Reconnaître les signes d’intérêt d’une femme : verbaux

Suite du premier épisode. Trois. Les femmes parlent trois fois plus que les hommes, autant de raisons de prêter attention à ce qu’elles cachent à l’intérieur de leurs mots. Hé oui, si vous ne savez toujours pas repérer et décoder les signes d’intérêt d’une femme, vous avez plus de chance de retrouver vos guirlandes de noël à la cave sans lampe de poche que de réussir votre entreprise de séduction.

Leçon II : femmes et séduction, les signes d’intérêt verbaux

Signes d’intérêt n°1 : elle relance dans les blancs

Souvenez-vous. C’était à l’école primaire, vous rentriez en bus du stade municipal après le cours de gym du mercredi matin, votre meilleur ami était coincé à la maison avec de la fièvre et pour le trajet la maîtresse avait envoyé Gertrude, avec son appareil dentaire, ses miettes de chocolat sur les joues, et ses mains coloriées au stylo 4 couleurs, s’asseoir à côté de vous. A chacune de ses questions, vous preniez soin de ne répondre qu’un seul mot, sans détourner votre regard de la route qui défilait par la fenêtre, et ce simple oui ou non lui suffisait pour continuer à vous donner la migraine avec ses histoires de poupées.

Moralité : quand quelqu’un vous apprécie, ce quelqu’un fait tout pour prolonger le contact, et donc la conversation. Si, en pleine entreprise de séduction, vous ramez comme un athlète des JO pour n’obtenir que des monosyllabes en réponse, c’est que la fille que vous draguez ne vous aime pas. Et quand on ne vous aime pas, dégagez (élégamment), vous perdez du temps. Le vôtre et, et celui de votre interlocuteur.

Signes d’intérêt n°2 : elle vous pose des questions personnelles

Vous goûtez tous les petits canapés couverts de crème à l’apéro dînatoire de fin d’année au boulot, et une collègue vous parle de façon ininterrompue entre deux cigarettes et deux flûtes de mauvais champagne. Mais comme vous ne connaissez pas encore les conseils séduction de CommeUnCamion, vous n’avez absolument aucune idée de ses intentions : socialise t-elle avec vous parce qu’elle ne supporterait pas d’être vue isolée par son patron, pour rendre jaloux son ex (le directeur commercial aux dents de loup qui rayent la moquette), ou bien parce qu’elle imagine déjà la douce sensation de vos mains sur ses poignées d’amour ?

Solution : prêtez la plus grande attention à la nature de ses questions. Une fille intéressée vous posera toujours des questions personnelles (« quel âge as-tu ? », « tu habites dans quel arrondissement ? », « tu fais du sport ? », « Marié, enfants ? »). Une fille indifférente badinera (« ça fait longtemps que tu es au service comptabilité ? », « où se trouve la cantine ? », « tu connais le nouveau manager d’Hélène, celui qui met des costumes Dior ? »). Apprenez à discerner les deux cas.

Signes d’intérêt n°3 : elle rigole à vos blagues pourries

On l’a tous connu, le silence de mort qui suit une blague douteuse et pendant lequel on scrute les plinthes de la pièce à la recherche d’un trou discret dans lequel se faufiler. Le jeu de mots éculé qui fait rire un ami le soir autour d’une pizza arrosée de bière (je vous livre un de mes préférés, à savourer entre connaisseurs de Lafesse : « Je ne sais pas si je suis claire !» -> « Ah je croyais que tu t’appelais Déborah ») mais qui sur une jolie fille provoque souvent autant de réaction que la lecture de l’annuaire. Quelques semaines plus tard, vous tentez (folie) la même blague sur une autre, et elle pouffe de rire pendant 2 minutes sans s’arrêter, oubliant presque de respirer. Pensez-vous vraiment avoir entre temps gagné le potentiel comique de Gad Elmaleh ?

Réponse : non. Vous ne faites pas rire parce que vous êtes drôle, mais parce que vous plaisez. L’attraction a cette magie de rendre amusant le plus triste des notaires. Pour les hommes mariés, rappelez-vous des premières réactions de votre femme : au début, elle riait à vos plus mauvaises blagues (d’ailleurs, si ce n’est plus comme ça aujourd’hui, c’est qu’il y a un problème).

Signes d’intérêt n°4 : elle appuie ses paroles de gestes ! qui vous touchent accidentellement

Enfin, pas le plus verbal, mais l’un des plus fiables : le toucher. Lorsque sa main démarre au quart de tour (même à vos plus vieilles blagues, cf ci-dessus) et atterrit régulièrement sur votre avant-bras avant d’être retirée aussitôt (attention, si elle vous laisse sa main 10 secondes alors que vous ne la connaissez que depuis quelques instants, vous êtes peut-être à la Coupole), c’est normalement le plus grand signe d’intérêt qui soit.

Pourquoi « normalement » ? Parce que certaines filles ne peuvent vivre sans toucher tout le monde (universal touchers). Alors avant de vous emballer, regardez comment elle se comporte avec les autres mecs de la boîte, vous éviterez les surprises.

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles