Alpine Renault : Histoire d’une Exception à La Française

Comme tout camionneur qui se respecte, j’aime tout ce qui a quatre roues, un volant et un gros moteur qui ronronne. Baigné dans le milieu automobile par un grand-père garagiste et un père amoureux des belles mécaniques, difficile de faire autrement me direz-vous ! Lorsque l’on me demande quelle marque française associe au mieux prestige et sportivité, toute époque confondue, trois marques me viennent à l’esprit : Bugatti, Facel Vega et Alpine. Si vous suivez un tant soit peu l’actualité automobile, il ne vous a sans doute pas échappé que Renault a présenté mardi la toute nouvelle Renault Alpine. J’ai donc décidé de vous parler aujourd’hui de cette dernière tant ce mythique véhicule a pu marquer ma jeunesse.

Alpine Redele Usine

La Genèse

Alpine a été lancée par Jean Rédélé en 1955 à Dieppe. Pour la petite histoire, sachez qu’elle était au départ séparée de Renault. Ce n’est qu’à partir de 1965 que la marque choisit de s’associer avec le géant français. Amateur de sport automobile, Jean participe à de nombreux rallyes; il court alors en Renault 4 CV préparée. Cette dernière lui permet de remporter le rallye Dieppe-Rouen et de devenir pilote d’usine chez Renault. Mais c’est dans les courses de côtes et les rallyes de montagne que Jean excelle. Pour la petite anecdote, l’appellation Alpine vient des nombreuses victoires de Jean Rédélé dans les Alpes. Le premier modèle Alpine qui voit le jour est le coach 106 sur base de 4CV. Mais un modèle restera à jamais gravé dans les mémoires : l’A110. Sortie en 1962, elle est considérée à l’époque comme LE véhicule de rallye par excellence.

Alpine Rallye Saut

Alpine Redele Pilote

Alpine, l’institution des sports mécaniques française

Avec Porsche et Ferrari, Alpine est une des écuries les plus titrées du sport automobile grâce notamment à un de ces modèles phares, l’A110. Non content de squatter les podiums des rallyes, Alpine décide de faire concourir un de ses prototypes, le M64, sur la ligne de départ des 24 Heures du Mans. Le constructeur finit dix-septième mais avec un moteur de 1 150 cm3 seulement, une véritable prouesse ! Fort de ce succès, Renault réitère durant plusieurs années l’expérience « Le Mans » pour, au final, décrocher la pole position en 1978 avec sa célèbre A442. Il faudra par la suite attendre 2013 pour voir à nouveau une Alpine lors de la classique sarthoise, qui plus est sur la plus haute marche du podium.

Alpine Mans

Evolution Alpine Chronologie

La Berlinette, Reine des rallyes

Oubliez les Lancia Fulvia coupé et autre Austin Mini Monte Carlo, celle qui règne sur tous les terrains est française (la Berlinette donc, aka l’Alpine A110 pour ceux qui ne suivent pas). La carrosserie de cette Alpine est entièrement en polyester ce qui lui garantie un poids plume, environ 625 kilos. Avec son moteur situé à l’arrière et ses optiques avant en forme d’amande, la Berlinette se verra surnommée la « Porsche française ». Sur asphalte comme sur terre et sur neige, la Reine des rallyes surclasse toutes ses opposantes. Et il suffit de regarder son palmarès : entre 1963 et 1979, elle rafle quasiment tous les rallyes et toutes les courses de côtes. Entre 1970 et 1976, l’A110 est sur 31 podiums… Indétrônable ! Mais l’A110 n’est pas qu’un monstre destiné aux pistes. Renault a en effet produit plus de 7000 exemplaires de ce modèle destiné à un usage quotidien. Et elle a même servi de véhicule aux brigades d’intervention rapides de la gendarmerie ! Lorsque je vois une photo de ce véhicule, je ne peux m’empêcher de repenser à ma jeunesse (qui n’est pas si lointaine je vous l’accorde) lorsque que j’allais chez mon grand-père. J’y retrouvais quasiment à chaque fois mon oncle, penché et concentré sur son A110. Quand il avait enfin fini de la bichonner, il me proposait d’aller faire un tour sur la côte brestoise. Vous n’imaginez pas les sensations que cette voiture peut procurer. Si l’envie vous prend d’en acquérir une, réfléchissez-y quand même à deux fois : un modèle d’époque avec son moteur d’origine et en parfait état avoisine les 130 000 €. Vous voilà prévenu !

Alpine Profil

Alpine Gendarmerie Francaise

L’élégance à la française

Bienvenue dans les années 80 : les coupes mulets, les costumes oversize et The Final Countdown en fond sonore. C’est également à cette époque que les constructeurs automobiles ont la brillante idée d’imaginer les lignes des voitures du futur mais pour celles du présent. Amusez-vous à taper sur un moteur de recherche Lamborghini LM002 et vous comprendrez (parce que oui, bien évidemment que cela touchait aussi les plus grands !). Alpine a également succombé à l’appel de la voiture à angle droit. Mais, contrairement à la plupart des autres marques, elle a su sortir son épingle du jeu en proposant un modèle atypique, j’ai nommé l’Alpine GTA V6 GT. C’est mon deuxième modèle préféré. Avec son long capot et son haillon arrière quasiment entièrement vitré, elle me fait légèrement penser à la Porsche 928, la French Touch en plus. Mes parents en ont eu une, au couleur du magazine VSD (les collaborations entre marques des années 80 étaient aussi absurdes que fantastiques) et à l’époque c’était le summum de la classe ! Avec ce modèle, Alpine a su illustrer à merveille l’élégance à la française : c’est original, un peu fou même, mais drôlement efficace. Et c’est encore plus vrai lorsqu’on voit qu’à cette époque, Renault sortait la R9. Difficile d’imaginer que les deux voitures avaient les mêmes parents…

Renault Alpine Affiche Vintage

L’Alpine Vision, le phoenix d’Alpine

1995. Plus que le simple nom d’un groupe de rap en vogue, cette année marque le clap de fin pour Alpine. Plus aucun modèle ne portera ce sigle. Il faudra attendre le 14 juin 2015 lors des 24 Heures du Mans pour voir se présenter sur la ligne de départ un véhicule qui ressemble fortement à une Berlinette remise au goût du jour. Renault vient de frapper fort et présente lors de la plus célèbre des courses enduro l’Alpine Celebration. Applaudissements, pleurs et malaises s’ensuivent. La voiture est acclamée. La stupeur est d’autant plus grande que Renault avait déjà annoncé le retour d’Alpine au travers de deux concept cars totalement différents: la Vision, présente dans le jeu de simulation de courses Gran Turismo 6 et l’A110-50.

Alpine Vision

Alpine A110 50

Après cet évènement, silence radio de la part de Renault. Il faudra donc attendre ce mardi 16 février 2016 pour voir de nouveau une Alpine. Elle ne s’appelle plus Célébration mais Vision. Là où Renault a fait très fort avec ce modèle est qu’ils ont réussi à retranscrire tout ce qui a fait le charme de la Berlinette sur une voiture moderne : les quatre optiques avant, capot nervuré, pare-brise arrière proéminent, etc. Tous les amoureux de la première Alpine seront forcément charmés par ce nouveau modèle tout comme les amateurs de sensations fortes et de hautes performances. Il n’y a, à mes yeux, qu’un seul défaut à ce modèle : sa couleur. Une Berlinette blanche, on aura tout vu !

Alpine Interieur

Alpine Blanc Bleu

Alpine Plongee

Alpine Face

Alpine, une marque hype ?

Si on met de côté le partie performance au profit de la partie esthétique, Alpine a su surfer sur la mode et les tendances. En effet, sur trois périodes bien distinctes, Alpine a réussi à adapter ses modèles aux exigences de chaque époque. Prenez la Berlinette : avec ses cerclages d’optiques et ses pare-chocs chromés, son petit gabarit et son poids plume, l’A110 est l’incarnation de la sportive typique des années 60/70. Et c’est exactement la même chose pour la années 80. Mais vous allez me dire que tous les autres constructeurs ont suivi une chemin similaire et vous avez absolument raison. Sauf que, pour moi, Alpine a su sortir des modèles simples, performants et intemporels. Il suffit de voir cette Vision. Ce n’est encore qu’un concept car mais il y a fort à parier que le modèle définitif ne sera pas foncièrement différent tant ce modèle est parfait. Là encore, Alpine signe un véhicule dans l’air du temps mais qui n’aura aucun mal à traverser les années. Elle est la digne héritière de l’A110 et, rien que pour cela, elle mérite de marquer l’histoire automobile française.

Alpine Zoom

[Article sponsorisé]

  • Raymond le barbu

    On sent une vraie passion dans l’article, ce qui pour un article sponso est plutôt une bonne chose :)
    Par contre, je crois qu’il faut tempérer le “Avec Porsche et Ferrari, Alpine est une des écuries les plus titrées du sport automobile”… D’autres marques comme Peugeot, Audi, Alfa Romeo, Lancia ou Mercedes ont un palmarès au moins aussi élogieux si ce n’est bien plus élogieux qu’Alpine (l’A442 est à mettre de côté selon moi, puisqu’elle a surtout servi à éprouver la technologie turbo avant l’engagement en F1; la victoire au Mans en 1978 mettant d’ailleurs fin à l’engagement en endurance de la marque – la voiture étant d’ailleurs aux couleurs de Renault et avec le nom de la maison mère largement plus visible).

    En outre, l’accueil au moment de la révélation de l’Alpine Célébration était, je crois, bien plus timoré que ça. La presse spécialisée avait dans son ensemble largement souligné le fait que la voiture était très (trop?) néo-rétro dans son dessin et qu’elle en devenait un peu “timide”. Mais je suis d’accord pour dire que l’A250 dévoilée cette semaine est réussie est très jolie!

    P.S. : la vision n’est pas un concept-car mais un show-car, ce qui est important puisqu’un show-car est proche à 90-95% de la voiture de série (en gros quelques détails d’homologation comme les jantes, les rétros, l’intérieur des feux, etc) alors qu’un concept-car n’est qu’une évocation d’un modèle de série, sans prendre en compte une quelconque notion de production en grande série.

  • Brice M

    J’ai bien cru que Comme un camion ce mettait à l’actu auto avant de voir “Article sponsorisé” ! Très bon sujet cela dit. Un peu déçu également par la couleur mais le design a l’air vraiment cool ! Une idée des tarifs ?

  • Rody dit le roux de secours

    Bonjour Raymond,

    Il est vrai que, de prime abord, cela fait peu-être un peu pompeux. Mais Alpine, avec l’A110, a remporté de nombreux rallyes / courses de côtes et je pense qu’il était important de le préciser ! C’est donc pour cela que j’ai écrit “une” des plus titrées et non “la” plus titrée. En dehors de cela, il vrai que Mercedes et Audi, rien que sur Le Mans, ont une pléthore de victoires.

    Pour l’Alpine Célébration, je ne me suis basé que sur le point de vue du public, qui, à mon sens, est beaucoup plus vrai et sincère que peut l’être parfois celui de la presse spécialisée. J’ai quelques membres de ma famille qui font partis de clubs automobiles et je me rappelle que tous ont été unanimes en la voyant !

    Enfin, pour ce qui est de l’appellation “concept car” ou “show car”, je me suis posé également la question. Renault nous l’a présenté comme étant un concept car mais nous a précisé que le modèle définitif en serait très proche. J’aurais dû me fier à mon instinct et écrire show car, vous avez raison !

  • Rody dit le roux de secours

    Bonjour Brice,

    Non, nous n’avons pas encore été racheté par Turbo, je vous rassure. Mais qui c’est, un jour peut-être… (c’est une blague, pas d’affolement)

    Elle existera bien sûr en d’autres coloris (le dossier presse contenait des photos de cette Vision en bleu) mais quand on connait un minimum Alpine, la première couleur qui nous vient à l’esprit est bien sûr le bleu :)

    J’ai quelques chiffres à vous donner si ça vous intéresse :
    – 0-100 km/h en 4,5 secondes
    – 1100kg
    – 250 cv pour les modèles de base et 300 cv pour un modèle un peu plus musclé (mais ce n’est qu’une rumeur pour l’instant)
    – 50 000€ environ. Ce n’est qu’une estimation de Renault, il peut donc encore varier. Mais si on part sur ce prix, je le trouve plutôt raisonnable comparé à celui de ces futures concurrentes comme l’Alfa Roméo 4C ( environ 60 000€) et la Porsche 718 Cayman ( environ 60 000€ également)

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles