Derby Paraboot Azay : Test & Avis

Bien souvent, lorsque l’on doit citer quelques marques majeures sur le marché du beau soulier, les premiers noms qui nous viennent à l’esprit viennent d’Outre-Manche. Étonnamment, ce n’est qu’après avoir établi une petite liste anglo-hispano-portugaise que l’on a cette étonnante réflexion : « ah mais il y a de belles maisons en France également ». Parmi celles-ci, il y en a une que je connais depuis que je suis tout petit : Paraboot. Je me rappelle encore de mon prof d’histoire-géo arborant une paire de Michael aussi vieille et fatiguée que lui. Réputée pour la fiabilité et la durabilité de ses modèles, l’histoire de Paraboot débute en 1908, de l’initiative de Rémy Richard. Vingt ans plus tard, et après de nombreux voyages de par le monde, il découvre le caoutchouc. Il décide alors de le travailler afin de créer une semelle légère, souple et résistante. Aujourd’hui, je me suis allongé sur un tapis et assis dans une cage d’escalier pour tester un de ses basiques, le derby Azay :

Paraboot-Azay-Allonge

Fiche Technique

  • Modèle : Azay
  • Derby à bout droit rapporté
  • Cinq oeillets
  • Cuirs utilisés : veau au tannage végétal pour l’extérieur, chèvre pour l’intérieur
  • Semelle gomme
  • Cousu norvégien
  • Ressemelable
  • Réalisée en France, à la main

Paraboot-Azay-Talon

Test

Avant de préparer cet article, je me suis penché sur les archives de Comme un camion afin de retrouver quelques traces de la marque dans nos colonnes. Et à ma grande stupeur, je n’ai pas trouvé grand-chose, mis à part un article listant « 10 marques de chaussures entre 300€ et 500€ à connaître ». Plus étonnant encore, et bien que j’ai pu avoir plusieurs paires entre les mains, je n’en ai jamais possédées ! Ces Azay sont donc les toutes premières Paraboot que j’enfile (en tout bien tout honneur).

Paraboot-Azay-Chaussures

La paire est livrée dans une jolie boîte verte floquée du logo de la marque en gris. Une fois cette dernière ouverte, on découvre les deux pieds protégés dans des sacs de voyage gris, le tout délicatement enveloppé dans du papier de soie. Une fois la paire sortie de sa chrysalide, on peut pleinement l’apprécier sous tous ses aspects. Première impression : son poids. En effet, chaque pied est relativement lourd, plus lourd qu’un pied classique. Un point que je garde dans un coin de ma tête pour l’essayage.

Paraboot-Azay-Sacs

Je me suis ensuite penché sur le cuir utilisé pour réaliser ces Azay. Véritable cuir de veau pleine fleur, il se pare d’un joli marron uniforme. Fait étonnant et plutôt rare (mais qui ne se voit pas forcément sur les photos du test), on remarque qu’il est recouvert d’une couche blanchâtre. Ce phénomène, appelé « repousse », s’explique facilement et n’est pas un défaut, bien au contraire. Les cuirs utilisés par Paraboot n’ont pas été couverts d’un film polyuréthane, ce qui leur permet d’être très respirants, améliorant ainsi considérablement l’hygiène du pied. Ce qu’on appelle la repousse est en réalité la remontée du gras du cuir à sa surface. Signe de qualité, cette pellicule protège efficacement le cuir. Il est toutefois possible de s’en débarrasser en frottant la chaussure avec un chiffon sec puis en appliquant du cirage. Toutefois, il est conseillé de préserver la repousse puisqu’elle peut permettre aux chaussures de prendre une plus belle patine !

Paraboot-Azay-Tapis

Paraboot-Azay-Paire

Dans son ensemble, ce derby Azay est tout ce qu’il y a de plus classique : cinq oeillets (avec anneaux de renfort métalliques invisibles), lacets ronds ton-sur-ton, bout droit rapporté, etc. Un bon point puisqu’on peut sans soucis affirmer que cette paire saura se fondre dans pas mal de tenues. Réalisées à la main, ces Paraboot présentent de très jolies finitions, notamment au niveau de ses coutures, parfaitement droites et impeccables. En parlant de coutures, on peut d’ailleurs pleinement apprécier sur ce modèle la spécialité de la marque : le cousu norvégien. Technique de montage à l’origine utilisée dans la confection des chaussures de montage, elle consiste en plus d’un cousu Goodyear à fixer la tige de la chaussure à la semelle intérieure (également appelée « première de montage »). On réalise ainsi une triple couture qui permet de réaliser des chaussures extrêmement robustes et qui protègent plus efficacement de l’humidité et du froid. Des chaussures qui sont par ailleurs ressemelables !

Paraboot-Azay-Lacets

Paraboot-Azay-Bout

Paraboot-Azay

Vu que je m’intéressais à la trépointe, j’ai retourné la paire afin de me pencher sur la semelle d’usure. Comme pour toutes les paires de chez Paraboot, cette dernière est réalisée en gomme naturelle. Ce détail est d’ailleurs en lien direct avec l’histoire de la marque et est plutôt intéressant. Rémy Richard, fondateur de Paraboot, aimait l’aventure et les voyages. En 1926, il se rend aux États-Unis, où il découvre pour la première fois des bottes faites en caoutchouc ainsi que les vertus de cette matière nouvelle. Il décide alors de créer des boots garanties imperméables à l’aide de feuilles de latex posées à la main sur des embauchoirs en bois et vulcanisées dans des étuves. Il utilisera par la suite ce procédé de cuisson afin de réaliser les semelles de ses chaussures. Aujourd’hui, ces dernières sont toujours réalisées de la même manière.

Paraboot-Azay-Semelle-Usure

Je termine ce test en m’intéressant à l’intérieur de la chaussure. Clairement, ce dernier n’est pas submergée de détails superflus et va plutôt à l’essentiel. Une doublure chair en cuir de chèvre recouvre presque l’intégralité de la chaussure. Au niveau du talon, les mentions « Paraboot », « cousu norvégien » et « Made in France » sont gravées. Lorsqu’on appuie à ce niveau, on observe qu’il n’y a aucun coussin d’aisance sous la semelle. Non pas que ce soit un détail indispensable mais j’espère juste que la paire est confortable !

Paraboot-Azay-Interieur-Close

Paraboot-Azay-Semelle-Interieur

Paraboot-Azay-Logo

Essayage

Pour réaliser ce test, j’ai commandé un modèle en taille 8 UK. L’équivalent d’un 42 FR qui est ma taille habituelle. L’avantage d’une paire de derbys, qui plus est montée sur semelles gommes, est que l’on se sent immédiatement bien dedans. Et on peut ajuster les garants au plus juste en fonction de la forme de son pied. Néanmoins, mon pied bouge légèrement. Et c’était à prévoir car Paraboot signale bien sur sa fiche produit (je les ai commandées en ligne) que le chaussant est généreux. Pour ma part, l’idéal serait donc de m’orienter vers une demie-taille en dessous ! Les chaussures sont par ailleurs légèrement plus lourdes qu’une paire traditionnelle mais on s’y habitue rapidement.

Paraboot-Azay-Portees-Look

Lunettes Moski | Gilet Samson | Chemise Première Manche | Montre Carpenter | Jean Octobre Éditions | Chaussettes Mariner
Paraboot-Azay-Allonge-Close

Avis

Au moment de conclure, j’ai demandé à chaque camionneur son avis sur cette paire. Max s’est hasardé à dire que le bout rapporté était peut-être un peu trop large et que les chaussures gagneraient en finesse en l’écourtant un peu. En dehors de cette remarque, difficile de trouver quelque-chose à redire sur cette paire qui a fait ses preuves depuis plus de 50 ans. Son style ne laisse évidemment pas indifférent, il est quelque peu rustique, mais lorsqu’on aime on apprécie la beauté du cuir, la robustesse de ce montage norvégien, le confort de la semelle gomme et le sentiment de s’approprier une petite partie de patrimoine français. Et lorsqu’on aime, on ne compte pas non plus, malgré les 355€ qu’il faudra débourser pour acquérir une paire de Azay, mais qui est réellement conçue pour durer de nombreuses années !

Matière

  • 3.5
  • 4

Finitions

  • 3.75
  • 4

Design/Style

  • 3.5
  • 4

Confort

  • 3.5
  • 4

Engagement environnemental

  • 3
  • 4
#

Notre note finale

  • 17.25
  • 20

les plus

  • Un très beau cuir
  • Un cousu norvégien impeccable
  • Une paire réalisée à la main en France

les moins

  • Un bout rapporté trop large ?

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques
Chez Paraboot

355€

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles