fbpx
S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Comment choisir un blouson d’aviateur ?

Un blouson d’aviateur alors même que l’été approche, vraiment ? On anticipe au camion ! Avec la sortie prévue de Top Gun : Maverick, on sait déjà que nombre d’entre nous vont partir en quête de ce blouson à l’épreuve du danger… et du froid ! Si je doute que Tom Cruise soit l’un de nos lecteurs, je sais que nous sommes beaucoup à être influencés à la fois par le cinéma, mais également par l’univers militaire, prépondérant dans le vestiaire masculin. C’est tout naturellement que l’on vient à votre secours pour trouver la perle rare. D’autant que si l’on y réfléchit bien, c’est en été que l’on prépare l’hiver. Sauf pour les cigales, mais ça, c’est une autre histoire ! Alors voici notre guide pour choisir son futur blouson d’aviateur.

Sommaire :

1. L’origine du blouson d’aviateur
2. Les différents modèles de blousons aviateurs
3. Ce qu’il faut savoir avant d’acheter un blouson d’aviateur
4. Comment porter le blouson d’aviateur ?
5. Où acheter un blouson d’aviateur ?

1. L’origine du blouson d’aviateur

En 1909, Louis Blériot réalise la première traversée de la Manche, sans montre, ni carte, ni boussole. Le brouillard est total, les turbulences nombreuses. Après 36 minutes de vol, le Français qui avait décollé du hameau Les Baraques à côté de Calais atterrit au château de Douvres. Ce vol, effectué à une vitesse moyenne de 64 km/h à 100 m d’altitude est un tournant. Désormais, le ciel est accessible et dès 1914, il devient une zone de guerre. À l’époque, les avions n’ont pas de cockpit pressurisé, c’est à peine s’il y a un harnais de sécurité. Autant dire que le choix de son blouson est assez crucial à ce moment-là. Au départ, les pilotes étaient équipés de longs imperméables en cuir qui couvraient le corps du cou aux chevilles, ou presque !

La légende raconte que le « baron rouge », l’allemand Manfred Von Richtofen, connu pour être le plus grand as de l’aviation de guerre, est à l’origine du blouson d’aviateur. Le pilote aux 80 victoires aurait été gêné par la longueur du manteau au moment de monter dans son fameux Fokker triplan rouge. Il aurait décidé de le découper pour faciliter ses mouvements. C’est le début d’une longue aventure pour celle que l’on appelle désormais la flight jacket.

2. Les différents modèles de blousons aviateurs

L’Irvin Jacket

On doit la première veste d’aviateur telle qu’on la connaît aujourd’hui à un pilote américain : Leslie Irvin. C’est l’un des premiers cascadeurs spécialisés dans les acrobaties aériennes. Il cherche une solution pour ne plus subir les températures extrêmes rencontrées en vol. En 1926, il dessine une veste en peau de mouton retournée brute. Les poils du mouton font office d’isolant naturel et rendent la tenue hermétique au niveau du col et des poignets. La Royal Air Force britannique utilisera un modèle très similaire jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L’Irvin jacket est reconnaissable à son très large col, à sa ceinture abdominale et aux longues fermetures Éclair allant du coude jusqu’au poignet. Elle est très épaisse et assure une protection contre le froid assez extraordinaire. Pour la mobilité, on repassera !

Le blouson B-3

Lors de la première moitié du XXème siècle, la suprématie du ciel se dispute entre Anglais, Allemands et Américains. Si l’US Air Force n’est créée qu’en 1947, l’aviation faisait déjà partie de l’armée américaine. D’abord sous la tutelle de l’Armée de terre, puis sous le nom d’USAAF – à ne pas confondre avec l’organisme d’imposition français – pour US Army Air Force. Dès les années 1930, les Américains commencent à concevoir un blouson de dotation pour les pilotes et autres soldats de l’aviation. Ils se distinguent en deux classes : les A pour pour « Aviator », ce sont des vestes légères et le B pour les « bomber jacket » beaucoup plus épaisses.

Le blousons B-3 reprend les codes de l’Irvin jacket mais modifie quelque peu celle-ci. La ceinture est remplacée par des pinces de serrage sur le côté, le col est encore plus large avec ses deux boucles de fermeture, et les poches sont faites pour y accueillir des cartes de vol. Autre élément distinctif, c’est une veste bi-matière avec des empiècements en cuir de cheval au niveau des manches. Attention, elle a tendance à s’effriter avec le temps. Côté look ça envoie sévère mais il faut assumer l’aspect volumineux du blouson comme Steve McQueen le fait si bien !

Le blouson B-6

Le B-6 est une version simplifiée du B-3. Il est un peu moins épais que son grand frère, ce qui permet un peu plus d’aisance dans les cockpits étriqués des avions de chasse. Il est produit à partir de 1943 et remplace peu à peu le B-3. Dans les différences significatives, on note la disparition des pattes de serrage et des fermetures Éclair au niveau des avant-bras. Sur cette photo, on voit bien la différence entre le B-3 à gauche et le B-6 à droite.

Le blouson D-1

On quitte le ciel et on retourne sur terre avec le blouson D-1. Il est créé pour les unités dédiées aux tâches mécaniques et bénéficie d’un traitement du cuir contre les méfaits des hydrocarbures et de l’eau. Globalement inspiré du blouson aviateur B-6, il est encore plus simple et possède seulement deux poches à zip à l’avant.

Le blouson A-1

On passe désormais aux blousons plus légers. Souvent portés sous une veste « B », c’est aussi le blouson que les soldats gardaient lorsqu’ils n’étaient pas la tête dans les nuages. C’est un blouson court, dont le design varie, car il est produit par de nombreuses entreprises dès 1927. On retrouve la plupart du temps une fermeture à boutons, des poches à rabat et des bords-côte tout comme le col. Fabriqué en cuir de cheval ou de mouton brun, il est porté par Charles Lindbergh, premier pilote à réaliser une traversée de l’Atlantique en avion.

Le blouson A-2

C’est le plus connu des blousons légers. Le blouson A-2 arrive quelques années après son aîné et fait l’unanimité. il se différencie par son col chemise, devenu emblématique, et sa fermeture Éclair, bien plus pratique et isolante que les boutons. Il est immortalisée par Steve McQueen (encore et toujours lui) dans le film « La Grande Évasion ».

Le blouson G-1

C’est le blouson qui vient remplacer le A-2. En fait, on retient le G-1, mais c’est une évolution très légère d’un autre modèle, le M422. En plus des pilotes, il équipe l’US Navy, les Marines et les garde-côtes. Pour signe distinctif, on remarque d’abord son col en fourrure de mouton détachable. Il possède également des soufflets au niveau des aisselles et du dos ce qui facilite les mouvements. Petit point Tom Cruise, puisque c’est la veste que porte l’acteur dans le film Top Gun, et qu’il portera certainement dans le nouvel opus !

Le blouson B-10 et le B-15

Si le cuir ce n’est pas votre truc, nous avons deux modèles pour vous. D’abord, le blouson B-10 qui arrive en 1943 dans les dotations de l’armée. Il est dessiné sur le modèle du G-1 mais il est fait en coton ou en nylon avec un col en alpaga.

Le blouson B-15 est très similaire, mais attention, il possède une poche à stylo sur le bras !

3. Ce qu’il faut savoir avant d’acheter un blouson d’aviateur

Nous allons être assez bref ici, parce qu’on l’aura compris, une veste d’aviateur ce n’est pas très technique. En tout cas, on est loin de la dentellerie d’une robe de mariée. Le plus important, c’est la matière. On conseille évidemment le vrai cuir pour ce type de pièce, mais pour ceux qui n’en voudraient pas pour des raisons écologiques, éthiques ou économiques, on vous parle des alternatives juste en dessous !

Pour ce qui est de la peau de bête, un conseil : ne pas lésiner sur les moyens. Un beau cuir, ça se paye. Ce n’est pas facile à produire et ça demande beaucoup de matière première (un mouton par exemple). Dès lors, normal que le prix du blouson s’en ressente. Un minimum de 500 € est à envisager pour une pièce de qualité. Ensuite, on partira sur les peaux originelles dans lesquelles étaient faits ces blousons. Le cuir bovin est donc à proscrire car ces vestes étaient faites pour tenir et utilisaient des cuirs plus robustes comme le cheval, le mouton ou la chèvre. Le cheval est un cuir très solide et très épais. Il tient chaud tout l’hiver à condition de bien l’entretenir sinon il a tendance à durcir et à s’effriter. La chèvre est un cuir très raffiné qui coûte souvent très cher. S’il ne vous est pas accessible, le mouton est un très bon choix.

Enfin, si vous sautez le pas, prenez tous les conseils possibles d’entretien auprès du vendeur. Quand on met une telle somme dans un blouson, on est content qu’il tienne, mais ça ne se fait pas par magie. Les plus belles patines se font avec les meilleurs entretiens.

Comment entretenir son blouson en cuir ? [Vidéo]

Pour ceux qui souhaitent éviter les peaux véritables, on a une bonne nouvelle : les similis sont radicalement moins chers ! Certains sont même assez bien faits. Le problème c’est qu’ils vieillissent mal dans le temps. Les similis lisses vont s’effriter rapidement par exemple. Les faux suèdes dans des teintes un peu sombres peuvent franchement faire la blague en revanche.

4. Comment porter le blouson d’aviateur ?

Comme beaucoup de pièces issues du vestiaire militaire, c’est assez facile de l’intégrer à une tenue. Bien que ce soit un élément fort d’un look, la Shearling jacket se porte aisément au-dessus d’une tenue habillée pour en casser son image. On peut dès lors imaginer une silhouette avec un pantalon à pinces, des Desert boots, une chemise et un pull col rond ou un col roulé pour aller avec notre veste d’aviateur. C’est aussi possible de la jouer dans une tenue plus casual, avec un jean légèrement délavé et des boots type Blundstone.

5. Où acheter un blouson d’aviateur ?

Des reproductions de modèles originaux :

Des marques de qualité qui s’inspirent des modèles originaux :

Comment choisir un blouson en cuir homme ?

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation du commentaire et notre réponse prennent quelques heures avant d'être publiées (notamment la nuit quand on dort et le week-end).

Articles les plus populaires

Voir plus d'articles