Duret : ceintures et maroquinerie sur mesure

Origines le 16 octobre 2012 par Traz dit "le Doc"

L’histoire de Duret débute en 1988, lorsque Mickaël Benarroch ouvre une petite cordonnerie dans la rue du même nom, dans le 16ème arrondissement de Paris. Formé par les compagnons, il décide dès le début de proposer un service haut-de-gamme, et se fait rapidement une réputation parmi les amateurs de belles chaussures, avant que la qualité de son travail ne finisse par attirer l’attention de grands chausseurs parisiens qui lui confient les paires de leurs clients pour les travaux d’entretien et de réparation.

Encouragé par cette reconnaissance de son travail, Mickaël Benarroch décide alors quelques années plus tard de lancer sa propre ligne de maroquinerie, qui reprendrait à son compte cette exigence de perfection, tant dans le service que dans la réalisation. C’est donc une offre de sur-mesure que Duret propose à ses clients, leur permettant de faire réaliser selon leurs désirs ceintures, porte-cartes et portefeuilles, mais aussi porte-monnaie, sacoche et même gainage de cave à cigares, le tout réalisé artisanalement et entièrement à la main, à Paris.


Stock de cuirs, un bel arc-en-ciel !

Pour commander un article Duret, le plus simple est de se rendre directement à la cordonnerie, toujours située au 29 rue Duret, Paris 16ème. Vous pourrez alors expliquer précisément ce que vous souhaitez, et s’agissant de sur-mesure, les possibilités sont extrêmement vastes. L’atelier dispose d’un très large choix de peausseries, et se fera un devoir de rechercher autant que faire se peut la peau se rapprochant au maximum de ce que vous recherchez, qu’il s’agisse d’un classique veau grainé chocolat ou d’un plus original crocodile bleu ciel, en passant par de l’autruche jaune citron. Duret s’est d’ailleurs fait une spécialité du travail des peaux exotiques (crocodile, alligator, autruche et même éléphant), dont l’origine est bien entendu parfaitement contrôlée, chaque peau bénéficiant de son certificat CITES, qui garantit son origine légale, respectant la Convention de Washington.

Choix de la boucle et de la doublure

Pour les ceintures, Duret propose 7 formes de boucle, des modèles classiques comme l’Oméga ou la Square gainée et des modèles plus originaux comme le Military, très casual avec son double ardillon, ainsi que la nouveauté de cet automne, la boucle Art Déco , visible sur la photo ci-dessus, une boucle rectangulaire très réussie grâce à un léger biseautage qui évite le côté massif habituellement retrouvé sur ce genre de modèle. Cette boucle, grâce à son système de fixation par picot, permet de retirer aisément la sangle et ainsi d’obtenir une ceinture réversible.

Les fils de couture, de toutes les couleurs.

Vous pourrez par ailleurs choisir la couleur du fil (ton sur ton ou contrastant) et le type de couture (point sellier ou point gantier), réalisée intégralement à la main. En ce qui concerne les porte-feuilles et porte-cartes, outre les dimensions générales de l’objet, vous déciderez du nombre, de la taille et de l’emplacement des divers rangements, selon vos besoins. Plus de permis de conduire qui ne rentre pas, ou de cartes de visite qui n’ont pas de place!

L’atelier Duret

Les produits sont ensuite réalisés dans l’atelier de la marque Duret à Paris, par un unique artisan qui sera en charge de l’ensemble des opérations, de la découpe du cuir aux finitions, en passant par la coutures des pièces. Ici, pas de travail à la chaîne, on prend le temps de faire un travail impeccable, réalisé avec soin et passion. A titre d’exemple, la réalisation d’une ceinture en box, soit environ 23 opérations différentes, nécessite pas moins de 5 heures de travail, un temps qui peut être bien plus long pour les peaux exotiques qui demandent une préparation spécifique.

Fabrication d’une boucle

Les boucles sont également fabriquées en France, spécifiquement pour Duret. Usinées à partir d’un bloc de laiton massif, elles subiront diverses opération de finitions qui leur assureront solidité et durabilité. Les boucles sont disponibles en plaqué or ou palladium, dans une finition poli miroir ou brossé, ainsi que dans une inédite finition noir mat pour les modèles Military et Art Déco.

Refente d’une sangle en crocodile

Bandes de cuir prêtes à être encollées

Les cuirs choisis sont tout d’abord découpés en longues bandes de la taille de la ceinture, afin d’obtenir la face de la ceinture, la doublure et la triplure (un renfort en cuir qui assure la tenue de la ceinture). Sont aussi coupés les petites pièces, comme les passants de la ceinture. Les bandes de cuir obtenues passent ensuite à la machine à refendre, qui amincit la bande de cuir jusqu’à obtention de l’épaisseur de cuir souhaitée pour pouvoir être travaillé. Les bandes sont par la suite tendues puis encollées, afin de pouvoir les assembler ensemble, pour obtenir une seule et même sangle, qui constituera le corps de la ceinture. Une fois la sangle obtenue, elle est recoupée aux dimensions exactes de la ceinture finale, selon la taille et les désidérata du client.

La couture de la sangle

La ceinture peut alors passer à l’étape de la couture. Pour cela, elle est tout d’abord griffée, c’est à dire que les trous par lesquels passeront les fils de couture sont percés tout de long de la sangle. Il en est fait de même pour les passants qui sont cousus à ce moment, puis l’ensemble est assemblé avec la boucle, afin de pouvoir procéder à la couture de la ceinture elle-même. Comme je l’ai déjà indiqué, cette couture est réalisée manuellement, par des points sellier ou des points gantier, selon les vœux du client. La ceinture peut alors passer aux finitions, avec le passage d’une cire sur les tranches puis d’un fer à fileter qui marque les bords de la sangle. L’ensemble du travail est ensuite contrôlé, avant d’être finalement remit au client.

Et voilà la ceinture terminée !

Une telle qualité a malheureusement un coût, et c’est là que le retour à la réalité fait mal, puisqu’il faut compter 350€ pour une ceinture ou un porte-cartes en box. Une somme importante certes, mais à la hauteur du travail effectué sur les produits. Et je trouve que c’est finalement une très bonne chose que certains artisans fassent le choix de ne rien sacrifier à leur quête d’excellence dans ce qu’ils proposent, et arrivent ainsi à se faire une place à côté des grands noms du luxe.

Je précise d’ailleurs que Duret continue de proposer un service de cordonnerie tout à fait traditionnel, où vous pouvez laisser vos paires de souliers pour une réparation ou leur entretien.

Cordonnerie Duret, 29 rue Duret 75116 Paris. Plus d’informations sur www.duret-paris.com

Mots-clefs :

Plus d'infos sur la marque

accueil marques

Duret Paris

Voir la fiche concernant Duret Paris avec ses origines, les points de vente, nos autres sujets, son classement et les marques similaires.

 
 
 
 
Voir la rubrique Accessoires
  • Boris

    Question naïve :

    Quand ils disent “Ceinture en éléphant noir”, c’est vraiment en peau d’éléphant ?

  • http://www.commeuncamion.com Traz dit “le Doc”

    Tout à fait. Le cuir d’éléphant provient de politique de régulation de la population menée dans quelques pays d’Afrique, selon des quota décidés par les gouvernements.

  • Adri

    Traz, lorsqu’il est dit, “cuir d’éléphant” ou “croco”, etc, ce ne sont pas les peaux de l’animal, rappelons qu’il est interdit de chasser les animaux en voie d’extinction pour leurs peaux, cela s’apparente à du braconnage, mais ici ce sont des peaux de vachettes, buffles ou taurillons sur lesquels on applique des patines, des teintures chimiques, ou végétales, puis un rouleau métallique qui donne un grain qu’on appelle “mécanique”, ce qui est cool, c’est que l’on peut tout faire avec ces rouleaux!

Newsletter