fbpx
S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Comment choisir un blouson Perfecto ?

Parmi les vestes en cuir, il y en a une qui règne en maître : le Perfecto. Et pourtant, c’est loin d’être la pièce la plus présente dans nos vestiaires ! En effet, bien qu’elle soit sans conteste la pièce la plus masculine de notre vestiaire, elle n’est pas jugée comme la plus indispensable. Le Perfecto ramène à un fort imaginaire masculin, fait principalement de motards, de pilotes de chasse et autres aventuriers. D’ailleurs, c’est en 1928 que Irving Schott décide de produire un blouson spécialement conçu pour les motards New-yorkais. Très vite, la pièce à l’identité bien marquée rencontre un franc succès, en partie dû aux stars de cinéma hollywoodiennes qui le portent sur le grand écran. Façonnant le mythe autour de lui, c’est sûrement le blouson en cuir le plus compliqué à porter ! Cela est dû principalement à trois détails bien spécifiques qui lui sont propres : sa fermeture Éclair croisée, son col à revers ainsi que sa coupe courte et cintrée. On privilégiera alors des pièces également cintrées pour garder une certaine cohérence dans les volumes ! Bref, on ne vous dévoile pas tout dès maintenant ! De sa petite histoire aux différents types de cuir en passant par les différentes modèles, coupes, couleurs et marques, vous saurez tout sur cette pièce dans cet article :

Perfecto conseils homme

Sommaire :

1. La petite histoire du Perfecto
2. Quels sont les différents types de cuirs
3. Quels modèles, coupes et couleurs choisir ?
4. Où trouver un Perfecto de qualité ?

1. La petite histoire du Perfecto

Icone du rock’n’roll et des « bad boys », le Perfecto s’est illustré sur le dos de Marlon Brando dans l’Equipée sauvage (The Wild Ones, 1953) et sur celui de James Dean dans La Fureur de vivre (1955). Ainsi popularisé dès le milieu des années 1950, le Perfecto a traversé les époques et reste une pièce phare du vestiaire masculin, que l’on soit amateurs de rock ou non. Il n’a jamais cessé d’inspirer les créateurs qui le réinterprètent très régulièrement. Pour contextualiser un peu ce vêtement, il faut revenir à l’année 1913 lorsque deux fils d’immigrés Russes, Irving et Jack, issus de la famille Schott, fondent leur usine de création de vêtements de pluie doublés en fourrure aux Etat-Unis. Puis au cours des années 1920, les Schott Bros (du nom de leur usine) commencent à se spécialiser dans les vestes de moto. Ca tombe bien, ce cher Irving était motard et son usine était basée juste à coté d’un concessionnaire Harley Davidson. Il s’agissait du début de l’effervescence de la moto outre-Atlantique. Les hommes portent alors des vestes issues du monde militaire, fermées par des boutons parfois à col Mao, qui arrivent à mi-cuisse et sont souvent cintrées à la taille, parfois à l’aide d’une ceinture. Pourquoi issues du monde militaire ? Car pour confectionner des vêtements pour la guerre, les fermiers devaient fournir au gouvernement de la peau de cheval tannée pour être transformée en vestes en cuir pour les aviateurs. Et il va en rester un sacré stock ! Un stock dans lequel Schott va se servir.

usine schott début

boozefighters 2

En 1928, la boutique Harley Davidson de Long Island commande une veste solide, durable, protégeant du froid à M. Schott. Ce dernier se fournit alors de peau de vache épaisse et commence à dessiner une veste pourvue d’une fermeture Eclair, de meilleure qualité que celles dont étaient équipés les soldats durant la guerre. Amateur de cigare, il donna à cette veste le nom de sa marque de cigare favorite : Perfecto. Et le prix à l’époque était dérisoire : $5,50$ ! Schott, Indian, Harley Davidson commencèrent alors à créer des blousons nommés Cycle Champ, Cycle Queen, Ranger, Rangerette et à les vendre dans leurs boutiques. Immédiatement, les motards furent plus que conquis, en raison de la praticité de la veste, de son design et de leur robustesse pour les protéger en cas de chutes. Alors, qu’est-ce qui va réellement permettre l‘ascencion du Perfecto ? Les chanteurs de rock’n’roll et le monde du grand écran. En effet, des acteurs mythiques de l’histoire du cinéma vont éclore, de même que des stars du rock’n’roll. Leur point commun ? Le port du Perfecto. Un blouson qui va entrer dans le dresscode de la jeunesse aux Etats-Unis. Dans les années 40 et 50, des modèles mythiques de chez Schott vont ainsi se succéder : on pense au « 613 One Star » né dans les années 40, fait de cuir de cheval et comportant une étoile placée sur chaque épaulette, puis le 618 de Brando, sans étoiles sur les épaulettes et avec des boutons au niveau du col. C’est précisément ce dernier qui va lancer le Perfecto dans la culture populaire ! C’est alors le début du mythe : le blouson par excellence du motard, du rebelle, de l’anticonformiste, est né. L’école le voit même comme un symbole de la délinquance.

En France, en parralèle, on voit l’émergence du mouvement des Blousons Noirs (avec notre Johnny national), qui sont le relais de cette image rebelle. C’est d’eux que naîtra le rock français. Dès les années 1960, le Perfecto va connaître quelques modifications. Il est désormais fait de cuir de bœuf et certaines caractéristiques au niveau de l’étiquette, des coutures ou encore de l’angle des poches changent également. Les modèles 613 et 618 voient leur popularité décroître au profit de blousons typés « course », incarnés par Steve McQueen. Mais durant les années 1970, les Trente Glorieuses agonisent, la crise économique commence, et parallèlement la créativité explose et une période de rébellion va naître. Une période au cours de laquelle de nombreux jeunes se retournent contre la société. C’est le début du mouvement punk et le retour en fanfare du Perfecto sur le devant de la scène, à la fois aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en France (on pense au rebelle préféré des Français : Renaud, adepte à l’alcool au Perfecto à son tour). Il a ensuite été mis eu placard dans les années 80 (mis à part Mickael Jackson qui continuait de le porter). Il est redevenu cool en 1991 grâce au photographe Peter Lindbergh qui fait poser des Top model pour Vogue qui portent toutes… ce blouson mythique. On pourrait écrire des pages et des pages sur l’histoire de cette pièce, mais le titre du paragraphe s’appelle « La PETITE histoire du Perfecto », donc on va s’arrêter là ! Aujourd’hui, le Perfecto reste un cuir mythique, bien qu’il soit bafoué par une partie de la mode (Yves Saint Laurent l’a bien compris !).

2. Quels sont les différents types de cuir ?

Pour ceux qui l’ignorent, le cuir provient des animaux. Et donc logiquement, cela nous donne différentes peaux avec des propriétés qui leur sont propres et des rendus bien différents. Voici les différents types de cuirs :

– Le cuir d’agneau : le plus utilisé. Il se caractérise par une souplesse et une légèreté incomparable. Très fin, il peut rapidement épouser les formes et s’adapte alors facilement à différentes morphologies.

– Le cuir de vachette : presque autant utilisé que le cuir d’agneau. Il fait partie des cuirs les plus résistants. Il est travaillé de différentes manières, si bien que son épaisseur (et sa robustesse ainsi que sa souplesse) varie. Aussi, il est souvent utilisé sur des pièces hivernales pour sa capacité à maintenir au chaud.

– Le cuir de mouton : très chaud et résistant. C’est d’ailleurs celui que l’on utilise pour confectionner les fameuses peaux lainées (on garde alors la laine de l’animal).

– Le cuir de buffle : sans surprise, il est très résistant. Il possède un grain plus épais que les autres peaux et est plus rigide.

– Le daim : réalisé à partir de l’animal éponyme à l’origine, ce dernier est désormais réalisé à partir de vache, d’agneau, de porc, etc. Il correspond au côté intérieur d’une peau et est plus fragile qu’un cuir classique.

– Le cuir de porc : possède une surface plus poreuse dûe à la quantité importante de poils. C’est un cuir dur surtout destiné à la création de gros blousons. Mais c’est aussi un cuir peu coûteux, que certains n’hésitent pas à « maquiller » pour lui donner un aspect lisse. Un cuir qui peut aussi bien faire des vêtements bas de gamme que de très belles choses.

3. Quels modèles, coupes et couleurs choisir pour un Perfecto ?

A. Le Perfecto : du modèle historique au plus minimaliste

Bien qu’aujourd’hui le Perfecto soit réinterprété par une multitude de marques (des labels confidentiels aux grandes enseignes), on distingue toujours deux écoles distinctes : le Perfecto iconique, celui porté jadis pas les blousons noirs et le Perfecto minimaliste, dépourvu de détails. Quel style choisir ? C’est la première question que l’on doit se poser lorsque l’on souhaite acquérir cette pièce de cuir ! Le style est alors l’élément clef au cœur de notre réflexion. Véritable pièce forte, le Perfecto est une pièce de caractère qu’il faut savoir dompter (avis aux amateurs) ! Pour les plus aguerris et les amateurs des Ramones, on conseille de se tourner vers un Perfecto dit « classique ». Pour les autres, plus timides, un blouson en cuir à l’esprit « Perfecto » fera parfaitement l’affaire !

VP Marty & gus perfecto

– Le Perfecto historique 😎

Historiquement, le Perfecto possède une coupe et des détails bien spécifiques :

  • Une fermeture croisée à glissière décalée sur le devant, doublant ainsi l’épaisseur de cuir pour mieux protéger le torse (à moto)
  • Des pressions permettant de rabattre le col pour éviter qu’il ne batte dans le vent
  • Des poignets zippés afin d’être resserrés et éviter les entrées d’air
  • Une ceinture, dans le même cuir que le blouson, assurant un ajustement à la taille et fixée au dos par un empiècement maintenant le blouson sur les reins
  • Un cuir épais : cheval, puis taureau (steerhide) et en vachette
perfecto conseils ramones

« Hey, ho, let’s go ! » (Les Ramones)

– Le Perfecto minimaliste

Le Perfecto minimaliste dispose très souvent d’une coupe plus dynamique et voit certains détails historiques disparaître. Avec un style moins prononcé, il est plus facile à porter et à associer dans un style casual. Voici les principales caractéristiques que l’on peut retrouver :

  • Une coupe retravaillée
  • Absence de ceinture et de certaines poches
  • Un cuir souple comme l’agneau ou du cuir velours (veau ou chèvre)

perfecto cuir marty & gus

perfecto daim marty gus

Mais alors, lequel choisir ?

S’agissant d’une pièce onéreuse, voire très onéreuse, il est préférable d’opter pour un Perfecto en cuir digne de ce nom ! Un bon cuir et une coupe authentique permettront à votre Perfecto de vieillir, de se patiner au fil des ports et de traverser les décennies (pour un jour le confier à votre progéniture). Pour un style authentique, on conseille de se tourner vers un modèle classique réalisé dans un cuir épais ! Quitte à porter le Perfecto, autant se la jouer motard des années 50 ! Cependant, pour ceux qui n’ont pas ce budget ou n’aiment tout simplement le style, il existe des Perfecto qui ne sont pas confectionnés en cuir. On pense notamment à la marque Marty & Gus qui en réalise en coton et polyster.

B. Quelle coupe choisir pour un beau Perfecto ?

La coupe va dépendre du style souhaité, de nos envies, mais avant tout de nos goûts. Si tout laisse penser qu’un Perfecto peut se porter près du corps, sachez que l’on peut vite se sentir à l’étroit si on opte pour une taille trop juste. La coupe va aussi dépendre de la façon dont on porte notre Perfecto. Avec un hoodie par exemple, il est préférable de prendre une taille au-dessus pour avoir la place nécessaire. Ah oui, j’oubliais, un bon Perfecto se doit d’être court !

perfecto stickers marty gus

C. Les couleurs à privilégier pour un Perfecto

Comme disait Johnny Hallyday : « Noir, c’est noir ». Lorsqu’on pense au Perfecto en cuir, on a très souvent (si ce n’est pas pour dire toujours), l’image d’une pièce en cuir noir. D’ailleurs, c’est certainement le meilleur choix à adopter. Pourquoi ? Pas seulement parce que le Perfecto noir est iconique, mais parce qu’il s’agit d’une teinte sobre qui s’accorde avec la grande majorité des tenues. Et puis, comme on le dit souvent : « le noir va avec tout ». Pour ceux qui ont déjà un Perfecto noir ou pour ceux qui ne souhaitent pas le choisir dans cette version, sachez qu’il est possible de se tourner vers des cuirs velours camel ou encore marron ! Pour les plus originaux d’entre nous, osez d’autres coloris si l’envie vous prend !

perfecto-marty-gus-cuir-ceinture-2

4. Où trouver un Perfecto de qualité ?

A. Perfecto à moins de 500€

B. Perfecto entre 500€ et 1 000€

C. Perfecto no limit

Note : n’hésitez pas à jeter un coup d’œil dans les friperies ou sur les sites de seconde main, car il est possible de dénicher de beaux Perfecto vintage à des prix abordables. La qualité et les belles patines sont souvent au rendez-vous sur ce type de pièce !

perfecto marty gus

Comment choisir un blouson en cuir ?

Comment choisir un blouson ou une veste de mi-saison ?

encart personal shopper

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation du commentaire et notre réponse prennent quelques heures avant d'être publiées (notamment la nuit quand on dort et le week-end).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles