Rudolf Dassler Schuhfabrik Wellengang

En 1924, la famille Dassler se lance dans la fabrique de chaussures de sport. La marque Puma voit le jour sous l’œil éclairé des frères Adolf et Rudolf, et sous un nom allemand un peu plus compliqué. En 1948, les deux frères se brouillent, et Rudolf crée sa propre entreprise, Puma. Son frère rebaptise alors l’entreprise initiale en adidas, Adi étant le diminutif d’Adolf.

En créant sa marque, en 1948, Rudolf en profita pour déposer son premier logo : un puma sautant à travers un « D » en fine lettre capital (D pour Dassler).

Ce logo, réemployé cette saison, symbolise un retour aux origines de la marque, fondée par le, parait-il, charismatique Rudolf Dassler il ya près de 60 ans. Et la collection s’appuie sur cet héritage. Sans pour autant se traduire par une sélection d’articles trop ordinaire et absolument vintage la collection n’est pas à couper le souffle et le sujet de celui-ci, de cet article, sera une paire de sneakers, issue donc de cette fameuse collection qui pour le coup mérite qu’on en parle.

On apprend sur le site RudolfDassler.com que le thème de la saison porte sur l’emploi de cuirs traités et travaillés pour leur donner un aspect particulier, métallisé ou craquelé, comme du cuir de crocodile. L’essentiel du cuir utilisé serait du cuir de buffle qui est en général plus solide que le cuir de vachette mais aussi un peu plus épais… Bref, venons-en au produit !

La paire de sneakers que j’ai choisi de vous présenter se décline en plusieurs couleurs et dans une version basse et une version haute. Vous remarquerez tout de suite que vous ne remarquez aucunement qu’il s’agit d’une paire de Puma.

Wellengang basse bleue marine

Daim bleu marine, le daim est un cuir dont le coté travaillé est le coté chair, et semelle en caoutchouc bouillit. Aussi disponible en marron, en beige et en blanc.

Disponibles au 66, présentées sur de jolis embauchoirs Puma en bois vernis, au prix de 120 euros en version basse et bleue marine.

Magasin qui, soit dit en passant, dédie près de la moitié d’un étage à la marque Puma, et à ses collaborations, notamment avec Alexander Mc Queen, et présente de très beaux sacs et un VTT fluorescent, le tout en édition limitée (CF notre précédent article sur Le 66)

La marque semble vouloir affirmer un certain renouveau et peut être conquérir un nouveau public en s’orientant vers des gammes de produits qui ne soient pas seulement dédiés au sport. Méfiance toutes fois si j’aime beaucoup la paire de sneakers montrés plus haut, ce n’est pas le cas de la collection de prêt à porter, trop ordinaire et trop cher. Je pense que dans l’absolu les marques de sport ne font jamais de vraiment bon designers, d’autant plus que leur image est trop connotée sportwear.

 

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles