un complet croisé. Sous les conseils avisés de Camille, nous sommes partis sur une veste plus courte et plus cintrée que d’ordinaire pour rester dans l’optique de moderniser la veste croisée. On lui a ajouté deux fentes d’aisance afin de maximiser le confort de port. Niveau poche, j’ai privilégié une poche poitrine, des poches à rabats ainsi qu’une ticket pocket, véritable héritage de l’époque où porter le costume était une norme sociale. Et bien évidemment, pour rester dans l’esprit rétro, j’ai sélectionné de larges revers en pointe. Enfin, six boutons en corne dans les tons beiges viennent habiller l’avant ainsi que les boutonnières fonctionnelles de la veste. Une feutrine vert bouteille se cache sous le revers de col.

Lapieceur Boutons

À l’intérieur, la majeure partie de la veste est recouverte d’une doublure en viscose marron, couleur qui s’associe harmonieusement avec la teinte générale du costume. Mais en parcourant l’offre conséquente de doublures que Camille propose, je n’ai pu m’empêcher de remarquer ce magnifique tissu japonais. Fabriquée en France, cette toile de coton à motifs géométriques arbore une très belle couleur vert d’eau se mariant à la perfection au marron de la viscose et au vert du Fresco. Elle m’a tellement plu que je l’ai réutilisée pour habiller les poches (au nombre de quatre, toutes passepoilées en demie-lune) qui composent l’intérieur de la veste !

Lapieceur Boutons Sample Doublure

Des teintes originales et harmonieuses, une coupe faisant office de pont entre le passé et le présent. Sur le papier, ce costume promet d’être magnifique, mais sa personnalisation n’est pas encore terminée. Place maintenant au pantalon ! Bien entendu, les poches avant de ce dernier sont dites italiennes. Afin de les habiller de façon subtile et élégante, j’ai préconisé une surpiqûre ton sur ton plutôt que marquée. Le système de fermeture passe par trois boutons (un intérieur et deux extérieurs) identiques à ceux de la veste. Sur le passant de ceinture, j’ai opté pour deux pattes de serrage, option que je n’avais encore jamais testé sur un costume sur-mesure. Pour le reste, le classique était de mise : les poches arrières sont droites, passepoilées en demie-lune et fermées par un bouton, le bas de pantalon bénéficie d’un ourlet de trois centimètres.

  • Costume en laine Fresco de la maison Hardy Minnis vert
  • Veste croisée six boutons
  • Revers en pointe de 8 centimètres
  • Veste double fentes
  • Poches en biais à rabats de 4,5 centimètres
  • Doublures en viscose marron et toile de coton japonaise à motifs géométriques vert d’eau
  • Quatre poches intérieures (téléphones, portefeuilles et monnaie) passepoilées
  • Poches pantalon italiennes
  • Pattes de serrage
  • Revers pantalon 3 centimètres

Prise de mesures

Après avoir passé en revue toutes les personnalisations possibles du costume, nous nous sommes attelés à la prise de mes mesures. Comme pour la plupart des tailleurs de cette gamme de prix, Camille propose de la mesure industrielle. Celle-ci se fait donc à l’aide de veste et pantalon patrons. Une fois passés, Camille les a ajusté à ma morphologie afin que mon costume tombe parfaitement. Elle a donc dû jouer avec une de mes épaules plus en avant que l’autre, un haut de dos légèrement voûté et mes bras plus en arrière que la norme (l’image que vous vous faites actuellement de ma morphologie n’est pas vraiment flatteuse mais je vous rassure c’est minime !). La veste a été appuyée au niveau des hanches afin de donner un ensemble harmonieux et cintré et les manches rallongées afin qu’elles tombent pile à la naissance du pouce. Pour le pantalon, je voulais quelque chose d’appuyé sans pour autant me compresser les cuisses lorsque je suis assis. J’ai également souhaité qu’il soit légèrement plus court que d’ordinaire. Puis nous nous sommes arrêtés là.

Lapieceur Mesure Veste

Premier essayage

Après cet entretien de quasiment deux heures, Camille m’a précisé que le costume serait prêt dans trois semaines. Le délai était parfait puisque juste après l’avoir quittée, je partais pour trois semaines de vacances dont deux à Bali ! Je suis donc revenu rue du pont aux choux, dans le troisième arrondissement de Paris, rouge comme une écrevisse bronzé et reposé. Mon costume était là et n’attendait plus que je le passe. Mais avant cela, j’ai pris un temps pour l’apprécier dans son ensemble. Le rendu est au-delà de ce que j’espérais ! Le tissu est magnifique et sa couleur originale sans être extravagante. Le mélange doublure marron, tissu japonais vert d’eau et étoffe verte est véritablement harmonieux et sort de ce que j’ai l’habitude de porter.

Lapieceur Costume Cabine

Content de ce premier contact, je me suis empressé de le passer. Et du fait de la présence de cet article, vous vous doutez que le résultat m’a séduit. Les mesures prises pour la veste sont impeccables : la veste tombe comme je l’espérais, est cintrée sans pour autant me serrer de trop. Sa longueur est également bonne, ni trop courte, ni trop longue. Au final, la veste n’a besoin d’aucune retouche. Pour le pantalon par contre, une (légère) retouche est à prévoir. En effet, j’avais souhaité des jambes cintrées et je me rends compte qu’au niveau des cuisses, le pantalon me serre plus que de raison, ce qui suggère un inconfort certain une fois assis. Nous avons donc pris la décision de le relâcher à ce niveau.

Lapieceur Essayage

Look

Pour la tenue, et sachant d’où m’était venue l’inspiration de ce costume, il me fallait impérativement une chemise col club. J’ai donc jeté mon dévolu sur cette bicolore bleu ciel et col blanc dont la teinte va harmonieusement avec le vert du costume. Je souhaitais également une paire de chaussures rappelant celles portées au début du siècle dernier. Après maintes recherches, ces Septième Largeur associant double boucles et chaussant haut se sont avérées être pile ce que je recherchais.

Lapieceur Look

Lapieceur Look Marche Porte

Lapieceur Marche Rue

Une fois prêt, j’ai sillonné les rues du troisième arrondissement afin de réaliser le shooting. Après quelques minutes de marche (qui m’ont d’ailleurs permis de me rendre compte que le costume respirait bien et qu’il suivait parfaitement mes mouvements sans me déranger), nous sommes tombés, Émeline (ma photographe) et moi, sur cette petite rue traversante. Un mur en pierres, un trottoir, un rideau de fer et un passage piétons nous ont donc servi de décor pour mettre en situation ce costume. À la lumière du jour, le vert du tissu est encore plus intéressant, oscillant entre le vert bouteille et le vert sapin.

Lapieceur Costume Rue

Lapieceur Costume Mur Boutonniere

Lapieceur Costume Assis Rue

Lapieceur Costume Interieur

Bilan

Avec l’Apiéceur, Camille nous plonge dans sa propre vision du costume sur-mesure ainsi que dans son monde : raffiné, élégant et moderne. Complètement à l’écoute tout en proposant des alternatives intéressantes, la « tailleuse » réalise des costumes en adéquation avec son porteur. Le choix conséquent d’étoffes ainsi que la large possibilité de personnalisations permet à tout à chacun de réaliser le costume de ses rêves au gré de ses envies. Ses conseils et sa vision des choses m’ont permis d’appréhender le complet d’une autre façon, de le penser différemment. Ce costume, proposé à 890€, est assurément l’un des meilleurs rapports qualité / prix de mon dressing. Sans aucun doute, l’Apiéceur est une maison de tailleur atypique et qui sort de ce que l’on a traditionnellement l’habitude de voir, pour le plus grand bonheur des amoureux de costumes sur-mesure.

Plus d’infos sur www.lapieceur.com
Crédits photos : Émeline Hamon

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles