Coup d’un soir, il n’y a plus d’espoir

Cette étude américaine va en intéresser plus d’un puisqu’elle traite des « coups d’un soir ». Ces aventures sans lendemain sont avant tout une conséquence de l’évolution de nos comportements ; la société et ses mœurs ont fortement évolué en l’espace de quelques décennies, notamment avec l’arrivée de l’internet qui a impacté la façon de l’individu de concevoir sa relation avec autrui. Par exemple, est apparu le côté « consommation rapide » du sexe que l’on nomme communément « coup d’un soir » (entre adultes consentants).

barney stinson katy perry

L’étude dont nous parlions plus haut explique que les personnes ayant recours à ces pratiques seraient davantage sujettes à la dépression. 10000 jeunes américains entre 13 et 18 ans, puis 10000 autres entre 18 et 26 ans ont été interrogés pour les biens de l’étude. L’enquête révèle que 33% des hommes contre 24% des femmes ont avoué avoir fait des parties de jambes en l’air sans lendemain. Il s’est avéré par la suite que ces personnes, pour la plupart étudiantes, étaient plus sujettes aux états dépressifs. Ces pensées suicidaires augmenteraient de 18% à chaque nouveau rapport. Autre chose, l’age à laquelle ils auraient recours à ces pratiques occasionnelles entrerait en compte dans l’évolution de leurs maux, puisque ceux âgés de 17 à 20 ans ont plus de chance d’avoir un comportement suicidaire dans le futur que ceux qui en ont eu plus jeune. Le sexe est soit disant bon pour le moral mais a condition de le pratiquer assez souvent avec le même partenaire. A tous les célibataires, ne vous contentez pas d’un coup d’un soir qui risquerait de vous détruire mentalement, misez plutôt sur le plan régulier : cherchez votre sexfriend !!!