Le Bob, c’est tendance !

La mode est avant tout une histoire de représentation. Quand je vois un homme vêtu d’un pantalon pattes d’eph‘, j’ai tendance à me dire que le disco l’a un peu trop marqué. On ne peut s’en empêcher : ce que l’on voit fait sens uniquement vis à vis de ce que l’on sait. Donc quand je vous dis « Bob », le tableau dépeint dans l’immédiat a très peu de chance d’être flatteur. Le Tour de France, les sandales-chaussettes, la partie de pétanque… Des éléments que l’on n’assimile que très peu à l’élégance et au bon goût. Mais à l’heure à laquelle je vous parle, cessez toute discrimination. Le temps ou le Bob était l’apanage du beauf français est révolu, ensemble libérons le Bob !

Crédit Photo : Pidvky

Crédit Photo : Pidvky

L’allégorie du touriste allemand

Il faut dire que l’origine même du terme tend à desservir son potentiel stylistique. En effet, lors de la seconde guerre mondiale, les soldats américains se virent prêter le surnom de « Roberts », et puisqu’ils portèrent ce chapeau lors de la libération en 1945, le couvre-chef prit le diminutif de Robert = Bob. La véritable origine du Bob ou « Bucket Hat » en anglais, provient des pêcheurs et fermiers irlandais. Il permettait de protéger du soleil sans gêner la vision, il pouvait aussi être facilement glissé dans la poche. Un objet bucolique et pratique qui fut vite adopté par leurs voisins britanniques pour des raisons similaires.

Petronie&Boniface

Référence : Pétronie et Boniface

Au fil des années, le Bob a connu des périodes de popularité plus ou moins importantes, mais a eu globalement pas mal de difficultés à rentrer dans nos garde-robes. Deux époques ont toutefois pu apercevoir une légère émergence du couvre-chef. Premièrement, les années 60 et 70, ou le Bucket Hat pouvait venir remplacer le panama ou le pork pie dans un style purement britannique. Ils étaient pour la plupart en tweed et accompagnaient souvent kilts et cornemuses (Mesdames et Messieurs, ceci est un cliché). Dans un second temps, il traversa l’atlantique afin d’accompagner les origines du mouvement Hip-Hop. Il fut régulièrement arboré par des groupes tels que Run DMC avec le fameux bob Kangol, Gangstarr ou encore Public Ennemy.
Tantôt classique et traditionnel, tantôt underground le chapeau n’avait jusque là atteint qu’une popularité partielle et n’avait pas trouvé grâce aux yeux des créateurs en vogue.

Daily Mister

Crédit Photo : Daily Mister

2014, gloire au bob

Mais la tendance semble s’inverser et la prochaine saison estivale pourrait bien voir apparaître le bob comme pièce maîtresse de votre style. Afin d’acquérir cette nouvelle notoriété, le chapeau fut d’abord repris par des marques iconiques. On a donc pu voir les créateurs de chez Stussy ou de chez Huf concevoir des bobs à motifs très audacieux. Ces deux marques ayant une identité très connotée Hip-Hop, elles ont eu tendance à populariser le bob principalement dans ce courant, notamment grâce au rappeur Schoolboy Q. Cependant la différence majeure avec l’époque des balbutiements du rap, c’est qu’aujourd’hui le rap et l’ensemble de son bagage identitaire sont intimements liés au monde de la mode. On assiste ainsi régulièrement à une influence réciproque des deux milieux, et le bob en ai un très bon exemple. Riche de ce regain de popularité, beaucoup de marques ont choisi de miser à nouveau sur la pièce, on peut par exemple citer : Ralph Lauren, Thom Browne, Kenzo ou encore Lacoste. Ainsi les différentes évolutions du « Bucket Hat » et ses nouvelles icônes font qu’aujourd’hui, il risque d’apparaitre dans bon nombre de penderies. Si vous souhaitez vous procurer un modèle à peu de frais, vous pouvez vous diriger vers des boutiques telles que Asos ou Urban Outfitters qui proposent une bonne variété de modèles à des prix tout à fait abordables.

Schoolboy Q Bob

Source : Schoolboy Q Bob

Comment arborer fièrement ce couvre-chef ?

Comme nous l’avons dit précédemment, le bob traîne derrière lui un bon nombre de représentations et de préjugés, ce qui en fait une pièce pas particulièrement facile à arborer. Ainsi, même si le coloris de votre Bob n’est pas particulièrement prononcé, n’hésitez pas à jouer la sobriété. Pour un look estival, accompagnez-le d’un short foncé, de baskets blanches et d’un polo ou d’une chemise légère. Il faudra être très prudent lorsque vous l’associerez avec un t-shirt. Quant au marcel, ai-je besoin de dire qu’il faut l’oublier ? Si le temps se rafraîchit, vous pourrez sans problèmes l’accorder avec une parka ou même avec un blazer si vous être sûr de vous ! La clé est ici de couper avec l’aspect un peu « franchouillard » du chapeau en l’accommodant avec des pièces qui ne lui sont habituellement pas associées.

Bob Isakin

Référence : Isakin Paris

Alors Bobby ?

Bien Bobby risque bien de faire parler de lui lors des collections à venir. Mais on est alors en droit de se poser des questions sur le futur du tour de France ? La caravane Cochonou risque t’elle de devenir, le véhicule publicitaire le plus hype de tous les temps ?
On vous le dit tout de suite, il y a très peu de chance. Car oui, comme pour les sandales ou le débardeur, le bob est plus défini par la façon dont il est porté que par son propre style. Alors messieurs, si vous souhaitez arborer le bob avec goût, ne mettez pas votre crème solaire dans votre banane cet été. Ou ne mettez pas de banane tout court.

Source : Las Vegas Parano

Source : Las Vegas Parano

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles