Montre Daniel Wellington : Test & Avis

Depuis son lancement en 2011, nous nous sommes aperçus ne jamais avoir présenté de test d’une de leurs montres. C’était une erreur qu’il fallait corriger au plus vite tant Daniel Wellington est devenue une marque incontournable de l’horlogerie mode ces dernières années. Rappelez-vous de ce boîtier rond de 40mm au cadran épuré monté sur un bracelet en tissu coloré qui est rapidement devenu un best-seller. Aujourd’hui, la marque revient avec un nouveau modèle plus classique, plus habillé nommé Dapper. Nous l’avons eu entre nos mains pour un test.

montre-daniel-wellington-drapper-test-avis

La Marque

On pourrait croire que c’est un Britannique au vu de ce nom à forte consonance anglo-saxonne qui est derrière Daniel Wellington. A vrai dire c’est un suédois, Filip Tysander, qui est à l’origine de cette marque. Nous sommes en 2006, et au cours d’un road trip en Australie il rencontre cet homme nommé Daniel Wellington. Filip est alors interpellé par son poignet, et ce n’est pas la montre – une Rolex Submariner – qui l’intéresse, mais plutôt le bracelet Nato sur lequel elle est montée. Il passe donc de l’idée au concret en 2011 en sortant son propre modèle qu’il veut classique et minimaliste. Mêlant design scandinave et flegme anglais, la montre est à l’origine uniquement proposée avec un bracelet en tissu décliné dans une grande variété de coloris à un prix très attractif. Le succès est immédiat. Aujourd’hui, la gamme Daniel Wellington s’étend avec la sortie d’un nouveau modèle nommé Dapper.

boitier-daniel-wellington

Fiche Technique

Alors que Daniel Wellington avait pris le parti de ne proposer que des modèles sur bracelets Nato, la marque se lance dans l’aventure de modèles plus classiques et élégants avec Dapper. Inspirée du personnage principal de la série Mad Men pour sa classe, cette nouvelle montre disponible en or rose et acier agenté se pare de quatre bracelets en cuir italien de coloris différents. Chacun a le nom d’une ville anglaise : Bristol (chocolat), Sheffield (noir), St Mawes (cognac) et York (marron foncé). Pour cette nouveauté, la marque a choisi un boîtier plus étroit de 38mm (contre 40mm pour sa classique), toujours avec sa finition brillante et son remontoir à 3h. Peu importe le coloris, le cadran est d’un blanc légèrement foncé appelé « coquille d’oeuf » et se pare de chiffres romains, de deux aiguilles de couleur bleue et d’une fenêtre affichant la date à 6h. Une nouvelle fois, le bracelet est en cuir véritable provenant d’Italie d’une largeur de 19mm. A l’intérieur, c’est un mouvement à quartz japonais de chez Miyota qu’embarque cette Daniel Wellington.

montre-daniel-wellington-drapper-st-mawes

daniel-wellington-drapper-montre

cuir-bracelet-daniel-wellington

bracelet-cuir-daniel-wellington

Test

Pour ce test, j’ai choisi la montre Dapper dans sa déclinaison argent avec le bracelet cognac que la marque nomme St Mawes (n’essayez pas de le prononcer en français, vous auriez comme moi l’air idiot). Premier point positif, la montre m’est parvenue dans un joli écrin en cuir bicolore marron et blanc gravé du nom de la marque. Non pas que je compte le porter au poignet, mais il a toujours une importance particulière pour de nombreux amateurs, moi compris. L’inverse vous aurait étonné, elle a fière allure, posée sur son coussinet. Au départ, ce qui attire le plus l’oeil est le cadran avec sa couleur « coquille d’oeuf ». Déjà, il ne comporte aucun repère. On ne s’en rend pas forcément compte si on n’y porte pas attention, mais c’est une chose notable, un parti pris pour une lecture plus épurée. Les chiffres romains sont noirs et fins, renforçant l’élégance de ce modèle. C’est difficile à expliquer, mais le cadran est composé de deux couches, formant ainsi un relief fortement appréciable lui donnant de la profondeur. Avec cela, les aiguilles dénotent et apportent une seconde touche d’originalité sur un modèle qui parait à première vue si classique.

boite-daniel-wellington-logo

montre-daniel-wellington-drapper

daniel-wellington-drapper-St-Mawes

daniel-wellington-drapper

Si on s’éloigne de cette vue centrée sur le cadran, la montre dévoile encore certaines surprises. Son boîtier est d’un argent brillant en acier inoxydable, entourant un verre minéral plat. Sur le côté, la couronne s’orne des initiales « DW ». On notera au passage la finesse du modèle (7mm) quasi-indispensable à son élégance. Le bracelet a un beau cuir au grain régulier et aux reflets légèrement foncés, ce qui laisse présager de son vieillissement. Si vous n’aimez pas les cuir contrastés, je vous conseille donc d’opter pour un coloris plus foncé. A son extrémité, on trouve une boucle, toujours en acier inoxydable, gravée une nouvelle fois des initiales « DW ». Enfin, le fond est élégamment habillé d’un gris mat créant de jolis reflets.

drapper-montre-daniel-wellington

daniel-wallington-drapper-epaisseur

boucle-daniel-wellington-montre

fond-montre-daniel-wellington

Essayage

Sur le papier, 38mm pourraient en rebuter certains, mais faire le choix de cette montre est celui de la finesse et de l’élégance. C’est donc avec une tenue formelle qu’elle se portera idéalement. Pour la passer au poignet, j’ai tout de même eu des difficultés au début car le cuir était plutôt rigide. Il s’est assoupli après quelques jours de ports. J’apprécie vraiment sa sobriété et ses détails subtils, notamment les aiguilles bleues qui apportent une touche de modernité.

daniel-wellington-drapper-portee

Avis

Sincèrement, je comprenais l’engouement pour le premier modèle de montres Daniel Wellington, mais je n’accrochais pas, notamment du à l’utilisation d’un boîtier trop fin et trop peu visible a mon goût. De mon point de vue, la marque a corrigé le tir pour séduire un public différent (dont je fais partie) avec quelque chose de plus classique sans rogner sur l’originalité de ce modèle. Alors oui le prix a augmenté (249€ contre 149€ auparavant) à cause de grâce à l’utilisation d’un nouveau mouvement de meilleure facture et affichant la date, puis du fait de nouveaux bracelets en cuir de qualité. J’ai envie de dire que c’est un pari réussi en tout point, tant au niveau du design qu’en des termes techniques. Je ne sais pas pour vous, mais ce modèle Dapper a su me séduire ! Testé & approuvé.

daniel-wellington
prix conseillé  
249€
montres basiques icone

Montres

Découvrez dans notre rubrique consacrée aux montres l'ensemble de nos articles : des conseils, des tests, des dossiers shopping, les principales marques ainsi que les boutiques et les sites à connaitre pour dénicher vos futurs montres préférées !

Nos articles montres

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques
  • David Fernandez

    J’espère pour vous que produire un article sur les “montres” Daniel Wellington vous à rapporté un petit billet ;)
    Parce-que c’est quand même le comble de la beauferie hein ! Ça coute quoi à produire ? 5 ou 10 euros ?
    Au moins le gars qui à crée ça s’en met plein les fouilles et tant mieux pour lui !

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles