Chino Homecore

Coups de Coeur le 18 août 2011 par Romano Garagerocker

Chino Homecore

Si comme moi vous aviez repéré ce chinos Homecore depuis le début de la saison. Si comme moi vous n’osiez pas mettre une centaine d’euros dans un pantalon aussi original. Eh bien aujourd’hui votre rêve se réalise avec le début d’une vente dite “flash” sur le site Monshowroom.com! Pour avoir vu le modèle en vrai et l’avoir tâté dans la boutique berlinoise de la marque, on peut dire que le produit est de qualité avec un coton solide et confortable. Puis comment ne pas tomber sous le charme de la touche d’originalité apportée par le lacet attaché à la ceinture ? J’en connais qui vont se faire plaisir… n’est-ce pas Joe ? #(Berlin)

Existe aussi en bleu.

prix soldé   46€ 115€

sur Monshowroom

Plus d’infos 4 commentaires

Maillot de bain Mackeene

Mackeene est une marque de maillots de bain française créée en 2009 par 2 frères : Harold et Rodolphe. Ils réalisent des maillots de bain élégants en apparence très classiques mais techniquement originaux. La fermeture au niveau de la braguette ne se fait non pas avec du velcro ou des boutons mais grâce à une série d’amants ! De quoi avoir quelques doutes avant de se jeter à l’eau. Mais aucune crainte à avoir, ça tient bien ! J’ai testé ça durant ces derniers jours et je n’ai toujours pas perdu mon maillot de bain. Les aimants sont suffisamment efficaces et rapprochés l’un de l’autre pour qu’aucune ouverture inappropriée ne soit possible. Et le maillot se ferme au niveau de la ceinture par deux boutons pressoirs : un extérieur et un intérieur (qui risquent encore moins de s’ouvrir). C’est original, c’est fun et en plus très pratique pour enfiler et retirer le maillot.

Maillot de bain Mackeene

Et il a quelques autres points forts comme sa coupe ajustée qui le rend très confortable (malgré l’absence de filet intérieur) et son tissu stretch qui donne l’impression lorsqu’on rentre dans l’eau d’être à peine mouillé, et qui surtout, sèche rapidement lorsqu’on en sort. Sinon détail pratique au niveau des tailles : prenez plutôt une taille au-dessus. J’ai pour ma part un 32 alors que je fais habituellement du 31 et c’est parfait. En vente chez Menlook, Nouvelle Vague et Mackeene.com. Prix public conseillé : 130/140€

Plus d’infos 9 commentaires

L’espadrille de Mauléon cousue main

J’ai passé quelques jours le mois derniers dans le Sud-Ouest. Je me suis rendu dans le Gers à Barbothan les Thermes puis dans le Pays Basque et plus précisément à Mauléon-Licharre, berceau de l’espadrille. Au début du siècle dernier, l’essentiel de la production d’espadrilles provenait de cette commune. La construction de barrages hydroélectriques dans les vallées d’Aspe et d’Ossau permis de fournir l’électricité nécessaire aux machines et de 1900 à 1918 Mauléon-Licharre a vécu ce qu’on peut qualifier aujourd’hui d’âge d’or. Notamment grâce à la demande des mines du Nord de la France (chaque mineur recevait une paire d’espadrilles par semaine).

Dans les années 80, la concurrence espagnole et surtout asiatique fit son apparition. Ce fut le début de la fin pour beaucoup d’ateliers. Plus de 3,000 personnes vivaient de l’espadrille, ils ne sont plus que 300 aujourd’hui. Et la fabrication française ne représente plus que 3% de la production mondiale. A Mauléon, 6 ateliers ont survécu dont celui de Prodiso où je me suis rendu. Cette maison a continué à exister grâce à son savoir-faire, l’originalité de ses créations et la qualité de ses espadrilles cousues main. L’espadrille est un produit naturel qui nécessite 3 plantes : du jute pour tresser la semelle, du jus d’hévéa pour le caoutchouc de la semelle d’usure et du coton pour tisser la toile. C’est ce que je vous propose de découvrir dans ce reportage.

Machine à tresser

Machine à tresser

La semelle en corde, si caractéristique de l’espadrille, est réalisée grâce à une tresse de fils de jute. Cette plante cultivée pour ses fibres pousse dans les régions tropicales. Le jute utilisé par Prodiso provient du Bangladesh. L’Inde est également un des producteurs importants. Au début du siècle dernier, le jute arrivait par le port de Bordeaux. En illustration ci-dessus une machine à tresser datant de 1908. Les 5 bobines de jute réalise une danse qui permet de créer ce qu’on appelle une tresse.

Chucca

Chucca

Chez Prodiso on utilise 18 fils au lieu de 10 pour une qualité supérieure. La tresse est enroulée à l’aide d’un outil qu’on appelle un “touret”. Le nombre de tours dépend de la taille de la semelle que l’on souhaite obtenir. Et pour finir la tresse, on utilise une aiguille qui a la forme d’un cône métallique et qu’on appelle “chucca”.

Mouleuse

Mouleuse

 

Machine Miller

Machine Miller

A l’aide d’un moule (une flaque) on donne forme à la tresse. On estime qu’un bon mouleur peut faire une centaine de paires par jour. On compresse la forme dans des mâchoires et on coud la semelle de part en part (aider par 2 poinçons qui font des avant trous). On coupe les fils qui dépassent et on vérifie ensuite la pointure avec une règle en bois.

Tissus Espadrilles

Rouleaux de tissus

L’étape suivante s’effectue à Idaux Mendy, un village voisin. C’est que là que la semelle de corde est assemblée à une semelle de caoutchouc par vulcanisation à chaud (c’est ainsi que la plupart des tennis en toile sont également assemblées). Pour plus de confort, chez Prodiso, on a fait le choix d’une semelle en caoutchouc de 3 millimètres d’épaisseur contre 2 qui est la norme habituelle.

Matelas tissu

Matelas de tissu

Passons à présent au dessus de la chaussure. Il peut s’agir de tissu ou de cuir (spécialité de Prodiso). Pour obtenir les pièces de tissu nécessaires à la confection des espadrilles on superpose 12 épaisseurs de toile. On réalise ce qu’on appelle un pliage accordéon et on obtient un matelas sur lequel on trace à la craie à l’aide de gabarits en carton le contour des pièces. Elles sont ensuite découpées à l’aide d’une scie à ruban (sans dents). Sur l’exemple en illustration, le matelas va permettre de réaliser 8 empeignes (partie avant de la chaussures) de toile noire pour 4 tailles différentes (39, 41, 42 et 43).

Assemblable

Assemblage

L’assemblage se fait à la main avec du fil Polyester (jugé plus solide) qui est de plus doublé. On commence par positionner le milieu de l’empeigne et on fait un point de boutonnière aux deux extrémités. Pour pousser l’aiguille on utilise un gant avec paumelle (renfort au niveau de la pomme de la main). Une couturière réalise de 12 à 18 paires par jour (contre 700 à la machine). Prodiso continue pour cela à faire travailler des couturières à domicile payées à la pièce comme ça a toujours été le cas.

Coutures espadrilles

La couture à l’avant de la chaussure dit “bout musette” est la couture finale : elle permet de renforcer la chaussure et c’est également un signe d’un travail fait main (travail que certains industriels ont néanmoins reproduit en collant une pièce de tissu factice). Autre indice, comme bien souvent dans le fait-main, l’irrégularité des points. Sur le côté vous pouvez voir la différence entre une couture réalisée à la main (espadrille du dessus) et une couture machine (désolé ces photos sont loupées).

Espadrille cuir

Cuir d'Espelette

Prodiso réalise une trentaine de modèles d’espadrilles. Et comme évoqué plus haut, la spécialité de la maison, c’est l’espadrille en cuir. Elle utilise pour cela de très beaux cuir (pour la plupart de vachette) de la région qui proviennent de la tannerie Remy Carriat basée à Espelette (oui comme le piment).

Emporte pièce

Emporte-piece

Pour ce travail du cuir, l’atelier a du réaliser ses propres emporte-pièces qui permettent à l’aide d’une presse hydraulique de découper le cuir et de perforer les contours afin de faciliter le travail de couture qui se fait là encore à la main. Pour la confection de certains de ses modèles haut de gamme Prodiso ajoute une première en cuir (de porc) qui est assemblée avec du latex (qui permet donc de coller la première à la semelle intérieure pour plus de confort).

Espadrilles rayures

Espadrilles en toile

La maison Prodiso vend ses créations dans le Sud-ouest mais également vers la France entière grâce à son site internet qui représente une part croissante de ses ventes (les espadrilles en toile y sont vendus entre 10 et 20€). Le savoir-faire de l’atelier est également reconnu à l’étranger, Prodiso collabore beaucoup avec des créateurs japonais qui n’hésitent pas à faire le voyage pour dessiner et concevoir leurs modèles. En France, citons la collaboration récente avec l’équipe de Centre Commercial qui a donné naissance à une surprenante collection d’espadrilles montantes !

Espadrille Zèbre

Espadrille Zèbre

Le mot de la fin : j’espère que ce reportage vous aura permis de comprendre ce qu’est une espadrille de qualité. Je voudrais notamment souligner qu’évidemment la qualité à un prix mais qu’il se justifie largement quand on voit que Prodiso propose via son site des espadrilles en toile de couleur unie cousue main à partir de 10€ alors qu’on est pas loin de payer le même prix au supermarché pour des espadrilles qui sont d’une qualité toute autre ! Et contrairement à ce qu’on peut dire (à cause de ces produits de qualité médiocre), une espadrille ne s’use pas au bout de 2 jours : je porte pour ma part encore une paire que j’avais acheté l’été dernier. J’en profite pour vous signaler qu’aujourd’hui, comme tous les 15 août, la ville de Mauléon-Licharre fête l’espadrille :-)

Plus d’infos 11 commentaires

Bronzer sans y laisser sa peau

Oui, oui, on le sait, l’excès de soleil est néfaste pour la peau voire pour la santé. Connaître ses dangers, c’est bien ; se protéger, pas de problème mais pas moyen de revenir blanc après 15 jours de vacances ! Pas d’inquiétude, on peut bronzer tout en préservant sa peau. Hommage au tour de France, voici des règles de bonne pratique du soleil, par étapes et sans les marques de bronzage.

Port de Lomener, Ploemeur

Étape 1 : la préparation

- Choisissez Votre produit :

On choisit son soin solaire en fonction de son type de peau et des conditions dans lesquelles on va être.

 1 : déterminer son type de peau ou phototype

- Les peaux extrêmement sensibles au soleil : personnes prenant toujours des coups de soleil lors des expositions (cheveux roux, peaux laiteuses).

- Les peaux sensibles au soleil : personnes prenant souvent des coups de soleil lors d’exposition solaires mais pouvant avoir un hâle (peau claire, cheveux blonds).

- Les peaux intermédiaires : personnes à peau claire bronzant assez facilement, ne prenant des coups de soleil que lors d’expositions très intenses.

- Les peaux résistantes au soleil : personnes à peau mate ou noire, bronzant facilement sans jamais prendre de coups de soleil.<

2 : les conditions d’exposition

- Exposition extrême : glaciers, tropiques, journée en bateau…
- Exposition importante : plages, activités extérieures longues…
- Exposition modérée : vie passée au grand air…

Exposition extrêmeExposition importanteExposition modérée
Peau extrêmement sensible au soleilTrès haute protection
SPF 50+
Très haute protection
SPF 50+
Haute protection
SPF 50 - 30
Peau sensible au soleilTrès haute protection
SPF 50+
Haute protection
SPF 50 - 30
Protection moyenne
SPF 20
Peau peu sensible au soleilHaute Protection
SPF 50 - 30
Protection moyenne
SPF 20
Protection faible
SPF 10
Peau résistante au soleilProtection moyenne
SPF 20
Protection faible
SPF 10
Protection faible
SPF 10

- Décryptez l’étiquette :

UVA et UVB, vous connaissez ? C’est eux les responsables de vos coups de soleil, de vos rides, bref des dégâts causés par le soleil. Pour  rappel :

  • UVB = Bronzage et Brûlures
  • UVA = Allergies et Âge

L’indice de protection inscrit sur l’étiquette indique la protection UVB. La plupart du temps l’indice UVA n’est pas indiqué. Pour être sûr que votre produit soit conforme pour ce type d’UV, regardez sur le tube, vous devez avoir un cercle entourant « UVA ».

En pratique : vérifiez la présence du logo :

- Aimez l’appliquer :

Le choix de la texture d’un produit solaire est primordial. Plus vous aurez de plaisir à tartiner – ou à vous faire tartiner ;) -, plus vous renouvellerez les applications, plus vous en mettrez en quantité suffisante, mieux vous serez protégés ! Vous suivez ?

  • Sensuelle : Huile solaire SPF 40 de Vichy, 14€
  • Invisible : Spray Protecteur invisible 50+ de Nivea Sun, 13,45€
  • Matifiant : Anthelios XL 50+ de La Roche Posay 14,70€
  • « Monoïsé » : Lait soyeux SPF 50 de Polysianes, 18,70€
  • Mini : Réflexe solaire 50+ d’Avene, 10,90€
  • Frais : Icy Protection lait protecteur SPF 30 de l’Oréal, 13,49€

En pratique : n’hésitez pas à vous faire conseiller lors de votre achat. Notamment si vous faites du sport, si vous avez des enfants ou encore si vous avez tendance à faire des allergies. Les textures, avec ou sans parfum, plus ou moins résistantes à l’eau, vous permettront d’optimiser votre protection selon vos activités et vos besoins.

Sperry Top-Sider

Rue des Abbesses

Etape 2 : l’effort

- Allez-y doucement :

Pour éviter les coups de soleil, exposez-vous progressivement. Cela laisse à la peau le temps de fabriquer la mélanine, pigment naturel qui va la colorer. 3-4 jours sont nécessaires pour que le bronzage se constitue. Donc inutile de prendre des risques pendant les premiers jours, le bronzage n’est pas la conséquence d’un coup de soleil ! Si on brûle les étapes, la peau s’épaissit trop vite, se dessèche et finalement pèle. Aucun intérêt.

En pratique : des indices élevés (SPF50+, SPF 30, pas moins) dès le début du séjour et, éventuellement, les plus faibles à la fin des vacances.

- Soyez généreux :

Appliquer une crème solaire ne garantit pas une protection totale. Trop souvent on se dit que, ayant mis de la crème, on peut rester faire la crêpe plus longtemps. Que nenni car, la plupart du temps, on n’applique pas assez de produit par rapport aux tests réalisés en labo.

En pratique : on étale le produit en quantité suffisante. L’équivalent d’une grosse balle de golf pour le corps et, à peu près, la longueur de l’index pour le visage ou 6-7 pressions de spray. N’hésitez pas à lire la notice de votre solaire, oui il y en a une dans la boite, en général, c’est indiqué. Vous pouvez aussi trouver des livrets informatifs en pharmacie.

- Respectez les règles (que tout le monde connaît mais que personne n’applique !)

  • Tartinez vous avant l’exposition.

Bien plus pratique que de se faire un gommage en s’étalant la moitié de la crème avec du sable.

  • Évitez les heures de fort ensoleillement entre 12h-16h.

Une petite glace à l’ombre d’une terrasse…

  • Renouveler l’application toutes les 2 heures, après les baignades ou avoir transpiré.

L’eau faisant  un effet loupe sur la peau, on crame encore plus !

  • Chapeau, casquette ou crème sur le crâne.

Privilégiez, dans la mesure du possible, le couvre-chef car avec la transpiration la crème solaire peut couler, et dans les yeux, ça pique !

  • Sur-protégez les zones les plus exposées : nez, lèvres, oreilles, haut du dos, épaules, torse.

Comme ça, on évite la pelade du nez, le bouton d’herpès et les cloques dans le dos…et vous ne prendrez pas Richard Cocciante en grippe quand vous entendrez : « J’ai attrapé un coup de soleil…j’dors plus la nuit …».

En pratique : oui, oui vous le savez mais maintenant il faut le faire !

Plage de Fort Bloqué

Plage du Fort-Bloqué, Ploemeur

Etape 3 : la récup’

- Optimisez le bronzage :

  • DÉVOREZ légumes et fruits rouges, (désolée, le vin rouge ça ne marche pas… le rosé non plus), riches en bêta-carotène, ce pigment naturel va permettre de teinter la peau et d’optimiser votre bronzage.
  • GOMMEZ, éliminez les cellules mortes. Lisse, nette votre peau hâlée sera beaucoup plus lumineuse.
  • HYDRATEZ : oui, on le rabâche mais l’hydratation c’est la clé d’une peau lumineuse. Gorgées d’eau, vos cellules vont faire ressortir votre belle teinte pain d’épice.

Bon, vous êtes paré ! Allez, comme le dit Jenifer : « AU SOLEIL » !

Quelques infos :

* L’Institut National Contre le Cancer a mis en ligne un test vous permettant de calculer « votre risque au soleil »

* Le Syndicat National des Dermatologues a mis en place une application gratuite développée en partenariat avec Météo France. Disponible sur l’Apple store, « SOLEIL RISK » permet d’obtenir les indices UV du jour sur l’ensemble du territoire et les règles de protection à mettre en œuvre.

Plus d’infos 5 commentaires

Lunettes Sabre Vision Nevermind

sabre-nevermind-profil

J’ai un petit faible pour les lunettes à motif écailles et je suis totalement fan de ce modèle Nevermind de chez Sabre Vision ! Je trouve qu’il a une gueule d’enfer avec ses verres ronds et ses larges branches plongeantes à la manière d’une paire de Wayfarer. La monture est réalisée à partir de plaques d’acétate de 5mn et elle est équipée de verres anti-UV de chez Comotec (fournisseur français). Le pont (partie située entre les 2 verres) étant relativement étroit, c’est une monture qui conviendra à ceux qui ont le sommet du nez fin ou le sommet du nez qui arrive au niveau de la ligne des yeux pour que le haut des lunettes ne viennent pas recouvrir entièrement les sourcils. J’en profite d’ailleurs pour vous rappeler ces quelques conseils pour le choix d’une paire de lunettes. Profitez bien du soleil ;-)

prix conseillé   $95

sur 80's Purple

Plus d’infos 1 commentaire