Conseils en mode masculine

S'ABONNER À LA NEWSLETTER

La mode des années 90

Ceux ayant grandi dans les années 90 gardent souvent pour cette époque une certaine nostalgie. Il faut dire que celle-ci fut particulièrement marquante pour les générations l’ayant connue : entre le développement des jeux vidéos (et l’arrivée de la Game Boy et de la Playstation), l’explosion d’internet, l’âge d’or des sitcoms et le premier sacre en Coupe du monde de football, beaucoup en ont gardé de tendres souvenirs. Niveau style, les années 90 sont propices à une certaine expérimentation et, si les styles de l’époque n’étaient pas toujours de grandes réussites, ils ont souvent servi d’inspiration par la suite, en particulier au niveau du style sportswear. Après nous être attaqués à les mode des années 30, 50, 60, 70 et 80, voici la mode des années 90 :

 

Sommaire

1. Dates clés
2. Personnages marquants
3. Quelques films marquants
4. Le style des années 90

1. Dates clés

    • 11 février 1990 : libération de Nelson Mandela après 27 ans d’emprisonnement
    • 2 août 1990 : invasion de Koweit Par l’Irak, qui marque le début de la guerre du Golfe
    • 13 novembre 1990 : création de la première page web, qui porte alors ce nom : http://nxoc01.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html
    • 2 mars 1991 : mort de Serge Gainsbourg
    • 25 juin 1991 : la Slovénie déclare son indépendance. L’événement entraîne le début des guerres de Yougoslavie
    • 8 décembre 1991 : signature du traité de Minsk, qui entérine la dislocation de l’Union soviétique
    • 24 décembre 1991 : mort de Freddy Mercury, leader du groupe Queen
    • 26 décembre 1991 : annulation des élections législatives apr le gouvernement algérien. L’événement entraînera une guerre civile qui durera plus de 10 ans
    • 7 février 1992 : signature du traité de Maastricht
    • 3 novembre 1992 : Bill Clinton est élu à la présidence des États-Unis
    • 26 mai 1993 : l’Olympique de Marseille devient le premier club français à remporter la Ligue des Champions
    • 5 avril 1994 : mort de Kurt Cobain, leader du groupe Nirvana
    • 22 avril 1994 : mort de Richard Nixon, 37e Président des États-Unis
    • 1er mai 1994 : Ayrton Senna est victime d’un accident mortel lors du Grand Prix de San Marin
    • 7 mai 1995 : Jacques Chirac est élu à la tête de l’État Français
    • 8 janvier 1996 : mort de François Mitterrand
    • 31 Août 1997 : La princess Diana décède dans un accident de la route à Paris
    • 14 mai 1998 : mort de Franck Sinatra. Ses deux amis de la Frat Pack Sammy Davis Jr. et Dean Martin décèdent également durant cette décennie (respectivement en 1990 et 1995)
    • 12 juillet 1998 : l’équipe de France remporte la coupe du monde de Football à domicile
    • 12 février 1999 : le Sénat des États-unis renonce à destituer Bill Clinton, suite au Monicagate
    • 7 mars 1999 : mort du réalisateur Stanley Kubrick
    • 31 décembre 1999 : suite à la démission de Boris Eltsine, Vladimir Poutine devient Président de la Fédération de Russie

 

2. Personnages marquants

A. Politique

1. Jacques Chirac : ancien premier ministre sous Giscard d’Estaing (1974-1976) et sous Mitterrand (1986-1988), Jacques Chirac est élu président de la République en 1995. Considéré comme politiquement mort à quelques mois des élections, il parvient à rattraper Edouard Balladur (son rival à droite) avant de battre Lionel Jospin au second tour. Son début de mandat sera marqué par la rigueur budgétaire, avant que la défaite du RPR aux élections législatives en 1997 ne l’oblige à nommer Lionel Jospin en tant que premier ministre, inaugurant ainsi la troisième cohabitation.

2. Bill Clinton : en 1992, William Jefferson Clinton (alors gouverneur de l’Arkansas) est élu président des États-Unis. Considéré comme un outsider au début des élections, il profite notamment de la mauvaise campagne de George H. W. Bush et de la présence du candidat indépendant Ross Perot, qui réalise des scores importants dans certains États habituellement acquis aux Républicains. Sa présidence est marquée par une embellie économique (avec une baisse importante du chômage) et son intervention dans les conflits Yougoslaves. Son second mandat est perturbé par le scandale sexuel impliquant sa stagiaire de l’époque, Monica Lewinsky. Accusé de parjure, une procédure de destitution sera menée à son encontre. Celle-ci n’aboutira pas.

3. Slobodan Milošević : président de la Serbie de 1989 à 1997 et président de la République fédérale de Yougoslavie de 1997 à 2000, Slobodan Milošević met en place une politique nationaliste. En 2000, il est accusé auprès du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie de La Haye pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide envers les populations bosniennes et croates. Il meurt en prison en 2006, avant la fin de son procès.

4. Boris Eltsine : élu chef d’État de la Russie en 1990, Boris Eltsine gouvernera le pays conjointement avec Gorbatchev, président d’une Union soviétique qu’il tente de garder en vie. Le duel entre les deux hommes durera jusqu’en 1991 et la dislocation de l’URSS, entraînant la démission de Gorbatchev. La Russie récupèrera les 27 000 armes nucléaires de l’Union soviétique, ainsi que son siège au conseil de sécurité de l’ONU. En revanche, sur le plan économique, Eltsine hérite d’une Russie en difficulté qu’il peinera à remettre sur pieds durant ses 8 ans de présidence. Il démissionne à la surprise générale en 1999, laissant la place à son premier ministre Vladimir Poutine.

5. Nelson Mandela : le 11 février 1990, Nelson Mandela est libéré après plus de 27 ans l’emprisonnement. Sa libération intervient suite à de longues négociations menées avec le président Sud-Africain Frederik de Klerk. Les deux hommes participent alors à mettre fin à l’apartheid en 1991, et reçoivent conjointement le prix Nobel de la paix en 1993. Élu président de la République en 1994, il entame alors une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs. Il quitte la présidence sur pays cinq ans plus tard.

B. Musique

1. Tupac Shakur : si la carrière de 2pac fut courte, il est encore aujourd’hui considéré comme un des rappeurs les plus talentueux toutes générations confondues. Représentant majeur du rap West Coast, ses 6 albums studio, ses rôles au cinéma et son combat pour l’égalitarisme racial ont fait de lui une icône majeure des années 90. Tupac Shakur est assassiné en 1996 à Las Vegas à l’âge de 25 ans, un an avant son rival de l’East Coast, The Notorious B.I.G..

2. Oasis : le groupe britannique mené par les frères Liam et Noel Gallagher est, avec Blur, le principal artisan du grand retour de la Britpop durant les années 90. Durant la décennie, les natifs de Manchester enregistrent trois albums et une flopée de singles comme Don’t Look Back in Anger, Stand By Me, Live Forever ou Wonderwall. Leur troisième album Be Here Now est à l’époque le meilleur démarrage de l’histoire du Royaume-Uni pour un album musical.

3. Nirvana : si le groupe a connu un certain succès à la fin des années 80, c’est en 1990 et la sortie de Nevermind que Nirvana accède au rang de légende du Rock. Représentant le plus emblématique du grunge, Nirvana sort son second album In Utero en 1993. Un an plus tard, son leader Kurt Cobain, atteint de troubles dépressifs et d’une dépendance à l’héroïne, se suicide dans sa maison à Seattle. Les autres membres du groupe se réuniront par la suite sous le nom de Foo Fighters.

4. Mariah Carey : si Mariah Carey est citée comme source d’inspiration de la plupart des chanteuses pop qui lui ont succédé (Britney Spears, Rihanna, Beyonce, Katy Perry et bien d’autres), c’est que la chanteuse américaine a grandement marqué la musique des années 90. De son premier album éponyme, qui accède à la tête du Billboard 200 pendant onze semaines, au cultisme All I Want for Christmas Is You, en passant par l’Oscar de la meilleure chanson originale pour When You Believe (en duo avec Whitney Houston), la diva aura laissé son empreinte partout où elle est passée.

5. Suprême NTM : en France, les années 90 voient se démocratiser le rap, notamment grâce à des groupes comme Suprême NTM. Revendiquant leurs origines banlieusardes et leur appartenance au 93, JoeyStarr et Kool Shen (les deux membres permanents du groupe) mettent au coeur de leur musique les thématiques du racisme et des inégalités de classe. D’autres groupes comme leurs rivaux marseillais IAM ou Assassin intégreront également ces sujets au centre de leur art.

C. Sport

1. Zinédine Zidane : formé à l’AS Cannes et révélé aux Girondins de Bordeaux, c’est à la Juventus de Turin que le milieu de terrain français acquiert une reconnaissance internationale. Il remporte notamment deux fois le championnat d’Italie avec les Bianconeri. En équipe de France, Zizou effectue des débuts tonitruants en inscrivant deux buts lors de son premier match. Propulsé leader technique par Aimé Jacquet lors de l’Euro 96 en Angleterre (où la France atteindra les demi-finales), il permet aux Bleus de remporter la coupe du monde deux ans plus tard, en inscrivant deux buts en finale contre le Brésil. Cette victoire lui permettra de remporter le Ballon d’Or à la fin de l’année 1998.

2. Marie-Josée Perec : médaillée d’or lors des jeux de Barcelone en 1992 (400 mètres) et d’Atlanta en 1996 (200 mètres et 400 mètres), elle est encore aujourd’hui la seule athlète français à être triple championne olympique. En plus de cela, l’athlète a remporté deux championnats du monde en 400 mètres à Tokyo en 1991 et à Göteborg en 1995. Autant dire que, durant les années 90, peu de femmes ont su arriver à la cheville de la coureuse dans sa catégorie !

3. Pete Sampras : idole de Roger Federer à ses débuts, Pete Sampras était considéré à la fin de la décennie comme le meilleur tennisman de tous les temps. Et pour cause : l’américain a remporté la bagatelle de 14 grands chelems dont 7 tournois de Wimbledon. Sa rivalité avec André Agassi, qu’il rencontra lors de cinq finales de Grand Chelem, fut également une des plus marquantes de l’histoire du sport. Si Sampras n’a jamais réussi à remporter Roland Garros, il fut l’un des derniers représentants d’un jeu offensif caractérisé par le service-volée, désormais presque disparu avec le ralentissement progressif des surfaces.

4. Michael Jordan : Si Michael Jordan était indiscutablement le meilleur basketteur de la planète depuis le milieu des années 80, force est de constater que l’arrière des Chicago Bulls a continué sur le même rythme lors de la décennie suivante. Celle-ci s’est notamment caractérisée par 6 titres de champions de NBA, et une victoire aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 avec la célèbre Dream Team. À titre personnel, il remporte 5 MVP (Most Valuable Player), désignant le meilleur joueur de NBA sur une saison.

5. Mike Tyson : À son apogée depuis la fin des années 80, ayant réussi à réunifier les titres WBC, WBA et IBF, le champion poids-lourd connaîtra des années 90 en dents de scie, où il amplifiera son image de sportif sulfureux. En 1990, il est battu par le quasi-inconnu James Douglas, perdant ainsi ses titres. Après avoir regagné les titres WBC et WBA en 1996, Tyson écrit encore une page de sa légende lors de son combat avec Evender Holyfield, en mordant l’oreille de ce dernier jusqu’au sang, entraînant sa disqualification.

3. Quelques films marquants

1. Jurassic Park : sorti en 1993, le film réalisé par Steven Spielberg a révolutionné le cinéma de science fiction. Les effets spéciaux (qui n’ont pas pris une ride), dus à l’utilisation d’images de synthèse, ont inspiré la quasi-totalité des films du genre qui ont suivi. L’histoire, adapatée du roman de Michael Crichton, a fasciné et terrifié plusieurs générations.

2. Forrest Gump : ce film culte de Robert Zemeckis retrace l’histoire moderne des États-Unis à travers le personnage de Forest Gump, un « simple d’esprit ». Le long métrage a remporté 6 oscars, dont celui de meilleur film, de meilleur réalisateur pour Robert Zemeckis et de meilleur acteur pour Tom Hanks (dont c’est la 2e statuette d’affilée, après cellles reçues pour Philadelphia l’année précédente).

3. Taxi : la comédie produite par Luc Besson, et sortie en 1998, raconte l’histoire de Daniel Morales, ex livreur de pizza et fou du volant, embarqué dans la traque de braqueurs de banques. Le film, qui a réalisé plus de 6 millions d’entrées, a connu quatre suites de qualité variable. Le film, qui met en avant la scène rap marseillaise, permet au grand public de découvrir Marion Cotillard, alors âgée de 23 ans.

4. La Haine : sorti en 1995, la Haine raconte la journée de trois jeunes hommes (Vinz, Hubert et Saïd) vivant dans la dans la cité des Muguets en région parisienne. Le film suit les protagonistes au lendemain d’une nuit d’émeute, consécutive à la tentative d’assassinat d’un des jeunes de la cité par un policier. La Haine contribuera notamment à lancer les carrières de Vincent Cassel (interprète de Vinz) et de Matthieu Kassovitz (réalisateur et scénariste du film). Par ailleurs, le film participera à populariser le hip-hop en France.

5. Pulp Fiction : les années 90 sont également la décennie dans laquelle fut découvert Quentin Tarantino, un des réalisateurs les plus débattus parmi les cercles de cinéphiles. Si son premier long métrage, Reservoir Dogs, lui a permis de se faire un nom dans l’industrie, c’est bien son deuxième film film Pulp Fiction qui a le plus marqué les esprits. Primé à Cannes, il a acquis le statut de film culte pour la qualité de ses dialogues et sa narration non-linéaire.

6. The Truman Show : et si votre vie n’était qu’une vaste mise en scène ? C’est là la thématique explorée par The Truman Show, qui raconte l’histoire de Truman Burbank, héros d’une télé-réalité à son insu depuis sa naissance. Enfermé dans un monde factice, il découvre la supercherie dont il tente de se défaire. Le film permettra notamment à Jim Carrey de remporter son premier Golden Globe.

7. La Vie est Belle : sorti en 1997, La Vie est Belle est un film italien réalisé par Roberto Benigni. Il suit le parcours de Guido Orefice, un juif fantasque au tempérament joyeux, qui se retrouve déporté en camp de concentration en raison de lois fascistes instaurées dans le pays. Voulant éviter de confronter son fils (également déportée) à l’horreur, il lui présentera les événements sous forme d’un jeu. Il s’agit d’un des rares films italiens récents à avoir obtenue une telle renommée à l’international.

8. Le Dîner de cons : Pierre Brochant, un éditeur parisien, a pour coutume avec ses amis de réaliser des dîners dans lesquels chacun d’entre eux invite un « con », dont ils s’amusent à se moquer durant la soirée. Dans un train, Brochant rencontre François Pignon, un employé du Ministère des Finances passionné de constructions en allumettes, et qu’il décide d’inviter pour son prochain dîner, sans se douter de ce à quoi il s’expose. Sorti en 1998, ce film réalisé par Francis Veber est considérée comme une des meilleures comédies françaises.

9. Les Affranchis : 12e long-métrage de Martin Scorsese, Les Affranchis met en scène l’icônique duo Robert de Niro / Joe Pesci, accompagnés par Ray Liota. Ils y incarnent les petites mains d’une des familles mafieuses de New York. Nommé 6 fois aux Oscars, le film est considéré par beaucoup comme un des meilleurs du réalisateur, qui s’attaquera à nouveau à la thématique du crime organisé dans Casino (1995), Les Infiltrés (2006) et The Irishman (2019).

10. Titanic : impossible de faire une liste de films des années 90 sans évoquer Titanic. Plus grand succès cinématographique de la décennie, le film de James Cameron est propulsé quelques semaines après sa sortie en tête du box office mondial, toute période confondue. L’histoire raconte la romance entre un vagabond (Jack) et une fille de la haute société (Rose), à bord du Titanic (spoilers : le bateau coule et presque tout le monde meurt).

11. La Liste de Schindler : film le plus personnel de Steven Spielberg, La Liste de Schindler demeure une des oeuvres les plus marquantes sur la Shoah. Il raconte l’histoire d’Oskar Schindler, un industriel Allemand membre du parti Nazi, qui sera amené à protéger des juifs durant la seconde Guerre mondiale. Le long métrage obtient 7 Oscars dont ceux de meilleur film et de meilleur réalisateur, et lancera la carrière de Liam Neeson (interprète d’Oskar Schindler).

12. Le Silence des agneaux : adaptation du livre de Thomas Harris, le Silence des agneaux est considéré aujourd’hui comme un des thrillers les plus glaçants jamais réalisés. Mettant en scène Anthony Hopkins et Jodie Foster, le film suit l’enquête de Clarice Sterling, une stagiaire au FBI chargée d’interroger le cannibale Hannibal Lecter dans sa prison de haute sécurité, dans le but d’obtenir des informations sur Buffalo Bill, un tueur en liberté. Le Silence des agneaux est un des trois films à avoir obtenu les 5 Oscars majeurs (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleure actrice et meilleur scénario) depuis la création de l’académie en 1929.

13. Les Évadés : à sa sortie en salle en 1994, Les Évadés est un échec commercial. Il faudra attendre l’année suivante et sa sortie en vidéo pour qu’il atteigne le succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Réalisé par Franck Darabont et adapté du roman court Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank de Stephen King, il a pour sujet la vie dans une prison américaine dans les années 50.

14. La Cité de la peur : premier film des Nuls, La Cité de la peur a donné lieu à multitude de répliques cultes et de scènes mémorables, comme le numéro de Carioca entre Gérard Darmon et Alain Chabat. En France, on ne compte plus les références faites à cette comédie sortie en 1994, et qui a marqué la décennie de son empreinte.

15. Fight Club : si Fight Club n’obtient pas un succès fulgurant lors de sa sortie, il n’en est pas pour autant un échec retentissant au box office (contrairement à la croyance), rapportant tout de même plus de 100 000 000 $ dans le monde. En revanche, il divise la critique en raison de sa grande violence. Film générationnel par excellence, l’oeuvre de Fincher a, au fil du temps, su convaincre par son scénario complexe et son propos provocateur. Si la première règle est de ne pas parler du Fight Club, force est de constater que celle-ci a été enfreinte, tant l’oeuvre a donné lieu à débats, en particulier aux États-Unis.

4. Le style des années 90

Le style casual

De manière globale, les années 90 sont une décennie plutôt décontractée. La tendance est aux chemises à carreaux, que l’on voit absolument partout. Souvent portée sous un t-shirt, elle fait son apparition dans toutes les sitcoms de l’époque, de Friends à Seinfeld, en passant par Parker Lewis ne perd jamais. En ce qui concerne les couleurs, les années 90 se situent dans la lignée des années 80, avec des tenues souvent beaucoup trop très colorées, et dotées d’imprimés originaux. Pour les femmes, la décennie est symbolisée par le combo croc-top / pantalon large, que participent notamment à populariser les Spice Girls, principales égéries du girl power.

Au niveau des pulls, on assiste à un retour aux cols roulés (ou turtleneck), très en vogue dans les années 70. Principale différence : ceux des années 90 sont plus amples et, surtout, plus denses. On n’hésite alors pas à les porter sous une chemise épaisse ou une veste en denim. En outre, la salopette revient à la mode. Parfois ajustée, parfois loose (ou avec une bretelle détachée), la salopette est aussi bien portée par les hommes que par les femmes. Presque toujours en denim, elle est souvent associée à un t-shirt blanc ou graphique, à un sweatshirt, où portée à même le corps (enfin, surtout si vous vous appelez Brad Pitt).

Au niveau du formel, les années 90 ne sont pas une décennie inoubliable. Tout comme dans les années 80, les costumes sont larges (parfois excessivement, notamment au niveau des épaules et du pantalon). Les revers des vestes sont généralement plutôt généreux, et on assiste à un léger retour des bretelles et pinces sur les pantalons. Les cravates se veulent également plus fantaisistes et colorées, présentant parfois des motifs extravagants. Par ailleurs, les années 90 voient débarquer des looks hybrides entre le formel et le décontracté, en remplaçant par exemple la veste de costume par un haut plus casual, comme une veste en cuir ou en denim. Le résultat de cette association s’avère parfois étonnant.

Les coupes de cheveux

En ce qui concerne les coupes de cheveux, on assiste également à un explosion des raies au milieu ou légèrement sur un côté du cuir chevelu. Chez les hommes, cette tendance est particulièrement marquée, notamment via la « middle part », caractérisée par des cheveux coupés de manière droite au niveau des oreilles (à la manière de Hugh Grant, Leonardo DiCaprio, David Beckham). Chez les femmes, la raie est également de rigueur. On la retrouve notamment chez les mannequins en vogue comme Claudia Schiffer ou Naomi Campbell, ou chez les actrices comme Jennifer Aniston (dont la coupe de cheveux est devenue mythique). Les cheveux courts sont également de plus en plus présents, notamment sous l’impulsion d’Halle Berry. Chez les hommes, la fin des années 90 voit apparaître de plus en plus de coupes de cheveux hérissés, en particulier dans l’univers musical pop-punk qui se développe alors (voyant émerger des groupes comme Green Day, Sum 41 ou Blink-142), et qui est extrêmement populaire dans le milieu skateboard. Enfin, la Flat top (déjà émergente dans les années 80) se développe, en particulier pour les cheveux afro. Elle est notamment portée par le jeune Will Smith dans Le Prince de Bel Air.

Le style grunge

À cette période, le style rock effectue un retour aux racines des années 50. Le denim et le cuir ont particulièrement la cote, et certaines marques mythiques comme Levi’s ou Schott (dont les ventes de bombers exposent au début des années 90) sont plus que jamais tendance. Mais les années 90 marquent avant tout l’avènement du grunge, porté par des groupes comme Nirvana et Pearl Jam. Véritable croisement entre le Punk et le Hippie, le genre est marqué par une musique brute aux sons saturés, et par la mise en avant des angoisses existentielles. Au niveau vestimentaire, le style est très marqué. On y retrouve la chemise à carreaux, généralement en flanelle et très large, portée sur un t-shirt graphique. Pour le pantalon, le jean déchiré est de rigueur, généralement porté sur des combat boots, des rangers, ou des chaussures en toile comme des Converse. De manière générale, le style grunge s’oppose frontalement au luxe et aux looks ostentatoires et basés sur l’apparence présent dans le glam rock des années 70 et 80. Ainsi, il n’est volontairement pas soigné, et les vêtements sont souvent usagés ou portés à la mauvaise taille, entraînant souvent des contrastes slim/oversize.

Le streetwear

Comme nous l’expliquions dans notre article dédié, le style streetwear/sportswear commence à se développer dans les années 80. À partir du début des années 90, il explose et devient iconique. On assiste par ailleurs aujourd’hui à un retour en force de certaines griffes ayant marqué la période (comme Champion, Ellesse ou Fila), et rares sont les marques de streetwear n’ayant pas nourri leurs récentes collections de références à cette décennie. On voit alors se généraliser les sweatshirts et t-shirts oversize, ainsi que les sneakers d’inspiration running, souvent blanches. Fortement inspiré du monde du sport, le style est éminemment prisé par le milieu hip-hop, qui viendra y ajouter sa touche (avec notamment des accessoires « bling bling »). La casquette snapback (à visière plate) est en vogue, portée droite, à l’envers ou de travers. De plus, les joggings sont de plus en plus présents dans les tenues décontractées. De la même manière que les windbreakers (les coupe-vent), ils sont souvent très colorés, et peuplent aujourd’hui la majorité de nos friperies. Les bandanas intègrent également différents styles, que ce soit dans les milieux rap ou rock (il devient un des accessoires favoris de 2Pac ou d’Axl Rose). D’autres vêtements streetwear popularisés à l’époque ont, elles aussi, effectué leur retour récemment, comme le bob ou la banane. Globalement, le style streetwear voit se généraliser les coupes larges ou loose. Au niveau des pantalons, les baggys réalisent une arrivée fracassante, et feront leur entrée dans les collections de nombreuses marques grand public (même Levi’s s’y met !)

La playlist

Au niveau musical, les années 90 sont une décennie pleine de nouveautés, avec notamment l’avènement du Hip Hop, que ce soit aux États-Unis (ou le duel west coast / east coast est à son paroxysme) ou en France, qui voit éclore ses premières icônes du genre. Niveau Rock, de nouveaux groupes émergent dans le domaine du grunge (Nirvana, Pearl Jam), du Hard Rock (Guns N’ Roses, Aerosmith, Rage Against the Machine) ou de la Britpop (Oasis, Blur). De nombreuses divas font également leur arrivée sur le devant de scène, comme Mariah Carey ou Céline Dion. Enfin, la fin des années 90 voit émerger la musique électro, dans laquelle la French touch s’exprime grâce à des artistes comme Daft Punk ou Bob Sinclar. Une décennie également marquée par le phénomène de la Dance music. On vous invite à découvrir notre playlist spéciale années 90 !

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles