Fuck Friends : mode d’emploi

Que celui qui n’a jamais eu de « fuck friend », lève le doigt. Personne ? Bon, on continue. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais en amour, ces temps-ci, l’amour – justement – se fait rare. Vous savez, ce sentiment étrange mais profond de quelqu’un qui vous aime et vous comprend, et ne serait jamais tout à fait la même… Bref, tout le tintouin ! En guise d’amour, les jeunes citadins que nous sommes se contentent bien souvent de caresses humides dans l’intimité d’un canapé sombre le samedi soir, et d’un potage Liebig le dimanche, agrémenté de nouilles chinoises.

Fuck friends

Ce qui ne manque pas, en revanche, ce sont les « fuck friends ». Ces coups d’un soir devenues coups d’un hiver, que le confort et l’habitude rendent bien plus sympathiques que ces inconnues, ô combien plus désirables, mais aussi plus intimidantes, voire frigorifiantes. Et avec l’hiver qui s’avance, on sera tenté de préférer, vous en conviendrez, le tendre contact d’un postérieur moelleux et familier, à l’âpre froideur blessante d’une arrogante qui vous ignore. Mais pour recevoir, encore faut-il savoir donner (non, il ne s’agit pas de fessées). Aujourd’hui, 3 conseils pour entretenir une relation privilégiée avec sa « fuck friend ». Ca se dit comment, l’inverse de platonique, déjà ?

Conseil n°1 : Pratique ne rime pas avec érotique

Ah, elle aura servi, votre fidèle banquette clic-clac, depuis vos études. D’abord à faire dormir vos parents, venus vous rendre visite de province. Puis à éponger les débordements de bière et de Savane Brossard, avec vos copains. Elle aura aussi servi de terrain de jeu avec vos premières petites amies, pendant les soirées « tu-veux-venir-regarder-un-dvd-à-la-maison ». De ces soirées, elle a même conservé une ou deux petites tâches rondes, que vous faites semblant d’ignorer. Il n’y a pas à dire, vous avez vraiment le couteau suisse du canapé-lit. Bon, bien, mais là-dedans, il n’y a rien qui nourrisse durablement le fantasme d’une femme, fût-elle sexuellement attirée par vous, comme le fer par l’aimant. Alors si vous ne voulez pas l’entendre (elle aussi) vous jouer la partition des meilleures excuses en carton « Ce soir je ne peux pas, je dois me laver les cheveux », faites l’effort de donner du grain à moudre à son moulin à imagination. Et, non, je ne parle pas d’une chambre de palace à Deauville. De l’inédit et de l’imprévu feront l’affaire !

Conseil n°2 : Parfum aux phéromones naturelles

Petit rappel pour les nouveaux : autant les garçons fréquentent les soirées pour rencontrer des filles, autant les filles ne comprennent pas ce stress, étant régulièrement courtisées toute la semaine. Conséquence, que vous le vouliez ou non, votre « fuck friend » verra donc du plus mauvais oeil les textos réveiller son mobile après 1h du matin, avec pour seul prétexte « j’arrive ». Je n’ai jamais rencontré de fille qui aimait servir de boudin de secours, (celle qui reçoit ce dont aucune autre n’a voulu), comme les crachoirs des boxeurs après les rounds. A contrario, un petit « j’ai très envie de faire l’amour avant la réunion de 14h avec mon patron » devrait la mettre dans les meilleures dispositions pour un déjeuner coquin. Cadeau bonus, comme vous n’aurez pas le temps de prendre une douche, vous aurez gagné un parfum naturel et entêtant pour le reste de la journée.

Fuck friends

Conseil n°3 : Faux espoirs, vrais tracas

Vous le savez comme moi, on a vu souvent des filles – sensées, au demeurant – accepter les pires outrages de celui dont elles espèrent secrètement, un jour, plus que des ruades par derrière. C’est ainsi, « fuis moi je te suis », vous connaissez la suite. Mais ce n’est pas une raison pour en abuser. Promettre sans se soucier de tenir, c’est poétique, mais dans ce cas précis, c’est méchant. Et si a morale vous laisse de marbre, dites-vous que c’est aussi dangereux. Vous n’avez pas envie qu’elle vous embrasse à pleine bouche, quelques semaines, plus tard, devant votre nouvelle copine. Si ?