Comment prendre son numéro ?

Fini Les Experts, Desperate Housewives et Nip Tuck, désormais vous êtes addict à La Fille dans le Métro tous les samedis sur commeuncamion.com, et vous avez bien raison. Résumé de l’épisode précédent : après avoir été drôle, décalé et énergique dans le premier tiers-temps de votre rencontre, vous avez compris qu’il fallait dans le second créer un peu de confort et la rassurer dans la perspective d’une nouvelle rencontre. Respirez un grand coup, le plus important est maintenant devant vous : vous allez devoir prendre son numéro de téléphone. Sans lui, votre histoire est finie avant d’avoir commencé, et votre rencontre un grain de sable au milieu de l’océan un soir de pluie. C’est-à-dire, rien.

Quand on demandait à Mohamed Ali le secret de ses victoires, il répondait « la préparation. Dans la rue, dans les gymnases, dans les vestiaires, bien longtemps avant que je n’entre sous la lumière ». Pensez-y pour ce qui vous paraît difficile dans la vie : négocier votre augmentation, monter sur une scène donner un speech, prendre le numéro de téléphone de la femme de vos rêves. Les points, vous les marquez avant ; la conclusion n’est que la récolte du fruit de votre travail, c’est donc le moment de se détendre (cas n°1), voire de s’amuser (cas n°2).

Cas n°1 – Tout votre Game a été impeccable, elle vous montre plus de signes d’intérêt qu’un enfant devant une soirée ciné-macdo. Ca n’arrivera pas à tous les coups, mais quand ça arrivera, ne vous faites plus de nœuds au cerveau. Annoncez simplement que vous devez partir – sans vous justifier -, sortez de votre poche un ticket de bus, ou n’importe quoi fait à partir de papier, et dites « tu me marques ton numéro là ? » avec autant de simplicité que vous demanderiez du beurre à table. Facile vous me direz ? Bien sûr, mais à ce stade 90% d’entre vous ont la voix qui part dans les aigus et montrent des signes de nervosité aussi évidents que s’ils s’apprêtaient à emprunter 1000 euros à leur collègue de bureau. Réapprenez à parler naturellement en situation de stress, et vous vous dégagerez naturellement de la masse.

Cas n°2 – “ Bien sûr, tout n’est pas toujours aussi rose, surtout au début, et vous n’aurez pas tout le temps cette impression de marcher sur un nuage pendant toute la discussion. Bien souvent, vous hésiterez sur son intérêt pour vous, elle vous aura montré quelques feux verts mais aussi quelques oranges (mixed signals), mais vous voudrez tout de même tenter le coup. Dans telle situation, vous allez probablement au crash (ou au faux numéro) en demandant le sien de but en blanc. Vous allez donc devoir vous projeter dans l’avenir en lui faisant imaginer une scène en commun, scène qui nécessitera, pour se réaliser, qu’elle vous donne son numéro. Exemple : quelques minutes auparavant elle vous aura glissé avoir vécu un an au Japon, vous avez intelligemment embrayé sur « pourquoi les mâles européens fantasment sur les femmes asiatiques alors que pas une européenne ne rêve d’un amant chinois ou japonais », puis sur « tu manges les sushis en une seule ou en deux bouchées ? En deux le poisson résiste, ne se découpe pas bien avec les dents, et pend hors de le bouche (sic), et en une tu as les joues comme un tromboniste de jazz, c’est pas très sexy ». Demandez-lui alors son restaurant japonais préféré à Paris, contredisez-là (le vôtre l’écrase à plate couture), puis dites-lui, avec l’excitation d’un petit enfant amusé, qu’il faut les départager, et qu’un test s’impose. Puis demandez-lui comment faire. Si vous avez juste dans ses signes d’intérêt précédents, elle vous proposera d’elle-même son numéro pour organiser la rencontre.

Vous avez maitenant dans les mains le ticket du bonheur ? Doucement cow-boy, il va vous falloir apprivoiser votre prochaine monture, le combiné téléphonique. Et pour cela, rendez-vous au prochain numéro !

A suivre : Quand la rappeler au téléphone ?

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0

ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

Voir plus d'articles