Quel parfum offrir à un homme pour la Saint-Valentin ?

Pour fêter la Saint-Valentin, Max nous proposait en milieu de semaine 10 idées cadeaux pour notre chère et tendre. Si la liste n’était pas vraiment exhaustive, elle regroupait cependant assez de produits différents pour faire plaisir à l’élue de notre coeur. Mais comme l’amour, cela se vit à deux, on a réfléchi à ce que, nous aussi, on aimerait recevoir le 14 février. Clairement, un parfum ! Oui, mais lequel ? Lors d’un sondage sur note page Facebook, on vous avait demandé quel(s) étai(en)t votre(vos) parfum(s) préféré(s) (hormis Brut de Fabergé et Scorpio Inferno). En fonction de vos réponses, nous avons listé 10 parfums peu répandus parfaits pour la Saint-Valentin. Voici ce que l’on a déniché :

902 de Bon Parfumeur

À la tête de cette jeune marque, on retrouve un homme, Ludovic Bonneton. Avec Bon Parfumeur, il souhaite proposer une gamme d’essences originales et, surtout, accessibles, afin de ne pas avoir une seule et unique fragrance mais plusieurs. Ludovic crée alors le mix and match, qui permet de « combiner, superposer, additionner » deux essences. Si ce principe a déjà été utilisé par différentes maisons, Bon Parfumeur en fait sa marque de fabrique. Néanmoins, c’est surtout un de ses parfums qui nous a agréablement séduit : 902. Avec ses notes de tête (orange, basilic, gingembre et cognac), de coeur (cannelle, clous de girofle, géranium et prune) et de fond (patchouli, labdanum, vanille et tabac), il s’impose comme un parfum très masculin et puissant, dont les notes de cognac ajoute une certaine originalité.

902-Bon-Parfumeur

75€ les 100 ml chez Bon Parfumeur

Aesthete de Le Galion

Derrière Le Galion se cache presque 100 ans d’histoire. La maison est fondée en 1930 par un certain Prince Murat, descendant de Joachim Murat, beau-frère de Napoléon 1er. Cinq ans plus tard, il cède sa compagnie à Paul Vacher, un parfumeur de renom formé entre autres par Marcel Guerlain. Ce changement de direction donnera au Galion un tout nouveau cap. Un an plus tard, Paul Vacher sort « Sortilège ». Le succès est immédiat puisqu’il devient le fleuron de la maison et ce des années durant. S’ensuivent des productions rencontrant le même succès ainsi que des travaux en collaboration avec d’autres maisons comme Christian Dior notamment. Pour rendre hommage au nez emblématique du Galion, la maison a sorti Aesthete, une fragrance de caractère, raffinée et élégante. Le parfum s’ouvre sur des notes de mandarines d’Italie mais également d’essence de Davana, d’encens et de safran. Puis vient un coeur de cuir, de bois de gaïac, de castoréum, d’Ouhd et d’essence absolu de jasmin. Enfin, il se termine sur un fond boisé de santal avec des notes de vanille et de muscs blancs. Un parfum complexe, raffiné et intemporel. Une très belle surprise !

La-Galion-Aesthete

150€ les 100 ml chez Le Galion

Alfred Kafé de Carrément Belle Beau

L’aventure de Carrément Belle débute en 1986 avec l’ouverture d’une boutique au 5 rue Auguste Pellet, à Nîmes. L’enseigne, alors exclusivement féminine, propose toute sorte d’accessoires. Deux ans plus tard, elle sort sa première fragrance, « Ippi Patchouli », réalisée à Grasse, non loin de la cité nîmoise. Trois ans plus tard, soit en 1991, Carrément Belle Parfums devient une marque à part entière. De nombreuses autres essences suivront dont notamment Alfred Kafé. Vert et boisé, il se présente comme LE parfum masculin de la marque. Véritable eau de parfum, il propose un contraste inédit de café et de lavande. Aussi, il comporte une belle concentration de matières premières, ce qui lui permet une longue tenue sur la peau et les vêtements. Un parfum sucré, intense et léger, qui se démarque de ce que l’on peut sentir habituellement.

Alfred-Kafe

45€ les 100 ml chez Carrément Belle

Amyris de Francis Kurkdjian

Dans ma routine beauté, le choix de mon parfum est sans aucun doute l’étape à laquelle je prête le plus d’attention. Plutôt exigeant, je cherche souvent la perle rare ou, du moins, une fragrance peu portée. Récemment, j’ai découvert la Maison Francis Kurkdjian. Fondée en 2009, elle est l’alliance de Francis Kurkdjian, créateur de parfums, et Marc Chaya, co-fondateur et président de la Maison de parfum. À travers cette nouvelle marque, ils souhaitent proposer des essences originales et conçues dans l’exigence de la tradition de la parfumerie française. Parmi les nombreuses fragrances proposées par la maison, une a particulièrement su attirer mon attention : Amyris. Portant le nom d’une plante jamaïcaine dont l’odeur de la résine est très prononcée, il délivre de belles notes de romarin du Maroc mais également de mandarine de Sicile ainsi que des touches d’iris de Florence, de fève tonka du Brésil et de bois modernes. En bouquet somme toute puissant et sucré qui a su séduire l’ensemble de la rédaction.

Amyris

140€ les 70 ml chez Maison Francis Kurkdjian

Eau de Gloire de Parfum d’Empire

Il y a deux ans, on listait 10 parfums rares pour homme à découvrir. Notre sélection se terminait alors par Corsica Furiosa de Parfum d’Empire. L’essence nous avait alors marqués par son côté détonant, à la fois poivrée, fruitée, aromatique puis terreuse. Aujourd’hui, on s’est intéressé à une autre essence puissante de la maison, « Eau de Gloire ». Faisant la part belle à la richesse naturelle de l’île de Beauté, le parfum s’ouvre sur une fraîcheur d’agrumes (telle que la mandarine) et de bergamote. Vient s’y ajouter la puissance d’aromates comme la myrte et le romarin. Enfin, l’essence affirme toute sa personnalité à l’aide d’immortelle, de ciste et de mousse de chêne. Un parfum tonique, frais et acidulé, qui peut facilement remplacer un traditionnel vétiver.

Eau-de-Gloire

130€ les 100 ml chez Parfum d’Empire

Fougère d’argent de Tom Ford

Est-ce bien nécessaire de présenter Tom Ford ? Après avoir été design director pour Gucci puis directeur créatif, Tom Ford lance sa propre marque en 2005. Son style ? Des pièces sobres, efficaces et habillées. Privilégiant le noir et les teintes sombres, il décline le vestiaire masculin et devient par la suite un standard dans le monde du prêt-à-porter de luxe. Développant une gamme d’accessoires, la marque lance également une ligne de cosmétiques dont des parfums. Et c’est sur un de ses tous derniers venus, Fougère d’Argent, que l’on a jeté notre dévolu. Avec ses notes de mandarine, de gingembre, de lavandin, de ciste, de bois d’akigala et de coumarine, la fragrance est raffinée et élégante mais également épicée avec ses zestes de gingembre. Une essence plutôt élitiste (elle fait partie des private blends de la marque) mais qui vaut le détour.

Tom-Ford

294€ les 100 ml chez Sephora

Hermann à mes côtés me paraissait comme une ombre d’État libre d’Orange

C’est en 2006 qu’Étienne de Swaft crée État libre d’Orange. En lançant sa parfumerie, il souhaite casser les codes, dépasser les limites, franchir les interdits, s’affranchir des codes, désobéir et, surtout, laisser libre court à sa créativité. Prônant la liberté d’expressions sous toutes ses formes, il désire créer des fragrances de caractère, loin des diktats du métier. Et cela passe en premier lieu par le nom de ses créations : « Putain des palaces », « Les fleurs du déchet », « Charogne » sont un bref aperçu de ce que la marque est capable d’imaginer ! Parmi toute sa collection, il y en a un qui m’a particulièrement plu : Hermann à mes côtés me paraissait comme une ombre (oui oui, c’est son nom complet). Pour comprendre ce nom, il faut avoir en tête que chaque création d’Étienne possède une histoire. Ici, elle provient d’un poème écrit par Victor Hugo. Bourgeons de cassis, poivre noir, galbanum, calypsone, géosmine, encens, pepperwood, petalia, absolu de rose, patchouli, ambroxan, le parfum est puissant, entêtant, hypnotique. Ma fragrance préférée depuis quelques temps maintenant !

Etat-Libre-Orange

135€ les 100 ml chez État libre d’Orange

L’air Barbès de 19-69

Prononcée « Nineteen sixtynine » (référence à l’album des Rolling Stones ?), la marque souhaite proposer des fragrances à contrecourant et qui sortent des contours classiques du milieu du parfum. Véritable ode à la liberté, elle est fondée par l’artiste suédois Johan Bergelin. Elle débarque en France en 2017 chez Colette avec cinq essences développées par des artisans français, italiens et scandinaves. Après avoir testé pas moins de six parfums, c’est « L’air Barbès » qui nous a le plus plu. Mélange d’aldéhyde, de citron frais, de bergamote, d’Ylang Ylang, de tubéreuse, d’orris et autres, il se distingue par de douces notes de cuir, de bois séché et de musc blanc. Un parfum doux et raffiné, qui n’est pas sans rappeler certains lieux de vie nocturne de la capitale.

19-69

155€ les 100 ml chez 19-69

Marrakech intense d’Aesop

Si vous aimez prendre un tantinet soin de vous, Aesop n’est certainement pas une marque qui vous est inconnue. Lancée en 1987, à Melbourne en Australie, elle propose une gamme de soins complète pour hommes et se distingue par sa stricte utilisation d’ingrédients à base de plantes et conçus dans son propre laboratoire. Soignant aussi bien le packaging que la qualité de ses produits, l’enseigne devient rapidement un incontournable du grooming masculin. C’est donc tout naturellement qu’Aesop propose aussi une gamme de parfums. Personnellement, j’ai toujours apprécié les senteurs des soins estampillés Aesop. C’est donc en toute connaissance de cause que j’ai testé ce Marrakech intense. Inspiré de la cité marocaine éponyme, cette fragrance mixte s’affirme à l’aide de senteurs orientales et boisées, contrebalancées par des notes de fleurs fraîches. Boisé, oriental et floral, il est relativement doux et sucré comme une corne de gazelle.

Aesop

75€ les 50 ml chez Aesop

Nanban d’Arquiste

Carlos Huber lance Arquiste en 2015. À travers sa marque, il souhaite mêler les senteurs de son pays d’origine, le Mexique, au Japon, contrée dont il est tombé amoureux. Architecte spécialisé dans la préservation de monuments historiques, Carlos développe alors des collections s’inspirant de moments clés de l’Histoire. Pour ce faire, il se base sur une recherche méticuleuse d’ingrédients rares, afin que chaque fragrance propose un véritable saut dans le temps. En examinant scrupuleusement sa gamme, c’est son parfum « Nanban » que nous avons sélectionné. Signifiant « barbare du Sud », ce caractère sino-japonais désignait au XVIIè siècle les étrangers débarquant au Japon par les mers du Sud. Avec ses notes principales de poivre noir de Malabar, de safran perse, de cuir espagnol et d’encens, l’essence est ambrée, boisée et épicée. Un parfum avec du corps et de beaux accents orientaux.

Arquieste-Nanban

190$ les 100 ml chez Arquiste