Chaussettes Bellepaga : Test & Avis

Depuis son lancement sur les routes, le camion a pour objectif de dénicher des pièces notables provenant de marques diverses et variées. Le but : créer une sorte de dressing parfait, mêlant toiles de qualité, construction solide, production exemplaire et rapport qualité/prix optimal. De fait, notre quotidien est rythmé par les tests et essayages de la plupart des vêtements du vestiaire masculin. Cela dit, il y a certaines pièces que l’on a étonnamment mis de côté. Parmi elles, les chaussettes en sont le parfait exemple. C’est bien simple, la dernière fois que l’on en a parlé, c’était il y a pile deux ans ! Aujourd’hui, on remédie à ce manque de contenu en s’intéressant à une marque belge, Bellepaga. Et au lieu de ne s’intéresser qu’à une seule paire, nous avons passé en revue cinq lignes proposées par la marque :

Bellepaga Intro

1. La marque

À l’origine de la marque on retrouve deux amis belges. Ensemble, ils décident de créer leur marque autour d’une matière première : l’alpaga. Ainsi, ils développent une gamme fournie d’accessoires et de vêtements pour homme et femme. Bellepaga propose également du linge de maison, comme des plaids ou des couettes. Conscients du monde actuel, les deux comparses basent leur marque sur différentes valeurs. Ainsi, ils optent pour une production locale et artisanale. Les produits Bellepaga sont alors réalisés dans des régions spécialisées par des producteurs locaux qui possèdent un savoir-faire traditionnel. Mieux encore, Bellepaga met au coeur de ses préoccupations le bien-être animal. Ainsi, la fibre qu’elle utilise provient d’élevages où les animaux évoluent en toute liberté dans leur habitat naturel, la Cordillère des Andes, à plus de 4000 mètres d’altitude.

Bellepaga Marque

2. L’alpaga, c’est quoi ?

Je pense ne pas me tromper en affirmant que tout le monde sait à peu près à quoi ressemble un lama, cet animal appartenant à la famille des camélidés et ayant la fâcheuse tendance à cracher sur tout ce qui bouge. Et bien sachez que l’alpaga, c’est pareil, mais avec des poils tout doux ! Si on trouve désormais des élevages de cet animal partout sur le globe, il est en fait originaire de la Cordillère des Andes et peut alors vivre jusqu’à environ 4500 mètres d’altitude.

alpaga

Quelle intensité dans le regard !

Bien entendu, ce qui nous intéresse ici est la fibre qu’il produit. La laine d’alpaga est une fibre très haut de gamme, plus douce, plus chaude, plus résistante et plus légère que la laine de mouton. Bien qu’elle soit appelée « laine », elle est davantage considérée comme une fibre puisqu’elle ne produit pas de lanoline, substance allergisante et inconfortable, propre aux différentes autres laines. Bien évidemment naturelle, elle est également très résistante, thermorégulatrice et hypoallergénique. Une fibre parfaite pour ceux qui ont la peau délicate !

Bellepaga Alpaga

3. La gamme

Exceptionnellement pour cet article, nous avons fait les choses un peu différemment que nos tests habituels. Au lieu de ne présenter qu’un produit (ici, une paire de chaussettes) on s’est penché sur les principales lignes de la marque.

A. Les chaussettes « Inca »

Et on commence tout de suite avec une ligne mettant en avant tout le savoir-faire de Bellepaga. Nommée « Inca », elle est composée de trois longueurs différentes. Ainsi, on retrouve une taille classique, puis une s’arrêtant à mi-mollet et enfin la troisième qui montent presque jusqu’aux genoux. Chaque modèle est unisexe et destiné à l’hiver. Une précision qui laisse à penser que chaque modèle est bien épais, mais il n’en est rien ! En effet, Bellepaga utilise la fibre baby alpaga, cette terminaison signifiant que sa circonférence est comprise entre 18 et 22 microns (rien à voir avec les bébés alpagas donc !).

Bellepaga Inca

Chaussettes Inca : hautes (28€), mi-mollet (23€) et classique (19€)

On est alors en présence d’une maille très fine, très souple et très douce. Qui plus est, cette dernière est thermorégulatrice et est censée garder nos pieds au sec et à l’abris des mauvaises odeurs. Autre petite spécificité, les chaussettes « Inca » ne possèdent aucune couture et sont remaillées à la main. Un autre détail destiné à offrir un confort optimal une fois la paire enfilée.

Bellepaga Inca Matiere

Fiche technique

  • Modèle « Inca »
  • Trois tailles : classique, mi-mollet et haute
  • Trois coloris : bleu marine, gris anthracite et noir
  • Unisexe
  • Modèle hiver
  • Composition : 30% baby alpaga, 69% nylon et 1% spandex
  • Sans coutures
  • Trois pointures : 35-38, 39-42, 43-46
  • Gamme de prix : 19€, 23€ et 28€
  • Montée au Pérou

Essayage

Place à l’essayage ! Pour cette ligne, j’ai pu tester les trois tailles en bleu marine. La marque proposant trois pointures différentes, j’ai choisi celle qui me correspond à savoir 43-46 (je fais du 44). Commençons par la longueur classique. Et bien, comme son nom l’indique, il n’y a pas plus classique ! En effet, la paire s’arrête juste à la naissance du mollet. La part de nylon et de spandex permet à la chaussette d’épouser parfaitement la forme de notre pied. Je suis assez étonné de voir à quel point elle tient bien en place, sans redescendre. Par contre, je trouve la toile légèrement transparente. Loin d’être un défaut majeur, je ne suis pas personnellement adepte de ce genre de détail.

Bellepaga Inca Portee Chaussure

Les autres tailles sont clairement destinées à être portées avec un costume. Car quoi de moins élégant, qu’une jambe de pantalon qui remonte, laissant apparaître une partie (plus ou moins importante) de jambe hirsute ! Pour ce qui est de la version mi-mollet, la paire tient ses promesses : elles remontent bien à la moitié de mon tibias. Pour ce qui est du modèle haut en revanche, je m’attendais à ce qu’elle touche pratiquement ma rotule mais il n’en est rien (ce qui n’est pas un mal, loin s’en faut). La marque précise que sa ligne « Inca » est destinée à l’hiver, et je dois dire que je suis plutôt d’accord. Mes pieds sont bien au chaud sans pour autant être dans un mini-sauna une fois une paire de chaussures enfilées. Bref, de très bonnes chaussettes, qui sauront accompagner mes tenues habillées.

B. Les chaussettes « Yaku »

Si les chaussettes « Inca » font partie de la ligne formelle de la marque, la gamme « Yaku » est quant à elle destinée à un port plus casual. Réalisée à partir d’un mélange de pima coton, de baby alpaga, de spandex autres fibres élastiques, elles adoptent un look plus sport et légèrement rétro. On est alors sur une toile légèrement plus épaisse mais tout aussi douce et souple que le précédent modèle.

Bellepaga Yaku

Le mélange de coton et d’alpaga permet aux chaussettes « Yaku » d’être portées toute l’année. Sur leur extrémité basse, je constate que Bellepaga y a réalisé une couture afin de terminer la chaussette soigneusement. Presque imperceptible, elle est réalisée à l’aide d’un fil très fin. Disponibles en quatre coloris (bleu/jaune, bleu/rouge, beige/marine et beige/bleu ciel), les « Yaku » sont unisexes.

Fiche technique

  • Modèle « Yaku »
  • Une taille : classique
  • Quatre coloris : bleu/jaune, bleu/rouge, beige/bleu marine et beige/bleu ciel
  • Unisexe
  • Modèle quatre saisons
  • Composition : 70% coton pima, 20% baby alpaga, 7% spandex et 3% fibres élastiques
  • Couture au bout de la chaussette
  • Trois pointures : 35-38, 39-42, 43-46
  • Prix : 19€
  • Montée au Pérou

Bellepaga Yaku Packaging

Essayage

Pour les besoins de l’article, j’ai choisi ses « Yaku » dans un coloris que je porte assez rarement : beige (avec le liseré marine). Si leur longueur semble être classique, je dirais qu’elles sont en réalité un peu plus courtes (que les « Inca » en tout cas). En les enfilant, je m’attendais à une chaussette de sport assez épaisse et donc potentiellement désagréable. Au final, c’est tout le contraire ! La paire est vraiment douce et agréable. Là encore, les chaussettes tiennent bien en place et ne se font clairement pas sentir. Une fois aux pieds, il paraît difficile de les associer avec autre chose qu’une paire de baskets.

Bellepaga Yaku Adeline

Chaussettes Yaku : 19€

Vous l’aurez remarquer sur les photos, je n’étais pas le seul à les porter ces fameuses « Yaku » ! En effet, Adeline, notre CM et chef de projet a également enfilé une paire. Voici ce qu’elle en a pensé :

« C’est la toute première fois que je porte des chaussettes en alpaga et pour une première, c’est une réussite ! La matière est vraiment douce et agréable et je trouve le coloris original, bien que ce ne soit pas quelque chose que je porte au quotidien. En plus d’être confortables, ses chaussettes donnent immédiatement une certaine originalité à une tenue. Et comme dit Rody, je ne me vois les porter qu’avec une paire de baskets ! »

Bellepaga Yaku Portee Baskets

On vous rassure, ce ne sont pas les jambes d’Adeline !

C. Les chaussettes Challi

Passons maintenant à la troisième ligne, la « Challi ». Cette dernière reprend les caractéristiques des chaussettes « Yaku ». Ainsi, on retrouve la même longueur (classique), la même composition (70% coton pima, 20% baby alpaga, 7% spandex et 3% fibres élastiques), la même saisonnalité (conçues pour être portées toute l’année) et la même couture à l’extrémité de la chaussette. Alors qu’ont-elles de si différents ? Clairement, leur design ! En effet, les « Yaku » ont un côté très sport et ce notamment grâce aux côtes réalisées sur leur partie haute. Les « Challi » en sont clairement dépourvues et sont uniformes de haut en bas. La paire se décline en trois coloris : marine à pois rouge, beige à pois marine et bleu ciel à pois jaune.

Fiche technique

  • Modèle « Challi »
  • Une taille : classique
  • Trois coloris : marine à pois rouge, beige à pois marine et bleu ciel à pois jaune
  • Modèle quatre saisons
  • Composition : 70% coton pima, 20% baby alpaga, 7% spandex et 3% fibres élastiques
  • Couture au bout de la chaussette
  • Trois pointures : 35-38, 39-42, 43-46
  • Prix : 19€
  • Montée au Pérou

Essayage

Pas de surprise donc à l’essayage, ces « Challi » suivent le même chemin que les modèles précédents. Les chaussettes restent bien en place et la toile est douce. Je dirais même que ce modèle, bien que conçu avec les mêmes matières, est légèrement plus agréable que le précédent. L’élastique présent sur le haut de la chaussette serre juste ce qu’il faut pour ne pas qu’on le sente. Si les « Yaku » étaient prédestinées à être portées uniquement avec des baskets, je trouve ces « Challi » plus polyvalentes. Baskets, derbies ou bottines, elles s’adapteront à une tenue casual comme un ensemble casual-chic.

Bellepaga Challi Portee Boots

Chaussettes Challi : 19€

D. Les chaussettes Wira Premium

Attention, on entre dans les hautes sphères de la chaussette ! Bellepaga présente ses Wira Premium comme les plus chaudes et les plus prestigieuses de sa gamme. Unisexe, cette paire est obtenue à partir d’un mélange contenant du baby alpaga (55%), de la laine mérinos (22%), du spandex (8%) et.. du bambou (15%) ! Si cela peut surprendre de prime abord, la fibre de bambou représente au final un composant intéressant pour des chaussettes. En effet, cette dernière apporte souplesse mais également robustesse à la toile. Qui plus est, la fibre de bambou est naturellement anti-bactérienne.

Bellepaga Wira Premium

Comme les « Inca », ces « Wira Premium » sont sans coutures et remaillées à la main. Elles se distinguent du reste de la collection par des motifs et couleurs différentes. Ainsi, l’élastique situé en haut de la chaussette est gris clair (comme le talon et le bout) alors que la plante des pieds est noire. Le reste de la chaussette est gris anthracite et parsemé de petits points gris. Au toucher, la toile est extrêmement douce et promet des ports chauds et agréables.

Bellepaga Wira Premium Matiere

Fiche technique

  • Modèle « Wira Premium »
  • Une taille : classique
  • Trois coloris : gris/blanc, gris anthracite/gris clair et noir/blanc
  • Unisexe
  • Modèle quatre saisons
  • Composition : 55% baby alpaga, 22% laine mérinos, 15% bambou et 8% spandex
  • Sans couture
  • Trois pointures : 35-38, 39-42, 43-46
  • Prix : 29€
  • Montée au Pérou

Chaussettes Wira Premium : 29€

Essayage

Pour ce modèle, c’est notre Gurvan national qui s’est occupé de les tester. Voici son analyse :

« Portant essentiellement des chaussettes en coton chiné et quelques rares chaussettes en fils d’Écosse, je dois bien avouer que c’est la toute première fois que j’enfile une paire de chaussettes en Alpaga ! C’est donc avec une certaine curiosité que j’ai souhaité tester la paire Wira Premium en gris anthracite. La composition est issue d’un mélange peu commun : du baby alpaga, des fibres de laine mérinos mais également des fibres naturelles de bambou. Verdict ? Une fois les chaussettes enfilées au bout des pieds, on oublie très vite nos chaussettes en coton du jour, et pour cause, celles-ci sont plus douces, plus souples et surtout, plus confortables. Même si elle sont associées ici avec un pantalon en laine et une paire de Richelieu, je pense qu’il est tout à fait possible de les porter avec un denim et une paire de sneakers. Pour une première expérience, c’est une réussite et il ne fait aucun doute que je vais recommander des paires ! »

E. Les chaussettes « Pitana »

On termine cet article avec un modèle exclusivement féminin, les « Pitana ». Ces dernières reprennent le principe du modèle « Inca ». Ainsi, on est en présence d’un modèle décliné en trois tailles. Pour ce test, nous sommes partis sur le modèle haut, s’arrêtant en théorie juste en-dessous du genou. Réalisée à partir d’un mélange contenant de l’alpaga (60%), de l’acrylique (30%) et du spandex (10%), elles sont également sans coutures et remaillées à la main. Au toucher, la paire est très souple, plutôt fine et très douce.

Fiche technique

  • Modèle « Pitana »
  • Trois tailles : classique, mi-mollet et haute
  • Plus de 15 coloris disponibles
  • Unisexe
  • Modèle quatre saisons
  • Composition : 60% alpaga, 30% acrylique et 10% spandex
  • Couture au bout de la chaussette
  • Trois pointures : 35-38, 39-42, 43-46
  • Prix : 19€
  • Montée au Pérou

Essayage

Vous vous en doutez, je ne suis pas une femme. Mon 44 passant difficilement dans une paire destinée à des pieds pointure 35-38, c’est une nouvelle fois Adeline qui les a testées. Voici ce qu’elle en a pensé :

« Avant toute chose, je tiens à préciser que je suis une adepte des chaussettes hautes ! J’adore les porter en hiver par-dessus des collants avec des jupes ou des robes, je trouve que ça fait un look très sympa ! Je pourrais également les porter sans collant mais clairement pas dans ce coloris, que je trouve trop proche de ma carnation. Au-delà de cela, je trouve la paire vraiment réussie : la taille est parfaite et la matière plutôt agréable. Les finitions sont réussies et on ne sent plus du tout les chaussettes après quelques secondes de port. Top confort ! »

Chaussettes Pitana : 28€

4. Avis

On en arrive donc à la conclusion. Et que ce soit Gurvan, Adeline ou bien moi-même, le même constat est dressé : chapeau Bellepaga ! Nous avons pu avoir sur les pieds entre nos mains cinq lignes différentes et chacune d’entre elles a été traitée avec le même soin, la même volonté de proposer un produit de qualité. Comme Gurvan, c’est la première fois que je teste des chaussettes en alpaga et il semblerait bien que j’en sois devenu un véritable adepte ! Douceur, souplesse, belle thermo-régulation et qualité bien présente, il n’y a rien à redire. Comprises entre 18€ et 29€, on serait tenté de dire que cela commence à peser pour une paire de chaussettes. Mais le fait est qu’elles sont si agréables à porter et, surtout, qu’elles semblent faites pour durer, que l’on ne peut clairement pas prendre le prix de ces produits pour un point faible. Si vous cherchez des chaussettes de qualité, foncez sur le site de Bellepaga !

Chaussettes

Découvrez dans notre rubrique consacrée aux chaussettes l'ensemble de nos articles : des conseils, des tests, des dossiers shopping, les principales marques ainsi que les boutiques et les sites à connaitre pour dénicher vos futurs chaussettes préférées !

Découvrez nos articles chaussettes

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles