Barbour : depuis 75 ans

Gentlemens, le temps se fait pluvieux, mais l’on sent poindre les premières chaleurs après ce rude et long hiver qui nous a tous glacés en France comme au Royaume de sa Majesté Liz la deuxième. Pour aujourd’hui combattre ce nouvel ennemi il nous faut une armure expérimentée, testée et approuvée dans les plus rudes conditions. Barbour fête cette année les 75 ans du modèle de veste imperméable qui a fait en grande partie sa renommée et son succès. Le petit fils du créateur de la maison, Duncan Barbour, était un un grand amateur de moto. Il décida donc d’introduire un département “motorcycle” à la marque.

Barbour International

“The International,” de son petit nom, a été imaginé et créé en 1936. Un vêtement totalement imperméable à l’eau et au vent. Et jusqu’en 1977, date à laquelle Barbour se retira du marché des vêtements, tous les membres de l’équipe nationale britannique porteront “The International”. Steve Mcqueen, qui est alors un membre de l’équipe des États-Unis d’enduro, s’arrêtera à Londres en 1964 pour que la team au complet s’achète le blouson International. Ils sont en route pour Erfurt, Allemagne, afin de disputer une manche du championnat du monde.

Ce modèle servit aussi pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les sous-mariniers de la Royal Navy furent habillés par cette tenue qui fut modifiée pour les usages bien personnels des effectifs de la marine de Sa Majesté. Elle sera rebaptisée “Ursula suit“.

C’est en 1951 que le modèle se verra orné par ce qui l’a en grande partie rendu célèbre : une poche à hauteur de torse et cousue de biais. Une innovation qui devait servir à avoir plus facilement accès aux cartes de navigation quand ces messieurs étaient aux volants de leurs engins.

Les années passent et se suivent avec une irrésistible renommée grandissante pour la marque qui habille dorénavant les civils. Barbour commence à fabriquer ses modèles par eux même à partir de 1957. Et les ventes ne s’arrêteront plus de grimper pendant les années 70. C’est en 1974 que Barbour reçoit son premier “Royal Warrant of Appointment” (http://fr.wikipedia.org/wiki/Royal_Warrant) de la part du Duc d’Edimbourgh. Il sera suivi en 1982 part celui donné par la reine Elisabeth II puis en 1987 par le Prince de Galles.

Durant les années 90 la firme se développe au niveau international. Elle en profite pour se diversifier et accorder sa production traditionnelle aux canons de la mode. Elle ouvre d’ailleurs un corner dans le magasin Harrods au début des années 2000.

Barbour 7 couleurs

Nous nous retrouvons donc aujourd’hui avec une gamme haute en couleurs pour cet anniversaire d’un des classique de la garde robe masculine britannique. Du rouge, du bleu, du jaune. En tout, 7 nouveaux modèles en nylon !

Et puis Barbour, c’est aussi et surtout ici dans la capitale anglaise, le blouson “Liddesdale”. Un symbole de la renaissance du style britannique porté fièrement par nos amis d’outre Manche. Des golden boys de la City jusqu’aux fashion addicts de Shoreditch et des quatre coins de la métropole elle est synonyme d’élégance pointue, de réussite et incarne une “anglicitée” qui se revendique de plus en plus sur l’île.

Barbour Liddesdale

Claire, manager de la boutique de Carnaby Street est formelle: “A l’heure actuelle, la marque dans son ensemble est un excellent mélange de la tradition anglaise. Un retour à des valeurs terriennes chères aux anglais qui se traduit par le port de cet habit, porté par les gentlemens farmers du Royaume pendant leurs parties de chasse”. Et bien que fabriquée en Inde aujourd’hui, la production des vestes est sévèrement contrôlée ; la qualité de finition se doit de perpétuer le standing d’origine.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0

PLUS D'INFO SUR LA MARQUE

Accueil marques

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles