Les 10 terrasses parisiennes pour mater des filles

C’est l’été, le jour le plus long de l’année, le début des vrais beaux jours, vous passez quelques coups de fil, échangez quelques textos avec vos potes, et bien sûr où proposez-vous de vous retrouver, je vous le donne en mille, en terrasse bien sûr ! Quoi de mieux que de siroter un cocktail en extérieur dans une rue plutôt sympa, tout en regardant les passants défiler. Dans ces cas là, bien souvent, pas besoin de refaire le monde, la rue est un spectacle qui se suffit à lui même. J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage, Patrick Coutin n’est rien d’autre qu’un sociologue averti et il a réussi à coller une bande son sur l’un des plus grands plaisirs masculins de l’été aka mettre une paire de lunettes de soleil, s’installer en terrasse, commander un demi et regarder les filles passer devant soi.

Comme ici on prend notre rôle de guide très au sérieux, on s’est dit qu’on allait lister les 10 meilleures rues parisiennes où aller s’installer pour passer un après-midi au soleil, orientation pleine rue comme au first raw d’un défilé et observer les jolies filles déambuler. La fashion week du pauvre, c’est aussi ça et je suis le premier à réclamer ma place et à attendre patiemment que le défilé commence.

Rue Montorgueil (2ème)

Photographe : Francis Mariani

Photographe : Francis Mariani

La plus défilé de mode
Qui regarde-t-on ? La femme Sandro
Les terrasses ne manquent pas dans la fameuse rue Montorgueil. Les chaises, quasiment toutes tournées vers la rue, offrent des places de choix à qui veut passer un après-midi à se délecter du spectacle d’une des rues les plus tendances de la capitale. Reliant Étienne Marcel au Sentier, cette rue est extrêmement fréquentée que ce soit par des étudiantes en mode, des publicitaires, des habitantes du quartier, des actrices et mannequins. On se souvient tous avec émotion du clip Baby Baby Baby de Make The Girl Dance dans lequel 3 jeunes femmes descendaient la Rue Montorgueil, complétement nues.

Rue Dupetit-Thouars (3ème)

Photographe : Julieta Pracana

Photographe : Julieta Pracana

La plus maman bobo
Qui regarde-t-on ? La femme A.P.C
Un de mes meilleurs amis a rebaptisé cette rue “le Royaume de la poussette”. Certes, la moyenne d’âge est légèrement plus élevée que Rue Montorgueil mais parfois ça fait du bien de gagner en maturité. Fréquentée par des habitués, cette rue n’en reste pas moins un très bon spot pour se reposer à l’ombre d’une limonade en regardant passer les filles. Si en plus la librairie 0fr. accueille un nouveau vernissage de magazine sensuelo-érotique type Irene alors la population gagne deux points sur l’échelle du hipsterisme mondial. Se côtoient dans cette rue les galeristes, libraires, designers et promeneuses bobo du quartier qui sortent leur chien, courent après leur poussette ou enfourchent leur vélo hollandais. Même si les chemisiers des filles du quartier sont bien souvent boutonnées jusqu’en haut, la dentelle et la transparence du voilage rattrapent fort bien ce malencontreux détail stylistique.

Institut Suédois, 11 Rue Payenne (3ème)

Photographe : Nils Boldt-Christmas

Photographe : Nils Boldt-Christmas

Den mest bedrägligt enkla och djävulskt effektiv*
Qui regarde-t-on ? La femme Acne
Si vous réussissez a vous installer dans la cour de l’Institut Suédois, vous avez gagné. Les boissons et les encas ne sont pas hors de prix, mais surtout les plus belles filles de Paris passent toutes par là. Je ne sais pas comment, ni pourquoi, mais à chaque fois que je me suis installé là-bas, il a fallu un pied de biche pour me faire quitter ma chaise. C’est surement le côté suédois qui les attire mais je dois dire que c’est assez impressionnant et niveau look je ne vous en parle même pas, les tenues sont souvent parfaites comme-ci il suffisait de s’installer là et shooter les filles qui passent, pour avoir suffisamment de streetlooks pour sortir un livre qui ferait concurrence à celui de Scott Schuman.

*la plus faussement simple et diablement efficace

Rue des Barres (4ème)

Jean-Michel Pignol

Jean-Michel Pignol

La plus bord de Seine
Qui regarde-t-on ? La femme Agnes b
Ce qui est assez étrange avec cette rue, c’est d’une part qu’elle n’est pas très longue, un peu médiéval, pas franchement dans un quartier très animé, mais mine de rien on adore aller se poser avec les touristes à une des tables des terrasses la bordant en regardant les filles passer. On y trouve un mélange de touristes, d’étudiantes, de parisiennes pur souche qui lorsqu’elles se décident à aller faire les magasins ni vont pas avec le dos de la cuillère. Non pas que ce soit spécialement hyper tendance comme tenue, mais on sent que le rapport au look est quelque chose de fort étudié dans ce quartier historiquement bourgeois.

Place de la Contrescarpe (5ème)

(C)2013 Delter

(c)2013 Delter

La plus rive gauche
Qui regarde-t-on ? La femme Comptoir des Cotonniers
Au bout de la rue Mouffetard vous tomberez sur la place de la Contrescarpe. Niché au cœur du 5ème, cette place voit défiler un sacré nombre de badauds. Forcément dans le lot vous trouverez de quoi vous ravir et être satisfait d’avoir fait l’effort de grimper jusqu’à cet endroit. La grande terrasse du Café Delmas vous offrira la point de vue idéal pour juger si les habitantes de rive gauche sont mieux que celles de rive droite.

Place Gustave Toudouze (9ème)

Place_Gustave_Toudouze
La plus en pente
Qui regarde-t-on ? La femme Paul & Joe
A l’abri de Pigalle et de Montmartre, à quelques encablures de la rue des Martyrs, la place Gustave Toudouze respire le 9ème. Bobo à souhait, on vient s’installer à n’importe quelle terrasse de la place pour apprécier le va-et-vient des habitantes du quartier qui font leurs courses ou leur shopping dans ce petit village dans Paris. Les jupes sont longues et volantes, et les débardeurs échancrés au style loose sont légion. On sait qu’on recroisera ces filles le soir même dans les bars du quartier, au Mansart, au Glass, ou encore à l’Embuscade.

Quai de Valmy – Quai de Jemmapes (10ème)

Photographe : Akuppa John Wigham

Photographe : Akuppa John Wigham

La plus pique-nique
Qui regarde-t-on ? La femme Urban Outfitters
Sur ces quais, on peut se la jouer roots, ramener sa guitare, son saucisson, sa b*** et son couteau, et se poser au bord du canal, dans ces cas là mieux vaut savoir ouvrir une bouteille de vin avec une chaussure (true story), ou alors, vous vous posez à la terrasse d’un des bars qui bordent le canal, plus nombreux côté quai de Jemmapes d’ailleurs. Outre les filles posées sur leur belle nappe à carreaux vous pourrez sans problème croiser quelques beautés en vélo, un peu indie sortant du Point Ephémère tout proche après un concert de folk.

Place du Docteur Félix Lobligeois (17ème)

Place-du-Docteur-Félix-Lobligeois
La plus famille
Qui regarde-t-on ? La femme Maje
Cette petite rue piétonne, au cœur des Batignoles, qui relie la rue Legendre à la place Charles Fillion est plus que parfaite si vous souhaitez vous détendre à l’ombre de grands arbres et si vous n’êtes pas allergiques aux enfants. Vous risquez d’en entendre quelques uns jouer (qui a dit piailler ?) autour des terrasses où leurs parents tentent de se détendre. Mais vous verrez aussi quelques étudiantes ou jeunes actives célibataires zigzaguant entre ces enfants talons de 10 centimètres aux pieds. On évitera le dimanche mais à part ça tous les feux sont au vert.

Rue et place des Abbesses (18ème)

Abbesses
La plus bohème
Qui regarde-t-on ? La femme Loft Design by
Spot ultra connu mais tellement appréciable. Ne vous attendez pas à être agréablement servi ou même à vous voir servir ce que vous avez commandé, de toute façon, c’est pas là le plus important. La fille de la butte Montmartre est bien loin des clichés coincés et petite-fille à la Amélie Poulain. Au contraire, un peu bohème, un peu évanescente, un peu girl next door, elle en fait rêver plus d’un avec ses chapeaux et autres accessoires que seul elle sait porter. Bien positionné derrière vos lunettes de soleil rue des Abbesses, vous ne manquerez pas une miette de ce ballet.

Quai de Loire – quai de Seine (19ème)

Quai_Loire
La plus pétanque
Qui regarde-t-on ? La femme Uniqlo
Les terrasses sont plus rares dans ce coin mais ce nouveau 10ème comme certains l’appellent est en train de radicalement changer de visage. La population se rajeunit et les jeunes couples trouvent de quoi se lancer dans leur premier prêt immobilier et faire plein de projets à plus ou moins long terme. Quand les premiers rayons du soleil pointent le bout de leur nez, c’est pétanque au bord du canal et rosé à toute heure. Les groupes se réunissent dans la joie et la bonne humeur pour pique-niquer ou aller au ciné. Il ne pas forcément désagréable de passer un après-midi à prendre le soleil dans ce coin là.

“Monsieur, il faut partir maintenant, on ferme…”

    ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

    Voir plus d'articles