Conseils en mode masculine




10 blousons pour le Printemps

Choisir un bon blouson, celui qui nous durera plusieurs saisons sans broncher, relève de plusieurs choses. Et le premier point à définir est l’utilisation que l’on en aura. Pour faire simple, est-ce que je cherche une pièce robuste, un peu épaisse pour me protéger des averses soudaines de printemps ou bien est-ce que je souhaite une seconde épaisseur (par-dessus mon t-shirt ou ma chemise) afin d’avoir une tenue terminée (et des poches supplémentaires pour mes clés et mon portefeuille). En effet, en fonction de nos besoins, le modèle que l’on choisira pourra varier, passant d’un simple coupe-vent à une pièce plus travaillée. Avec l’arrivée des beaux jours, on s’est dit qu’il serait intéressant de lister 10 modèles différents pour (plus ou moins) 10 utilisations. Voici les 10 blousons que l’on a repérés pour ce printemps :

Comment choisir un blouson ou une veste de mi-saison ?

Un coupe-vent

Bien souvent, le coupe-vent est associé à une pratique sportive. Mais pourtant, de nombreuses marques le proposent dans leur collection de prêt-à-porter en le réinventant quelque peu. Légèrement « désportisé » (il peut garder certaines caractéristiques techniques), il change de coupe, parfois de matériaux et s’adapte ainsi à la ville mais aussi aux balades en bord de mer. Le « Parcours » de chez Montlimart en est un bel exemple. La toile extérieure est un mélange de polyamide (57%) et de polyester (43%), la capuche, légèrement élargie, garde un cordon de serrage élastiqué et les poches sont fermées à l’aide d’un zip. Cependant, l’intérieur est doublé d’un tissu Oxford rayé. Un bon mélange entre pièce « technique » et tenue casual.

Montlimart

Blouson Montlimart : 100€

Une veste imperméable

Ce qu’il y a de bien avec le printemps, c’est qu’il fait beau. Ce qui est plus compliqué, c’est que l’on peut se prendre une averse en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ! Et c’est sûrement ça le plus embêtant lorsque les beaux jours arrivent : savoir si oui ou non on prend ce fichu pull, si oui ou non on s’encombre d’un imper. Le mieux est alors de trouver une pièce polyvalente, qui allie les avantages d’une pièce fine et d’une pièce couvrante. C’est ce qu’a voulu proposer Misericordia avec cette « Callao ». Entièrement réalisée en polyester et montée à Lima, au Pérou (la marque y a ses ateliers), elle est le bon compromis entre un pull et un blouson. Plutôt épurée, son style est affirmé par une teinte peu utilisée, un jaune pétant. Vraiment sympa !

Veste Misericordia

Veste Misericordia : 109€

Une veste en jean

Bien qu’on puisse la porter tout au long de l’année, la veste en jean est sans aucun doute un incontournable du printemps. Et qui de mieux placée que Levi’s pour nous livrer un classique en denim ? Si l’origine de la veste en jean est assez floue, son histoire est étroitement liée à celle de la marque américaine. Apparue au début du XXème siècle, il faudra attendre 1953 pour que Levi’s sorte sa « Type II denim Jacket » pour parler de veste en jean comme on l’entend, puis la « Type III denim Jacket » dans les années 60, véritable génitrice des formes actuelles de trucker jackets. Ici, on lui a préféré la revisite de la Type II dans la collection « Made & Crafted », qui réinterprète les classiques de la marque dans une version modernisée.

Veste Levis

Veste en jean Levi’s : 150€

Un gilet sans manches

Vous m’auriez parlé de cette pièce il y a quelques années, je vous aurais ri au nez. Mais étonnamment, et peut-être est-ce dû au fait que mes goûts s’affinent en vieillissant tel un bon vin, c’est une de mes vêtements préférés désormais. Clairement, un gilet sans manches (légèrement matelassé qui plus est) est une pièce à prendre en compte à l’arrivée des beaux jours. En effet, il cumule plusieurs avantages qui le place facilement comme un incontournable : il est léger, il apporte une protection thermique optimale (on a alors ni trop chaud, ni trop froid), il est très agréable à porter (nos bras sont libres de leurs mouvements) et possède bien souvent plusieurs poches pour y caser notre nécessaire quotidien. Choisi dans une belle matière, il vient réhausser facilement et élégamment une tenue. De plus, c’est une couche vraiment intéressante pour tous ceux qui pratique le layering au quotidien.

Drapeau Noir GIlet

Gilet Drapeau Noir : 150€

Une surchemise

Bien entendu, nos tenues printanières peuvent être régies par la position géographique où nous habitons. Certains petits veinards peuvent donc se targuer de ne porter que peu de grosses pièces et/ou pièces du dessus. Pour le coup, la surchemise peut facilement servir de blouson ! Bien souvent en 100% coton, elles sont généralement plus épaisses qu’une chemise classique, tout simplement pour servir de couche protectrice. Ici, c’est un modèle de chez Percival que l’on a voulu mettre en avant. Poches poitrine avec rabats contrastants (et petites broderies bien sympas), jolie toile canva, gros boutons en corne véritable et poches en biais, la pièce a tout pour plaire !

Surchemise Percival

Surchemise Percival : 216,70€

Une veste en coton ciré

À l’inverse, d’autres doivent encore braver certaines bribes hivernales en mars et avril. Et comme dit l’adage, « en avril, ne te découvre pas d’un fil » (c’est aussi valable en mai), il est parfois utile d’avoir dans sa penderie une pièce un peu plus protectrice. Sans aucun doute, la plupart d’entre nous connaissent la fameuse « International » de chez Barbour, ou encore la « Beaufort ». Mais une autre enseigne, britannique elle aussi, possède un savoir-faire vieux de plus de 220 ans dans la réalisation de vêtements, Peregrine, qui propose l’équivalent. Spécialisée, entre autre, dans la confection de vestes cirées, sa « Boulder jacket » reprend les codes traditionnels de ce vêtement : col en velours côtelé, boutons pressions dorés et larges poches fermées par un rabat. Une alternative de choix pour tous ceux qui aiment porter des pièces de marques légèrement plus confidentielles.

Boulder Jacket Peregrine

Veste Peregrine : 204€

Un bomber léger

Depuis sa création en 1931 par l’US Air Force, le bomber a su se frayer un chemin des théâtres de guerre à nos dressings. Clairement démilitarisé mais gardant quelques clins d’oeil à son passé, le bomber actuel prend parfois plusieurs formes pour s’adapter à notre vie de tous les jours. Parfois très street, il peut également se révéler très casual/chic. Et c’est très clairement dans cet esprit que cette pièce Ted Baker évolue. Très sobre avec cette teinte bleu nuit, il se pare de jolis détails comme les chevrons sur ses passepoils de poches, ses poignets et ses bords-côte. Un bon basique, que toute penderie se doit d’avoir.

Bomber Ted Baker

Bomber Ted Baker : 235€

Un Harrington

Là, on s’attaque au roi du printemps ! Voyant le jour dans les années 1930, le blouson G9 de chez Baracuta est crée par deux frères, John & Isaac Miller. Fabricants de manteaux de pluie et tous deux passionnés de golf, ils inventent le premier imperméable court destiné à la pratique de ce sport. Son nom, G9, fait même écho au golf (et au parcours 9 trous). Il faudra attendre les années 60 et la diffusion de la série « Peyton Palace » pour qu’il soit surnommé Harrington. Reconnaissable entre mille, le Harrington possède un col deux boutons, un empiècement effet parapluie à l’arrière et une doublure tartan rouge. Souvent imité, le G9 de Baracuta reste incontestablement la version la plus réussie du Harrington.

Blouson Baracuta

Blouson Baracuta : 349€

Un blouson technique

Lorsqu’on parle de mode de vie scandinave, plusieurs choses nous viennent en tête : nourriture saine, goût certain pour l’architecture minimaliste et, bien entendu, le « Hygge ». Évidemment, tous ces points ont amené les marques de vêtements scandinaves à penser leurs pièces de la même façon, si bien que l’on a souvent devant les yeux un produit minimaliste, bien pensé, bien monté et joli. Cet hiver, j’avais pu approcher pour la première fois Scandinavian Edition, via le test de sa parka. En résultait alors un avis plutôt positif. Lorsqu’on regarde ce blouson « Cavai » proposé par la marque, les mêmes points me reviennent en tête : style sobre et épuré, très léger (enfin j’imagine), respirant et complètement waterproof (il bénéficie de la même toile extérieure que la parka). Moderne, technique et au style unique, ce blouson a de nombreux arguments en sa faveur.

Blouson Scandinavian

Blouson Scandinavian Edition : 379€

Un blouson en cuir

On ne pouvait terminer cet article sans parler d’un blouson en cuir ! Si ce n’est au final qu’une affaire de goût, la peau retournée, comparée au cuir lisse, semble plus adaptée à la belle saison. Véritable classique du vestiaire masculin, le teddy s’impose comme une évidence lorsque les températures commencent à grimper. Son col court, ses bords-côte et ses poches en biais lui permettent de se glisser dans une pluralité de tenues, mais aussi de styles. Choisi dans une teinte douce et claire comme sur ce modèle de chez Balibaris (un beige Limestone pour être précis), il amorcera en douceur l’arrivée des beaux jours. Réalisé en cuir de chèvre, il sera relativement souple et donc agréable à porter !

Teddy Balibaris

Teddy Balibaris : 595€

10 paires de chaussures pour le printemps 2020

10 baskets pour le printemps 2020







Blousons

Découvrez dans notre rubrique consacrée aux blousons l'ensemble de nos articles : des conseils, des tests, des dossiers shopping, les principales marques ainsi que les boutiques et les sites à connaitre pour dénicher vos futurs blousons préférés !

Découvrez nos blousons

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles