Choisir des baskets blanches pour homme

Les baskets blanches ou « tennis » font partie de ces pièces qui ne se démodent jamais, de celles qui malgré les époques ont perduré. Depuis son éclosion, dans les années 50 elle a traversé les époques sans prendre une ride et demeure une valeur sure en terme de style. En effet, la tennis blanche se fond dans toutes les tenues et se prête à toutes les occasions. A ce titre, nous avons souhaité faire état de ce que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui en présentant dans un grand comparatif, 10 paires sélectionnées et notées selon des critères particuliers par un comité exceptionnel. Voici donc notre comparatif de 10 baskets blanches pour homme.

Baskets blanches homme

Histoire

Si les baskets, ou tennis ou chaussures servant à la pratique de tout sport sont longtemps restées dédiées à chausser l’homme lorsqu’il se prêtait à une activité physique, c’est dans les années 1950 que l’on commença à les utiliser hors contexte sportif. C’est également lié à la médiatisation de sports qui ont acquis leur popularité à cette époque comme le tennis ou le basketball. Ainsi, voyant que les athlètes devenaient de vrais modèles pour les populations, les fabricants apposèrent leur logo sur les baskets que l’on voyait à la télévision et inclurent les athlètes dans le processus de fabrication des chaussures qu’ils allaient porter.

baskets blanches comparatif

La basket blanche

En préambule de ce comparatif, il nous semble important de détailler certains points faisant la qualité des baskets que nous portons. Car vous allez le voir, les moeurs en matières de fabrication et d’exigences du consommateur ont considérablement évolué avec le temps. Parallèlement, le marché a vu naître de nombreuses nouvelles marques proposant un produit de qualité supérieure grâce à des exigences de production élevées. Ainsi, à quoi reconnait-on une bonne basket aujourd’hui ?

choisir-baskets-blanches

Le cuir

Une basket aussi sportive soit-elle est avant tout un type de chaussures fait en cuir. C’est donc la matière que l’on trouve le plus en abondance et il a une importance toute particulière quant au rendu général du produit. Ainsi, savoir reconnaître un bon cuir est primordial lorsqu’on souhaite se montrer vigilant sur la qualité de ses baskets. Comment est son grain ? Est-ce que son aspect ne fait pas trop synthétique ? Est-il trop brillant ? Sent-il bon ? Est-ce qu’il est susceptible de marquer ? Sont autant de questions qu’il faudra se poser au moment de l’achat. Sa provenance, le type d’animal dont il est issu auront également leur importance.

finitions-baskets-national-standard

La semelle

Toute chaussure est faite d’une semelle (sinon on marcherait pieds nus). Alors que longtemps la démocratisation des baskets a fait que les gens n’étaient pas soucieux de la qualité de leurs semelles, une nouvelle classe de consommateurs et de créateurs ont cherché à faire monter leurs produits en gamme dans la seconde moitié des années 2000. Comme pour une chaussure formelle, il existe aujourd’hui différentes qualités de semelle. La plus réputée d’entre elles est sans nul doute un modèle de chez Margom, un fabricant italien spécialisé dans le moulage et le travail du caoutchouc qui a réussi à développer un produit durable et esthétiquement minimaliste. Aujourd’hui, la plupart des marques proposant des baskets haut-de-gamme équipent leurs produits avec des semelles Margom, même si quelques exceptions existent.

semelle-margom-baskets-qualite

Les finitions

Lorsqu’on porte un pull en laine, on n’aime généralement pas avoir des fils qui dépassent de partout. C’est la même chose pour les baskets et leurs finitions. En effet, des points de coutures nets, réguliers et resserrés, des découpes de cuir bien droites et sans bavures, une semelle cousue et des détails soignés inhérents à chaque marque entrent en ligne compte dans l’achat de toute paire quelle qu’elle soit. Le niveau des finitions dépendra en partie du lieu de fabrication des baskets et pourra également justifier un prix plus élevé.

details-semelle-basket-qualite

Les lacets

Cela peut sembler évident, mais il faut souligner que les lacets ont une part importante dans le rendu final des baskets. Généralement, les modèles haut de gamme préfèrent des lacets en coton ciré, leur prodiguant une certaine rigidité et cet aspect aux reflets légèrement brillants. Mais attention, ils ne pourront pas s’adapter à tous les styles. L’épaisseur sera également un élément important sur ce point.

lacets-cire-baskets

Notre comparatif

Pour les biens de ce sujet, nous avons sélectionné diverses paires de baskets blanches en variant les styles, les marques et la gamme de prix afin d’avoir un reflet de ce que l’on peut trouver sur le marché. Aussi, dans un soucis d’uniformité, nous n’avons sélectionné que des modèles en cuir. Car la plupart des marques de prêt-à-porter s’y essayent, il était évidemment impossible de se les procurer toutes. Il a donc fallu faire des choix et se passer de certains modèles. Pour chaque paire, un comité de 4 experts a été réuni afin de déterminer des notes sur la finition des modèles et leur confort. Ainsi, nous avons obtenu une moyenne globale pour chaque. Entrons sans plus tarder dans le coeur du sujet avec nos 10 modèles de baskets blanches passées au banc d’essai.

Adidas

Modèle testé : Stan Smith

Il était impossible d’oser aborder un tel sujet sans y faire figurer la « king » de la basket blanche, celle à qui tous les autres modèles doivent quelque chose. Bien entendu, c’est de la Stan Smith dont nous parlons ici. Fort de sa ressortie en 2014, ce modèle est désormais aux pieds de la plupart des personnes portant des baskets blanches. La tige est réalisée en cuir et montée en collé sur une semelle en gomme. Sur les côtés, on trouve les fameuses perforations imageant les trois bandes de la marque. Au niveau du talon, l’empiècement en cuir comportant le logo Adidas est généralement coloré, mais nous avons choisi une déclinaison toute blanche. On lui retrouve néanmoins toutes les caractéristiques du modèle classique. Enfin, l’intérieur est doublé et rembourré en textile pour un meilleur confort de port.

Adidas Stan Smith portées

Adidas Stan Smith dessus

Globalement, le design de la Stan Smith est inimitable et sert de référent à de nombreux modèles de baskets blanches. C’est quasiment devenu un générique ! Pour son cuir, Adidas a utilisé des peaux assez souples de qualité moyenne au grain relativement fin. L’ensemble des finitions sont plutôt bien réalisées, mis à part la semelle tout au long de laquelle on trouve quelques résidus de colle. Enfin, si au niveau confort, la Stan Smith reste sans égal (c’est une vraie pantoufle), visuellement, elle semble vite pataude sur les grands pieds (testée en taille 45).

Design 4 Stars (4 / 5)
Cuir 2.5 Stars (2.5 / 5)
Semelle 2 Stars (2 / 5)
Finitions 3 Stars (3 / 5)
Confort 5 Stars (5 / 5)

Prix : 89,95€ chez Menlook

Axel Arigato

Modèle testé : Clean 90s

Axel Arigato fait partie de ces nouvelles marques spécialisées dans la basket. Leur credo : proposer des produits de créateur sur un créneau de luxe abordable avec des prix moyens aux alentours de 150€. Leur gamme est plutôt vaste et on y trouve de multiples coloris. C’est la Clean 90 qui a été choisie pour ce test avec son design très minimaliste. En effet, difficile de trouver un modèle comportant aussi peu de détails, ce qui en un sens est une qualité. Pour la tige Axel Arigato a choisi un cuir de veau lisse d’un blanc immaculé et scellé du logo de la marque doré à l’extérieur de chaque pied. Au talon, on trouve un renfort de cuir soigné, toujours en ton sur ton. A l’intérieur, c’est une doublure en cuir retourné rembourrée qui a été choisie pour ce modèle. La semelle quant à elle s’affiche tout en originalité avec ses crans s’étalant sur tout le long.

Axel Arigato Clean 90s portées

Axel Arigato Clean 90s dessus

De nos jours, sortir des produits aussi minimalistes est une valeur sûre auprès des amateurs. Cette Clean 90 semble avoir été imaginée pour en jeter visuellement avec son cuir au grain fin et légèrement brillant. En parcourant le modèle des yeux, rien ne dépasse que ce soit au niveau des différentes coutures de la tige ou celles de la semelle. A ce propos, Axel Arigato s’est fourni chez Margom, comme la plupart des marques proposant des baskets de luxe, car leurs produits ont fait leurs preuves niveau longévité et confort. D’ailleurs, une fois aux pieds, il faut quand même les « casser » afin de s’y sentir à l’aise, mais attention, contrairement à d’autres, les produits de la marque ne sont pas pensés pour le sport. Enfin, la présence de lacets cirés plutôt que classiques aurait été souhaitée au vu du prix.

Design 4.75 Stars (4.75 / 5)
Cuir 3.5 Stars (3.5 / 5)
Semelle 4.75 Stars (4.75 / 5)
Finitions 5 Stars (5 / 5)
Confort 3 Stars (3 / 5)

Prix : 180€ chez Axel Arigato

Bexley

Modèle testé : Inglewood

Après quelques années d’attentes, le roi de la chaussure formelle aux tarifs dégressifs s’est enfin lancé dans la basket. En effet, Bexley a sorti pour la rentrée 2015 son modèle Inglewood. C’est une paire au premier abord respectant tous les codes des classiques du genre. Ainsi, on la voit réalisée de manière assez simple, dans un cuir de vachette blanc au grain régulier et finie par un empiècement en cuir retourné marron au niveau du talon. A vrai dire, Bexley a apposé à cette Inglewood tous les ingrédients faisant le succès de ses modèles formels : simplicité, qualité de fabrication et choix de matières.

Bexley Inglewood portées

Bexley Inglewood dessus

Effectivement, cette basket s’affiche tout en simplicité avec sa silhouette fine et élancée. Ce qui est remarquable, c’est surtout qu’avec son savoir faire, la marque parvient à proposer un produit à la semelle cousue à un tel prix, se démarquant de ses concurrents directs. Pour le reste, on constate un niveau de finition moyen par rapport aux restes des modèles testés, avec des découpes de cuir pas totalement nettes mais des points de coutures bien exécutés. La semelle quant à elle est parfaitement montée. Aux pieds, on s’y sent à l’aise dès le premier chaussage et les baskets ont fière allure. Dommage que les lacets aient été choisis si basiques et si épais. Ce n’est certainement pas la paire rêvée, mais une basket à la semelle cousue et produite au Portugal proposée à ce prix, difficile de faire mieux.

Design 3.25 Stars (3.25 / 5)
Cuir 3 Stars (3 / 5)
Semelle 3 Stars (3 / 5)
Finitions 2.5 Stars (2.5 / 5)
Confort 3.5 Stars (3.5 / 5)

Prix : 79€ chez Bexley

Buttero

Modèle testé : Tanino

Buttero est une marque italienne familiale créée en 1974 en Toscane par Mauro Sani. Positionnés dans le haut de gamme, leurs produits jouissent d’une certaine réputation auprès des amateurs de belles baskets pour leur fabrication de qualité et le style inimitable de la marque. Car oui, c’est bien la raison principale pour laquelle on se dirige vers Buttero, ce côté authentique et contemporain à la fois. D’ailleurs la première fois que l’on voit une de leurs baskets de ses propres yeux, impossible de ne pas être conquis. La Tanino que nous avons eue entre les mains et leur best-seller qu’ils déclinent chaque saison dans de nouveaux coloris. Il ne faut pas très longtemps pour constater que les artisans de leurs usines de Florence réalisent un vrai travail d’orfèvrerie.

Buttero Tanino Portées

Buttero Tanino dessus

A première vue, la Tanino semble comme tout droit sortie d’un musée de cire. Ceci est plus la conclusion d’un tout plutôt que du à une caractéristique particulière. Le cuir utilisé par Buttero est quasiment dans son état naturel, il est épais, moyennement rigide et fini d’un blanc mat, puis contrasté par l’emploi d’une semelle crème, une nouvelle fois provenant de chez Margom. Par ailleurs, remarquons qu’à certains endroits cruciaux reliant certains pans de cuir à cette dernière, il y a du jeu bien qu’elle reste parfaitement cousue. Une autre particularité sont ces lacets en cuir similaires à ceux des chaussures bateaux, ornés d’oeillets dorés et descendant très bas sur les orteils, donnant cette forme très atypique que l’on retrouve sur la plupart de leurs modèles. Alors que leur forme peut sembler plate, cet effet s’estompe aux pieds et l’absence de doublure ne se remarque quasiment pas grâce à la qualité du cuir utilisé.

Design 4.25 Stars (4.25 / 5)
Cuir 4.5 Stars (4.5 / 5)
Semelle 3.75 Stars (3.75 / 5)
Finitions 4 Stars (4 / 5)
Confort 4 Stars (4 / 5)

Prix : 245€ chez Menlook

Common Projects

Modèle testé : Achilles

En 2004, deux amis vivant à New-York, Flavio Girolami et Peter Poopat, créent une marque sous le nom de Common Projects. A la base, n’ayant pas d’idée précise sur la tournure que prendrait leur aventure commune, il exprime avant tout le désir de débuter un projet autour de leur passion pour l’art. De fil en aiguille, ils se tournent vers un univers tout autre avec pour but de réaliser les chaussures dont ils avaient jusque là rêvées. Naîtra ainsi cette marque de baskets qui deviendra rapidement une des préférées des amateurs pour son style minimaliste, sa fabrication respectant des standards très haut de gamme et son image de luxe. Faites à la main en Italie dans les meilleurs cuirs, les produits Common Projects seront les premiers à faire valoir la durabilité des fameuses semelles Margom.

Common Projects Achilles blanches portées

Common Projects Achilles achilles low white

Le modèle Achilles est l’historique de la marque et reste leur best-seller à ce jour. A ce titre, il devait forcément figurer dans ce comparatif. Face à sa popularité, on pourrait quasiment affirmer que sa forme est devenue aussi générique que celle d’une Stan Smith, modèle mythique dont il est inspiré à la base. D’ailleurs, la Achilles sert de base à de nombreuses marques qui se lancent sur un créneau de basket haut de gamme. Les raisons sont avant tout sa construction sans faille. Le cuir utilisé est lisse, souple, au grain assez fin, mais ne marque pas excessivement dès les premiers ports. La semelle est cousue méticuleusement à la main, sans que rien ne dépasse et l’intérieur doublé de cuir retourné pour un meilleur confort. Cette basket se voit agrémentée ensuite de détails luxueux : lacets en coton ciré, le fameux numéro de série doré sur l’extérieur du talon, et un style épuré à souhait. Une fois aux pieds, on sent bien qu’on pourrait les mettre avec n’importe quoi et qu’elles s’associeraient sans fausses notes. Les seuls hics reste le chaussant, un peu trop rigide, méritant de passer deux/trois bonnes journées de marches à souffrir, et bien évidemment le prix prohibitif souhaité par les créateurs. Pour le reste, la Achilles et devenu un classique indémodable que l’on garde aisément plusieurs années (les miennes ont désormais trois ans, et sont encore en bon état !)

Design 4.5 Stars (4.5 / 5)
Cuir 4.75 Stars (4.75 / 5)
Semelle 4.75 Stars (4.75 / 5)
Finitions 0 Stars (0 / 5)
Confort 3.75 Stars (3.75 / 5)

Prix : 330€ chez Mr Porter

M Studio

Modèle testé : Ronan

Lancée en 2015, toute marque privilégiant des collections centrées autour de pièces basiques se doit de proposer un modèle de basket blanche. Cette année, M Studio a donc franchi le pas en sortant son modèle Ronan avec comme maître mot « épuré ». En effet, la première impression laissée par cette paire, c’est son côté très « plus blanc que blanc ». La marque lui a choisi un cuir italien à l’aspect plutôt brillant avec des lacets en coton classiques. On ne trouve ainsi que peu de détails sur la tige qui ne comporte pas d’oeillets et seules quelques coutures au niveau des lacets, des chevilles et d’un empiècement au talon viennent habiller ce modèle.

M Studio Ronan portées

M Studio Ronan dessus

Le niveau de finition reste correct avec cette semelle cousue et un intérieur doublé de cuir et rembourré au niveau des chevilles pour plus de confort. D’ailleurs, leur forme qui semble peut être trop élancée de prime abord se révèle plutôt agréable une fois les chaussures aux pieds. Le chaussant quant à lui est légèrement rigide, même malgré le choix d’un cuir plutôt souple mais la basket gagne en confort à chaque port.

Design 3 Stars (3 / 5)
Cuir 3 Stars (3 / 5)
Semelle 3 Stars (3 / 5)
Finitions 3 Stars (3 / 5)
Confort 3.5 Stars (3.5 / 5)

Prix : 129€ chez Menlook

National Standard

Modèle testé : Edition 3

Depuis sa création en 2010, la marque française National Standard semble s’être définitivement installée dans le paysage des noms de la sneaker haut de gamme. Les clés de son succès : proposer des produits à la fabrication de qualité dans un style minimaliste et dans des prix à la limite du luxe. Parmi les nombreux modèles que propose National Standard, nous avons jeté notre dévolu sur la Edition 3 et son bout droit rapporté « cap toe » similaire à ce que l’on trouve sur une richelieu. C’est d’ailleurs son signe distinctif majeur au niveau de la forme, lui donnant ce côté visuellement très arrondi et habillant une tige qui aurait pu être trop épurée. Pour le reste, la marque a choisi de faire apparaître son logo sur la languette et au niveau du talon dans une finition argentée pour un modèle sans oeillets.

National Standard Edition 3 portées

National Standard Edition 3 dessus

L’intérieur de cette Edition 3 est fini de manière classique dans ce créneau de prix, doublé en cuir et renforcé par du cuir retourné au niveau du talon et de la languette. Niveau semelle, National Standard a fait confiance aux produits Margom et leur gage de qualité désormais avéré. Elle est donc cousue dans l’atelier de la marque au Portugal. Généralement, les finitions de cette basket sont parfaites : des points de coutures nets et resserrés, un cuir épais au très beau grain, tout tient en place et rien ne dépasse ! Cette impression de qualité est d’autant plus amplifiée lorsqu’on chausse la paire. En effet, leur forme est une de mes préférées de la série et le modèle est très confortable, si bien que l’on pourrait les porter toute une journée dès la première fois. C’est un must-have.

Design 4.25 Stars (4.25 / 5)
Cuir 4.5 Stars (4.5 / 5)
Semelle 4.5 Stars (4.5 / 5)
Finitions 5 Stars (5 / 5)
Confort 4 Stars (4 / 5)

Prix : 195€ chez L’Exception

Nike

Modèle testé : Tennis Classic AC

Si Adidas a sa célèbre Stan Smith, Nike possède lui aussi dans ses rangs une paire de tennis digne de ce nom. Ce modèle, c’est la Tennis Classic AC, inspiré des chaussures de tennis des années 60, et elle n’a rien à envier à ses concurrentes. Si elle est habituellement reconnaissable par son empiècement coloré au talon, nous l’avons sélectionnée dans son coloris 100% blanc. Le modèle garde néanmoins toutes ses caractéristiques originelles : une tige en cuir au grain assez épais, une semelle texturée avec renfort au niveau des orteils, et une languette en mesh. Seuls les lacets diffèrent, choisis dans ce tissu très fin, synthétique et bicolore. Dans l’ensemble, le modèle a une allure assez atypique par rapport à ce que l’on trouve habituellement chez Nike, dans le sens qu’il est beaucoup plus minimaliste.

Nike Tennis Classic AC portées

Nike Tennis Classic AC dessus

Lorsqu’on s’approche de plus près, on peut constater l’ensemble des finitions de cette Tennis Classic AC. Tout semble bien en place au niveau des coutures, qu’elles soient décoratives ou utiles à la structure de la chaussure. La ou le bât blesse, c’est tout au long de la semelle. En effet, on voit ici apparaître des traces de colles ayant débordé lors de son montage. Pour le reste, le modèle affirme son caractère niveau style et reste caractéristique de la marque. Aux pieds, c’est vraiment très confortable et on apprécie sa légèreté ainsi que sa forme assez fine.

Design 3 Stars (3 / 5)
Cuir 2.5 Stars (2.5 / 5)
Semelle 1.25 Stars (1.25 / 5)
Finitions 2.5 Stars (2.5 / 5)
Confort 4 Stars (4 / 5)

Prix : 85€ chez Menlook

Piola

Modèle testé : Ica

Si vous nous suivez depuis un certain temps, vous savez à quel point nous apprécions les produits Piola et surtout leur basket Ica, au point de vous l’avoir proposée en édition limitée en 2014. Si le modèle était déjà très qualitatif, la marque a souhaité monter en gamme et en modifier légèrement les caractéristiques au fil du temps. Parmi les nombreux coloris disponibles, ils présentent cet indispensable en version blanche. Au premier abord, la Ica a un bout très arrondi et un style plus casual, là ou d’autres misent sur la carte du minimalisme. Elle présente cette semelle blanc cassé contrastant avec le reste et lui conférant un certain caractère. Pour le reste, la Ica reprend la recette qui a fait son succès : lacets cirés, semelle cousue en caoutchouc sauvage d’Amazonie, logo gravé au niveau du talon et de la languette pour une fabrication au Portugal.

Piola Ica portées
Piola Ica dessus

En la parcourant, cette Ica propose des finitions à la hauteur de son prix. En effet, les découpes, coutures et autres points de finition sont parfaitement réalisés, puis la semelle est montée proprement. Notons que l’intérieur n’est pas doublé, mais que la marque a choisi un cuir blanc plutôt souple et au grain fin et régulier. Cela se ressent lorsqu’on les porte et on s’y sent immédiatement comme dans un chausson. Une fois aux pieds, leur forme parait bien moins arrondie. A vrai dire, c’est une de mes préférées !

Design 4 Stars (4 / 5)
Cuir 3.5 Stars (3.5 / 5)
Semelle 4 Stars (4 / 5)
Finitions 4 Stars (4 / 5)
Confort 4 Stars (4 / 5)

Prix : 150€ chez Piola

Reebok

Modèle testé : Classic

Voici un autre classique qui devait absolument figurer dans ce comparatif : la Reebok NPC II, plus connue sous le nom de Reebok Classic. Sortie dans les années 80 comme une chaussure multisport, elle est vite devenue un des modèles favoris des amateurs de baskets et fait désormais partie des grands classiques de la basket blanche. Sur le papier, elle a tout pour plaire avec son design très arrondi, sa semelle caractéristique et son logo brodé sur la tige. Pour sa confection, Reebok choisit un cuir a l’aspect lisse, des lacets en coton épais et une languette en mesh. L’intérieur se voit lui doublé de toile et rembourré tout autour de la cheville pour le confort et le maintien du pied.

Reebok Classic portées

Reebok Classic dessus

Lorsqu’on se rapproche, on peut constater que cette NPC II n’a rien à envier à ses concurrentes. Sa semelle bien qu’ornée de coutures décoratives reste néanmoins collée, mais les finitions sont propres. Le cuir a bel aspect mais semble marquer rapidement. Reebok a soigné l’essentiel avec des coutures parfaitement exécutées. D’un point de vue général, le modèle comporte peut être un peu trop de signes et de logos, d’autant plus qu’ils sont choisis en couleur, mais cela fait partie de son style au fond. Aux pieds, le chaussant est hyper confortable grâce aux multiples rembourrages. La forme quant à elle est légèrement trop pataude à notre goût (d’autant plus quand on a des grands pieds), élément renforcé par le poids certain de ce modèle.

Design 4 Stars (4 / 5)
Cuir 3 Stars (3 / 5)
Semelle 2 Stars (2 / 5)
Finitions 3.25 Stars (3.25 / 5)
Confort 3.5 Stars (3.5 / 5)

Prix : 75€ chez Menlook

Zespa

Modèle testé : ZSP4

Zespa est une marque française existant depuis 2009, néanmoins leur première collection de baskets n’est parue que pour l’année 2015. Et les trois créateurs aixois ont souhaité faire les choses bien en misant sur du haut de gamme. Notamment avec leur modèle phare, la ZSP4 qu’ils proposent dans de nombreux coloris, dont une majorité de blanc aux variations diverses. Pour tous la fabrication est effectuée en France, chose plutôt rare justifiant un peu plus leur présence dans ce comparatif. La ZSP4 n’est pas tout à fait blanche mais plutôt « cassée » et se présente sous une forme classique avec un bout tout à fait arrondi. Sa particularité de style majeure est sans nul doute la languette choisie en vipère avec un rappel au talon, conférant à ce modèle son côté luxueux et raffiné. L’intérieur est doublé en cuir avec un empiècement retourné tout au long du talon. Enfin, la semelle est cousue à la main.

Zespa ZSP4 portées

Zespa ZSP4 dessus

Cela saute aux yeux, les Zespa sont bel et bien des baskets de luxe et on s’en aperçoit lorsqu’on les parcourt des yeux. Les finitions sont de grande qualité et on ne voit aucun fil dépasser sur l’ensemble, ni aucune découpe mal exécutée. Le cuir choisi par la marque est également à la hauteur, il est fin et rigide avec un superbe aspect. Si Buttero fait un travail d’orfèvre, celui de Zespa est plus en finesse, plus concret et va à l’essentiel tout en ajoutant une touche originale. Aux pieds, cette forme somme toute générique fait une nouvelle fois preuve d’efficacité extrême, sans faire de chichis, mais il s’avère que le chaussant est très rigide et qu’il faudra plusieurs ports pour s’y sentir à l’aise toute une journée.

Design 4.75 Stars (4.75 / 5)
Cuir 4.5 Stars (4.5 / 5)
Semelle 4.5 Stars (4.5 / 5)
Finitions 5 Stars (5 / 5)
Confort 2.5 Stars (2.5 / 5)

Prix : 269€ chez Endclothing

Conclusion

I nous a paru essentiel de terminer ce comparatif par un résumé des modèles présentés de de leurs notes dans un tableau synthétique. Nous avons également rajouté une moyenne pour vous donner un indice plus clair sur les différents modèles et vous permettre de les classer par ordre.

MarqueModèleDesignCuirSemelleFinitionsConfortNote GlobalePrix
AdidasStan Smith42,52353,389,95€
Axel ArigatoClean 904,753,54,75534,2180€
BexleyInglewood3,25332,53,53,0579€
ButteroTanino4,254,53,75444,1245€
Common ProjectsAchilles4,54,754,754,753,754,5330€
M StudioRonan33333,53,1129€
National StandardEdition 34,254,54,5544,45195€
NikeTennis Classic AC321,252,542,5585€
PiolaICA43,54443,9150€
ReebokNPC II4323,253,53,1575€
ZespaZSP44,754,54,552,54,25269€

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles