Le cimetière des bateaux

Mon nouveau chez moi est un pays de marins. Les origines de Lorient remontent à 1666. C’est à cette époque que la Compagnie française des Indes orientales fondée 2 ans plus tôt par Colbert décide d’installer son siège dans ce port nouvellement créé. Et c’est sous l’impulsion du fils de Colbert que la Marine royale s’y implantera en 1688. Ces activités marines commenceront à décliner au début du XIXeme. Les activités liées à la pêche prendront le relais…

La ville sera durement touchée par la 2e guerre mondiale. En 1941, les Allemands qui occupent alors la France, construisent sur la presqu’île de Keroman dans la rade de Lorient ce qui deviendra la plus grande des bases de sous-marins allemands. Un point stratégique du “Mur de l’Atlantique” (système de défense censé empêcher l’invasion des côtes par les Alliés). En janvier 1943, la population civile est évacuée, Winston Churchill ordonne des bombardements massifs. Une pluie de bombes s’abat alors sur Lorient : près de 90% de la ville sera anéantie. Au milieu des ruines seule la base des sous-marins reste intacte.

Suite au débarquement des troupes alliées en 44, la Bretagne sera globalement libérée au mois d’aout. Hitler donne alors l’ordre à ses troupes de se replier sur les ports stratégiques de Brest, Saint-Nazaire et Lorient. Ce sera une des dernière poches de résistance. Après guerre, la base de Keroman sera exploitée par les forces françaises et abritera des sous-marins d’attaque. Au début des années 70, cette flotte sera progressivement remplacée par des sous-marins nucléaires d’attaque. Le site de Lorient n’étant pas adapté, le site de Keroman sera abandonné par l’Armée.

Dans les années 90 on commence à réfléchir à un plan de reconversion de ces 25 ha. Et on décide de conserver les bunkers : pas rapport au témoignage historique qu’ils représentent mais aussi parce que leur destruction nécessiterait une dépense estimée à 31 millions d’euros. Aujourd’hui le site accueille notamment des hangars destinés à la préparation de multicoques de compétition et la Cité de la voile Eric Tabarly. Le 10 juin prochain, Lorient accueillera l’avant dernière étape de la Volvo Ocean Race.

Lorient reste une ville ouverte vers l’océan avec ses 5 ports : le port de pêche de Keroman (deuxième port de pêche de France en tonnage, premier en valeur ajoutée), le port de commerce de Kergroise (conteneurs, pétrole, etc.), le port militaire, le port de plaisance et le port de voyageurs embarquant près de 500,00 passagers par an à destination des îles de Groix et Belle île en mer.

Au cimetière de bateaux de Kernevel, quelques chalutiers en bois ont jetés définitivement l’ancre. Ces vieux rafiots aux couleurs passées racontent à qui veut bien l’entendre leur folle jeunesse sur les flots. A l’ombre des arbres, adossé sur les flancs d’un navire on peut contempler la rade de Lorient et le site de Keroman qui a survécu aux changements qu’a subi la ville.

Par un petit matin frais et presque ensoleillé, j’ai chaussé mes bottines de baroudeur, mis ma marinière, revêtu mon manteau d’officier (reconverti lui aussi à un usage civil) et coiffé ma casquette de marin pour me balader parmi les épaves et revivre quelques aventures. Et certains matins, au cimetière de bateaux de Kernevel, ça tangue encore pas mal…


Casquette de marin Le Minor
Manteau d’officier de Marine (vintage)
Marinière délavé Le Minor
Ceinture Ursul
Jeans Wrangler modèle “Spencer”
Boots Crockett & Jones modèle “Arran”

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles