Guide du bijou pour femme à destination des hommes

L’année dernière nous avions réalisé un guide de la lingerie à destination des hommes en nous remémorant la première fois où nous avions dû entrer dans une boutique de lingerie. A l’occasion de la St Valentin, le bijou est l’un des cadeaux qui nous viennent également rapidement à l’esprit. Et ce n’est pas sans mal non plus qu’on se lance alors dans cette aventure. Pour vous aider à mieux comprendre cet univers et à définir ce que pourrait être le bijou idéal, messieurs et messieurs, nous vous proposons à présent notre grand guide du bijou pour femme à destination des hommes ;)

Nous avons dans cet article essentiellement détaillé le bijou sous sa forme la plus précieuse, c’est à dire celui que l’on achète chez le bijoutier-joaillier. Les techniques appliquées valent bien sûr pour la bijouterie fantaisie, celle située plutôt haut de gamme. Alors pour tout savoir sur les bijoux on vous propose 7 points essentiels :

1 – Un peu d’histoire pour épater votre amoureuse, vos potes ou votre patron
2 – Un ABCédaire pour tout connaître du métier de gemmologue
3 – Les étapes détaillées pour la fabrication d’un bijou
4 – Nos conseils pour choisir un bijou en fonction de ses goûts, sa morphologie
5 – Quelle taille choisir : bague, bracelet, collier, comment ça marche ?
6 – Nos idées pour choisir un bijou en fonction du stade de votre relation
7 – Les principales marques à connaître, bijoux fantaisie ou précieux !

1. Histoire du bijou

Depuis des temps très éloignés, le bijou a été synonyme de richesse, puissance ou séduction entre autres. Plus le métal ou les pierres sont précieux, plus la finesse du travail du travail exécutée est grande, plus le bijou est cher et véhicule un message fort.

Les premiers bijoux sont datés du Paléolithique, il y a un peu plus de 100 000 ans, et sont le signe annonciateur des premières préoccupations esthétiques : tout d’abord les coquillages ou les dents d’animaux sont percés et destinés à la fabrication de colliers puis apparaît progressivement le façonnage des matières animales dures (os, bois, dents, ivoire). Le bijou est un élément choisi et façonné non plus pour son utilité mais pour son pouvoir de représentation !

Histoire du bijou

Les premiers coquillages percés sont actuellement datés de -100 000 à – 135 000 ans, découverts dans la grotte de Skhul en Israël. Une même publication dans la revue « Science » du 23 juin 2006 (Vanhaeren et al. 2006) mentionne les coquillages de Skhul ainsi que celui retrouvé à Oued Djebbana en Algérie, ce dernier ayant la particularité d’avoir été retrouvé à 200 kms de la mer avec d’autres vestiges datés à -90 000 ans. Cette publication confirme que ces coquillages n’étaient pas uniquement ramassés par les populations en bord de mer mais percés, montés en parure et servaient probablement au commerce ou à l’échange. Il s’agit pour le moment des traces les plus anciennes mais régulièrement de nouvelles découvertes viennent enrichir ces connaissances sur nos ancêtres.

Si le Néolithique qui a suivi a vu se développer une grande finesse dans le travail des matériaux, un tournant majeur a surtout été pris en fin de période lorsque l’homme a commencé à travailler les métaux.

Le bijou véhicule donc depuis toujours un message.
Il est bien souvent une indication d’appartenance : la bague de fiançailles ou l’alliance, la chevalière avec blason. Il peut servir d’embellissement et a donc un rôle de séduction. Il peut aussi définir un rang social en fonction du coût ou du temps de travail des bijoux arborés. Le seul attribut qui pourrait avoir disparu aujourd’hui serait l’exclusivité de certaines pierres ou matières réservées à une élite, en même temps seuls certains ont le porte monnaie assez garni pour envisager d’acheter certains bijoux !

2. ABCDaire

Bijouterie ou Joaillerie ?
Le bijoutier conçoit, réalise, répare, entretient, transforme et vend des bijoux en métaux précieux (or, argent, platine). Pour les bijoux ornés de perles ou de pierres précieuses, c’est au joaillier d’intervenir et de prévoir l’emplacement au sein duquel la pierre sera mise en valeur. Généralement, le bijoutier et le joaillier se confondent car métal et pierres précieuses entrent souvent dans la conception d’un bijou. Il est toutefois d’usage de voir que le terme bijouterie est attribué à des magasins aux tarifs « entrée de gamme » comme les chaînes, le terme de joaillier étant davantage réservé aux maisons plus confidentielles et haut de gamme, il existe également une dénomination de haute-joaillerie pour les maisons proposant des pièces uniques, de luxe.

Carat(masse)
En joaillerie, le carat (ct) est l’unité de mesure utilisée pour évaluer la masse des gemmes et notamment des diamants. Si 1 carat = 0,20 gramme, il est plus courant de parler en centièmes, ainsi on dit d’une pierre de 0,25 ct qu’elle pèse 25 centièmes de carat.

Carat (pureté)
La quantité de métal précieux utilisée dans l’alliage détermine le titre de l’ouvrage. Depuis le 1er janvier 1995, ce titre doit être exprimé en millièmes, et non plus en carats. Cette mesure de la pureté des ouvrages en métaux précieux permet aux consommateurs de comprendre plus aisément qu’un ouvrage en or 750 millièmes (18 carats) est constitué à 75% d’or pur. Pour pouvoir bénéficier de l’appellation « or », « argent » ou « platine » au stade de sa commercialisation, un bijou doit titrer 375 millièmes (9 carats) pour l’or, 800 millièmes pour l’argent et 850 millièmes pour le platine.

Diamant
Le prix du diamant est fonction des caractéristiques de celui-ci, lesquelles sont regroupées selon 4 critères, appelés les 4Cs : COLOR (la couleur), CUT (la taille), CARAT (le poids) et CLARITY (la pureté). Le document ci-dessous proposé par le HRD constitue la référence en la matière. Si la plupart des diamants vont de l’incolore à une teinte jaunâtre et que l’on considère qu’un diamant extra pur est de meilleure qualité, certains diamants colorés très rares atteignent des sommes astronomiques : rose, bleu, bleu-gris, violet, jaune, orange…
La taille du diamant sera effectuée par un diamantaire, en raison de sa dureté qui nécessite des techniques et un matériel appropriés. Son métier consiste à dompter la lumière et la couleur des pierres et d’éliminer les défauts des gemmes brutes. La formation de base elle celle de lapidaire (taille de l’ensemble des pierres précieuses), il faut ensuite se spécialiser pour le diamant. Le diamantaire ne doit pas être confondu avec le gemmologue !

Gemmes
C’est le nom générique qui est utilisé pour parler des pierres utilisées en joaillerie. On parle de pierre gemme aussi bien pour les pierres précieuses que pour les pierres fines. Le gemmologue est un spécialiste des gemmes et notamment des pierres précieuses (diamants, émeraudes, rubis, saphirs, etc.). Il possède à la fois des compétences techniques mais aussi scientifiques car il est chargé d’examiner les pierres précieuses pour vérifier leur authenticité avec tous les outils idoines : loupe, réfractomètre, etc. Il détermine la couleur des gemmes, leur pureté, la qualité de la taille, leur dureté et leur origine pour en estimer la valeur. Si le gemmologue travaille majoritairement en laboratoire, il peut aussi voyager dans les pays producteurs et exportateurs de pierres précieuses. Il peut travailler pour une maison de joaillerie mais également être indépendant. Plus ils sont spécialisés dans les pierres d’exception, plus la quête est rude et longue ! Ils sont bien sûr très peu nombreux dans le monde à ce niveau. ;)

Métaux précieux
Les métaux précieux (l’or, l’argent et le platine) ne peuvent être utilisés à l’état brut pour la fabrication d’ouvrages résistants. Compte tenu de leur caractère extrêmement malléable, ils doivent être associés à des métaux communs (cuivre, fer, etc.) dans des proportions variables en fonction de la couleur recherchée de l’alliage. A titre d’exemple, l’or jaune est obtenu par un alliage composé de 75% d’or pur, de 12,5% de cuivre et de 12,5% d’argent fin. En faisant varier les proportions des métaux utilisés, on peut obtenir de l’or blanc, rose, rouge, vert ou bleu.

Perles
Les perles sont caractérisées comme suit : les « perles » ou « perles fines » sont réservées aux sécrétions naturelles, sans intervention humaine, dans un mollusque sauvage. Les « perles de culture » sont le résultat d’une intervention humaine et dont la conception est provoquée artificiellement. La « perle d’imitation » est elle une perle fabriquée en vue de copier la couleur et l’apparence des perles de culture ou des perles fines.

Pierres fines
Elles sont aussi appelées pierres semi-précieuses. Sélectionnées pour leur esthétique : couleur, transparence, veinage, etc. Elles sont généralement moins chères que les pierres précieuses, donc proposées à des prix plus abordables et dans des tailles plus conséquentes. Toutefois certaines pierres d’exception par leur taille, leur pureté, pourront être intégrées à des bijoux particulièrement luxueux, telle l’aigue-marine par exemple.

Pierres précieuses
Les pierres précieuses sont au nombre de 4 : diamants, émeraudes, rubis et saphirs. Les diamants sont souvent considérés à part car considérés depuis longtemps comme la pierre la plus précieuse d’entre toutes dans le monde entier.

Poinçons
Concernant la réglementation pour le travail des métaux, deux poinçons, celui du
fabricant et celui de la garantie du titre certifiant le métal précieux utilisé, sont
obligatoirement apposés sur la pièce terminée. La forme du losange correspond
au poinçon des fabricants français dit « de maître », la forme ovale signifie que bijou a été fabriqué hors de France (importation). Le poinçon de garantie n’est plus obligatoire pour les bijoux dont le poids est inférieur à 3g depuis 2001 pour l’or et le platine, 30g pour l’argent.

Le poinçon de l’or 9 carats / 375 millièmes est un trèfle.
Le poinçon de l’or 14 carats / 585 millièmes est une coquille Saint-Jacques.
Le poinçon de l’or 18 carats / 750 millièmes est une tête d’aigle.
Le poinçon du platine est une tête de chien accompagnée d’un chiffre pour les titrages 950 millièmes (1), 900 millièmes (2) ou 850 millièmes (3).
Le poinçon de l’argent est une tête de Minerve.Le poinçon carré est réservé aux bijoux « plaqués » fabriqués en France, il est en forme de borne pour ceux fabriqués dans les pays tiers et importés en France.

Rhodiage
A l’origine, l’or est de couleur jaune et c’est l’alliage avec d’autres métaux qui lui donne ensuite sa couleur finale. Dans le cas de l’or gris ou blanc, c’est un traitement caractéristique, le rhodiage, qui lui donne toute sa brillance et sa luminosité finale. Habituellement, on applique cette fine couche de rhodium (métal) par électrolyse sur l’or blanc et l’argent. Cet apprêt viendra à s’user avec le temps, on dit que le bijou se patine, il reprend sa teinte d’origine. Il est possible de re-rhodier un bijou mais il n’est pas conseillé de le faire à des intervalles trop rapprochés, il faut attendre au minimum tous les 4 ans. Pour un bijou d’un blanc pur qui dure dans le temps il faut opter pour le platine !

Sertissage
Le sertissage est l’insertion des pierres dans le bijou en métal, dans le but de les présenter sous leur meilleur jour et révéler leur beauté. Il existe de nombreuses techniques de sertissage et il est même possible d’en cumuler plusieurs.
Le serti à grains : de petits grains viennent tenir la pierre et présentent au final l’aspect de toutes petites boules. Ce serti est très courant sur les pièces présentant des pavages de gemmes.
Le serti clos et le serti semi-clos : le métal est rabattu tout autour de la pierre pour former une bordure appelé filet. Si le métal ne fait pas tout le tour de la pierre, on parle alors de semi-clos.
Serti rail : Il consiste à glisser les pierres sur un rail, les pierres sont donc toutes alignées. S’il est idéal pour des pierres calibrés et géométriques ayant toutes la même taille, il est parfois utilisé avec des pierres rondes. Lorsqu’un rail encadre une seule pierre on parle alors de serti barrette.
Serti massé : les pierres sont insérées intégralement dans la masse du métal et affleurent à sa surface.
Serti à griffes : la pierre est ici retenue dans un chaton grâce à des griffes de métal. Elles peuvent être en pointes ou au contraire arrondies. Les sertis griffes les plus courants présentent 4 ou 6 griffes mais il existe des versions plus décoratives en fonction de la pierre. C’est un serti très courant pour fixer des pierres de centre de taille importante, notamment pour les solitaires.

Solitaire
Le solitaire est la bague de fiançailles par excellence dans les pays occidentaux. Il s’agit traditionnellement d’un diamant d’une taille conséquente, monté sur un anneau, entouré ou non d’autres pierres. Parfois d’autres variantes de pierres précieuses sont proposées, le principe étant toujours le même : une pierre dite « solitaire » car positionnée seule ou accompagnée d’autres pierres plus petites destinées à sublimer sa forme, sa couleur ou son éclat. C’est une bague dont le prix est généralement assez élevé en comparaison avec une alliance car cette pierre solitaire peut vite faire monter la note !

3. Fabrication d’un bijou, les étapes

L’histoire d’un bijou précieux peut commencer de deux façons : soit une pierre exceptionnelle sert de base et il faut lui trouver un écrin pour la sublimer, soit l’imagination cherche à s’exprimer et le dessin du bijou devient le moteur d’une création unique.

Le bijoutier dessine le bijou au crayon, puis à la gouache pour en définir les caractéristiques : forme, couleur, volume et métaux employés. A partir du dessin, il sculpte une maquette à l’échelle réelle, en cire, qui est ensuite coulée en métal précieux selon le procédé de la cire perdue : la maquette est enduite d’argile pour créer un moule. Le moule chauffé laisse échapper la cire qui est remplacée par le métal en fusion. Une fois refroidi, le moule d’argile est cassé pour faire naître l’objet en métal précieux.
Quand la forme de la pièce est trop complexe, celle-ci est réalisée à la main. Le métal est alors travaillé à partir du lingot de métal, qui en fonction de la nature du bijou sera transformé en plaque, ou en fil. Les différents apprêts du bijou sont assemblés par soudure (chatons, fermoirs pour bracelets et colliers, systèmes pour broches ou pour boucles d’oreille).
Pour les bijoux ornés de perles ou de pierres précieuses, c’est au joaillier d’intervenir et de prévoir l’emplacement au sein duquel la pierre sera mise en valeur. Il perce la monture puis procède au fraisage afin d’accueillir la pierre. Généralement, le bijoutier et le joaillier se confondent car métal et pierres précieuses entrent souvent dans la conception d’un bijou.

Creation bijou

Le bijou passe ensuite entre les mains du polisseur qui apporte la touche finale et redonne éclat et beauté au métal. Lorsqu’une pièce arrive entre les mains du polisseur, elle est brute et porte les traces laissées par les outils tranchants. Le polisseur doit faire disparaître ces traces et obtenir un poli parfait, une surface de haute qualité. Le polissage est réalisé à l’aide de machines pour les parties les plus accessibles puis à la main, avec du papier émeri, des brosses, des fils et des pâtes à lustrer jusqu’à ce que la surface du bijou soit étincelante. Certains traitements de surface peuvent être apportés aux métaux précieux comme le rhodiage, le polisseur peut également donner un effet sablé ou encore satiné.

Une fois polie, la pièce est prête à recevoir les pierres. C’est le sertissage. En lien direct avec le bijoutier et le joaillier, le sertisseur enchâsse et sertit les pierres précieuses ou fines pour les présenter sous leur meilleur jour et révéler leur beauté. Pour être sertie, chaque pièce est enchâssée dans un étau de bois, appelé la « poignée », et protégée par une couche de cire chaude. Le sertisseur détermine ensuite le type de sertissage le plus adapté : serti à griffes, serti clos, serti à grains ou encore serti rail.

Si la plupart des bijoux que vous trouvez dans le commerce sont réalisés à grande échelle en de multiples exemplaires, il est toujours possible de trouver des artisans qui pourront vous proposer des pièces uniques de leur composition, ou qui peuvent également donner vie à vos rêves selon un dessin ou un souhait particulier. La « demi-mesure » s’applique également en proposant des bases existantes qui peuvent être customisées.

Pour le bijou fantaisie, Héloïse, créatrice de la marque « Chic Alors » nous explique l’importance de créer des bijoux originaux et propres au style de sa marque :

Derrière chaque modèle, il y a une étape de recherche de formes et de dessin à la main. Ces esquisses et croquis griffonnés seront ensuite finalisés et peaufinés à l’ordinateur avant d’être lancés en fabrication. Il était important pour moi  dès les début de Chic Alors en 2009, de créer un style de bijou très reconnaissable, qui ne ressemble pas à ce que font les autres. L’idée était d’être singulier… c’est d’ailleurs ce que recherche une femme en portant un bijou ! Etre différente, unique… être regardée comme aucune autre. L’idée n’est pas seulement de créer une belle forme, mais surtout de pouvoir proposer un bijou qui soit beau une fois porté, qui donnera de l’élégance et du style.

4. Comment choisir d’un bijou en fonction de ses goûts ou de sa morphologie ?

Avant tout chose si vous souhaitez faire le bon choix, basez vous sur ce qu’elle porte habituellement.
Aime-t-elle les bijoux argentés ou dorés ? Plutôt fantaisie ou bijoux précieux ? A-t-elle des pierres favorites ? Plutôt romantique, fleurs ou ethnique, graphique ? Soyez avant tout observateur pour comprendre ses goûts. Rien ne vous empêche toutefois de lui proposer autre chose si vous pensez que cela puisse lui plaire !

Un point important sur le choix du bijou va être de tenir compte de sa morphologie. Proposer des bijoux fins et discrets à une jeune femme fine et élancée est une très bonne idée, ou une seule pièce forte et imposante à associer à des bijoux plus fins.

Manchette Taylor Chicalors

Manchette Chic Alors

Pour une jeune femme pulpeuse on préfèrera généralement des pièces plus visibles. Ce sont des généralités qui peuvent être toutefois ne pas être respectées ! Une accumulation de petite pièces fines peut être très intéressante.

Un petit bémol sur les boucles d’oreilles : a-t-elle les oreilles percées ? Si oui, prenez garde aux allergies car certains bijoux fantaisies peuvent être allergisants, auquel cas elle ne porterait que de l’or ou du platine pour les éviter.

 

5. Choisir la taille

Tour de doigt, longueur de collier ou bracelet, comment procéder ? Si le choix de taille pour une bague s’avère plutôt compliqué, il n’en est pas de même pour un collier ou un bracelet, qui sont plus simples à choisir.

A. Bague

Il est possible sur la plupart des sites en ligne d’imprimer un baguier qui vous donnera la taille de la bague à commander. Il faut par contre pour cela disposer d’une bague de référence qui servira à déterminer la taille choisie pour un doigt précis sur une main précise. En effet les doigts n’ont pas la même taille ! Le corps n’étant pas symétrique il est fréquent d’avoir une main un peu plus « forte » que l’autre. Pour vérifier que le document est imprimé à 100% une réglette est généralement prévue pour étalonner les mesures.

En cas de doute rendez vous dans une boutique qui aura à sa disposition un baguier en métal ainsi qu’un triboulet (instrument métallique de forme conique) pour vous orienter dans le choix d’une taille idéale.

Vous savez que vous avez choisi la taille idéale pour une bague quand elle est parfaitement confortable. L’anneau doit passer les deux phalanges distale et intermédiaire (les plus fines) en douceur, il doit être assez serré pour ne pas tomber, mais assez lâche pour glisser et tourner autour de la première phalange aussi appelée proximale (la plus proche de la main). Il ne faut pas que la bague soit trop serrée car le tour de doigt est susceptible de varier légèrement selon la météo, il faut savoir notamment que les doigts sont plus gonflés en fin de journée et quand il fait chaud ! Une variation de poids aura aussi un impact sur les doigts (prise ou perte de poids).

Il est toujours possible de rectifier la taille d’une bague chez un bijoutier, même si le rétrécissement est plus facile, un agrandissement est toujours faisable. La mise à taille est toujours offerte lors d’une commande par internet.

B. Collier

Si la taille d’un collier peut être sélectionnée en fonction de la taille du tour de cou, il faut surtout orienter son choix en fonction l’effet souhaité, à savoir à quel niveau le pendentif doit-il être positionné ? Il existe, en théorie plusieurs longueurs de colliers classiques, les sautoirs eux se portant délibérément plus longs :

  • Entre 35 et 40 cm : ras du cou
  • Entre 42 et 50 cm : porté près de la ligne de cou
  • Entre 50 et 55 cm : entre la ligne du cou et la naissance de la poitrine
  • Entre 55 et 60 cm : collier à la naissance de la poitrine
  • 70 cm et + : sautoir

Pour savoir si le collier qui vous plaît correspond à votre envie, il suffit tout simplement d’utiliser une ficelle ou un ruban, que vous positionnez au niveau du cou à la façon d’un collier. Il suffit ensuite de mesurer la longueur du ruban ! A savoir que les colliers sont souvent pourvus de 2 ou 3 anneaux de fermeture, ce qui permet de varier très légèrement la taille du collier et d’avoir un tombé parfait.

C. Bracelet

Mesurer son tour de poignet est une étape obligatoire et surtout très simple ! Il suffit de se munir d’un mètre ruban et de l’enrouler autour du poignet. Prendre ensuite la mesure indiquée en cm, on obtient le tour de poignet. Pour connaître la longueur idéale du bracelet il faudra rajouter de 1 à 2 cm de plus en fonction de l’esthétique souhaitée. En rajoutant 1 cm on obtient un bracelet très ajusté qu’on aura du mal à fermer seul. Si on ajoute 1,5 cm on a un bracelet légèrement plus lâche, une longueur idéale pour fermer le bracelet sans aide extérieure. On peut ajouter 2 cm si on souhaite un porté lâche ou pour des mailles plus épaisses.

6. Choix du bijou en fonction du stade de sa relation

L’idée est de lui faire plaisir à elle avant tout, et coller à sa personnalité, sa morphologie aussi. De la fantaisie la plus pure au bijou exceptionnel avec diamants, il faut composer en fonction du stade de votre relation également !

A. Début de relation : on opte pour un bijou fantaisie

Si vous n’êtes pas vraiment très engagés mais avez tout de même envie de lui faire plaisir, vous avez l’option fleurs, parfum, chocolats ou resto sympa. Si vous voulez marquer un peu le coup, si vous l’appréciez vraiment beaucoup et que vous avez envie de lui montrer que vous êtes prêt à faire un petit bout de chemin ensemble, optez pour un bijou ! Laissez de côté les bijoux que l’on trouve partout, si elle veut s’en acheter un elle le fera. Dirigez vous plutôt vers les bijoux créateurs ou les bijoux en argent. Il s’agit de ne pas casser sa tirelire mais de ne pas passer pour un radin non plus ! En début de relation, on opte pour un collier ou un bracelet, la bague est vraiment trop connotée.

Collier Vanille Emma Chloe

Collier Vanille Emma & Chloé

Bracelet YAY Twenties

Bracelet Twenties YouAreYoung

 

B. Vous vous connaissez déjà bien : fantaisie haut de gamme ou matières précieuses

Votre relation est sérieuse et s’installe sur la durée. Vous voyez ce bijou comme un moyen de lui faire un joli cadeau qui change de l’ordinaire et qui marque la valeur qu’elle a pour vous. Opter pour du fantaisie haut de gamme ou des matières précieuses, lui offrir un bijou symbolique avec un message à la clé, voilà qui la fera chavirer à coup sûr.

Collier Love les Nereides

Collier Love les Néréides

 

Bracelet Coeur Guerin

Bracelet Coeur Guérin Joaillerie

C. Relation à long terme : on casse la tirelire !

Vous avez déjà passé un certain stade et souhaitez franchir un pas différent, un engagement matérialisé par un bijou particulier avec ses codes : la bague de fiançailles ! Elle doit refléter le symbole de votre attachement et être si possible munie de diamants pour briller de mille feux !

Vous vous demandez comment procéder ? Thomas, responsable marketing chez « Guérin Joaillerie », répond à vos interrogations concernant le choix, à savoir notamment si vous devez choisir seul ou en couple :

Cela dépend des couples. Certains hommes souhaitent préserver l’effet de surprise et choisir par eux même la bague de fiançailles qui la fera rêver, par tradition ou conviction personnelle. Le meilleur moyen d’y parvenir est de voir les autres bagues qu’elle possède, les bijoux qu’elle aime porter et souvent de solliciter l’avis précieux de la belle-famille et des amis.

Certains hommes ne préfèrent pas prendre ce risque. Ainsi, la « demande officielle » réalisée par surprise n’est plus systématiquement réalisée. Un nombre croissant de futurs mariés choisissent ensemble la bague de fiançailles, avec bien souvent un processus de recherche plus long qui consiste à essayer plusieurs modèles, dans plusieurs boutiques. Dans ce cas, c’est la femme qui guide, et c’est le couple qui prend qui la décision finale.

Bague or rose coeurs Guerin

Bague or rose Guérin Joaillerie

Bague solitaire Mauboussin

Bague solitaire Mauboussin

Bague Ariane Gemmyo

Bague Ariane Gemmyo

7. Marques à connaître

On vous donne ici un petit aperçu de marques avec des choix esthétiques variés. Pas de chaines ni de magasins que l’on trouve dans tous les centres commerciaux car ceux-là vous pouvez les trouver tout seul !

Fantaisie

Chic Alors
Jollia
Faubourg des Créateurs
Les Nereides
Cécile Jeanne
Lottadjossou
Mathilde Ma Muse
Le Bon Marché
L’Exception

Bijoux précieux

Guérin Joaillerie
Mauboussin
Gemmyo

Pour aller plus loin nous vous conseillons les sites suivants, riches de nombreuses informations notamment sur les métaux, pierres précieuses et métiers de la bijouterie-joaillerie. Vous pouvez même y trouver des formations accessibles au grand public pour tout savoir sur les diamants.

Le Gemmologue
www.douane.gouv.fr
Institut National Métiers d’Art
Laboratoire Français de Gemmologie

    ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

    Voir plus d'articles