Conseils en mode masculine




Reportage dans les ateliers de Bleu de chauffe

C’était il y a exactement 10 ans, Alexandre Rousseau et Thierry Batteux lançaient Bleu de chauffe. Une marque de sacs avec une identité forte et représentative de leurs valeurs. Les fondements étaient le style (l’inspiration workwear et outdoor), l’utilisation de matières naturelles (le cuir tanné végétal, le feutre naturel, le coton bio) et la production locale et artisanale. 3 axes qui guident les créations et les méthodes de production de Bleu de chauffe depuis sa création. Et c’est dans l’Aveyron que la marque s’est installée pour réaliser ses sacs. Après avoir occupé différents lieux, et gagné en expérience, Bleu de chauffe a fait construire il y a 2 ans ses propres locaux, où chaque espace a été pensé pour organiser au mieux son activité : de la réception des matières premières à l’expédition, en passant bien évidemment par la fabrication. À l’occasion de cette année d’anniversaire, le camion a pris la direction de Saint-Georges-de-Luzençon pour découvrir le secret de fabrication de ces fameux sacs !

Atelier Bleu de chauffe Millau viaduc

Atelier Bleu de chauffe vue interieur

Les locaux de Bleu de chauffe sont situés au pied du Viaduc de Millau (cf. première photo). Ils sont constitués de 3 bâtiments. Avec leur structure métallique et leur bardage en bois, ils s’intègrent de manière harmonieuse dans ce cadre naturel. Le premier bâtiment comporte un lieu de vie pour la vingtaine de personnes qui travaillent ici. Et dans le prolongement, un espace de stockage et d’expédition. Dans le deuxième bâtiment, on trouve un petit espace de bureaux, puis la pièce où l’on réceptionne et stocke les matières premières, et où se fait la découpe du cuir. Et dans le troisième bâtiment, l’atelier de production (cf. deuxième photo). Je vous propose de découvrir le processus de fabrication d’un sac en commençant par la réception des matières premières !

1. Les matières premières

Le cuir

C’est la matière la plus utilisée chez Bleu de chauffe. Les peaux brutes viennent essentiellement du Limousin et le cuir est tanné en France ou en Italie en fonction des caractéristiques du cuir dont ils ont besoin (chaque tannerie ayant ses spécificités). Bleu de chauffe utilise uniquement des cuirs qui sont tannés végétal (avec de l’acacia, du mimosa, du chataignier). Ce qui représente à peine 10% de la production mondiale !

Le cuir restant en très grande majorité tanné au chrome (un agent chimique, nocif pour l’environnement et qui peut engendrer des allergies). Beaucoup de cuirs sont en plus rectifiés : ce que l’on touche n’est pas le cuir directement mais une induction sur laquelle on a imprimé un motif pour le rendre régulier. Ce type de cuir coûte beaucoup moins cher parce que la tannerie peut ainsi vendre du cuir de 1er, 2ème ou 3ème choix. Au final, le coût d’un cuir ainsi retravaillé par rapport à un cuir de qualité va du simple au double !

Atelier Bleu de chauffe cuir brut

Chez Bleu de chauffe, le grain est naturel, chaque peau est donc différente. Et il est pigmenté dans la masse : ce qui donne la durabilité au cuir, sa patine. C’est la matière qui va vieillir, qui va prendre en brillance, et qui va devenir plus vielle au fil des années. Ce cuir peut être foulonné ou pas, et comporte des finitions différentes, en fonction des besoins pour le produit : certaines parties d’un sac nécessitent d’utiliser un cuir souple, d’autres à l’opposé un cuir épais et rigide. Le plus épais est le cuir dit « de sellerie » qui sert à la confection des brides des sacs et des ceintures.

On parle un peu technique ? On dit de ces cuirs épais qu’ils n’ont pas de « prêtant », ce sont des cuirs qui n’ont pas d’élasticité et qui ne vont donc pas se déformer dans le temps. Bleu de chauffe utilise par ailleurs des cuirs gras, avec « effet pull-up », ce sont des cuirs qui ont de la profondeur, qui apportent de la noblesse au produit, et que l’on retrouve notamment sur certaines lanières. Quelque soit le type de cuir, la première étape consiste à réaliser un premier contrôle qualité des peaux tannées qui arrivent à l’atelier. Cela permet de vérifier que les couleurs sont conformes et qu’il n’y a pas de défaut.

La toile

Si le métier d’origine de Bleu de chauffe est de travailler le cuir (60% de son activité), la marque utilise de plus en plus de toiles. Elle se fournit auprès de deux fabricants français et un fabricant anglais : British Millerain, une référence mondiale en matière de toile. C’est notamment auprès de ce dernier qu’elle acquiert une toile en 100% coton waxé Ripstop utilisée dans la collection Tecklight : des sacs au style plus outdoor que l’on a déjà eu l’occasion de vous présenter.

Atelier Bleu de chauffe toile tecklight

Bleu de chauffe Teklight : mélange entre technicité et authenticité

La feutrine

Evoquons également la feutrine naturelle qui fait partie de l’ADN de la marque. Elle est notamment utilisée sur les pattes d’épaules des sacs Plombier et des sacs Postier pour apporter du confort. Bleu de chauffe l’utilise également dans la conception de pochettes d’ordinateur.

Atelier Bleu de chauffe feutrine

2. La coupe

À partir du plan technique du modèle, on réalise des gabarits puis des emporte-pièces. Le rôle du coupeur, va être de les positionner au mieux sur le cuir pour réaliser la découpe des différentes pièces nécessaires à la fabrication d’un sac. Pour cela, il utilise une presse (celle que vous voyez exerce à chaque action une pression de 30 tonnes). Cette pression enfonce l’emporte-pièce dans le cuir et permet de le découper exactement selon les pourtours souhaités.

Atelier Bleu de chauffe cuir découpe presse

Mais au-delà de cette action mécanique, le rôle du coupeur est d’observer le cuir pour réaliser les plus belles pièces et limiter le taux de chute. Même sur un cuir de premier choix, il existe des imperfections. En partie naturelle, la zone où se situait la colonne vertebrale de la bête est à éviter. On optimise alors en réalisant sur certains endroits des pièces de cuir qui ne seront pas visibles (comme un fond de poche ou un revers). Et lorsque la qualité du cuir ne permet pas de découper une grande pièce, on réalise uniquement de petites pièces sur les meilleures parties. Ce qui explique que le taux de chute est souvent relativement important (environ 30%). La découpe se fait également en fonction des propriétés du cuir. Pour réaliser un rabat, on sélectionnera une zone où le cuir est le moins élastique. Voici quelques exemples qui illustrent la complexité de cette étage de découpe. Le coupeur réunit ensuite toutes les pièces nécessaires à la fabrication d’un sac dans une caisse. L’artisan peut ainsi venir les récupérer et à partir de là, fabriquer son sac de A à Z.

3. La fabrication

Atelier Bleu de chauffe au travail

La plupart des pièces de cuir sont retravaillées avec une pareuse. Il s’agit d’une machine qui permet d’affiner une pièce de cuir. Selon la manière dont on pare, après avoir collé et plié la pièce de cuir, on va pouvoir réaliser un angle plus ou moins important : il peut être droit ou arrondi selon la finition souhaitée. Il faut ensuite préparer le collage, positionner les pièces, les coller (Bleu de chauffe utilise une colle aqueuse sans solvant), puis teindre la tranche ! Il s’agit d’une opération minutieuse, une finition qui prend donc beaucoup de temps.

Les coutures sont réalisées sur différents appareils. La machine sellier permet de coudre le cuir le plus épais. La machine à coudre standard de réaliser les coutures à plat pour assembler les différentes pièces. La bordeuse permet quant à elle d’assembler deux morceaux de tissus, de poser un galon et d’éviter l’effilochage. Néanmoins, la couture ne représente au final que 20% du travail (surprenant n’est-ce pas ?). Cela s’explique par le temps de travail que représente toutes les étapes précédemment décrites, puis le fait qu’il est nécessaire ensuite de couper les fils qui dépassent, poser l’ensemble des accessoires (pressions, oeillets, rivets), réaliser les passants, etc.

Atelier Bleu de chauffe signature

Et ce n’est pas tout à fait fini ! Le marquage à chaud va permettre d’apposer le logo de Bleu de chauffe dans le cuir. On utilise pour cela des fers à marquer. Avec la chaleur (le réglage de la température va différer en fonction du type de cuir et de sa couleur), le cuir va être marqué de manière définitive. Dernière étape pour l’artisan : dater et signer le produit. On retrouve ces infos sur le cuir ou sur l’étiquette de chaque produit Bleu de chauffe. Cela permet notamment d’avoir une traçabilité.

4. Le contrôle qualité

Le produit fini est ensuite littéralement inspecté sous toutes les coutures. Le contrôle qualité est réalisé par une personne qui est hors production (mais qui connaît parfaitement chaque étape). Pour contrôler un sac, je cite « Il faut avoir les yeux partout ». On contrôle l’aspect du cuir au global,  l’association des différents grains de cuir pour que ce soit bien harmonieux, déceler d’éventuels défauts, puis on inspecte le piquage, pour déceler un éventuel fil qui dépasserait, on regarde le sertissage, l’ergonomie de la poignet, l’intérieur dont la fameuse poche coton, voir si elle a bien été prise de partout, on examine la poche feutre, on vérifie si toutes les pressions fonctionnent bien, puis la bandoulière, également au niveau des passants, etc. C’est un contrôle à la fois visuel, esthétique et au toucher pour tester la solidité du produit !

Atelier Bleu de chauffe controle qualité OK

5. Stockage / Expédition

Conserver ses produits dans de bonnes conditions est hyper important, surtout lorsqu’il s’agit de sacs en cuir. Bleu de chauffe a travaillé avec le CTC (Centre Technique du cuir) pour réaliser un espace optimal. Il est doté d’une installation qui permet de maintenir un taux d’humidité et une température constante. Ainsi, le cuir est toujours bien aéré et il ne s’assèche pas. Cette qualité de stockage permet de conserver des produits plusieurs semaines. C’est notamment nécessaire lorsque Bleu de chauffe prépare une grosse commande pour un client tel que Mr. Porter. Cas concret : il y avait au cours de ma visite des produits réalisés pendant l’été et ils étaient entrain de finaliser la production pour expédier la commande. Certains produits peuvent donc ainsi être stockés plusieurs mois.

Atelier Bleu de chauffe portrait Alexandre Rousseau

Alexandre Rousseau, co-fondateur de Bleu de Chauffe

Conclusion

Cette immersion dans l’atelier de Bleu de chauffe m’a permis de rencontrer les femmes et les hommes qui font vivre cette marque, de découvrir toutes les étapes nécessaires à la fabrication d’un sac, et de comprendre encore un peu mieux les choix qui ont été faits (le travail sur le style, l’utilisation de matières naturelles, la production locale et artisanale) et leurs impacts sur le prix final d’un produit. Je sais que tout comme nous, vous êtes nombreux à apprécier la marque au logo « à la clé à coulisse », car Bleu de chauffe réunit la plupart des valeurs qui nous sont chères et réalise un produit conçu pour durer de nombreuses années. Et on espère suivre les aventures de cette belle marque pendant au moins 10 ans encore !

Plus d’infos sur : https://www.bleu-de-chauffe.com

Sacs

Découvrez dans notre rubrique consacrée aux sacs l'ensemble de nos articles : des conseils, des tests, des dossiers shopping, les principales marques ainsi que les boutiques et les sites à connaitre pour dénicher vos futurs sacs préférés !

Découvrez nos articles sacs

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles