Le sommeil : comment en tirer profit ?

Notre sommeil, indispensable à la récupération de la fatigue physique et de la tension nerveuse accumulées dans la journée, occupe un tiers de notre vie. A 60 ans, on a dormi 20 ans et rêvé 5 ans… incroyable non ? Alors pourquoi est-ce qu’on dort autant, comment ça marche et comment optimiser ce que beaucoup considèrent comme du temps perdu ?

sommeil

Pour la théorie, voici comment ça se passe (je préviens d’avance, c’est looooOOOoong !!!) :

Notre organisme fonctionne de façon cyclique de jour comme de nuit. Chacun de nous, durant la journée, passe régulièrement d’un état de grande forme à des “coups de pompe”, de temps forts à des temps faibles. Ces cycles se succèdent au cours de la nuit, autant de fois que notre organisme en a besoin pour récupérer. Un cycle de sommeil dure de 1 h 30 à 2 heures. La nuit est donc une succession de 4 à 5 cycles de sommeil.

Durant notre sommeil, surviennent de grandes différences dans le fonctionnement de notre corps … L’activité de notre cerveau, notre respiration, notre rythme cardiaque, notre tension artérielle, notre température corporelle … tout se modifie …

  • Au début notre sommeil est léger, l’activité de notre cerveau se ralentit mais nous sommes encore très réceptif au bruit et à tout ce qui peut perturber notre sommeil. Nous appelons ce sommeil le sommeil lent léger.
  • Puis, progressivement, nous nous coupons de plus en plus du monde extérieur. L’activité de notre cerveau se ralentit toujours plus. C’est ce que nous appelons le sommeil lent profond. Ce sommeil est indispensable à la récupération de notre fatigue physique ….
  • Toutes les 90 minutes environ, survient un type de sommeil particulier, que nous appelons le sommeil paradoxal. En effet, l’activité de notre cerveau y est intense mais notre sommeil est très profond et notre corps presque totalement paralysé. C’est le moment des rêves et nous y récupérons de toute la tension nerveuse de notre journée précédente.
  • La fin d’un cycle de sommeil est marquée par le sommeil paradoxal puis nous replongeons dans un nouveau cycle de sommeil ou bien nous nous réveillons, après une petite période intermédiaire de sommeil lent léger. En effet, le sommeil lent profond prédomine en début de nuit et le sommeil paradoxal est plus long, plus important en fin de nuit, au petit matin.

Du soir au matin , nous sommes tous différents. En moyenne, nous dormons environ 8 heures par nuit mais pour certains 5 heures de sommeil suffisent : ce sont les “petits dormeurs”, d’autres ont besoin de 9 à 10 heures de sommeil : ce sont les “gros dormeurs”. Certains sont “du matin”, d’autres “du soir”. Ces besoins en sommeil différents d’un sujet à l’autre sont génétiquement déterminés et hérités de nos parents.

Sieste train

En fait, le seul signe d’un sommeil suffisant est de se sentir en bonne forme dans la journée. Notre besoin fondamental en sommeil se heurte malheureusement le plus souvent aux exigences et aux contraintes de notre vie socio-professionnelle. Si ces conflits sont trop importants ou trop répétés, nous risquons de dégrader nos rythmes biologiques et sensation de fatigue, de malaise, insomnie et dépression peuvent être la cause de ce surmenage. C’est ce qui nous arrive le plus souvent quand notre vie professionnelle nous oblige à un travail de nuit …

Moralité et conclusions :

  • Si on ne respecte pas notre rythme de sommeil la fatigue prend le dessus et là apparaissent : teint terne, cernes, et autres joyeusetés…
  • Les vertus de la micro sieste : on se planque un petit quart d’heure en début d’aprèm et on se détend un max, on essaie de faire le vide. A la clé un esprit vif, l’oeil brillant et la peau lissée.