Saint James : histoire d’un pull marin

Saint James est une des plus ancienne marque de mode française. Son histoire commence en 1850 dans une ville du même nom située à quelques kilomètres du Mont Saint-Michel. Précisons d’ailleurs que la prononciation exacte devrait être “Saint Jam” et non “Saint James” avec un “s”. A cette époque, on trouve de nombreux élevages de moutons et Saint James comme les villages voisins est spécialisé dans le traitement et le tissage de la laine. Laine qui est revendue sous forme d’écheveaux et de pelotes à des merceries. Les premiers produits finis Saint James seront des sous-vêtements et chaussettes revendus à des magasins de bonneterie.

Cite Drapiere

A la fin du XIXème siècle, Saint James produit des chemises de laine pour les marins. Ce qu’on peut considérer comme l’ancêtre du pull marin est fabriqué à partir d’une laine brute, qui a surtout pour vocation d’isoler et de tenir chaud. Un vêtement long qui couvre le buste et une partie des jambes comme une chemise de nuit. Un vêtement adopté par les pêcheurs de Cancale, Granville et Saint-Malo qui pêchaient essentiellement la morue à Terre-Neuve. Lorsque la pêche était moins bonne, certains d’entre eux avaient pour habitude de commercer avec l’Angleterre où ils vendaient des produits primeurs comme de l’ail et de l’oignon. D’après la légende, c’est à cette époque qu’en voyant ces marins devenus “marchands d’ail” nait l’expression “chandail” en référence à cette tenue si caractéristique qu’ils portaient.

Goury

Un chandail marin qui évolue au fil des ans. Sa maille devient si serrée qu’on le dit imperméable. Il se porte plus court et près du corps pour servir de seconde peau. Le boutonnage sur le côté apparait pour permettre d’enfiler plus facilement le pull. La Marine française est pendant longtemps le client principal de Saint James. La légende dit aussi que ce fut un ingénieur de la Marine qui passa commande des premiers pulls à rayures à la fin du XIXe siècle. D’après ses observations, il était plus facile de repérer un homme tombé en mer portant des rayures. Le pull marin devient une tenue de travail avec ses codes : les matelots portent des rayures, les officiers se distinguent eux par leur pull uni.

Marine

Ce n’est qu’à partir des années 70 que Saint James commencera à produire pour le grand public. Le pull marin alors entré dans le patrimoine est adopté par les plaisanciers et touristes. Les grands navigateurs assurent également sa promotion au-delà des côtes. Dans les années 80, la marque développe sa première collection estivale en coton. Le logo tel qu’on le connait aujourd’hui date de 1989, année où Saint James fête son centenaire.

Annees 70

Depuis les années 90, la société Saint James s’est fortement développée tout en conservant sa production historique dans sa ville d’origine. La superficie de ses ateliers est passée de 6500m2 (1994) à 11,000m2 (2001). Le nombre d’employé à lui aussi presque doublé ! Une belle réussite française. Et si le pull marin reste le produit phare de la marque, Saint James tend à faire évoluer ses dernières collections vers un style sport-chic plus généraliste avec notamment des polos et des chemises (j’aime beaucoup la collection femme également). Site officiel : www.saint-james.fr

Matelot

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles