10 modèles de chapeaux à connaître

Dossiers le 28 juillet 2014 par Romano Garagerocker

Jusqu’aux années 1950, le chapeau était un accessoire incontournable de la garde-robe masculine. Outre l’aspect pratique pour lequel on le connait aujourd’hui (se protéger du soleil ou du froid), les différents modèles de chapeaux étaient jadis signe de distinction sociale. Au fur et à mesure des années et de l’évolution des modes vestimentaires l’usage du chapeau a décru si bien qu’aujourd’hui son port est exceptionnel. Nous vous proposons aujourd’hui de faire le point sur les principaux modèles de chapeaux à connaêtre :

Trilby

chapeau trilby

Un trilby est un chapeau à bords courts (moins de 5 centimètres) et relevés dont le nom serait issu d’un roman de l’écrivain britannique George du Maurier du même nom paru au en 1894. Son héroïne nommé Trilby portait ce type de chapeau et il n’avait à l’époque pas de nom. Du fait de sa popularité, c’est ainsi que le chapeau fut nommé. C’est aujourd’hui le type de chapeau le plus célèbre et le plus porté. On le trouve en feutre, en cuir comme en paille.

Fédora

fedora chapeau

Comme le trilby, ce type de chapeau provient d’une pièce de théâtre de Victorien Sardou, un auteur français. C’est pour la célèbre des actrices de l’époque qu’il écrit en 1882 la pièce nommée Fédora. Vous l’aurez deviné, lors de son interprétation elle porte ce chapeau aux bords légèrement plus larges que ceux d’un trilby (plus de 6cm) ce qui rendra célèbre ce couvre-chef sous le nom de Fédora. On le connait également sous le nom de Borsalino, qui est en fait la plus célèbre des marques fabricant ce type de chapeau.

Canotier

chapeau canotier

Le canotier est un chapeau de paille à bords plats et à calotte plate orné d’un ruban. Son apparition remonte aux années 1880 ou il devient à la mode après des sportifs afin de se protéger du soleil. L’origine de son nom est floue, selons certains proviendrait des canotiers navigant dans Paris qui portaient ce chapeau. S’il fut adopté par de nombreuses classes de populations au cours de années, il est aujourd’hui signe de détente et exprime une certaine élégance.

Haut de Forme

haut de forme chapeau

Le haut de forme est un chapeau comportant une large et haute calotte cylindrique, un ruban et des bouts recourbés, le tout fait en feutre. Si dès sa création au début des années 1800, il est le signe d’une distinction sociale, il se banalisera aux alentours des années 1930. Il n’est que très peu porté aujourd’hui si ce n’est pour des déguisements ou des célébrations royales.

Chapeau Melon

chapeau melon bowler

Le chapeau melon est reconnaissable par sa calotte arrondie et ses bords courts recourbés. IL fut fabriqué en 1849 par deux chapeliers londonniens nommés Thomas et William Bowler (d’où son nom anglais, bowler hat) pour les garde-chasses afin de protéger leur tête des branches d’arbres basses lorsqu’ils montaient à cheval. Ce type de chapeau est généralement rattaché à la ville de Londres car il faisait partie de l’uniforme de la ville au cours des années 50 et 60. Ses plus illustres adeptes restent Winston Churhill et Charlie Chaplin. Il n’est quasiment plus porté de nos jours.

Panama

chapeau panama

S’il est possible que ce type de chapeau ait existé dès le début des années 1800, on date la popularisation du Panama à la construction de son canal. Lors des travaux, les ouvriers portent alors ce chapeau de paille mou à large bords pour se protéger du soleil. On ne compte plus le nombre de ses illustres porteurs et il reste aujourd’hui très porté, représentant un parfait compromis entre légèreté et élégance.

Chapeau de Cowboy

chapeau cowboy stetson

Le chapeau de cowboy est aujourd’hui resté pratiquement inchangé par rapport à l’original. Nous sommes en 1865 et John B. Stetson se balade dans l’ouest, chassant avec des amis. Pour la blague, il leur montre comment il peut faire une couverture en poils de castor sans la moindre couture. Poussant la rigolade encore plus loin, il façonne un grand chapeau à bords très larges (ils se marraient bien à l’époque). Il se trouvât que l’objet était véritablement efficace pour lutter contre toutes les météos. Ainsi, Stetson se mit à le porter lors de tous ses voyages. Il est généralement fait de feutre.

Béret

beret noir

Bien qu’il fut créé auparavant par des paysans français, on retrace l’origine du premier béret commercialisé au 17ème siècle à Oloron-Sainte-Marie, dans le Béarn. Sa production à plus grande échelle débute officiellement en 1810 dans l’entreprise Beatex-Laulhere de la même ville. A la base, c’est un couvre-chef mou et circulaire fait de laine recouvrant le crane afin de le protéger du froid. Au fil des décennies il deviendra l’image de la France, symbole de chic et du romantisme. Il reste aujourd’hui porté régulièrement dans le Sud-Ouest de notre pays.

Bob

bob chapeau

A l’origine, le “bucket hat” est un chapeau que portaient les fermiers et pêcheurs irlandais afin de se protéger de la pluie, mais ce n’est pas daté. En France, on l’appelle “bob” car les soldats qui vinrent libérer le pays lors de la Seconde Guerre Mondiale étaient surnommés Roberts et portaient ce chapeau. S’il est synonyme de beaufitude extrême dans la plupart des esprit, ce chapeau en coton à bords mous revient. Le bob est tendance pour l’été 2014 !

Sombrero

sombrero cordobes chapeau
Les premiers dessins de cette forme de chapeau dateraient du 17ème siècle. Selon l’histoire, il devint plus rependu à la moitié du 19ème siècle. C’est le chapeau traditionnel de l’Andalousie et il est originaire de la ville de Cordoue, d’où son nom original sombrero cordobés. Son design est proche de celui d’un canotier, avec une calotte plate et de larges bords. Souvent fait de feutre, il n’est aujourd’hui porté que pour des cérémonies particulières telles que les corridas. Son plus illustre adepte est plus connu sous le nom de Zorro !

infographie chapeaux

Plus d’infos 3 commentaires

Dans ma salle de bain #2

Cosmétiques le 27 juillet 2014 par Romano Garagerocker

La dernière fois, c’était Joe qui avait présenté pour la première fois les produits préférés de sa salle de bain (cf article Dans ma salle de bain #1). Pour ce deuxième épisode, c’est à mon tour de vous inviter à pénétrer mon intimité la plus profonde. Cette fois-ci, j’ai fait une sélection de produits que j’utilise au quotidien et qui sont des essentiels cosmétiques à posséder, puis j’y ai rajouté des outils pratiques incontournables au quotidien. Suivez le guide !

salle de bain cosmetiques

1/ Gel nettoyant Zirh

On ne répètera jamais assez à quel point il est important de se laver le visage quotidiennement pour le purger de la pollution et des impuretés qu’il récolte au contact à l’air libre. En cherchant le rapport qualité/prix parfait pour l’acquisition du nettoyant parfait, je suis tombé sur celui proposé par Zirh. Déjà le packaging ne laisse pas insensible avec son tube en aluminium, de plus il est frais et dégage une odeur citronnée pour un effet de fraîcheur garanti. Un must-have ! 21€ pour 250ml chez Mencorner

2/ Blaireau Omega brushes

Car on ne le change pas souvent, avoir un bon blaireau est essentiel, ceux qui se rasent tous les jours le savent ! Omega brushes est une marque qui en propose de très beaux : poils de blaireau véritables, manche taillé dans des matières nobles et différent choix de tailles. Celui-ci est très bien fini avec son manche en résine et il remplit surtout sa fonction à merveille : assouplir la barbe en douceur. 46€ chez Rasage Classique (nouvelle version)

3/ Cire cheveux American Crew

Une cire, dès qu’on a la bonne on la garde. Ma “régulière” c’est la Fiber de chez American Crew. Elle est idéale pour coiffer les cheveux courts en gardant un effet mat et propose une texture à base de fibres. La fixation qu’elle offre est assez forte pour durer toute la journée sans se retrouver avec une coiffure amochée. Un dernier bon point, elle part facilement après le shampoing et croyez moi, il y en a de nombreuses pour lesquelles ce n’est pas le cas. 15,20€ pour 85ml chez Amazon

4/ Après rasage Aesop Maroccan Neroli

On m’a récemment offert cet après rasage de la marque Aesop qui dégage un certain mysticisme. C’est certainement l’image que renvoie leur univers avec des packaging dignes de tubes de laboratoire. Spécialement formulée pour les peaux sensibles et irritées par le rasage, cette crème est rapidement absorbée et agit efficacement pour calmer et hydrater la peau. Formulé avec une combinaison d’ingrédients soigneusement sélectionnés pour leurs propriétés anti-inflammatoires et hydratantes supérieures tels que des extraits de Fleur de Néroli, du Bois de Santal et de Bisabolol, cet hydratant léger laisse la peau douce, apaisée et équilibrée. Enfin, chose primordiale pour un après-rasage, il dégage une merveilleuse odeur vanillée et fruitée. Ce produit est cher ok, mais ça vaut le coup de le tester une fois. 41€ chez Comptoir de l’homme

5/ Fluide hydratant bi-actif Polaar

C’est après la lecture d’un test effectué par Joe en novembre 2010 que j’ai essayé pour la première fois cet hydratant. Il vient de chez Polaar, spécialisé dans les produits à base de plantes qui poussent dans des environnements extrêmement froids. Leur fluide hydratant est fait d’algues arctiques, il a une texture très fine et apporte une sensation de douceur, fraîcheur, tout en protégeant la peau sans donner d’effet brillant. Il pénètre très rapidement ce qui est un plus non négligeable. Merci Joe ! 34,49€ pour 100ml chez Amazon

6/ Pince à épiler Tweezerman

Au bout d’un moment, elle vous dit : “t’en as pas marre de me piquer ma pince en cachette ? Achète-t’en une à toi !” Coup direct dans les attributs masculins les plus importants, il faut se mettre à la recherche d’une pince à épiler pour se débarrasser régulièrement des poils ça et là. Je suis tombé sur Tweezerman (notez qu’il y a quand même “man” dans leur nom) qui a la réputation de faire les meilleures pinces. Corps en plastique et bout en acier, elle ne casse pas le poil et en arrache la racine, ce qui est à mon sens l’atout principal d’une pince à épiler. Depuis, c’est elle qui me l’emprunte… #victoire. 14,95€ chez Douglas

Plus d’infos 7 commentaires

Les meilleurs bars à cocktails à Paris

Sorties le 26 juillet 2014 par Romano Garagerocker

Parce que les bars à cocktails ont envahi la capitale avec plus ou moins de réussite et qu’il serait dommage que vous passiez aux yeux de votre copine pour un ringard qui ne connaît que les mojitos, nous vous proposons aujourd’hui une sélection des bars à cocktails à Paris réalisée par Yann du city guide décalé sur Trip your city. Pour le reste, ce sera à vous de jouer !

L’expérimental, le plus « Mad Men »

Votre indice de séduction : 110 %

Experimental bar 2

Le bar à cocktail qui a remis à la mode les speakeasy dans la capitale depuis quelques années, une légende ! Vous y trouverez tous les ingrédients pour séduire votre muse :

  • Un lieu confidentiel pour la mettre à l’aise et lui susurrer des mots doux.
  • De confortables sofas en cuir vieilli pour vous installer et mettre de côté le stress de la journée.
  • Des cocktails délicieux et pointus où vous pourrez facilement lui conseiller LE cocktail qui lui convient.
  • Une lumière tamisée pour vous rapprocher au meilleur moment…

Bon là si vous n’arrivez pas à la séduire, on ne peut rien faire pour vous à part vous conseiller de prendre pour prendre des cours de style, vous êtes au bon endroit !
Ps : Pour un combo parfait, enchainez avec l’excellent atelier à Burger « Big Fernand » (attention, fermeture à 22h).

Adresse : 37 rue Saint-Sauveur 75002 Paris

L’entrée des artistes, le plus berlinois

Votre indice de séduction : 73 %

entree-des-artistes-bar-paris

Ici on ne se prend pas la tête, bar à la décoration minimaliste dans le pur style Berlinois, l’Entrée des artistes se concentre sur la qualité de ses produits. Vous y dégusterez d’excellents cocktails en grignotant par exemple une burrata et/ou du jambon de bœuf de Galice. Un lieu simple mais terriblement travaillé : un lieu pour bobo quoi !

Adresse : 8 Rue de Crussol 75011 Paris

La Conserverie, le plus post-industriel

Votre indice de séduction pendant l’été : 84 %

bar la conserverie paris

Dans un cadre poste industriel composé d’une lumière tamisée et de gros canapés de récup’ rappelant l’ambiance des lofts New-Yorkais, vous serez forcément surpris par les créations de Joseph, maître reconnu en “mixologie”, qui ne se fixe aucune limites pour marier des saveurs inattendus : épices, herbes aromatiques, légumes, bouillons salés…
Vous pourrez également vous ressourcer avec des bentos (une des spécialités du lieu) et tapas pour accompagner votre cocktail : idéal pour prolonger votre début de soirée ! Un lieu habituellement très prisé mais que nous vous recommandons de découvrir à deux pendant la période estivale où Paris est déserté.

Adresse : 37 Rue du Sentier 75002 Paris

The Bistrologist, le plus Champs-Elysées

Votre indice de séduction : 80 %

bistrologist-paris

Bistrot chic installé en plein cœur du 8ème c’est le bar idéal pour aller boire un cocktail et vous ressourcer après la session shopping de votre copine américaine sur les Champs- Elysées. Plus de 20 cocktails à la carte concoctés par le beau gosse Adrien Spiegel (un ex du café Chic), attention quand même à ce que votre copine ne reste pas boire quelques cocktails sans vous ! Le petit plus qui fait la différence : la terrasse qui est prise d’assaut pendant l’été !

Adresse : 16 Avenue de Friedland 75008 Paris

Badaboum, Le plus garçonnière

Votre indice de séduction : 95 %

badaboum secret room

Club branché et électro ouvert il y a moins d’un an, le badaboum offre aussi la possibilité de privatiser à l’étage une secret room. Véritable « garçonnière », composé d’un petit salon avec un canapé, un lit et un frigo, ce lieu atypique vous permettra de jouir en toute tranquillité de votre moitié autour d’un excellent cocktail dont la carte se compose de créations imaginées par le mixologue Nicolas Dieudonné. Un lieu atypique et branché, idéal pour en mettre plein la vue à votre copine Fashionista !

Adresse : 2 bis Rue des Taillandiers 75011 Paris

Le Lockwood, le plus souterrain

Votre indice de séduction : 90 %

bar-lockwood-paris

Récemment ouvert, le Lockwood vous séduira par son double effet KissCool :

  • 1er effet KissCool : Profitez de l’atmosphère détendue au rez-de-chaussée en buvant un bon café et en dégustant un des nombreux desserts dignes des meilleurs salons de thé dont le Muffin au chocolat blanc et noir où l’excellent pain perdu qui nous a fait craquer. Idéal pour un premier rendez-vous qui n’en a pas l’air !
  • 2ème effet KissCool : Enivrez-vous à deux ou à plus au sous-sol du Lockwood récemment élu bar Français le plus influent (Cocktail Spirits Awards 2014). Pour plus d’intimité, demandez à privatiser l’une des alcôves…Idéal pour une soirée Eyes Whide Shut !

Adresse : 73 Rue d’Aboukir 75002 Paris

Retrouvez chaque mois un city guide décalé sur http://tripyourcity.com, la web-série qui part chaque mois à la découverte des coups de cœur de sa communauté !

Plus d’infos 2 commentaires

Protège lunettes When I Was Seventeen

When I Was Seventeen est une marque créée par Régis Dajczman. L’adolescence est une période qui nous a tous marqué. Une période où l’on vit intensément chaque découverte, chaque rencontre, chaque passion. Une période que l’on pensait éternelle et qui nous a tous laissé des souvenirs indélébiles. Il y a des dates qui nous marquent plus que d’autres. Pour Régis Dajczman, il s’agit du 18 juin 1987. Il a alors 17 ans, il se passionne pour le Rock, celui de David Bowie, Blondie, Jim Morrison, Roxy Music, et le cinéma, tout particulièrement lorsque le grand Clint Eastwood est à l’affiche. C’est en s’inspirant de ses icones et de ses souvenirs qu’il créé une première collection de t-shirts puis d’accessoires signées “When I Was Seventeen”.

Protege lunettes

Régis Dajczman aime le design industriel et le travail du cuir. Cette idée que le design doit servir l’homme, qu’un accessoire se doit d’être pratique et esthétique. C’est ainsi qu’il a notamment imaginé un protège lunettes qu’il a baptisé la libellule. Une alternative aux traditionnels étuis qui permet de protéger ses verres et maintenir les branches de sa monture dans un minimum d’encombrement. Cette pièce de cuir qui dépliée a la forme d’une libellule se décline dans plusieurs teintes du noir au marron en passant par le bleu, le rouge et l’orange. Il s’agit d’un cuir épais et naturel destiné à rapidement se patiner pour un rendu encore plus unique.

Protege lunettes When I Was seventeen

Les lunettes se positionnent comme illustré plus haut en glissant les branches dans les encoches prévues à cet effet de part et d’autre. On referme ensuite la deuxième aile de la libellule, on plie les branches et on les maintient grâce à un lien en cuir qui les protège ainsi des éventuels chocs. Le protège lunette prend peu de place, il peut être rangé dans un sac ou dans une poche. C’est simple, c’est pratique, c’est beau, l’accessoire parfait ! Précisons par ailleurs qu’il est fabriqué à la main en France. Bref, on ne peut que vous le recommander ! Mention “Testé & approuvé”

When I Was seventeen

prix conseillé   59€

sur L'Exception

Plus d’infos 8 commentaires

Les meilleures applications de rencontre sur mobile à connaitre

Ce n’est pas nouveau, tout le monde en a déjà entendu parler et ce n’est visiblement pas près de s’arrêter car les applications de rencontre ne cessent de pulluler. Plus qu’un simple phénomène de mode ces nouveaux joujoux changent totalement nos habitudes sociales en matière de drague. Une chose est sûre, si nos grand-parents apprennent la nouvelle, d’une, ils ne comprendront pas le principe du premier coup, mais surtout ils seraient une fois de plus outré par le comportement “anormalement étrange de la jeunesse d’aujourd’hui”. Pour une fois, ils n’auraient pas vraiment tord car grâce à ces applications il est désormais aussi facile et rapide de rencontrer une fille dans le bar d’à côté que de commander une pizza. Fini les correspondances par courrier, les sérénades nocturnes sous la fenêtre de votre dulcinée et les parades nuptiales en discothèque, tous à vos téléphones c’est parti pour choper !

date-rencontre-couple

Pourquoi utiliser une applications pour draguer ?

La première question que l’on peut se poser, même si elle est plus ou moins évidente, c’est Pourquoi avoir recours à une application mobile pour faire des rencontres?. Plusieurs réponses mais la première est bien sûr la facilité ! Fini les sorties chez les amis puis en boîte de night pour essayer de rencontrer une fille. Vous risquez plus de vider votre compte en banque avec les différentes tournées que de repartir accompagné. De plus l’éclairage des bars et autres lieux de nuit est souvent médiocre et/ou flatteur et la déception est rude à la lumière du jour. Aujourd’hui notre travail nous prend de plus en plus de temps, les transports nous épuisent, on a pas forcement le temps et l’envie de sortir boire un verre pour chasser la gazelle. C’est là que les applications sont appréciables. Le cul calé au fond du canap’ vous pouvez ainsi faire votre marché et peut-être inviter une jeune fille à sortir mais plus tard. Au travail, à un diner, en vous brossant les dents, avant d’aller dormir, bref, partout et n’importe quand vous pourrez draguer comme bon vous semble.

Amused man lying on the sofa sending a text message
Pour les plus timides d’entre nous le virtuel a toujours aidé ; l’approche est clairement simplifiée. Quant aux plus vilains (sans photos de profil donc) c’est l’occasion de savoir si vous pouvez plaire à une fille malgré votre physique peu avantageux… sachant qu’il y a des limites puiqu’il faudra bien un jour passer au réel ! Pour le côté pratique, n’oublions pas de parler de la géolocalisation ! Presque toutes les applications s’en servent et c’est la force majeure du principe. Draguer via votre mobile oui mais près de chez vous en plus ! Vous pouvez affiner vos recherches pour trouver des profils proches de chez vous ou de vous suivant l’endroit ou vous êtes. Bref, ces applications sont juste le reflet de notre société de consommation, ou chaque individus consomme de plus en plus, sauf qu’ici le produit c’est l’homme. On prend, on teste, on jette ou on garde puis on jette et on recommence, un cercle vicieux… le cercle de la vie amoureuse ?

5 applications mobiles pour choper

Pour un verre, une nuit, un mois, un an ou pour la vie voici 5 applications pour votre mobile qui vont vous faciliter la vie pour choper !

Badoo

application-mobile-badoo
Créé en 2006 par le russe Andrey Andreev, Badoo est un site de rencontre sur le net qui compte aujourd’hui plus de 216 millions de membres. En 2011, Badoo est le premier site de rencontre à lancer son application. Le principe est le même que sur le site vous pouvez rencontrer des gens proches de vous ou non. Pour l’inscription vous pouvez vous connecter avec votre compte badoo ou facebook ou créer un profil. Vous pouvez affiner vos recherches avec des centres d’intérêt communs.

Le site : www.badoo.com

BonjourBonjour

application-rencontre-mobile-bonjour-bonjour
BonjourBonjour a vu le jour en 2013 d’après une idée de Rasmus Michau, une figure incontournable des nuits parisiennes. Le principe est un peu de savoir qui se trouve dans le quartier pour sortir dans le coin. Des profils proches de vous vous sont proposés, envoyez leurs un “bonjour” et si celui-ci est accepté BANCO la discussion peut débuter ! Vous pourrez ainsi découvrir ce que les utilisateurs font et où ils sont par curiosité ou pour s’informer de ce qu’il se passe près de vous.

Le site : www.bonjourbonjour.net

Happn

application-mobile-rencontre-happn
C’est l’une des dernières en date et elle est française : Happn. L’idée est originale puisque c’est un peu la version 3.0 du courrier du coeur. Combien de fois vous avez croisé une jolie fille dans la rue ou le métro sans oser l’aborder ? Avec Happn et la géolocalisation c’est presque possible. En effet l’application vous propose des profils que vous avez croisé de plus ou moins près dans la journée et ensuite si vous vous plaisez vous avez un “crush” et vous pourrez dialoguer.

Le site : www.happn.fr

Lovoo

application-mobile-rencontre-lovoo
Cette application a vu le jour en Allemagne en 2011 et 8 mois plus tard elle entre dans le top 5 des applications mobiles les plus téléchargées chez nos voisins allemands. Le fonctionnement de cette application est aussi basé sur la géolocalisation. Apres avoir renseigné votre profil elle vous propose d’entrer en contact avec des membres proches de vous. Vous pourrez ainsi discuter, appliquer des fltres à vos photos ou checker votre popularité.

Le site : www.lovoo.com

Tinder

application-mobile-rencontre-tinder
On garde le meilleur pour la fin j’ai nommé… Tinder ! C’est l’application la plus populaire du moment, tout le monde en parle et/ou l’utilise ou l’a utilisé ou s’est caché de l’avoir utilisé. La petite start-up américaine lancée en septembre 2012 souhaite rester discrète sur les chiffres mais on sait que les utilisateurs se compte en millions et que l’application pèserait autour de 500 millions de dollars, un véritable succès ! Disponible sur Androïd et Iphone pour commencer rien de plus simple, utilisé votre compte facebook, c’est obligatoire mais rassurez-vous rien ne sera affiché sur votre mur FB. Après avoir choisi vos photos, remplissez votre profil et vos préférence de recherche et c’est parti ! Les profils (une ou plusieurs photos, un nom, un âge, une distance) défilent et à vous de les faire glisser à droite si vous aimez ou à gauche si vous n’aimez pas. Quand les deux profils ‘”s’aiment” c’est un MATCH ! Vous pouvez alors entamer une conversation.

Le site : www.gotinder.com

On aurait aussi pu citer…

x Adopte un mec
x Attractive World
x Blender
x eDarling
x Flurv
x Gleeden
x Meetic
x MeetMe
x Qeep
x Skout
x Tiilt
x Zoosk

Plus d’infos 8 commentaires
  1. Pages:
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. ...
  10. 588