Icône de mode #1 : Cary Grant

Parce que la mode ce n’est pas que des fringues et des créateurs, c’est aussi des personnages qui incarnent une tendance, une période, un vêtement. Qu’ils soient acteurs, chanteurs, hommes politiques, sportifs ou tout simplement influenceurs, ce sont eux qui dictent, parfois malgré eux, la mode vestimentaire de tous les jours. De leur vivant vivant ou même après leur mort, ces personnages ont marqué l’histoire grâce à leurs talents, leurs carrières mais aussi grâce à leurs styles. Notre saga « icône de mode » va s’intéresser à la vie de ces hommes qui ont su laisser leur emprunte dans la mode d’hier et d’aujourd’hui. On se penchera sur ce qu’ils ont fait, quels sont les éléments qui ont influé sur leur vie et comment ils sont devenus des vraies références de style. On commence tout de suite avec notre icône de mode #1 : Cary Grant.

cary grant

Cary Grant (1904-1986)

« J’ai probablement choisi ma profession parce que je cherchais l’approbation, l’adulation, l’admiration et l’affection. » – Cary Grant

Une enfance difficile qui le mène vers le théâtre

Cary Grant, de son vrai nom Archibald Alexander Leach, a vu le jour le 18 janvier 1904 en Angleterre dans la ville de Bristol. Fils d’un presseur de vêtements alcoolique et d’une mère femme au foyer, sa famille est pauvre et son enfance difficile. Vers ses 9-10ans, son père place sa mère dans un institut psychiatrique en lui faisant croire qu’elle est décédée car cette dernière ne se remet pas de la mort de leur premier enfant. Le petit Archie est alors bouleversé par la perte de sa mère qu’il ne retrouvera que plus tard, à l’aube de ses 30 ans. Petit garçon modèle, il s’intéresse au théâtre à son adolescence et intègre la troupe de comédie Bob Pender à ses 14 ans. La troupe sillonne l’Angleterre puis continue sa tournée aux Etats-Unis. Grâce au succès de celle-ci, Archie décide de s’installer à New-York ou il vit de petits boulots et commence à décrocher des rôles et apparitions dans de petites pièces à Broadway.

cary grant troupe bob pender

Archie (en bas à droite) et la troupe Bob Pender
cary grant jeune portrait

A la conquête d’Hollywood

C’est en 1931 qu’il obtient son premier rôle dans la comédie musicale Nikki avec l’actrice Fay Wray, où il joue le rôle d’un soldat nommé Cary. Remarqué, il obtient un petit rôle dans un court métrage, « Singapour Sue », ce qui lui donne le goût du cinéma. Il auditionne alors pour les studios de la Paramount avec succès et devient Cary Grant. La légende veut qu’il ait choisi Cary en référence à son rôle dans Nikki et Grant est un nom figurant sur une liste que la Paramount lui a donné en lui conseillant de changer d’identité. Une autre dit qu’il aurait choisi d’avoir comme initales les lettres C et G en espérant que ça lui porte chance comme pour Clark Gable et Gary Cooper. « This is the night » est son premier film sous le pseudonyme de Cary Grant. Il enchaîna les films auprès des plus grandes actrices comme Marlene Dietrich, Sophia Loren, Ingrid Bergman, Audrey Hepbrun ou encore Grace Kelly, et des plus talentueux réalisateurs comme Alfred Hitchcock. Hitchcock dira même de lui « il a cette faculté rare de pouvoir captiver l’attention d’un public, alors qu’il ne fait rien ».

cary grant hitchcock

Cary Grant et Alfred Hitchcock durant un tournage
cary grant et sophia loren

Cary Grant et Sophie Loren
cary grant audrey hepburn

Cary Grant et Audrey Hepburn sur le tournage de « Charade »
cary grant marlene dietrich

Cary Grant et Marlene Dietrich dans « Blonde Vénus » (1932)
cary grant et marylin monroe

Cary Grant et Marylin Monroe en train de faire du roller
Après son contrat avec la Paramount en 1936, il devient l’un des premiers acteurs indépendants et contrôle lui même sa carrière. Au cinéma il incarne un gentleman, un homme charmant, élégant, séducteur et avenant. Dans sa vie privée, il est dépeint comme quelqu’un qui veut tout contrôler, parfois violent et ayant du mal à gérer ses relations amoureuses. Il fut marié 5 fois et est devenu papa d’une petite Jennifer en 1966 avec sa 4ème épouse Dyan Cannon. Même après les retrouvailles avec sa mère, il semblerait qu’il n’ait jamais réussi à rétablir un lien avec elle, ce qui expliquerait ses déboires amoureux et le fait qu’il reporte un amour excessif à sa fille en jouant les pères attentionnés.

cary grant barbara hutton mariage 1942

Mariage de Cary Grant avec sa seconde épouse Barbara Hutton (1942)
cary grant dyan cannon et jennifer

Cary Grant et Dyan Cannon (4ème épouse) avec leurs fille Jennifer (1966)
Dans toute sa carrière cinématographique, il fut nommé deux fois aux Oscars pour les films « Penny serenade » (1941) et « None but the lonely heart » (1944). A défaut de les remporter, il reçoit en 1970 un oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière des mains de Frank Sinatra. Il succombe à l’âge de 82 ans d’un accident vasculaire cérébral. Connu et reconnu Cary Grant restera dans les mémoires comme un des plus grands de sa génération.

Cary Grant : son style

Cary Grant a été à son époque et reste aujourd’hui un sex-symbol. Grand, brun, sportif, le teint légèrement halé, un regard profond et un sourire à faire tomber les gonzesses, Cary Grant c’est avant tout un physique avantageux. Toujours élégant, il ne quitte presque jamais ses costumes. Croisé, trois pièces, rayé ou uni, le costume lui va clairement bien. Les coupes sont amples (question d’époque), les vestes longues avec épaulettes et la chemise il la préfère blanche avec une cravate unie à noeud simple (four-in-hand). Même dans un style plus décontracté, il reste chic avec des looks plutôt preppy. Son élégance et son style inspira même à Ian Fleming le célèbre personnage de James Bond, et il fut même pressenti pour l’incarner au grand écran, mais âgé de 58 ans Cary Grant refusa le rôle.

cary grant costume pied de pouleIl arbore des uniformes comme celui de marin dans « Singapour Sue » (1932) ou comme ci-dessous celui du lieutenant de marine américain Pinkerton du célèbre opéra italien « Madame Butterfly ». L’uniforme a toujours été un objet de fantasme, ce genre de rôles a donc contribué à augmenter son sex appeal auprès de la gent féminine.

cary grant madame butterfly 1932

« Madame Butterfly » (1932)
cary grant bringing up baby 1938

« L’impossible monsieur Bébé » (1938)
Dans « L’impossible monsieur Bébé », une comédie loufoque, il joue le rôle d’un paléontologue élégant et déjanté. Il porte aussi bien le costume en tweed avec petites lunettes et coiffure impeccable que le petit déshabillé à fourrure. N’ayant pas peur du ridicule, il est connu pour son humour et sa fantaisie. Femme qui rit….

cary grant bringing up baby déshabillé

« L’impossible monsieur Bébé » (1938)

Au côté d’Ingrid Bergman dans « Les enchaînés » d’Hitchcock, il joue T.R Devlin un agent secret américain qui tombe amoureux de la belle Alicia. Un costume sombre à fines rayures accompagné d’un Fédora lui donne tout de suite un air plus grave et sombre, un style différent de ses comédies habituelles.

cary grant ingrid bergman notorious 1946

Cary Grant et Ingrid Bergman dans « Les enchaînés » (1946)
Côté coiffure, Cary Grant n’est pas un excentrique capillaire puisque depuis son plus jeune âge il arbore la même coupe : la raie sur le côté. La raie se veut nette et à droite. Le tout est gominé avec un léger effet de vaguelettes sur le dessus et les cotés sont impeccablement plaqué. Une coiffure de gentleman qui, avec son sourire, en fait un parfait Don Juan.

cary grant costume prince de gallescary grant et grace kally to catch a thief 1955

Cary Grant et Grace Kelly dans « La main au collet » (1955)
cary grant décontractéLa nature veut que les hommes, contrairement aux femmes, soient comme le bon vin et qu’avec le temps ils se bonifient. Cary Grant confirme la règle. Avec l’âge, les traits de son visage ont perdu un peu de douceur, son minois de premier de la classe a gagné en caractère et maturité. Ses cheveux grisonnants ne gâchent en rien son charisme et sa classe naturelle, au contraire. Le Cary Grant mature n’est pas sans nous rappeler un certain George Clooney, l’un des hommes les plus sexy d’aujourd’hui.

cary grant gq cover

Couverture du GQ américain de janvier 1986

Ce qui a fait de lui une icône

cary grant the last outpost 1935

Cary Grant dans « Intelligence service » (1935)
Quitte à se répéter, ce qu’on retient aujourd’hui de Cary Grant c’est surtout sa belle gueule ! Un regard envoûtant, un physique de jeune premier, un acteur à la fois drôle et grave qui a su gérer sa carrière seul en travaillant aux côtés de grands noms du cinéma. Les femmes le voulaient et les hommes voulaient lui ressembler. Durant sa carrière des rumeurs le disaient homosexuel ce qui l’amusait beaucoup puisqu’il pensait que ça le rendait encore plus séduisant auprès des femmes. Il incarne le parfait gentlemen, toujours bien coiffé et habillé avec goût et classe. Sportif, drôle, beau et souriant, il est l’homme romantique par excellence made in Hollywood. Il a même confié (avec humour ?) lors d’une interview « Tout le monde veut-être Cary Grant. Même moi je veux être Cary Grant ».

cary grant et rudolf scott

Cary Grant et Randolph Scott
cary grant old

Cary Grant fin des années 70 début 80

Comment être un bon Cary Grant ?

Un beau costume prince de Galles, une chemise blanche avec une cravate unie, une coiffure gominée avec raie sur le côté et effet wave, regard profond, sourire malicieux, une clope à la main et le tour est joué !

Son style : résolument chic, tout droit sorti des années 30 !