L’histoire du Perfecto

C’est une pièce qui grâce à son charisme seul peut mettre de la distance entre vous et elle. Comme si vous n’aviez pas les épaules pour la porter, comme si elle représentait trop de choses par rapport à ce que vous avez vécu dans votre propre vie, comme si la société n’était pas prête à l’accepter en son sein et qu’elle était réservée à la flamboyance des groupes de musiques ou au cinéma. Le fait est qu’elle nous plait énormément, mais aussi qu’elle nous fait terriblement peur. Mesdames et messieurs, voici l’histoire du Perfecto :

famille schott usine 1989

Pour commencer, il est inévitable de raconter l’histoire des frères Schott, Irving et Jack, deux Russes qui en 1913 fondent leur société de création de vêtements de pluie après avoir émigré aux Etat-Unis. Ils fabriquent alors leurs cirés dans le « basement » de leur appartement New-yorkais, dans le Lower East Side.

Ce n’est qu’au cours des années 1920 que les Schott Bros commenceront à se spécialiser dans les vestes de moto. Dans la période d’après-guerre, la moto se répand, notamment Outre-Atlantique. Généralement, ce sont les hommes qui pratiquent l’art de manier les deux-roues. Ils portent des vestes issues du monde militaire, fermées par des boutons parfois à col Mao, qui arrivent à mi-cuisse et sont souvent cintrées à la taille, parfois à l’aide d’une ceinture. C’est du à l’industrie de guerre que les fermiers devaient fournir au gouvernement de la peau de cheval pour confectionner des vêtements pour la guerre. Nombre de ces peaux étaient tannées pour être transformées en vestes en cuir pour les aviateurs. Forcément, de nombreux stocks resteront après la guerre.

usine schott début

Fort du succès de leur entreprise, les frères Schott sont forcés de déménager du rez de chaussée de leur immeuble de New-York pour avoir des installations plus grandes. Ils partent alors dans le New Jersey. Le mythe dit que c’est la boutique Harley Davidson de Long Island qui, en cette même année 1928, commande une veste solide, durable, protégeant du froid et des intempéries à Irving Schott. Il se fournit alors de peau de vache épaisse et commence à dessiner, cigare à la bouche, une veste pourvue de cette fermeture que l’on trouve sur les jeans Lee depuis le début de la décennie précédente. Sa veste en cuir serait donc la première à être équipée d’une fermeture éclair ! Elle serait aussi de meilleure qualité que celles dont étaient équipés les soldats de la Première Guerre Mondiale, puis elle s’appellerait du nom de sa marque de cigare favorite : Perfecto.

etiquette perfecto schott

A partir de ce moment, les marques de cuir commencèrent à produire à une plus grande échelle. Schott, Indian, Harley Davidson commencèrent à créer des blousons nommés Cycle Champ, Cycle Queen, Ranger, Rangerette et à les vendre dans leurs boutiques. Nous sommes dans les années 30, et le côté pratique de ces blousons fait déjà l’unanimité auprès des motards. Le design le plus courant inclut alors la D-pocket, cette poche ventrale asymétrique dont la couture forme un D. Toutes les marques de l’époque s’y mettent : Buco, Hercules, Langlitz Leathers ou encore Lewis Leathers.

avro d pocket leather

Le Perfecto passe tout de même la seconde Guerre Mondiale dans un relatif anonymat, les blousons d’aviateurs étant alors bien plus populaires. Tout viendra des Etats-Unis, dans une période d’après-guerre qui voit la jeunesse idolâtrer les chanteurs de rock and roll et les rodéos de voitures. Après s’être trouvés au plus près des atrocités de la guerre et vécu des moments ou leur vie ne tenait qu’à un fil, certains soldats de l’aviation et des équipages de chars formèrent des clubs de motards, comme pour se défouler, comme un exutoire après la violence des combats.

Parmi tous ces groupes, un fut rendu plus populaire que les autres : les Boozefighters, des californiens. Composé à la base de mecs qui furent à l’origine d’une rixe dans la petite ville d’Hollister. La bagarre (pour une broutille, mais comme on pouvait s’y attendre, avec beaucoup d’alcool) fut ensuite rapportée par le célèbre magazine Life et inspira le film “The Wild Ones” que l’on connait mieux sous le nom de “L’Équipée Sauvage”. Ce film qui changea la face culturelle de l’Amérique et du monde occidental, voyant éclore un des acteurs les plus mythiques de l’histoire du cinéma et un certain blouson entrer dans le dresscode quotidien de la jeunesse du pays.

boozefighters

boozefighters 2

boozefighter 3

Entre-temps, Schott sortit ses premiers modèles mythiques. Vers la fin des années 40, la marque sort le “613 One Star”. Il est fait de cuir de cheval et comporte de nombreuses caractéristiques qui pour les puristes le distinguent des autres modèles dont son étoile placée sur chaque épaulette. Le 613 ne comporte également pas de bouton sur les extrémités du col.

Schott 613

Dès les années 50 sort le 618, quasi identique au 613, mais sans étoiles sur les épaulettes et avec des boutons (logotés ce coup-ci) au niveau du col. C’est celui qui “lance” le Perfecto dans la culture populaire, celui que Marlon Brando Porte dans le film. Les fans le savent, le blouson qu’il porte est sensé être un 618 mais comporte des étoiles. La légende dit qu’il fut customisé pour ressembler à ceux que portaient les BoozeFighters à l’époque. Selon une autre légende, les revendeurs de l’époque eurent des problèmes de vols d’étoiles sur les modèles 613 du au succès du film. Quoi qu’il en soit, le mythe du Perfecto; le blouson par excellence du motard, du hors la loi, du jeune rebelle, était né : à tel point qu’il fut même banni de nombreuses écoles du Royaume-Uni et des USA au cours des années 50.

marlon brando the wild one perfecto

Marlon Brando dans L’Équipée Sauvage.

 

james dean perfecto

elvis perfecto

Elvis était également adepte du Perfecto.

Par la suite, toujours au cours de la même décennie, on dit qu’il était rare de voir James Dean sortir sans son Perfecto. Il porte d’ailleurs un 613, reconnaissable car il comportait des boutons pour attacher un col en fourure…

 

En France
En France, ceux qu’on appelle les Blousons Noirs, les Loulous, ces bandes de jeunes qui s’affrontent à l’aide de chaines de vélo et de poings américains, qui roulent en mobylette, sont le relais de cette image rebelle. C’est d’eux que naîtra le rock français, Johnny, Eddy etc. Jusqu’à ce que le mouvement disparaisse avec l’explosion des années Yéyé. Une vidéo résumant ce qu’est le mouvment “blousons noirs” :
Un groupe “blousons noirs” :

Dès les années 1960, le Perfecto continue de subir quelques modifications. Il est désormais fait de cuir de bœuf et certaines caractéristiques au niveau de l’étiquette, des coutures ou encore de l’angle des poches changent. Toutefois, les 613 et 618 voient leur popularité décroître au profit de blousons typés “course”, incarnés par Steve McQueen, faute à une époque plus sage peut être ? A une époque qui se cherche, se découvre… Jusqu’aux années 1970, cette période de rébellion au cours de laquelle nombre de jeunes se retournent contre une société qui a force d’être idéaliste n’avait plus rien de réaliste. Le mouvement punk naît, et ses icônes font revenir le Perfecto sur le devant de la scène. Aux Etats-Unis, les Ramones portent des 613 One Star en famille, puis au Royaume-Uni, Sid Vicious, le chanteur des SexPistols, insulte la reine avec le nouveau né de chez Schott, le 118 sur son dos.

Sorti en 1977, le 118 n’a que quelques différences mineures par rapport aux autres. Fait en cuir de vachette, un cuir beaucoup plus souple et donc moins adapté à la moto (car il protège moins), puis sa coupe diffère légèrement.

ramones perfecto

Le groupe de punk The Ramones sont certainement les plus grands adeptes du Perfecto de ces 50 dernières années, voire de tous les temps.

 

sid vicious perfecto

Sid Vicous était également adepte du Perf’

En France, c’est Renaud qui tient la corde question Perfecto dans les années 1970

Le Perfecto Aujourd’hui

Dans le monde d’aujourd’hui, la veste de motard, le Perfecto, reste une pièce extrêmement populaire ! Bien que son image ait eu tendance à s’adoucir au cours des années 2000 pour devenir une pièce plus “mode” avec de nombreux créateurs qui l’ont détournée de son usage initial et donc de l’étiquette “rebelle” qu’on lui a toujours rattachée, porter un Perfecto reste signe de marginalité. Pour la plupart des gens ce blouson a gardé l’image d’une pièce portée par les bad boys, si bien que de nombreuses personnes n’envisagent même pas d’en porter !

Alors non, les motards ne portent plus forcément de veste en cuir, oui, le Perfecto peut être aujourd’hui porté par tout le monde sans signifier forcément l’appartenance à un groupe social, mais il véhicule un certain mysticisme. À l’heure ou Schott fête ses 100 ans d’existence, se dégage forcément toujours un certain caractère de celui qui daignera l’enfiler.

Pour l’occasion, nous publierons en fin de semaine un dossier shopping dédié au Perfecto.

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

    ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

    Voir plus d'articles