L’histoire du bomber

Le bomber a traversé les dernières décennies sans prendre une ride. Il a su transcender ses origines et son utilisation première pour devenir une icône de la culture pop et de la mode. De nombreuses pièces du vestiaire masculin d’aujourd’hui ont pour origine des vêtements militaires du passé et le bomber peut être considéré comme un exemple type de la transition du monde militaire vers le civil. Mesdames et messieurs, voici son histoire :

A vrai dire, le “bomber” comme nous l’entendons se nomme le MA-1, celui en nylon, avec une doublure orange et avec des patchs. Pour en comprendre l’histoire, il est essentiel de détailler d’où proviennent les blousons d’aviateur en général.

Le bomber A-2

pearl harbour a-2 blouson

Le blouson A-2 est aujourd’hui devenue une des vestes les plus mythiques de l’US Air Force. C’est celle que les pilotes américains ont portée très tôt, dès l’entre deux guerres. Elle fut adoptée par l’armée US comme successeur au blouson A-1 (qui lui datait de 1927), exactement le 9 mai 1931.

Bomber A-2

Bien que sa forme actuelle puisse varier selon la marque, et même selon les différents contrats qu’auraient pu avoir un “dit” fabricant de l’époque, tous les blousons A-2 avaient plusieurs caractéristiques particulières : deux poches rabat sur le devant pour réchauffer les mains (avoir les mains dans les poches était de toute manière mal vu dans le monde miliaire), un col de type chemise, des épaulettes en cuir, des poignets et une taille élastique, une doublure fait dans une matière légère (coton ou soie) une bande de cuir cousue à l’intérieur de la veste pour pouvoir la pendre et la “plaque d’identitée militaire” du soldat cousue juste en dessous. Une couleur était uniformément proposée : marron.

Où le trouver ?
Pour s’assurer une qualité minimum, on ira jeter un oeil sur les valeurs sures du cuir : Chevignon, Oakwood, Schott, chez Forzieri dont on s’accorde à dire la réputation en cuir est bonne. Sinon, on a repéré cette saison un modèle chez Superdry, puis un meilleur marché chez une marque nommée Chyston. Et pour ceux qui veulent monter en gamme, Gant propose ce très joli cuir pour ceux qui veulent une veste “mode”, sinon ça se passe chez les vraies marques de pilote : Aero Leather, Cockpit, Eastman Leather, Gibson & Barnes, Real McCoy’s, US Wings…

B-15

En même temps que l’apparition de nouveaux avions plus puissants, plus rapides, la veste d’aviateur a elle aussi évolué en se modernisant. Le B-15 est donc apparu en remplacement de son volumineux prédécesseur pour les soldats de l’US Air Force, plus légère, marquant la fin de l’ère des vestes en cuir qu’ils portaient durant la seconde guerre mondiale et amorçant le changement vers des versions plus proches du MA-1.

spiewak b-15

En gros, le B-15 est le premier blouson d’aviateur fait en matière synthétique, il convenait parfaitement aux mi-saisons, et de suite les aviateurs l’apprécièrent car il était plus fin ce qui leur offrait plus de confort dans l’étroit cockpit de leur jet. Le design de ce nouveau blouson incluait de nouvelles caractéristiques que l’on retrouve encore sur les modèles d’aujourd’hui : une poche « stylo » sur le bras, puis des poches zippées positionnées en diagonale et un emplacement pour “clipper” un masque à oxygène.

b-15 schott bape mccoy fw12

A vrai dire, plusieurs types de B-15 existent dont un comportant des empiècements de triangulaires sur le torse afin que le pilote puisse laisser pendre son masque à oxygène lorsqu’il ne l’utilise pas. Plus tard, d’autres caractéristiques apparurent sur le B-15, dont un empiècement de tissu vertical pour maintenir le tuyau d’oxygène en place pendant les vols de haute altitude.

En définitive, le B-15 est le blouson d’aviateur dont la forme se rapproche le plus du MA-1, mis à part que le premier est équipé d’un col en peau de mouton.

Où le trouver ?

Trouver un blouson B-15 de qualité est aujourd’hui difficile, car c’est un modèle que les marques semblent avoir abandonné. Toutefois on en trouve chez Schott, Ben Sherman voire même Canada Goose. Les budgets plus restreints n’auront qu’à taper sur leur navigateur préféré le mot magique et ils tomberont sur des sites de ce genre, mais la qualité ne sera pas toujours au rendez-vous.

Le MA-1

Le MA-1 fut designé par l’US Air Force et historiquement produit par Dobbs Industries (qui plus tard deviendra Alpha industries) sous la spécification MIL-J-8279. Il est à l’origine fait d’un nylon de haute qualité pour son extérieur et sa doublure. Entre ces deux couches de nylon vient s’intercaler une autre couche de laine destinée à tenir chaud. Après quelques années, cette dernière sera remplacée par une couche de polyester, bien plus légère et qui conserve mieux la chaleur. Si les deux modèles étaient très proches, le MA-1 a subi plusieurs changements par rapport à son aîné le B-15.

usaf vintage image bomber ma1

Le col en mouton interférait avec le harnais du parachute, il fut alors remplacé par un col en tricot (coton ou laine). Sur certains modèles (à partir des années 1960), la doublure fut choisie dans un orange bien voyant, en cas de survie du pilote lors d’un crash.

alpha industries ma1 blouson

L’Apha MA-1 est la version commerciale du MA-1, celle que nous appelons bomber et qui reste la plus populaire aujourd’hui. Etant donné que ceux qui équipaient les militaires étaient soumis à des normes “gouvernementales”, plusieurs caractéristiques ont été modifiées/rajoutées lors de sa mise sur le marché, puis ont persisté au fil des années. Elles n’altèrent pas son apparence qui est resté quasiment identique (sauf délire de créateur). Ainsi la résistance à l’eau, l’abandon de la laine pour de l’acrylique au niveau du col, les changements de doublures ont été adoptés pour faire du MA-1 une veste de tous les jours.

Le MA-1 dans la culture populaire

La veste rendit de fiers services à ses soldats depuis sa création, et la guerre du Vietnam (alors télévisée contre l’opinion publique des Etats-Unis) contribua malgré elle à populariser la veste sur le territoire américain. Le MA-1 devint alors un blouson recherché, ainsi Alpha Industries commençât à le commercialiser au grand public ainsi qu’à d’autres armées européennes. Il devint alors populaires chez les jeunes de l’époque et resta lié à la culture pop internationale. A cette époque, un des mouvements les plus importants est les mods dont des dissidents forment le mouvement skinhead. Nous sommes en Angleterre, et les jeunes s’identifiant à ce nouveau courant adoptent le blouson, l’appréciant pour sa versatilité et sa simplicité, le portant avec des jeans très serrés et des Dr Martens montantes.

Sknheads

skinheads portent bombers

Comme les créateurs ont commencé très tôt à prendre des notes sur les cultures urbaines d’outre-Manche, c’est au cours des années de la fin des années 70 que le bomber va alors commencer à se détacher de la mauvaise image qu’on lui prête, celle du blouson officiel des skinheads.

steve mcqueen the hunter

Il fait donc ses premiers pas à Hollywood avec Steeve McQueen (Le Chasseur, 1980), puis confirme quelques années plus tard avec Tom Cruise (Top Gun), entrant dans le dresscode de la jeunesse de l’époque mais gardant son empreinte Skinhead. Même s’il faut le reconnaître, c’est dans ses années que le MA-1 va changer de dimension, commençant à apparaître dans des magazines de modes et voyant de nouveaux horizons culturels tels que le hip-hop voir le jour. C’est dans les tenues larges à base de baggies que les MC vont s’approprier cette pièce.

THISISENGLAND_quad_new

Si aujourd’hui la mode est plus à une silhouette portant le vêtement près du corps, le bomber a sur évoluer toute en gardant ce qui a fait son succès. De nos jours, il est une source constante d’inspiration pour les marques de haute-couture comme celles de prêt à porter qui le modifient, le personnalisent à leur guise. Alors cette pièce qui fut autrefois créée pour combattre les températures les plus extrêmes et voler à haute altitude est désormais un basique que l’on retrouve chaque année dans les collections des marques du monde entier, quelle que soit leur provenance, et il ne montre aucun signe de déclin.

Où le trouver ?

Comme le bomber est de retour sur le devant de la scène, on en retrouve à toutes les sauces : chez de nombreuses marques et décliné dans de nombreuses formes et couleurs. Cela va du “classique” (celui dont on a tous perdu le patch de chez Schott) aux plus luxueux (Margiela, Balenciaga) en passant par de nombreuses marques actuelles qui proposent cette saison leur version de ce blouson mythique : APC, Diesel, Olow ou American Vintage pour les budgets les plus élevés, Jack & Jones ou Topman pour les plus restreints. Mais si vous êtes un fan du genre et que vous voulez vous offrir une belle pièce, on vous conseille la collaboration entre Schott et American College sortie cette année, ou encore l’original, le MA-1 de chez Alpha Industries

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles