Conseils en mode masculine




Icone de mode #13 : David Bowie

Le mois dernier nous analysions le style de l’égocentrique Kanye West, alors aujourd’hui, pour notre 13ème icône – désolé pour les triskaîdékaphobe – on monte sérieusement le niveau avec une véritable légende vivante du rock et de la pop ! Il fait partie des personnalités qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de la musique mais pas que… Excentrique, notre homme est un véritable caméléon aux diverses identités qui le rendent indéniablement inimitable et inégalable dans son domaine. Aussi intéressant que déroutant, il nous était impossible de faire l’impasse sur ce grand monsieur qui a inspiré toute une génération et bien plus encore ! Ziggy Stardust est peut-être mort sur scène – n’en déplaise à Dalida – mais son souvenir est encore bien présent dans nos esprits puisqu’il s’agit de l’origine même de notre icône de mode #13 : David Bowie.

«J’ai toujours eu un besoin irrépressible d’être quelque chose de plus qu’un être humain» – David Bowie

8 janvier 1947 : David Robert Jones, futur David Bowie, est né le 8 janvier à 1947 à Brixton, un quartier au sud de Londres. Son père, Haywood Stenton Jones, travaillait dans les relations publiques tandis que sa mère, Margaret Mary Burns, était ouvreuse dans le cinéma où ils se sont rencontrés. David a un demi-frère, Terry, né de la première union de sa mère pour qui il voue une véritable admiration. Influencé par ce dernier, il se mettra à jouer du saxophone à l’âge de 13 ans. Il passera son enfance à Bromley, dans la banlieue sud de Londres où il étudiera à la Bromley Technical High School.
1964 : Durant son adolescence, il jouera avec plusieurs groupes et c’est en 1964 que sortira son premier single avec les King Bees, Liza Jane sous le pseudonyme Davy Jones.
1966 : Can’t Help Thinking About Me est le premier single de l’artiste signé « David Bowie » (avec le groupe The Lower Third). Davy Jones devient David Bowie pour éviter une éventuelle confusion avec le chanteur Davy Jones des Monkees. La légende veut qu’il ait choisi Bowie en référence au colonel James Bowie et son célèbre couteau…
1967 : Sortie de son premier album solo David Bowie avec le label Deram Records. Malheureusement cet enregistrement est loin d’être une réussite.
1969 : Après l’échec de son album éponyme, David Bowie accouche de Man Of Words, Man Of Music avec la chanson Space Oddity qui deviendra un véritable tube au point de se classer dans les charts britanniques. L’album reste quand même un échec commercial.
1970 : L’album The Man Who Sold The World le propulse au rang de célébrité et sa couverture choque ; il est grimé en femme. La même année, il épouse sa compagne Angela Barnett avec qui il aura un fils, Duncan alias Zowie, en 1971. Le couple divorcera 10ans après leur union.
1971 : Hunky Dory voit le jour. Il est souvent considéré comme le meilleur album de Bowie.
1972 : David Bowie change radicalement de style, nuque longue et cheveux rouges, il arbore des costumes extravagants : Ziggy Stardust est né ! L’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars fait de lui une superstar sur la scène musicale internationale. Les années hippies laissent place au glam rock avec David Bowie comme figure emblématique.

1973 : Alors qu’il enchaine les concerts lors de sa tournée mondiale avec Ziggy Stardust, il sort dans la foulée Aladdin Sane. Le 3 juillet 1973, fin de sa tournée mondiale, il annonce au monde entier la mort de Ziggy Stardust « not only is it the last show of the tour, it’s the last show that we’ll ever do ». On croira alors que David Bowie met fin à sa carrière avant de comprendre qu’il ne s’agissait que de Ziggy.
1974 : Diamond Dogs. Cet album devait être une interprétation du roman 1984 de George Orwell mais n’ayant pas obtenu les ayants-droits il conserva juste l’idée d’un futur proche contrôlé par une dictature. Pour cet enregistrement on ne retrouve aucun des membres des Spiders from Mars – Mick Ronson, Trevor Bolder et Mick Woodmansey – mais Halloween Jack, le nouveau personnage « bowien ». Dépassé par sa soudaine notoriété, David Bowie se réfugie dangereusement dans la cocaïne.
1975 : Vivant désormais aux USA, Bowie sort l’album Young Americans et la chanson Fame co-écrite avec John Lennon devient le 1er single de l’artiste à se classer numéro 1 dans les charts.
1976 : Il endosse le rôle d’acteur dans le film écrit pour lui L’homme qui venait d’ailleurs de Nicolas Roeg. La même année sort son album Station to Station avec son personnage Thin White Duke. Son addiction à la cocaïne écorche son image publique suite à des déclarations douteuses dans certaines interviews.
1977-1979 : Il part se ressourcer à Berlin et en profite pour enregistrer 3 nouveaux album – la trilogie berlinoise – Low, Heroes et Lodger et même The Idiot et Lust for Life qu’il a composé avec Iggy Pop.

1980 : Après avoir joué dans la pièce The Elephant Man à Broadway, il rencontre un véritable succès avec l’album Scary Monsters et notamment avec la chanson Ashes to Ashes.
1983 : Let’s Dance atteint des sommets avec des hits comme la chanson éponyme, China Girl ou encore Modern Love. Après des rôles au cinéma et la création du groupe Tin Machine, la fin des années 80 n’est pas la meilleure période de Bowie avec des albums en dessous de ce qu’on attend de lui.
1992 : Il épouse la mannequin somalienne Iman avec qui il aura une fille Alexandria Zahra Jones en 2000. L’année suivante sortira Black Tie White Noise ainsi que The Buddha of Suburbia
1995 : 1.Outside est le début d’une saga d’album en collaboration avec Brian Eno qui ne verra finalement jamais le jour. S’en suivront Earthling en 97, Hours… en 99, Heathen en 2001 et Reality en 2003
2004 : Repos forcé pour Bowie qui doit annuler des dates de sa tournée A Reality Tour pour raisons de santé.
2008 : Après quelques apparitions aux côtés du groupe Arcade Fire, il participe à l’album de l’actrice Scarlett Johansson.
2013 : Alors qu’on le pense à la retraite, Bowie sort son 24ème album studio The Next Day
2015 : Après Londres puis Paris, l’exposition David Bowie is est passée par Melbourne. Une véritable rétrospective à travers ses différents costumes de scène vu par près de 200000 personnes à Paris.
2016 : L’icône s’éteint le 10 janvier 2016 à New York.

Le style David Bowie

Il n’existe pas un mais des styles David Bowie. Ziggy Stardust, Aladdin Sane, Halloween Jack… Bowie a multiplié les identités et les looks avec toujours une pointe d’excentricité mais aussi un côté androgyne assumé qui a rendu son style si singulier.

Davy Jones

Davy Jones. C’est le pseudo qu’a choisi David avant d’être Bowie. A cette époque, à peine sorti de l’adolescence, il joue avec plusieurs petits groupes de rock. Nous sommes dans les années 60, en pleine Beatlemania et Davy Jones n’y a pas échappé ! Lui et ses potes se sont clairement inspirés du style british des 4 garçons dans le vent. Les cheveux sont parfaitement coiffés – mèches sur le côté de rigueur – et le costume se porte avec une chemise boutonnée jusqu’au col avec cravate bien entendu. L’élégance à l’anglaise.

Ziggy Stardust

1972. Davy Jones n’est plus et le désormais David Bowie s’apprête à devenir Ziggy Stardust en surfant sur la vague glam-rock. La métamorphose est saisissante ! Adieu la chevelure impeccable et les petits costumes propres et bonjour la nuque longue de rouquin, le cercle doré sur le front et les costumes excentriques voire carrément déconcertants. On ose les bodys façon Beyoncé, les plateform-shoes et les tenues aux matières improbables souvent à strass et paillettes. Ziggy Stardust lance véritablement la carrière de David Bowie qui devient une icône, un hybride entre un rockeur et un extraterrestre, il fascine !

Aladdin Sane

La mort de Ziggy Stardust entraîne la naissance d’un nouveau personnage : Aladdin Sane. Entre ces deux là, beaucoup de similitudes, seul le make-up change. On est ici sur un maquillage outrancier à base d’éclairs colorés, symbole d’une double personnalité. Le nom Aladdin Sane est en réalité un jeu de mot signifiant « a lad insane » – comprenez un mec fou – vraisemblablement en référence aux troubles schizophréniques dont souffre son demi-frère Terry. Il semblerait que c’est aussi pour David Bowie un moyen de lutte face à la peur de souffrir de cette même maladie.

Halloween Jack

David Bowie qui connaît un véritable succès depuis Ziggy Stardust continue à jouer différents personnages en même temps qu’il enchaîne les albums. Halloween Jack est en quelque sorte une version pirate de Ziggy. Il est affublé d’un cache-œil, d’un anneau doré à l’oreille et d’un foulard autour du coup ainsi que d’une salopette thermo-moulée qui laisse apparaître son identité sexuelle.

Glam rock power

Dans l’histoire du rock, l’ère glam commence au début des années 70. Cette période est caractérisée non pas par la musique en elle-même mais par tout ce qu’il y a autour, la mise en scène, les costumes et l’attitude. Les artistes faisant partie du mouvement glam-rock arborent des looks androgynes exubérants, une approche marginale du rock. L’homosexualité et une certaine liberté sexuelle se dégagent de ce concept musical. David Bowie a d’ailleurs avoué être bisexuel lors d’une interview et son ex-femme a elle révélé qu’il aurait passé une nuit aux côtés d’un certain Mick Jagger…

Thin White Duke

Parmi ces multiples facettes, s’il y en a bien une qui est surprenante de sobriété c’est bien son personnage Thin White Duck – le maigre duc blanc. La chemise est blanche, elle se porte sous un gilet de costume noir et les cheveux sont gominés en arrière. Durant cette période, Bowie est ravagé et amaigri par son addiction à la cocaïne. Thin White Duke est une sorte d’aristocrate dérangé dans une version cabaret.

Let’s Dance

A son retour de Berlin, début des années 80, après l’album Scary Monsters, David Bowie entame une nouvelle étape dans sa carrière. 1983, il s’essaye à la pop et Let’s Dance devient un tube international. Fini la période noir et blanc, David Bowie se met aux costumes oversize colorés.

David l’androgyne

David Bowie c’est un physique identifiable au premier coup d’œil. C’est un garçon pas très beau aux traits fins dans un style très british. Un visage atypique qui au final lui confère un certain charme. Il aime cultiver une allure androgyne en se grimant en femme ou simplement avec différents costumes plus ou moins efféminés. Sa bisexualité l’aide également à jouer sur cette ambiguïté sexuelle.

Les coupes Bowie

Certes, Bowie c’est avant tout des styles délirants mais c’est aussi des coupes de cheveux ! David n’a pas toujours été avant-gardiste et avant la célébrité il était simple suiveur de tendances. David respecte donc à la lettre le style britannique de l’époque avec des coupes à la Beatles ou encore à la Mick Jagger (tiens donc…).

Sa révolution capillaire a lieu avec la création de son personnage phare Ziggy Stardust : une coupe en brosse mixée à une coupe mulet. Il quitte sa chevelure dorée pour un rouge/orange criard. Sur plusieurs clichés, on peut également le voir avec les cheveux plaqués en arrière ou encore avec un chapeau à bords larges. So dandy !

Une muse souvent copiée…

Virtuose de la musique, icône sexuelle et de mode, David Bowie est devenu une idole. Sa créativité et son génie sont une source d’inspiration pour les autres. Il devient une muse dans le monde de la mode masculine, on le copie mais personne ne peut égaler son style inimitable. Le prestigieux magazine Vogue grime à deux reprises la célèbre top Kate Moss à l’image de Bowie en couverture. Jean Paul Gaultier a même fait défiler des silhouettes directement inspirées du vestiaire de l’artiste.

Monsieur David Bowie

Le temps passe mais les icônes restent ! David Bowie a marqué à jamais l’histoire de la musique et de la mode par son indéniable talent. Il est devenu un doux cliché hollywoodien, un bourgeois bcbg impeccable, rien ne dépasse. Louis Vuitton l’a même choisi pour son spot publicitaire « L’invitation au voyage » tourné à Venise, ce qui lui a permis de rentrer un peu plus dans la sphère des légendes vivantes et surtout d’encaisser quelques millions de plus au passage.

Petit aparté : David Bowie n’a pas les yeux vairons – de couleurs différentes – il est juste atteint d’une dilatation et d’une paralysie de la pupille dues à une bagarre lorsqu’il était adolescent.

/>
Son style : INIMITABLE ! N’est pas Bowie qui veut…

Retrouvez les portraits d’autres icônes de la mode.

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles