20 idées cadeaux pour hommes chez Les Raffineurs

Lancé depuis maintenant plus de cinq ans, le site Les Raffineurs est ce genre de boutique en ligne sur laquelle on adore flâner, passant de rubrique en rubrique et remplissant notre caddie virtuel de produits dont on a absolument besoin (si, posséder ce labyrinthe 3D est une véritable nécessité à ma survie). Blague à part, je dois bien reconnaître que la sélection de l’e-shop est très souvent léchée et sérieuse, et il ne se passe un Noël depuis que je connais le site sans que j’y fasse un tour lorsqu’il s’agit de trouver le cadeau de dernière minute. Du palais, du gosier, du style, du temps libre mais aussi des expériences (et même des produits pour notre concubine), l’offre des Raffineurs est large et variée. Si large qu’il n’est pas rare de s’y perdre ! Aujourd’hui, et rien que pour vous (car vous avez été sages tout au long de l’année), on vous a sélectionné 20 idées cadeaux à glisser sous le sapin (ou sur votre wish list !), histoire d’être sûr de faire plaisir lors des fêtes.

Une bonne paire de gants

Les accessoires sont sans aucun doute les pièces que l’on doit le moins négliger dans notre tenue. Choisir des pièces de piètre qualité aura bien souvent pour effet de ruiner l’esthétique d’une tenue. Vous en doutez ? Imaginez une sublime Aston Martin avec des jantes de Twingo (comparaison certes hasardeuse mais qui a le mérite de parler sans doute au plus grand nombre). Avec l’arrivée de l’hiver, une paire de gants apparaît comme un accessoire indispensable que l’on portera presque tous les jours pendant trois mois. Mieux vaut donc les choisir avec soin. Et qui de mieux placé que Dents, célèbre marque britannique fondée en 1777, pour réaliser une paire d’exception ? Sous mandat royal depuis 2016, la firme anglaise propose par exemple ce modèle, qui allie cuir Cabretta et flanelle, pour un rendu lisse, souple et résistant.

Gants en cuir et flanelle Dents : 54€

Un parapluie ultra compact

Outre les baisses de températures, l’autre menu plaisir que l’on est obligé de subir lors de la période automnale/hivernale est sans conteste les averses (vous sentez l’ironie dans ma phrase ?). On a tous vécu au moins une fois cette journée qui commence par un temps plus ou moins clément qui nous fait dire « bof, pas sûr qu’il pleuve hein ! » puis qui se termine par une sorte de mini cataclysme comme si quelqu’un avait ouvert la boîte de Pandore tout en énervant l’intégralité des divers divinités qui peuplent les cieux. Pour éviter cela, pourquoi ne pas prendre tout bonnement un parapluie ? La réponse est simple : c’est encombrant, pas pratique et aussi solide qu’un ligament de joueur de football. Pour nous éviter ce genre de déconvenue, Anatole a mis au point un mini parapluie (pas plus grand qu’un smartphone une fois fermé), composé de sept baleines (contre six habituellement) et réalisé à partir d’une toile en polyester, ultra déperlante et au séchage rapide. Qui plus est, il est composé de fibres de verre et de carbone, il est donc solide, léger et flexible. La Rolls du parapluie en somme !

Micro-parapluie Anatole : 29,90€

Une porte-passeport en cuir

Tous ceux qui voyagent régulièrement vous le diront, le plus pénible n’est pas cette charmante petite tête blonde qui a passé une moitié du vol à pleurer et l’autre à taper dans le dos de notre siège, ni notre cher voisin de rangée qui s’est endormi en 1 minute chrono pour ensuite chanter La Traviata version ronflements. Non, le plus pénible est bel et bien l’amas de papiers qu’il nous faut pour accéder à notre avion. Les plus organisés d’entre nous auront eu l’intelligence de tout imprimer à l’avance et de fourrer passeport, cartes d’embarquement et itinéraire dans une jolie pochette transparente mais, entre nous, ce n’est pas ce qu’il y a de plus élégant. Pourquoi ne pas opter alors pour un joli porte-passeport en cuir non chromé et teinte cognac ? Je sais, c’est assez précis, mais c’est comme cela qu’Hikigaï a imaginé sa pièce. Qui plus est, elle lui a rajouté deux compartiments pour divers cartes, histoire d’avoir tout à portée de main.

Porte-passeport Hikigaï : 35€

Un bon bonnet tout chaud

Autre indispensable de l’hiver : le bonnet. Si pour certains, il est quasiment indispensable (n’est-ce pas Joe !), pour d’autres, il est davantage synonyme de style. Quoiqu’il en soit, la règle de l’accessoire de qualité s’applique également pour cette pièce. L’écharpée belle (lol) a mis au point un bonnet que l’on pourrait qualifier de basique (dans le bon sens du terme). Côtelé, à revers, décliné en six coloris et obtenu à l’aide de laine (70%) et de cachemire, il sera notre parfait allié contre le froid mordant de l’hiver.

Bonnet en laine et cachemire L’écharpée belle : 49€

Un kit pour nettoyer sa belle paire de baskets

Je ne sais pas pour vous mais, personnellement, je cultive un intérêt tout particulier pour les belles baskets. Et il suffit que je lise des termes tels que cuir Mastrotto, semelle Margom ou encore « handmade in Italy » pour que mon coeur s’emballe à la seconde. Mais bien souvent, un certain menu « détail » accompagne ces mots : le prix. Clairement, il n’est pas rare de voir aujourd’hui des paires frôlant les 400€ (pour ne pas dire plus). Mieux vaut donc en prendre un minimum soin ! Il faut donc s’armer de quelques outils et ce kit de nettoyage apparaît comme une bonne base : une brosse pour enlever la poussière et les résidus, un liquide de nettoyage et une serviette pour sécher la paire. Parfait si tonton est un « sneakerhead ».

Kit de nettoyage pour sneakers : 19€

Un whisky français

Concrètement, on ne sait toujours pas d’où vient ce doux breuvage. D’un côté, nous avons ceux qui affirment qu’un alcool qui est appelé whisky ne peut que provenir d’Irlande. De l’autre, ceux pour qui le whisky a été façonné sur les terres écossaises. De mon point de vue, si il a un tantinet de valeur, je m’en fiche royalement, tant que ce que j’ai dans mon verre est agréable. C’est pourquoi j’ai déniché sur le site des Raffineurs ce whisky 100% français. Nommé « Evadé », tout est fait dans l’Hexagone, de la culture de l’orge à l’assemblage. Existant en deux versions (single malt ou single malt tourbé), il saura éveillé les papilles du passionné de ce spiritueux particulier comme du néophyte.

Whisky Evadé : 39,90€

Un sac à dos waterproof

Vous êtes vous déjà retrouvé dans la situation où il faut que vous vous rendiez à un rendrez-vous, que vous prenez avec vous le strict minimum mais que vous vous rendez compte que ce fameux strict minimum occupe l’intégralité de vos poches et de vos mains ? Non ? Et bien moi si, et quasiment tous les jours ! Ce qui désespère ma compagne, qui n’a de cesse de me répéter « mais prends un sac bon sang de bois ! » (gnagnagna). Je lui rétorque que je veux bien prendre un sac, mais je n’en trouve pas à ma convenance et ceux que je possède, et bien je les trouve nuls (voilà c’est dit !). Ce que je voudrais moi, c’est un sac à dos au style épuré, de forme rectangulaire, pouvant accueillir toutes mes affaires que je transporte au quotidien et qui soit étanche, est-ce trop demandé ? Attendez, mais ce n’est pas exactement ce que propose Rains avec son Rucksack ?

Sac à dos Rains Rucksack : Test & Avis 95€

Un atelier cocktail

On continue dans l’alcoolisme l’étude de divers alcools avec non pas une boisson à déguster cette fois-ci mais plutôt une activité autour de cette dernière. Et cette activité c’est : une initiation aux cocktails ! C’est en plein cœur du Marais, dans le bar à cocktails La Mezcaleria, qu’a lieu un cours de mixologie. Assuré par Sébastian Gans, célèbre mixologue et ancien barman de la Candelaria et du Coq, cette initiation de trois heures a pour but de découvrir cet art si particulier mais également d’apprendre à créer des cocktails originaux. Finis les punchs réalisés approximativement dans un sceau à champagne !

Cours de cocktail à Paris : 99€

Une jolie trousse de toilette

Je me rappellerais toujours mon premier déplacement pro avec la team Comme un camion. On se rendait à Paris pour le Mondial du Tatouage afin de couvrir l’événement. Je m’étais alors retrouvé avec Joe, Max et Romano dans un Airbnb parisien non loin de La Villette. Après presque six heures de trajet, chacun avait voulu faire un brin de toilette afin d’être le plus présentable possible. J’étais alors arrivé avec ma fameuse trousse de toillette de l’époque, l’air innocent, dans la salle de bain. C’est à cet instant que quolibets et moqueries de la part de mes « collègues » s’étaient abattus sur ladite trousse, car elle arborait une page d’un comic Batman de 1940. Alors d’accord, ce n’était pas la pièce la plus mature de mon dressing, mais était-ce nécessaire d’être aussi vils ? Quoiqu’il en soit, j’ai désormais bien retenu la leçon et ne m’intéresse plus qu’aux modèles de trousses de toilette plus « mature ». Très clairement, avec cette pièce de chez Alaskan Maker, avec sa toile waxée, ses empiècements en cuir et zip en laiton, il sera difficile pour quiconque de vous prendre pour un (grand) enfant.

Trousse de toilette Alaskan Maker : 39,90€

Un vrai rhum

Si vous n’êtes pas vraiment whisky et que vous préférez un spiritueux légèrement plus épicé (ou que votre foie a supporté sans broncher jusqu’à la dernière goutte d’Evadé), j’ai également repéré cet autre alcool. Nommé Boukman, ce rhum est ce que l’on appelle un clairin trempé, un des rhums traditionnels d’Haïti. Réalisé de manière naturelle et authentique, ce rhum embarque peu de sucre mais beaucoup de parfums et de plantes sauvages locales. Ses notes de cardamone, de cannelle, de vanille, de mûres ou de pâte d’amande nous laisseront le choix entre une dégustation sèche, avec ou sans glaçons, ou bien en cocktail. Une bonne idée de digestif après avoir englouti de la dinde et quatre parts de bûche !

Rhum Boukman : 52,90€

Un kit de rasage en bois

J’ai connu Caliquo il y a de cela quatre ans maintenant, lorsque Romano avait placé dans son « Dans ma salle de bain » une brosse à dents de la marque. Elle m’avait alors tout de suite interpellé, tout d’abord parce qu’elle était française, mais surtout par son discours. En effet, Caliquo a pour principe de rendre notre brosse à dents durable en ne limitant la partie jetable qu’à la tête. Depuis, Caliquo a fait un petit bout de chemin et en plus de ses brosses à dents, elle propose également des blaireaux, des peignes mais aussi des cures-oreilles ainsi que des rasoirs ! Ici, le principe est le même puisqu’il s’agit de ne jeter que la tête de lames une fois ces dernières usagées.

Kit de rasage en bois : 39€

Une belle montre

Si vous vous intéressez un temps soit peu au design (au sens large), vous n’êtes pas sans connaître ce que nos amis anglo-saxons appellent la « scandinavian touch ». Pour nous autres français, cette mouvance est nommée « style scandinave ». Et rapidement, on visualise très bien ce à quoi cela correspond : épuré, fonctionnel et lignes travaillées. Si cela a correspondu un temps au mobilier, il n’est plus rare d’entendre parler de ce terme dans la mode. Et l’une des premières pièces à laquelle il est souvent rattaché est bien souvent la montre. Il n’est alors pas rare de voir des tocantes au look minimaliste où seules les aiguilles se distinguent du reste. Mais les danois de chez About Vintage ont fait les choses légèrement différemment. Mêlant habilement le cachet du vintage au style maîtrisé d’une pièce épurée, la marque propose des montres au look très réussi. En témoigne ce joli chronographe avec son boîtier en acier poli, son fond vert émeraude et son bracelet en cuir pleine fleur.

Montre About Vintage : 335€

Un vrai couteau de cuisine

Quand on commence à préférer se faire de bons petits plats plutôt que de se faire livrer un bon gros burger des familles, il arrive un moment où les pauvres ustensiles que l’on a récupérés ici et là lorsque l’on était étudiant et qui nous suivent depuis 10 ans deviennent obsolètes (pour ne pas dire franchement ridicules). Outre l’acquisition d’une nouvelle batterie de casseroles, l’un des premiers achats suivant cette prise de conscience est sans nul doute celui de couteaux de cuisine. Et, disons-le franchement, le Philippe Etchebest qui sommeille en nous se laisse rapidement pousser des ailes. Si un set de couteaux digne de ce nom peut vite arracher lesdites ailes, le bon compromis est plutôt de se tourner vers un seul et unique bon couteau. Et dans l’art de travailler une lame, le pays du Soleil Levant se pose là (un maître forgeron peut mettre une trentaine d’années pour réaliser un seul katana). Pas étonnant donc que leurs couteaux soient réputés dans le monde entier comme étant les plus résistants et performants. Et ce couteau Kaï en est la parfaite illustration : outre son tranchant exceptionnel et sa dureté remarquable, ce « Santoku » est également très élégant !

Couteau de chef japonais Seki Magoroku Shoso : 70€

Une enceinte nomade

Bon, il est peut-être difficile de se l’imaginer ces jours-ci mais faisons un effort. Il est 18h, le soleil commence doucement sa chute vers l’horizon, ses doux rayons nous réchauffant encore légèrement. Le sable est toujours chaud et la glacière pleine de bières fraîches. Le seul bruit que l’on entend, c’est le clapotis de l’eau et certains éclats de rire au loin. Mais concrètement, on sent qu’il manque quelque chose. Quelque chose qui pourrait rendre cette fin de journée encore plus agréable. Une autre glacière de bières ? Sûrement, mais non. Que notre crush nous laisse entendre qu’elle/il est célibataire ? Clairement, mais toujours pas. Ce qui manque, c’est… de la musique pardi ! Et quoi de mieux qu’une petite enceinte nomade afin de diffuser nos hits préférés ? 10 heures d’autonomie, grille métallisée et résistante aux éclaboussures, cette enceinte est faite pour accompagner nos soirées d’été.

Enceinte nomade Kreafunk : 39€

Un chargeur à induction

(Très) récemment, j’ai eu l’opportunité de pouvoir changer de téléphone sans débourser le moindre centime. Si celui que j’avais il y a encore quelques jours marchait relativement bien, ces trois ans de service à mes côtés ne lui avaient pas été de tout repos : batterie quasiment morte, bugs récurrents, reboot automatique, etc. J’ai donc fait l’acquisition d’un tout nouveau smartphone, un Note 10+ pour être précis, qui m’a été livré avec un chargeur à induction, chose très pratique mais… très moche. Clairement on dirait que j’ai posé une mini plaque de cuisson en plein milieu de mon bureau ! Oakywood l’a bien compris et propose des chargeurs embarquant la technologie Qi au style travaillé et raffiné. Il suffit alors de poser le téléphone dessus pour que ce dernier se charge. Petit plus cependant : les modèles proposés par la marque sont incrustés dans une épaisse pièce de bois joliment travaillée.

Chargeur Qi Oakywood : 89€

Un beau crayon

À l’ère du tout numérique, il apparaît presque comme une relique d’un temps passé et révolu. Et pourtant, le stylo reste un des objets les plus offerts à Noël. À bille ou à plume, il garde un charme non dissimulé qui nous pousse irrémédiablement à s’en servir (qui n’a jamais rêvé de signer un très beau contrat avec un magnifique stylo ?). La maison Ystudio, entreprise taïwanaise, s’est spécialisée dans la conception de stylos et objets appartenant à l’univers de l’écriture. Son point fort : mélanger subtilement les matières afin de réaliser des produits au poids parfait et au raffinement inégalable.

Stylos à bille ou à plume : 35€ ou 70€

Une pierre de sel

Clairement, cet objet représente à lui seul tout le charme et l’intérêt de la sélection des Raffineurs. Ce dix-septième objet est donc ce que l’on appelle une pierre de sel (je vois dans la salle plusieurs sourcils soulevés en signe de dubitation). Pesant un peu plus de trois kilos, cette pierre possède plusieurs propriétés. La première consiste à la transformer en plancha. En versant un peu d’huile sur son dessus et en la chauffant doucement, elle permet de faire cuire poisson et viande mais également crustacés et légumes tout en les assaisonnant ! La seconde est plus d’ordre décoratif puisqu’elle peut également servir de simple plat. Original !

Pierre de sel de l’Himalaya : 30€

Un couteau à monter soi-même

Je me rappelle de mes étés passés auprès de mes grands-parents. D’un côté, il y avait ma grand-mère, un peu rustre mais aimante et toujours prête à me faire des gâteaux, des crêpes ou des tartines. De l’autre, mon grand-père, un mécanicien passionné féru de balade en pleine nature. J’adorais l’accompagner puisque c’était toujours l’occasion d’apprendre le nom de telle ou telle plante et de manger quelques fruits sauvages (et manger, j’adore ça). Pour les cueillir, il se servait toujours de son fidèle couteau qui ne quittait jamais sa ceinture. Si ces heures de liberté sont désormais de beaux et lointains souvenirs, j’ai toujours gardé en tête l’idée d’avoir mon propre couteau à moi. Acolyte, petite marque de coutellerie française, semble avoir un kit qui pourrait répondre à mes attentes. En effet, elle propose de réaliser son couteau comme on l’entend ! Contenant une lame et des plaquettes en bois de hêtre ou de noyer, il est alors possible de les façonner comme bon nous semble.

Couteau Acolyte à monter soi-même : 49,90€

Une lampe originale

Dieu seul sait pour quelle raison, mais l’être humain a une fâcheuse tendance à créer des objets insolites défiant toute logique. Parfois accompagnés du terme « mindfuck », ils n’ont pas de but précis, si ce n’est de nous retourner littéralement le cerveau. C’est le cas par exemple des swinging sticks, dont le balancement est complètement imprévisible, ou bien le slow mo frame, qui semble arrêter le temps. Parmi ces objets quelque peu incongrus, il y a cette fameuse lampe dessinée par Zanwen Li. Outre son design plutôt futuriste, c’est sa façon de s’allumer qui est plus qu’originale. En effet, point de bouton poussoir ici puisqu’il faut approcher une boule au centre de la lampe. Cette dernière est alors attirée vers une autre boule, allumant la lampe. Fascinant !

Balance lampe par Zanwen Li : 96€

Un beau weekender

Il y a quelques années de cela, j’ai voulu me faire un petit plaisir et, après avoir économisé quelques mois, je me suis offert un sac Paul Smith. En toile épaisse, ce dernier était présenté par la marque comme un sac week-end. Je ne suis peut-être pas la personne la plus bilingue qui soit sur cette sainte Terre mais il m’est apparu comme évident que ce sac soit prévu pour une escapade d’un à deux jours. Et bien, croyez-le ou non mais, dans ce fameux sac, je n’ai pu y glisser qu’une paire de chaussures et un pull. Imaginez la déception ! Avec ce sac This is Park, ce genre de déconvenue est tout bonnement impossible ! Avec ses belles dimensions et ses différents compartiments, ce joli sac en cuir (fait à la main en Grèce qui plus est) accueillera facilement tout ce dont on a besoin pour partir sereinement lors d’un week-end.

Weekender This is Park : 360€

Un avis à partager ? Besoin d’un conseil ?

Les camionneurs sont à votre écoute. Notez juste que les commentaires sont modérés pour éviter le spam et que nous ne sommes pas toujours derrière nos écrans. ll peut donc arriver que la validation prenne quelques heures (notamment la nuit quand on dort).

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles