Chukka boots Oliver Cabell x Bombinate : Test & Avis

Si l’essence même de Comme un camion est depuis le début de découvrir de nouvelles marques prometteuses, la recherche de belles boutiques en ligne joue également un rôle important dans notre travail quotidien. Dans un sens, on pourrait se dire que l’un ne va pas sans l’autre tant le nombre d’eshops pertinents est de plus en plus important. Il y a un an, on en découvrait d’ailleurs un qui, déjà à l’époque, proposait un catalogue de griffes plutôt important : Bombinate. Lancé par deux amis, Elliott et Massimiliano, il avait pour objectif de devenir la marketplace des meilleures marques européennes. Aujourd’hui, et après un léger lifting, le site revient avec non plus 40 noms référencés mais 100 ! Mieux encore, il souhaite réaliser chaque mois des collaborations avec ses griffes partenaires afin de proposer des pièces uniques et en série limitée régulièrement. Ce mois-ci, Elliott et Massimiliano se sont associés à Oliver Cabell, un chausseur americano-anglais, afin de produire une des paires phares de l’automne, des Chukka boots. Nous les avons eu entre les mains, voici ce que l’on en a pensé :

Oliver Cabell Bombinate

Fiche technique

  • The Chocolate Chukka Boots
  • Veau velours de koudou provenant de la maison Stead
  • Semelle intérieure en cuir au tannage végétal
  • Semelle crêpe italienne
  • Cousue à la main en Espagne
  • Disponible en 3 coloris : Gris / Châtaigne / Chocolat

Test

La paire nous est livrée dans une imposante boîte kaki. Étonnamment, il n’est mention uniquement de Bombinate, que l’on retrouve sur le couvercle mais également le fond, et aucunement d’Oliver Cabell. Une fois ouverte, c’est l’inverse qui se produit : un sac de transport blanc surplombe la paire et n’est floqué que du nom du chausseur. En dessous, les Chukka sont enroulées dans du papier de soie et sont accompagnées d’un certificat Bombinate. Pour être honnête, je m’attendais à mieux, à quelque chose de plus travaillé. Mais haut les coeurs, le test ne fait que commencer, seule la qualité de la paire nous importe vraiment !

Oliver Sac Transport

Les chaussures sorties de la boîte, je prends un temps afin de les observer dans leur intégralité. Et dès les premières secondes, celles-ci s’amusent à brouiller les pistes : ce sont des Chukka ou des Desert ? En effet, cette Édition IV pioche certains traits de ces deux modèles quasi jumeaux. Et le premier est indéniablement le cuir utilisé à la confection de sa tige. Provenant d’une antilope africaine nommée koudou, il se présente comme une peau retournée très souple et très veloutée au toucher. Une fois les chaussures vidées de tout rembourrage, on observe que la languette ainsi que les quartiers s’affaissent. Si cela promet un confort immédiat, il faudra cependant vérifier à ce que ces parties ne tombent pas davantage avec le temps sous peine de voir la forme de la chaussure s’altérer. On sent toutefois que le bas du contrefort ainsi que le bout de la chaussure sont renforcés.

Oliver Cabell Profil

Oliver Cabell Cuir Contrefort

Après cette vue d’ensemble, penchons nous sur les détails. Comme pour une Desert boots (décidément…), cette paire d’Oliver Cabell x Bombinate n’est munie que de deux oeillets pour son laçage. Non renforcés, ils laissent passer un fin lacet rond marron et ciré. Les coutures qui parcourent la partie arrière de la chaussure sont relativement fines et parfaitement réalisées. Lorsqu’on se penche sur la partie intérieure de la chaussure, on remarque que cette dernière n’est pas doublée et présente ainsi le côté lisse du cuir. La semelle de confort, réalisée dans un cuir ayant subi un tannage végétal, est floqué des mentions « Oliver Cabell x Bombinate » et « made in Spain », le tout en lettres argentées.

Oliver Cabell Lacets

Je termine cette inspection en m’intéressant à la semelle d’usure. Pour rappel, une paire de Chukka est traditionnellement montée sur semelle cuir. Ici, cette dernière est dite en crêpe. Réalisée à partir de lait d’hévéa, elle allie alors solidité mais également souplesse. Relativement imposante, elle mesure 2,5 centimètres au talon et presque deux centimètres au bout. Enfin, et afin qu’elle reste bien attachée au reste de la chaussure, elle est collée puis cousue à une fine pièce de cuir.

Oliver Cabell Semelle Crepe

Oliver Cabell Semelle Epaisseur Close

Oliver Cabell Semelle Epaisseur

Essayage

Tester cette paire de desert Chukka boots est aussi pour moi l’occasion de découvrir une marque que je ne connaissais pas. Par conséquent, son sizing m’était totalement inconnu, je suis donc parti sur ce que je chausse traditionnellement, à savoir du 44. J’aurais pu me servir du guide des tailles présent sur la fiche produit de la paire mais, concrètement, ce dernier n’apporte pas d’informations très précises. Une fois la paire réceptionnée, je m’empresse de la passer.

Oliver Cabell Look

Pull Octobre Editions | Jean Edwin

Première surprise, le chaussant est long, très long. En effet, j’ai facilement trois centimètres d’aisance au bout de la chaussure. Mieux vaut dans ce sens-là que dans l’autre me direz-vous mais cela donne de fait l’impression d’une boot très longue. Autre surprise, la largeur des quartiers. J’ai beau serrer au maximum les lacets, quitte à ce que les garants se touchent, aucun des revers ne vient se caler sur ma cheville. Clairement, la paire est trop grande ! Et je pense que tous ces points auraient été gommés en faisant le choix d’un 43. J’ai fait passer la paire à Rody qui, je le rappelle, a un cou-de-pied plus prononcé que le mien. Si ce problème de quartiers est chez lui résolu, il remarque également une trop importante aisance à l’avant de la chaussure. C’est donc bien confirmé, il faut prévoir de descendre d’une pointure pour éviter ce souci. En dehors de ce point, les premiers pas en leur compagnie sont des plus agréables, la souplesse du cuir et de la semelle est immédiat et contrairement à ce que j’aurai pu penser la paire est assez légère.

Oliver Cabell Portee

Oliver Cabell Portee Pied

Oliver Cabell Portee Style

Avis

Bombinate et Oliver Cabell nous proposent leur vision de la Chukka boots au tarif de 192€. En mettant de côté un sizing un peu trop grand, je n’ai pas grand chose à redire sur la paire. Choisir ce cuir de koudou est pour moi l’un de ses plus gros points forts et cela passe surtout par sa qualité. Que ce soit son toucher ou bien sa souplesse, il apporte à ces Oliver Cabell un certain raffinement. Non doublée, ces Chukka se révèlent très légères et vraiment confortables une fois aux pieds. La semelle en crêpe y est bien entendu pour quelque chose puisqu’elle apporte la juste dose de souplesse et de rigidité qu’il faut. Si je n’étais pas forcément pour ce style hybride à la base, je dois dire que ces chaussures ont su tirer profit à la fois des Desert comme des Chukka boots : elles sont ainsi souples, légères, confortables mais également élégantes. Produites en édition limitée, elles seront officiellement en vente le 4 décembre prochain sur le site de Bombinate mais une liste d’attente est d’ores et déjà disponible afin de se donner toutes les chances de pouvoir les acquérir.

Matière

  • 3.75
  • 4

Finitions

  • 3
  • 4

Design/Style

  • 3
  • 4

Coupe/Confort

  • 3.5
  • 4

Engagement environnemental

  • 2.5
  • 4
#

Notre note finale

  • 15.75
  • 20
Oliver Cabell Portee
Chez Bombinate

203€

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles